laboureurs et galeristes

nous sommes sur le remblais de Donges-Est, où furent déposés les sables dragués dans l’estuaire de la Loire il y a 40 ans afin de permettre aux pétroliers d’accéder à la raffinerie, et de transformer ainsi la vasière la plus productive de l’estuaire ; aujourd’hui la végétation s’y est progressivement installée, et le processus de pédogénèse est enclenché : les vers de terre qui installent leurs galeries dans la mince couche de sol sont en quantité suffisante pour susciter l’appétit des sangliers dont le travail de labour a ouvert le sol de la prairie, laissé un trou transformé en mare par les dernières pluies, au fond de laquelle reposent les reliefs de leur repas ; il faudra revenir au printemps écouter le crapaud Calamite qui aura peut-être investi le lieu pour pousser son chant de conquête
non loin de là, au sommet de la Tour aux Moutons, on trouve un protosol composé principalement d’un tapis de mousse qui illustre assez bien la manière dont ce processus de pédogénèse a démarré suite aux dépôts des sables : la pluie a progressivement rincé le sable de son sel et les premières poussières, cadavres et merdes d’animaux se sont accumulées tandis que les lichens puis les mousses se sont progressivement installées ; la matière organique morte s’est peu à peu accumulée, a été mélangée aux particules sableuses par les vers de terre arrivés en explorateurs depuis les prairies voisines pour constituer un premier mélange organique et minéral qu’on appelle le sol.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.