protocole d’enquête de l’activité de la faune du sol

C’est en 2021, grâce à deux étudiants du M2 ERPUR de Rennes 1, Xavier de Laubier et Lucie Naveilhan, que j’ai pris conscience du potentiel pédagogique et pragmatique que représente le sol dans le contexte actuel de transition cosmopolitique, c’est à dire de prise en compte de tous les êtres dans la composition du monde. J’ai alors exploré les propositions d’indicateurs de son activité biologique sur le ouaibe, et ai découvert la sollicitation de Sandra Barrantal de participer au test des protocoles mis au point au sein du projet de recherche Bises du réseau PartiCitaE. Mon choix s’est arrêté sur un premier dispositif composé de bâtonnets enfouis dans le sol et dont une série de trous emplis de pâte permet d’avoir une mesure de l’activité de la faune moyenne du sol, une sorte de Bait Lamina low-cost.

Après avoir pris contact avec l’Édulab de Rennes 2 où je pensais trouver un équipement susceptible de m’aider à construire les tests, c’est finalement à l’occasion d’un déplacement dans l’Indre que je suis tombé sur un lot de couverts en bois qui semblaient attendre que je les achète, et il ne me restait plus qu’à y aménager les perces et préparer la pâte pour les transformer en appâts. Cette première expérience me permettra ensuite de découvrir l’incomparable performance des solutions de l’Édulab avec Tony Vanpoucke [https://gaiagraphie.hypotheses.org/1099]

les 10 trous de ø 4mm sont espacés de 10mm à partir de 45mm du sommet du couteau, ce qui en facilite la manipulation et l’écriture

une pâte élastique préparée avec 25g de farine de blé et 25 g de fécule de maïs est étalée dans les orifices

3 séries de 5 bâtonnets-appâts sont installés dans mon jardin le 11 juillet 2021 : – sous le rosier qui reçoit le compost domestique
– sous le noisetier qui reçoit des feuilles mortes
– dans la prairie,

après avoir pris soin d’ouvrir le sol avec un couteau avant d’y installer les appâts, et avoir mis une jalonnette en bambou pour ne pas écraser ceux de la prairie quand je vais pisser la nuit au fond du jardin (par contre le chat lui ne s’est pas gêné d’en écraser en sautant de son mur dans le jardin)

Une photo est prise afin de caractériser l’environnement de chaque site de mesure , ici autour du rosier, il faudra aussi prévoir  la description du site d’implantation : orientation, strates de végétation, travail du sol, arrosage, etc.

Les appâts ont été relevés au bout d’une semaine, le 18/07/21

la mesure de la consommation des appâts est faite selon 3 catégories, 1 pour une consommation totale, 0,5 pour une consommation partielle et 0 pour une absence de consommation de l’appât

la moyenne des résultats est calculée pour chaque profondeur à chaque site de mesure

Manifestement, c’est sous le rosier que l’activité de la faune moyenne du sol est la plus importante en profondeur, les faibles écarts entre la prairie et le noisetier ne permettent pas de les distinguer de ce point de vue.

La récupération des appâts offre la possibilité de faire des images de la faune présente sur les bâtonnets, ici une iule.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.