l’hypothèse des agents bactériens

“L’hypothèse Gaia nous apprend que l’atmosphère, les climats, les océans ne sont pas des données mais ont une histoire, une histoire commune. La vie est vieille de plusieurs milliards d’années pendant lesquelles les bactéries ont littéralement fabriqué la Terre que nous habitons. Une des causes de la vie multicellulaire serait liée à l’apparition, dans l’air, de l’oxygène rejeté par les bactéries elles-mêmes qui, en mettant en danger la vie unicellulaire anaérobie, amena celle-ci à se déplacer à l’intérieur de nouveaux êtres vivants d’oxygène. Gaïa est « la somme de ces populations croissantes, interagissantes et vouées à disparaitre ». Avec cette théorie, on passe de la conception élaborée aux XIXe et XXe siècles, de la Terre comme un astre de roche inerte, avec une vie à la surface, à une conception de la terre comme un être vivant.”

Émilie Hache, Ce à quoi nous tenons, propositions pour une écologie pragmatique, Paris, La Découverte, collection Les empêcheurs de tourner en rond, 2011, page 85


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.