le fouillis de Gaïa

« Dès que vous imaginez des parties qui « remplissent une fonction » à l’intérieur d’un tout, vous êtes inévitablement tenu d’imaginer aussi un ingénieur qui procède à leur agencement. Il n’y a en effet que dans les systèmes techniques que l’on puisse distinguer des parties et un tout.  […]

Ce techno-morphisme a beaucoup servi la biologie, mais ne lui a pas rendu plus de service qu’à l’étude des sociétés animales. Mais comment faire si l’on veut parler de la Terre dans son entièreté ? La métaphore de l’organisme – cet étrange amalgame de théorie sociale, de conception de l’État et de machinisme – n’a aucun sens à cette échelle, à moins d’imaginer un Ingénieur général, déguisement bien maladroit de la Providence, capable d’agencer tous ces acteurs pour le plus grand bien de tous. […]

[Lovelock]  doit inventer un nouveau réglage dans les agencies qui peuplent le monde, mais avec cette difficulté supplémentaire, qu’il doit parvenir à composer, sans les unifier préalablement, tous les vivants jusqu’aux limites de cette enveloppe fragile qu’il nomme Gaïa. Tous rétroagissent « comme » un super-organisme, mais sans que l’on puisse confier leur unité à aucune figure de Gouverneur. […]

Pour Lovelock, tout organisme pris comme point de départ d’une réaction biochimique ne se développe pas « dans » un environnement, mais le courbe autour de lui, si l’on peut dire, pour mieux se développer. En ce sens, chaque organisme manipule intentionnellement ce qui l’environne « pour son propre intérêt » – toute la question, bien sûr, étant de définir cet intérêt.

“En Europe tempérée, la forme d’humus Moder se rencontre surtout dans les zones boisées et les ligneux sont majoritairement enracinés dans les humipèdes par leurs ectomycorrizes. Ces ectomycorhizes enrobent les fines racines nourricières d’un manteau fongique de mycélium qui les protège de la dessiccation, et forment aussi un réseau de champignons bien plus loin que les racines des plantes à travers la porosphère, c’est le mycélium mycorhizien extramatriciel. […] La décomposition précoce, étape par étape, de la litière de feuilles implique de nombreux organismes, notamment des arthropodes, des bactéries et des protozoaires, mais elle est principalement provoquée par plusieurs espèces de champignons et le processus commence dès la phase de sénescence des feuilles dans les couverts.[…] Dans le même temps, la faune décomposeuse fonctionne de deux manières, se nourrissant soit de débris végétaux (faune consommatrice de la litière), soit d’hyphes de champignons (faune brouteuse). Dans le premier cas, la litière végétale subit un processus de squelettisation ou de tunnelisation, la faune ingérant la fraction la plus appétente des végétaux, à savoir le parenchyme chlorophyllien. Plus l’animal est petit, plus les feuilles sont soigneusement ajourées, laissant de côté le moindre tissu conducteur. Ce processus de squelettisation et de tunnelisation peut être réalisé par une faune aussi diverse que les acariens, les collemboles, les larves de diptères, les diplopodes, les enchytréides et les vers de terre. […] Lors de la décomposition, les fragments végétaux s’amincissent, les déjections de la faune s’accumulent dans les espaces clos et sont ensuite « cousus » par les hyphes des champignons à la recherche d’éléments nutritifs issus de la digestion de la faune. La structure résultante est comme un sandwich, composée alternativement de débris foliaires et de boulettes fécales fixées entre elles par un réseau d’hyphes (comme un mille-feuille)”.(Bernier, 2018, notre traduction)
C’est en ce sens qu’il ne peut y avoir, à strictement parler, de parties. Aucun agent sur Terre n’est simplement surimposé à un autre comme une brique juxtaposée à une autre brique. Sur une planète morte, les pièces seraient posées partes extra partes ; pas sur Terre. Chaque puissance d’agir modifie ses voisines, fût-ce très légèrement, pour rendre sa propre survie légèrement moins improbable. C’est là que se trouve la différence entre géochimie et géophysiologie. Cela ne veut pas dire que Gaïa possède une sorte de « grande âme sensible », mais que le concept de Gaïa capture l’intentionnalité distribuée de tous les agents dont chacun modifie son entourage à sa convenance. […]

Les différents assemblages et rôles fonctionnels de la faune du sol (Nielsen, 2019)

Lovelock – un inventeur, il ne faut pas l’oublier – ne fait rien d’autre qu’étendre cette capacité de transformation à chaque agent, aussi petit soit-il. Ce n’est pas seulement les castors, les oiseaux, les fourmis ou les termites qui courbent l’environnement autour d’eux pour se le rendre plus favorable, mais aussi les arbres, les champignons, les algues, les bactéries et les virus.  […]

Plus vous généralisez la notion d’intentionnalité à tous les acteurs, moins vous détecterez d’intentionnalité dans la totalité, même si vous pouvez observer de plus en plus de rétroactions positives ou négatives toutes aussi peu intentionnelles les unes que les autres !  Haraway a bien résumé la solution de Margulis, « la richesse inépuisable des connaissances nouvelles en biologie » ne peut plus être absorbée « par l’idée d’individus limités auxquels on ajouterait un contexte, autrement dit l’idée d’un-organisme-plus-un-environnement ». Il faut plutôt penser, dit-elle, « à des couplages complexes et non linéaires entre des processus qui composent et qui prolongent des sous-systèmes imbriqués mais qui ne s’additionnent pas les uns aux autres quand ils forment des touts partiellement cohérents » (version anglaise de « Staying with the trouble », 2015). […]

Avec Gaïa, Lovelock ne nous demande pas de croire à une seule Providence, mais en autant de Providences qu’il y a d’organismes sur Terre. En généralisant la Providence à chaque agent, il s’assure que les intérêts et les profits de chaque acteur seront contrecarrés par de nombreux autres programmes. L’idée même de Providence se brouille, se pixéllise, et finit par s’évanouir. Le simple résultat d’une telle distribution de causes finales n’est pas l’émergence d’une Cause Finale suprême, mais un beau fouillis. Ce fouillis, c’est Gaïa. » (Latour, 2015, le gras est notre ajout)

Bernier, N. (2018). Hotspots of biodiversity in the underground : A matter of humus form? Applied Soil Ecology, 123, 305‑312. https://doi.org/10.1016/j.apsoil.2017.09.002

Latour, B. (2015). Face à Gaïa : Huit conférences sur le nouveau régime climatique. La découverte.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Éric Collias (2 octobre 2022). le fouillis de Gaïa. coexister avec Gaïa, la terre vécue d’en bas. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oww4


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search