la Terre n’est pas un être vivant

couverture © Flammarion, 1993

« Ayant commencé sa carrière dans les années 1940, la pensée systémique de Lovelock s’est appuyée sur la cybernétique de premier ordre des systèmes auto-organisés, sur l’autorégulation par rétroaction négative et sur les discours étroitement associés sur l’énergie et l’entropie qui reliaient la thermodynamique à la théorie de l’information.

Une génération plus jeune que Lovelock et débutant dans les années 1960, Margulis a adhéré à la cybernétique de second ordre de Maturana et Varela et à leur concept d’autopoïèse. Cette théorie concernant la forme et le fonctionnement des systèmes vivants est apparue au moment où Gaïa elle-même était introduite à travers ses premières publications. Pour Margulis, le concept d’autopoïèse fournissait un critère de clarification pour l’autoproduction autonome de systèmes vivants contrairement à la cybernétique plus englobante et computationnelle des systèmes de contrôle. » (Clarke & Dutreuil, 2022)

« Parce qu’aucun organisme ne soutient jamais sa croissance uniquement en mangeant ses propres déchets et en recyclant entièrement le carbone, l’hydrogène, le soufre, etc. nécessaires à son corps, j’ai toujours a clairement soutenu que “la Terre est un seul organisme vivant” n’est pas l’idée de Gaïa. C’est une fausse déclaration qui encourage les critiques et les excentriques à prospérer et empêche le travail, commencé par Lovelock, d’intégration des données scientifiques du système terrestre. […]

Une courte description beaucoup plus précise de Gaïa, […], est que la température de surface, la chimie des composants gazeux réactifs, l’état d’oxydo-réduction et l’acidité-alcalinité de l’atmosphère et de la surface de la Terre les sédiments sont activement (homéorrhéiquement) entretenus par le métabolisme, le comportement, la croissance et la reproduction des organismes (organisés en communautés) à sa surface.

Gaïa n’est pas un individu, c’est un écosystème.

[…] mon soutien “fervent” se concentre moins sur Gaïa et beaucoup plus sur la symbiose en tant que mécanisme d’innovation évolutive. En effet, mon implication dans la théorie de Gaïa découle de ma conviction que l’approche de Lovelock est tout à fait la bonne. En tant que chimiste de l’atmosphère, scientifique indépendant et brillant inventeur, Lovelock mérite une collaboration étroite avec des biologistes compétents et des modélisateurs écologiques conscients des effets de la croissance démographique et des échanges gazeux à la surface de la Terre, »  (Margulis, 1993)

« La vie ne « s’adapte » pas à un environnement physico-chimique passif comme le supposent la plupart des néodarwiniens, mais la vie produit et modifie activement son environnement. L’oxygène que nous respirons, l’atmosphère humide dans laquelle nous vivons et les eaux océaniques légèrement alcalines dans lesquelles baignent les baleines ne sont pas déterminés par un univers physique régi par des « lois » mécaniques. Contrairement à un monde mécanique centré sur la physique, la biosphère métabolisante est physiologiquement auto-contrôlée. L’oxygène respirable, l’air humide et les océans légèrement alcalins résultent de la croissance et du métabolisme d’un nombre incalculable et toujours changeant de bactéries, de plantes et d’algues qui produisent de l’oxygène à l’aide de l’énergie solaire. Le transport de l’eau est entraîné par les activités des grandes forêts, principalement des arbres néotropicaux ; et la neutralisation des tendances acides de la planète est accomplie par la production de substances alcalines telles que l’ammoniac par des myriades d’organismes, par exemple par la miction et la libération de gaz. » (Margulis, 1990)

Clarke, B., & Dutreuil, S. (Éds.). (2022). Writing Gaia : The Scientific Correspondence of James Lovelock and Lynn Margulis. Cambridge University Press.

Margulis, L. (1990). Kingdom Animalia : The Zoological Malaise from a Microbial Perspective. 30, 861‑875.

Margulis, L. (1993). Gaia in Science. Science, 259(5096), 745‑745.


Citer ce billet
Éric Collias (2023, 2 janvier). la Terre n’est pas un être vivant. coexister avec Gaïa, la terre vécue d’en bas. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oww6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search