être saisi et devenir témoin pour saisir

«Dans l’usage ethnographique, la définition de [l’ethos par] Clifford Geertz1 est une bonne référence : “L’ethos d’un peuple est le ton, le caractère et la qualité de sa vie, son style et son humeur moraux et esthétiques ; c’est l’attitude sous-jacente envers lui-même et son monde que la vie reflète”.  Notre point de départ par rapport à l’ethnographie standard est la reconnaissance que les humains ne sont pas les seuls à être connus par leur ethos.[…]

La vie reprend après l’incendie à Lann Ster – Plouhinec (56) 2005 03 17 © Éric Collias

[L]es éthographies ne visent pas à produire de manière impartiale des images “objectives” du monde (quelles qu’elles soient). Au contraire, cette approche est fondée sur la conviction que le fait de rendre les autres charnus et épais sur la page, d’exposer les lecteurs à leur vie et à leur mort, peut donner lieu à une proximité et à un enchevêtrement éthique, à une attention et à une préoccupation. Au cœur de cette notion de narration en tant que pratique éthique se trouve la conviction que les histoires que nous racontons contribuent puissamment au devenir de notre monde commun. Rejetant explicitement une simple division entre le réel et le narré, nous considérons la narration comme un acte dynamique de “mise en récit”. […] “Les mondes ne sont pas des contenants, ce sont des motifs, des co-productions risquées, des fabulations spéculatives du monde, pas dans le monde”2 .Raconter des histoires a des conséquences, dont l’une est que nous serons inévitablement entraînés dans de nouvelles connexions et, avec elles, de nouvelles responsabilités et obligations. En bref, il s’agit d’éthographies vivantes, tant par leur message que par leur forme, par leur engagement en faveur de l’ouverture et de la continuité de divers modes de vie et par leur tentative de faire des histoires des technologies qui créent le monde et façonnent la vie.

La narration éthographique concerne les arts du devenir-témoin, qui comprennent à la fois l’attention aux autres et l’expression de cette expérience : être témoin et témoigner activement. De même que nous sommes saisis, nous témoignons pour que d’autres puissent être saisis, en racontant des histoires qui font entrer le public dans la vie des autres de manière nouvelle et conséquente, des histoires qui cultivent la capacité de réponse.
Cette focalisation sur la réponse permet une approche plus intéressante des questions éthiques dans les mondes multi-espèces.3 En explorant la capacité de réponse – la capacité à répondre – nous dépassons les cadres simplistes de la responsabilité comme une question d’agence humaine dans un monde passif et inerte. Toutes les créatures vivantes, et les autres aussi, réagissent au monde qui les entoure. Ce que cela signifie pour chaque être, dans chaque cas, répondre est très différent. C’est cependant à travers ces réponses que les mondes se constituent. Nous sommes tous responsables, impliqués et en jeu dans les mondes que nos actions font naître. […]

Le récit est l’un des grands arts du témoignage, et en ces temps difficiles, raconter des histoires vivantes est un projet profondément engagé, qui consiste à s’engager auprès des multitudes d’autres personnes dans leur vie et leur mort bruyantes et charnelles. Le but des éthographies vivantes est de saisir notre imagination relationnelle. C’est un engagement avec les joies, les passions, les désirs et les engagements des autres Terriens, en célébrant leur e ̄thea dans toute leur extravagante diversité. »

extrait de : van Dooren, T., & Rose, D. B. (2016). Lively Ethography : Storying Animist Worlds. Environmental Humanities, 8(1), 77‑94. https://doi.org/10.1215/22011919-3527731 avec l’accord de Thom van Dooren, traduction aidée de DeppL

1.Geertz, Clifford « Ethos, World View, and the Analysis of Sacred Symbols, » The Antioch Review 17.4 (1957): 421-437.

2.Haraway, Donna, « Jeux de ficelle », in Les Animaux : deux ou trois choses que nous savons d’eux, édité par Vinciane Despret et Raphaël Larrère, Paris : Hermann, 2014.

3. Haraway, Donna, « Inondées d’urine », Vivre avec le trouble , Les éditions des mondes à faire, 2020.



Citer ce billet
Éric Collias (2023, 23 janvier). être saisi et devenir témoin pour saisir. coexister avec Gaïa, la terre vécue d’en bas. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oww9

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search