l’amour en cage

Le jardin partagé GAEC du 106 Canal Saint-Martin – Rennes

Compte-rendu d’observation participante avec le Groupement d’Ami.e.s et d’Entraide Circulaire (G.A.E.C), du Canal Saint-Martin dans le cadre de l’atelier de gaïgraphie – Master 1 ESS-Rennes 2

“Bienvenue au jardin du GAEC”

Le jeudi 02 février, après 15 bonnes minutes de marche, nous sommes arrivées au petit jardin du GAEC, à Rennes. Situé au 106 Canal Saint Martin, ce jardin associatif couvre aujourd’hui 1000m². Accueillies chaleureusement et dans la bonne humeur, par Michel et une quinzaine de bénévoles, nous avons été conviées à nous installer autour d’une table afin de nous présenter et d’expliquer l’objet de notre visite. Durant ce temps d’échange et de présentations mutuelles nous avons en effet pu exposer l’expérience que nous voulions mener sur la vie biologique et organique du sol de leur jardin. L’expérience en elle-même consistait à introduire dans le sol, à 3 espaces différents du jardin, 5 bâtonnets perforés (à l’aide d’une découpe laser) et remplis d’appât. Nous avons obtenu le résultat une semaine plus tard en découvrant la quantité d’appât restant sur les bâtonnets, en sachant que plus cette quantité est faible, plus le sol est riche en faune. Cette expérimentation a eu en réalité une double fonction. L’aspect scientifique tout d’abord, puis l’aspect relationnel. C’était en effet une manière pour nous d’entrer en contact avec ces bénévoles en leur proposant une sorte de “troc”, afin de réaliser une observation participante des solidarités et relations humaines qui se jouent dans un jardin partagé comme celui-ci.

Présentation de l’association

L’association “GAEC du Canal Saint Martin”, Groupement d’Ami.e.s et d’Entraide Circulaire, voit le jour en 2018 à la suite de l’expropriation de Michel, secrétaire de l’association. Cette dernière, comptant 42 adhérents à son origine, s’établit afin de promouvoir et développer les cultures vivrières au sein du jardin collectif du Canal Saint Martin situé à Rennes.

Soucieux de l’enjeu environnemental auquel notre planète fait face mais également de l’enjeu social, c’est à l’initiative d’un groupe de citoyens, désireux d’intégrer un jardin collectif, que le projet d’association se concrétise.

La démocratisation de ces pratiques ainsi que la visibilité qu’a acquise ce jardin sont constatables à ce jour, l’association comptant 102 adhérents-tes (majoritairement des retraités) ; composée de jardiniers et des ami-e-s du jardin (participation irrégulière aux activités du jardin).

Le GAEC s’inscrit dans une démarche naturelle et innovante, respectueuse de l’environnement et des règles biologiques. Il entend, à travers son implantation sur le Parc Naturel Urbain des Prairies Saint Martin, renforcer la biodiversité sur ce territoire et inciter les citoyens à s’engager activement dans la protection de l’environnement à travers diverses pratiques de jardinage (permaculture, trous de serrure…) telles que celles du compostage et du recyclage.

L’association du GAEC est fondée sur des principes et des valeurs fortes et engageantes telles que la tolérance, le partage, le dialogue ainsi que le respect des lieux et des droits des personnes. Nous avons pu, dès l’entrée dans ce jardin, constater l’ambiance chaleureuse et bienveillante qui y règne. Tous partagent des moments de convivialité et de bien-être. Le passage dans ce lieu de vie constitue pour beaucoup un moment suspendu dans le temps (dans une vie qui ne laisse pas beaucoup de place pour se reposer). L’association illustre la beauté et les bienfaits des échanges intra et intergénérationnels à travers le partage des connaissances, d’expériences et de savoir-faire entre les jardiniers et les ami-e-s du jardin. Ces échanges s’effectuent également par le biais d’activités pédagogiques, artistiques et culturelles à destination d’un public varié ; des écoles, des maisons de retraites ou encore des universités. Le fonctionnement du GAEC repose sur la mutualisation des récoltes, appartenant donc à tous, témoignant du caractère solidaire et citoyen de l’association.

Présentation du jardin

Comme nous avons pu le constater lors de nos rencontres au 106 Canal Saint Martin, le jardin partagé, né dans le concept de l’aménagement du parc urbain de Saint Martin, est animé par une volonté de collaboration et d’entraide. La conception du jardin illustre d’ailleurs ce caractère accueillant puisque les adhérent.e.s ont été sollicité.e.s pour participer à la construction de celui-ci. C’est alors qu’ont été dessinés puis créés au sol, les plates-bande en forme de mandalas, organisées autour du point d’eau. Bénévoles, promeneurs curieux comme écoliers, tous sont invités à venir découvrir le jardin.

“ Quand le portail est ouvert, il y a possibilité de « visiter » le jardin, ne vous en privez pas !”

Ainsi, seul un mot d’ordre semble régner : la convivialité. Les bénévoles décrivent ce jardin d’une superficie de 1000m2 comme un espace solidaire d’échange et de partage d’expériences, de compétences mais également de moments de vie. Le rucher, situé à 100 mètres des plantations, est alors un lieu autour duquel s’organisent des sorties pédagogiques en partenariat avec quelques écoles. Bien que le jardin soit entouré de travaux de construction de la ville (construction d’une étable et d’un local pour entreposer des matériaux), la vue de la grue qui surplombe le jardin n’entache en rien l’enthousiasme des travailleurs.

“Non ça ne nous dérange pas, et puis de toute manière on n’a pas le choix !”

Lors de nos visites, nous avons appris que le jardin s’organisait dans le respect de l’environnement, de la nature et des règles biologiques. Ainsi, les seuls engrais utilisés sont des engrais naturels, tels que le purin d’orties. De la même manière, les bénévoles sont attentifs au cycle de vie de la terre et des plantes selon les saisons. Il n’est par exemple jamais planté la même variété de légumes deux années consécutives. Les jardiniers profitent également des savoirs de certains d’entre eux, notamment en termes de permaculture, pour obtenir de belles productions. Nigèle, une bénévole, nous a en effet confié que certaines variétés tiraient profit du fait d’être plantées dans un même endroit, chacune apportant par exemple les nutriments nécessaires à l’autre. Enfin, nous avons pu observer une organisation “en bute” pour certaines plantations. Après avoir questionné Michel, nous avons appris que cette organisation permettait aux plantations de ne pas tremper dans l’eau, ce qui, dans le cas des échalotes par exemple, se révèle néfaste pour leur développement. Toujours dans cette bienveillance vis-à-vis de la nature, les bénévoles ont été fiers de nous apprendre que le jardin s’organisait à 95% autour de la récupération. Les ardoises utilisées pour construire la terrasse ont ainsi été récupérées sur un chantier, un poteau de métro a été utilisé en guise de pied de table, les bancs qui servent lors des rassemblements ont été donnés par la ville… Les bénévoles nous ont également appris que le sol étant composé de terres rapportées argileuses, il est important de bien entretenir les outils afin de minimiser les efforts physiques et de faciliter le travail. De manière générale, nous avons pu admirer l’organisation du G.A.E.C, illustrant le grand soin porté au jardin et à ce qui l’entoure.

L’organisation du jardin

“Quand il y a 10 radis pour 20 on les coupe en 2 !”

Dans la continuité des valeurs du G.A.E.C, quand le moment du partage des récoltes arrive, la bonne entente est encore de mise. En effet, l’association a décidé de redistribuer les “butins” en fonction des besoins de chacun.

“Il n’y a jamais eu de problèmes, tout se passe bien !”

Chacun décide alors de prendre deux carottes, un chou ou encore une salade suivant ses besoins mais également selon ceux des autres. La finalité du jardin n’est pas de “ravitailler” l’ensemble des jardiniers mais bien de partager un moment où chacun apprend et transmet.

mandala autour du point d’eau

Pour permettre une bonne organisation du jardin et le suivi des cultures, des référents sont nommés, ces derniers suivent l’avancée des cultures, guident et répartissent les jardiniers en herbe suivant les tâches.

Même si la majorité du travail se déroule le jeudi matin, certains, davantage expérimentés ou plus connaisseurs du jardin peuvent s’y aventurer à d’autres jours et heures de la semaine. Cette venue peut servir à entretenir le jardin, mais également pour lire un livre ou manger un sandwich. Le jardin est un lieu de culture mais avant tout de vie.

Les résultats du protocole

Afin d’étudier l’activité des habitants des sols du jardin du G.A.E.C, nous avons suivi le protocole proposé par Éric COLLIAS, notre professeur en gaïagraphie . Ce dernier avait testé un outil expérimental permettant de prendre des mesures à différents niveaux de profondeur de la terre https://gaiagraphie.hypotheses.org/1112. Suivant ses indications, nous avons donc fabriqué, grâce au FabLab de l’université de Rennes 2 https://gaiagraphie.hypotheses.org/1099, des bâtonnets de bois, (similaires à des bâtons de glace), dans lequel nous avons percés des trous que nous avons rempli d’un mélange d’eau, de maïzena et de farine, servant d’appât. Dans l’objectif d’obtenir des mesures les plus fiables possible, nous en avons fabriqué 15 que nous avons disposés, par cinq, à trois endroits différents du jardin. Pour avoir une amplitude plus importante des données que nous avons souhaité récolter, nous avons décidé, avec les bénévoles du jardin, de les placer dans des terres relativement différentes : dans le “trou de serrure” (jardin potager circulaire surélevé) près d’un compost, dans une zone non exploitée, et dans une culture recouverte de paillage.Pour placer nos bâtonnets et éviter de les perdre, les jardiniers nous ont mis à disposition des piquets en bois, ainsi que des grillages pour les entourer.

 

 

 

 

 

 

 

Le 9 mars, nous sommes allées récupérer les bâtonnets et observer les résultats. Sur les 3 zones étudiées, seule l’une d’entre elles a semblé être moins riche en vie organique. En effet, sur l’ensemble des 5 bâtonnets de la zone du “trou de serrure” seulement 3 trous d’appât ont été mangé, dont 2 partiellement

Sur les deux autres zones, (donc dans celle du paillage et dans la zone non exploitée) les trous consommés étaient principalement situés en surface ou au milieu du bâtonnet. Les trous de 6 à 8 se sont révélés être peu ou pas consommés. Les bâtonnets étant d’environ 15 cm, ils permettent seulement d’étudier le sol arable qui se situe généralement de 10 à 60 cm en dessous de la surface de la terre. Cette zone est là où l’essentiel de la vie du sol est concentré, elle a besoin d’être riche en humus et en eau. D’après les résultats, on peut donc voir que la vie organique est plutôt riche à la surface de cette zone.

Nous avons également réalisé une analyse du pH au niveau de la terre présente dans le trou de serrure, et avons pu constater que ce dernier est de 8. Un pH neutre et bon pour l’ensemble des cultures étant de 7, nous pouvons nous rendre compte qu’un pH de 8 est plutôt alcalin et riche en calcaire. Le pH jouant sur la disponibilité des nutriments et la capacité des plantes à récupérer des éléments, il faudrait alors réfléchir à baisser le pH pour optimiser les cultures. En effet, pour un sol trop alcalin, l’apport de matières organiques acides, d’humus ou encore de fumier peut améliorer la structure du sol. Cependant, certains légumes apprécient la tendance alcaline, comme les choux, les aubergines, les carottes, les céleris, les oignons ou les petits pois. Des plantes aromatiques aussi s’y développent comme le persil, le romarin, la sauge ou le thym. Il serait également intéressant de faire cette analyse à d’autres endroits pour ajuster les cultures ainsi que les intrants.

“notre ressenti : l’amour en cage, émotion, moment hors du temps, parenthèse inattendue,  accueil chaleureux”

Pour conclure, ces différentes expériences nous ont permis de découvrir une nouvelle discipline : la gaïagraphie, mais elles nous ont également permis de développer des compétences et des savoirs en matière d’analyse du sol. Néanmoins, au vu de la diversité de cultures présentes dans le jardin et de nos connaissances limitées dans ce domaine, il est difficile pour nous de tirer une conclusion générale sur la qualité du sol.

Nous tenions à remercier l’ensemble des jardiniers et bénévoles du G.A.E.C pour leur accueil chaleureux, leur disponibilité et leur envie de transmettre.

Si notre article vous a donné envie de participer à ce projet, n’attendez pas pour rejoindre le collectif des jardiniers du GAEC, le prix de l’adhésion est de 10€ et de 5€ pour les étudiants. Vous pouvez également venir découvrir le jardin lors des portes ouvertes tous les derniers dimanches du mois ! 

Alice, Adèle, Nina, Océane et Maëlle M1 Économie Sociale et Solidaire Université de Rennes 2 , atelier de gaïagraphie animé par Éric Collias



Citer ce billet
Éric Collias (2023, 12 mars). l’amour en cage. coexister avec Gaïa, la terre vécue d’en bas. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/owwb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search