les conservatoires urbains du carabe doré

Le carabe doré ou « jardinière » (Autocarabus auratus) fut autrefois une banalité dans la plus grande partie de la Bretagne rurale. Il y est aujourd’hui de plus en plus rare…mais les petits jardins privés de nombreuses agglomérations jouent curieusement un véritable rôle conservatoire pour cette espèce menacée.

Voici une quinzaine d’années que débuta notre inventaire commenté et cartographié des carabes du Massif Armoricain. Parmi les “surprises” de cette vaste enquête figurent d’une part beaucoup de données nouvelles ou affinées concernant les cycles et la microrépartition, d’autre part une vision très inattendue de la chorologie régionale chez 8 des 20 espèces ou sous-espèces armoricaines ; dont Carabus auratus, la « jardinière » -le célèbre carabe doré de tous les guides nature et manuels scolaires.

Le carabe doré des champs
Les diverses études et témoignages anciens mon­trent sans ambiguïté que ce carabe abondait en Bretagne jusqu’aux années 50·60. Les observa­tions de C. auratus cessent presque brusquement à l’horizon 50-60, période où remembrements, déforestation, développement de l’usage pes­ticides, herbicides et autres toxiques entrent dans notre quotidien cultural (et culturel !) ; faut-il préci­ser que la « jardinière » est l’un des carabes les plus sensibles à cette dégradation conjuguée du milieu ?

Le carabe doré (Carabus auratus), hôte permanent mais fragile des jardins urbains de Bretagne © Bernard Chaubet

L’examen des collections et les recensions de la littérature scientifique rendent le même ver­dict : séries importantes de carabes dorés avant 1950 , parfois, ce coléoptère s’avérait si banal que les indications écrites mentionnaient « toute la Bretagne » ou « très commun partout », évi­tant ainsi, à !’encontre des autres carabes plus dispersés voire rares, de fastidieuses et inutiles énumérations de stations pour l’époque. On peut même rappeler qu’au début du siècle, des collectes de carabes turent faites en péninsu­le armoricaine pour expédition dans les jardins et cultures de Grande-Bretagne ; peul-être une première en lutte biologique…

Peu à peu, l’étude de récoltes plus récentes confirme la césure quantitative d’auratus entre les années de culture traditionnelle et celles que nous connaissons aujourd’hui. Dès 1980, nos propres prélèvements, partout où cela était possible, confirmaient le mitage des popula­tions quand il ne s’agissait pas, plus cruelle­ment, de disparition complète.

Le carabe doré des villes
Ces 8 dernières années, nous avons, toujours dans le but de présenter une cartographie cohé­rente et méticuleuse, multiplié les efforts de pros­pection vers des milieux a priori peu favorables aux coléoptères, donc aux carabes par assimi­lation. Ainsi ont été mieux inventoriés les décharges. les zones anthropisées, très bâties, les espaces verts urbains, les friches suburbaines… et les jardins des villes ou cités.

Une première découverte fortuite du carabe doré dans un jardinet du quartier Ste Thérèse à Rennes marqua le début de prospections plus organisées ; petit à petit, grâce à un réseau de connaissances, par le bouche à oreille, régulièrement aussi avec la complicité de “jardiniers du dimanche”, les sta­tions d’auratus en pleine ville se sont multipliées sur un fichier spécial.

Nous en sommes à présent à 16 bien distinctes (sites non communicants ), qui se caractérisent par des critères communs ou proches : les jardins, pas forcément de grande taille, sont généralement clôturés de murs, se situent dans les quartiers les plus anciens de la ville, autour d’habitations XIXe ou première moitié du XXe, sont cultivés en espaces d’agrément (9) ou de production familiale, appar­tiennent à des propriétaires plutôt âgés qui n’ont jamais ou peu utilisé de traitements chimiques, à leurs descendants, lesquels perpétuent la tradi­tion familiale d’entretien manuel et naturel, le main­tien de tas de bûches, de fanes, de cabanes, de couches à semis ou d’hivernage…

Un des aspects intéressants de cette enquête cor­respond à l’identification d’une pérennité des popu­lations de « jardinières » : pour 2/3 des stations répertoriées, on nous a précisé avoir toujours remarqué, d’une année sur l’autre, au prin­temps (les larves ne semblent pas connues par les observateurs) ; les mêmes personnes n’ont pas de crainte particulière vis à vis de cet insecte et ne le détruisent pas.

larve de carabe doré à table dans un escargot © Bernard Chaubet

Un second aspect utile à prendre en compte est celui de l’absence générale de C. auratus tant dans les espaces verts publics (traitements, nettoyage permanent, pas de flore indigène ou banalisée?), que dans !es nouveaux jardins privés, y compris ceux pris sur la ceinture externe (quartiers récents périphériques au réseau urbain d’autrefois) ; probablement le carabe avait-il déjà disparu du bocage avant l’arrivée de ces nouvelles constructions pavillonnaires, puisque nous n’avons pas retrouvé de données postérieures à 1969.

Un dernier commentaire -mais il y en a d’autres­-concerne le phénomène général de ce que nous appelons « conservatoire urbain » : nous avons retrouvé l’identique des données ci-dessus dans plusieurs grandes villes de Bretagne ( Redon « La Barre »  ; Fougères «Les Orières » ; Lorient-ville ; Vannes   « Jean-Jaurès »  ; St-Brieuc « rue Bagot » ; Brest-ville ), constat majeur qui sort clairement d’une possible exception le cas de Rennes.

Que conclure ?
La trame urbaine n’est pas, par définition ou habi­tude de pensée, un biotope exceptionnel pour le maintien de la biodiversité animale ou végétale, pas plus qu’il ne vient à l’esprit qu’on puisse y faire, en principe, des découvertes surprenantes. Mais en creusant un peu, on se rend compte qu’il reste de beaux jours aux naturalistes citadins. Plutôt que de jeter d’emblée l’anathème au béton, au bitume et à la pelouse, il convient d’y promener d’abord sa loupe, quitte à juger sévèrement par la suite grâce à des résultats appuyés. Souvent vient la décep­tion et il est de notre devoir de dresser alors les critiques, conclusions ou listes de remèdes qui s’im­posent. Parfois la mise en évidence (et l’intérêt) d’une originalité récompensent le curieux  …  et réhabilitent le « milieu ».

En témoignent les études concernant la flore des fissures, des décombres, de certains espaces de loisir, les recherches concernant l’avifaune ou d’autres petits vertébrés.

L’entomofaune des villes n’a pas autant bénéficié de telles attentions, mis à part le travail considérable de nos voisins britanniques sur leur propre territoire ! Il faut donc se mettre à l’œuvre ou intensifier nos efforts en ce sens.

L’histoire du carabe doré urbain nous parait pour le moins significative. Partis d’un constat d’échec (relatif!) dans le milieu rural, aboutissons à celui d’une potentialité non négligeable du milieu urbain : le maintien de populations de plus en plus résiduelles ailleurs en Bretagne. Ceci nous amène à réfléchir au rôle conservatoire des espaces verts où l’intervention humaine reste absente ou du moins sans préjudice majeur sur les biocœnoses ; les anciens jardins des grandes villes semblent entrer dans cette catégorie privilégiée. Il est donc probablement important d’investir des idées et des travaux sur de tels milieux.

Quant à la cartographie des carabes armoricains, elle aura, grâce à la ville, permis d’élargir le débat.

Gérard Tiberghien

encadré extrait d’un article paru originellement dans “La ville, vaste piège à insectes ? par Gérard TIBERGHIEN, Alain CANARD et Frédéric YSNEL, Penn ar Bed Nature en Ville, 1997, 165-166″



Citer ce billet
Éric Collias (2023, 24 mai). les conservatoires urbains du carabe doré. coexister avec Gaïa, la terre vécue d’en bas. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/owwc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search