Gaïa est la mince couche de nos vies entremêlées

“[N]ous devrions reconnaître que Gaïa n’est pas du tout un globe, mais un mince biofilm, une surface, une pellicule de quelques kilomètres d’épaisseur qui n’a pas fait de percées très haut dans l’atmosphère ni très bas dans les profondeurs de la terre, quelle que soit la durée de l’histoire des formes de vie. C’est pourquoi il est important de passer de la vision globale de Gaïa à ce que certains scientifiques appellent aujourd’hui la “zone critique”. Cette zone critique, parce qu’elle ne peut se résumer à une image classique du globe, résiste à la fusion immédiate avec une vision de la planète vue de l’extérieur. Ce que Galilée avait réussi à faire – la Terre n’est qu’un corps parmi tous les autres corps de l’univers infini -, la zone critique le décompose : Gaïa exige une nouvelle situation pour l’observateur ainsi que pour ce qui est observé. En outre, le grand avantage de la zone critique est qu’elle ne correspond à aucune métaphore du globe tenu dans la main d’un Dieu, d’un prince ou d’un empereur. Il n’y a aucune domination à exercer lorsque l’on introduit l’idée de Gaïa comme un mince biofilm. Rien ne règne plus au-dessus des formes de vie. C’est en ce sens que nous proposons de dire que ces formes de vie font littéralement leurs propres lois.[…]

Nous devrions trouver un moyen de dire que le tout n’est pas au-dessus des parties mais qu’il est en continuité avec les parties, le mot partie étant une façon de nommer assez maladroitement la façon dont les éléments se superposent les uns aux autres. […]

les agents lovelockiens ont différentes manières d’être entrelacés. C’est en ce sens que la découverte de Gaïa par Lovelock et Margulis devrait bouleverser le commerce séculaire entre les métaphores sociales et biologiques. La sociobiologie de Gaïa ne pourrait pas être la même que la sociobiologie basée sur les définitions antérieures du monde naturel.[…]

Parce que la Gaïa de Lovelock et Margulis, dans notre interprétation de leur théorie, accorde l’action et l’historicité à toutes les formes de vie, la situation pourrait maintenant être ouverte à nouveau parce qu’elle est fissurée des deux côtés de l’ancienne dichotomie entre la nécessité et la liberté. […]

Nous pensons que si tant de personnes ont mal compris Gaïa, c’est parce qu’elles ont choisi une échelle et l’ont généralisée à toutes les autres. Une telle multiplicité de processus ne peut être regroupée en une entité cohérente, même si un certain couplage permet d’obtenir une sorte d’ordre général. C’est cette contradiction qui est au cœur de la découverte de Lovelock et Margulis : il y a une seule Gaïa, mais Gaïa n’est pas “un tout”.”

Latour, B., & Lenton, T. M. (2019). Extending the Domain of Freedom, or Why Gaia Is So Hard to Understand. Critical Inquiry, 45(3), 659‑680. https://doi.org/10.1086/702611 Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)


Citer ce billet
Éric Collias (2023, 21 juin). Gaïa est la mince couche de nos vies entremêlées. coexister avec Gaïa, la terre vécue d’en bas. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/owwd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search