va prendre tes leçons dans la nature

Compte rendu de notre observation participante au Jardin des Mille Pas, Master 1 ESS – 2022/2023, Daniela Franco, Énora Jousset, Anaïs Miotto et Audrey Salmon

Le 17 Février 2023 nous nous sommes rendus au Jardin des Mille Pas de Rennes, au Chemin Robert Boron. Nous avons pu découvrir ces trois hectares de potager en compagnie de Amadis, un des maraîchers de l’association. Nous avons pris le temps lors de cette première visite d’échanger, d’apprendre sur l’agro-écologie et le métier de maraîcher. Puis, nous avons pu présenter notre projet et diverses expériences que nous souhaitions entreprendre au sein du jardin afin d’observer la vie organique et biologique du Jardin des Mille Pas que nous présenterons en détails plus tard avec leurs résultats.

Le jardin des Mille Pas

Nos visites du jardin furent aussi l’occasion de se créer une première approche du jardin associatif dans un premier temps avec l’apprentissage, tiré de Amadis sur le jardin : ses techniques, ses spécificités, ses conseils sur nos expériences mais aussi l’agro-écologie de façon générale. Et dans un deuxième temps par notre ressenti sur le jardin qui nous est apparu comme un lieu de solidarité, d’entraide et de vie ; sentiment qui pouvait être écorné par la pollution sonore que le jardin subit dû à sa proximité avec la station d’épuration.

”Un lieu d’échange, de pratique et d’apprentissage pour retrouver le lien avec la terre et son alimentation.”

L’enseignement de gaïagraphie a été une découverte à tous niveaux, une visite guidée du monde de “ l’invisible”, une prise de conscience, une entité, une parenthèse de liberté. La gaïagraphie, c’est avant tout l’étude de la Terre, de ce qui la compose : la faune et la flore.

L’ensemble est porté par des valeurs de tolérance, d’harmonie et de respect de la différence. De ce fait, nous sommes parties à la découverte du Jardin des Mille Pas, afin d’assimiler la théorie à la pratique du terrain.

Nous allons plonger dans le quotidien d’Amadis.

Amadis est un jeune homme qui a réalisé des études en science-agronomie et qui s’est ensuite tourné vers l’agriculture. Il est aujourd’hui un des salariés du jardin des mille pas et s’occupe activement à développer le jardin par le biais de plantations diverses et variées ( avec des graines non hybridées, le plus souvent).

les enquêtrices du Mille Pas en 2023 : Daniela Franco, Énora Jousset, Anaïs Miotto et Audrey Salmon

Le Jardin des Mille Pas a été créé en 2014 dans la zone humide et le maillage bocager de La Prévalaye. Ce jardin s’étend sur plus de trois hectares à de multiples objets puisque même si, en premier lieu, il est un jardin pédagogique, il a aussi des activités vivrières en agroécologie. Ces trois hectares ne sont pas utilisés que pour leurs cultures et activités pédagogiques puisqu’une partie est mise à disposition des Rennes du Compost. Ce partage du terrain bénéficie aux deux associations puisque l’une peut ainsi exercer son activité de récupération et revente de compostage et l’autre profite d’un complément de compostage si besoin.

“ Va prendre tes leçons dans la nature” (Léonard de Vinci )

Le jardin associatif a pour volonté de proposer des solutions concrètes aux citoyens du territoire rennais, Le Jardin des Mille Pas construit son projet autour de deux grands piliers :

–  la promotion de cette production agroécologique de proximité ;

–  l’accompagnement à la transition via leur outil éducatif de formation au jardinage et à la préservation de la biodiversité.

Un jardin de production d’agriculture labellisé biologique mais avant tout un lieu d’animation qui se donne pour missions :

–  la réappropriation de son alimentation et de sa santé par les plantes : activité autour des plantes médicinales ;

–  La promotion de l’agriculture paysanne et des pratiques agroécologiques : ventes de produits maraîchers et formation aux méthodes agricoles (permaculture, paillage, …) ;

–  Favoriser les liens entre ville et campagne : activité hors du centre de Rennes ;

–  Laisser vivre la biodiversité sans valeur utilitaire : formation sur la biodiversité et accompagnement aux projets de jardins nourricier.

Les activités sont nombreuses et permettent d’aller de la découverte à la formation des techniques agroécologiques. Sur l’axe pédagogique, Jardin des Mille Pas est très diversifié et avancé puisqu’ils forment pour tout âges : loisirs, particuliers aux entreprises. Et ils forment à des activités agricoles plus marginales telles que les formations aux plantes médicinales.

En plus, d’être un ”Un lieu d’échange, de pratique et d’apprentissage pour retrouver le lien avec la terre et son alimentation”, c’est aussi un jardin labellisé bio géré par une équipe de salariés et de bénévoles dont on a pu rencontrer une partie. En promouvant ce type d’agriculture, même si leur activité de maraîchage ne subvient pas à leur besoin, ils réussissent à faire consommer autrement une partie des Rennais. En effet, Les Mille Pas fournissent en légumes une partie de la population rennaise via des paniers, une épicerie du centre de Rennes, quelques restaurants. et en direct. Il y a deux types de clientèle : ceux qui achètent les plans et ceux qui achètent les récoltes. Nous pourrions penser que le restaurant La Basse Cour profite de ces récoltes, pour autant la collaboration entre les deux entités restent expérimentale, en raison d’un chef cuisinier qui a déjà ses fournisseurs. Mais cette relation encore naissante devrait à l’avenir être plus importante en raison de leur projet de coopérative/SCOP entre Le Jardin des Mille Pas et du restaurant de la Basse Cour.

le fumier de bovins est froid

Le Jardin des Mille Pas n’utilise pas de produits phytosanitaires, mais des techniques ancestrales pour préserver l’écosystème, tout en produisant. Amadis utilise du fumier mais uniquement celui de vache. Il provient des fermes aux alentours . Le fumier de bovins est dit “froid”, car sa dégradation est très lente. Ce fumier est particulièrement bien adapté aux sols calcaires et siliceux.

Cette technique d’épandage consiste à mettre de “l’or dans le jardin”. Le fumier est composé d’éléments pailleux, et de déjection/ urine animal, ici on parle de bouses de vache. Le fumier est un amendement et non un engrais. En effet, le rôle de l’engrais est d’agir directement pour être assimilé par la plante, alors que l’amendement permet bien plus. En ce sens, l’amendement permet d’améliorer le sol en amenant des éléments chimiques naturels dans le sol pour nourrir après les plantes. La matière fécale est riche en azote, ainsi les bouses des bovins, grands herbivores, vont apporter beaucoup d’humus au sol. Pour conclure sur cette technique, l’épandage va permettre de fertiliser le sol, d’améliorer la qualité et le rendement des récoltes, grâce à de meilleurs échanges cationiques des sols et agent de chélation, grâce à une meilleur fixation biologique N2 et grâce à une nutrition azotée.

les techniques d’Amadis

le paillage de foin d’Amadis

La technique du paillage ou “mulch”, terme qui provient de l’Allemagne est qui signifie mou ou en décomposition. Ce qui peut paraître surprenant quand l’on sait que cette technique a pourtant été inventée en Chine vers 500 av-JC. Aujourd’hui, le paillage s’émancipe fortement grâce à la permaculture. Le paillage permet de limiter la prolifération des plantes spontanées et favorise la vie du sol. On utilise le paillage en été pour maintenir l’humidité des sols en diminuant l’évaporation de l’eau.

En revanche, en hiver ce procédé agit comme un manteau, en gardant la chaleur pour empêcher aux racines de geler. Plus encore, Amadis utilise du foin plutôt que de la paille, car celui-ci est plus riche et plus fin. D’ailleurs, en se décomposant le foin va déposer de l’humus et des micronutriments dans le sol. Ainsi, la technique du paillage va permettre de nourrir le sol en le rendant fertile et décompacté.

le bâchage

bâchage à occultation d’Amadis

Tout d’abord, il existe deux types de bâches : à occultation et à solarisation. La technique de solarisation est utilisée principalement en été, pour éliminer les mauvaises herbes par la chaleur. En revanche l’occultation s’est le fait de les éliminer par l’absence de lumière.

C’est d’ailleurs cette technique de maraîchage par l’occultation, qu’utilise Le Jardin des Mille Pas. Cette technique a été popularisé en 2012 par Jean Martin Fortier, un agriculteur spécialisé dans les pratiques d’agriculture biologique, dans son livre “Le jardinier maraîcher”. L’occultation consiste à mettre une bâche sur une surface pour empêcher les mauvaises herbes de proliférer. En effet, la bâche noire va créer un écosystème humide et chaud propice à la pousse des mauvaises herbes, qui vont par la suite mourir faute de pouvoir réaliser la photosynthèse. L’avantage à l’utilisation de cette technique est double, puisqu’elle permet de désherber sans trop d’effort, en plus de nourrir les vers de terre et autres vivants. Plus encore, la bâche va créer un obstacle physique réel, ce qui va permettre de protéger les vers de terre et autres espèces des prédateurs ! De ce fait, on va avoir une activité microbienne accélérée qui va être riche en composte et minéralisée par les vers de terre.

Amadis a également eu recours à l’utilisation d’une serre pour faire pousser des plantes fragiles à l’exemple de plantes médicinales et de jeunes semences en pot.

Enfin, pour irriguer sa culture, le jardin des mille pas utilise la technique de récupération de l’eau de pluie à l’aide de barils et complète son approvisionnement à partir de l’eau qui provient directement de leur puits.

Ce que l’on peut retirer de nos expériences et de notre apprentissage avec le Jardin des Mille Pas

Le niveau de pH du sol :

L’analyse de pH du sol a été non concluante dans notre cas, nous supposons une altération du papier pH utilisé. Par ailleurs, le jardin fait des analyses de son sol régulièrement dont une analyse du pH ce qui leur permet d’adapter ainsi leurs cultures et aussi leurs techniques en fonction de la qualité du sol.

La stabilité du sol :

Suites aux conseils du maraîcher de l’association, nous avons analysé la stabilité du sol de deux façons :

–  Le slake test (conseillé par notre enseignant) avec une passoire que l’on remue dans l’eau pour observer la désagrégation de la terre prélevée. Technique qui se fait par cinq cycles avec une observation sous 5 secondes puis 30 puis 5 minutes.

–  Le test de l’agrégat du sol par dépôt de cette agrégat dans un récipient rempli d’eau que l’on laisse sans toucher pendant 2 à 3 jours puis on observe sa désagrégation sans toucher puis en remuant l’agrégat de sol.

Les deux techniques nous amènent à des résultats similaires avec une stabilité de classe 4, soit 10 à 25% de sol restant sur la passoire après les 5 cycles.

La vie organique observée :

Cette dernière analyse a été réalisée grâce à un outil développé par notre enseignant, Monsieur Éric Collias. L’outil étant assez simple, il s’agit de bâtons plat avec huit trous percés pouvant être fabriqués seul ou dans notre cas par le FabLab de Rennes 2. Ensuite la procédure est elle aussi accessible à tous, elle consiste à fixer un appât (mélange d’eau et de farine) dans chaque trou et de planter cinq bâtons, pour une zone, de manière assez proche.

Dans le cadre de notre expérience nous avons étudié trois zones, afin d’avoir une analyse approfondie et pouvoir différencier l’activité selon les zones. Encore une fois, nous avons suivi les conseils de Amadis dans le choix de nos zones d’analyse : Zone bâchée, Zone paillé, Zone de prairie/humide.

Nous avons choisi deux zones de potager mais avec des techniques différentes, en effet, selon Amadis il pouvait être intéressant de voir les apports sur la vie du sol que chacune des techniques pouvant avoir des objectifs similaires. Puis la prairie zone humide sert de témoin dans notre analyse puisqu’elle représente le sol non travaillé par l’homme.

Synthèse des consommations par site

Nous avons récupéré les bâtons après 7 jours mais en raison de résultat trop faible nous avons décidé d’attendre une semaine supplémentaire permettant ainsi une comparaison sur la consommation moyenne par zone entre J+7 et J+14 mais aussi une comparaison entre zones d’analyses. Comme nous pouvons le voir avec notre diagramme nous avons décidé de faire une analyse par zone et moins en fonction des numéros de trou consommé puisque les bâtons permettent seulement d’étudier les 15 premiers centimètres sous la surface du sol. En effet, la zone étudiée grâce aux bâtons est le sol arabe qui est censé être la ou l’essentiel du vivant organique se passe pour autant lors de nos analyses on observe que zone “prairie/humide” comporte très peu d’activité. Au contraire, les deux autres zones, étant des zones travaillées par l’homme, ont une activité organique bien plus forte notamment la zone bâchée. Ce résultat en zone bâchée n’est pas étonnant puisque cette technique regroupe toutes les conditions favorables à la vie organique (chaud, humide et à l’abri des prédateurs). Les résultats légèrement plus faibles en zone de paillage peuvent s’expliquer par le fait que le sol est protégé du gel mais reste malgré tout plus froid que sous une bâche.

Nous pouvons ajouter que la technique de bâchage est réellement détentrice d’une meilleure qualité de sol. En effet, plus il y a une activité biologique élevée, plus nous pouvons supposer une bonne qualité des sols. De même, une activité biologique de la faune saprophage élevée révèle une très bonne fertilité biologique. La faune saprophage étant détritivore, elle participe à l’équilibre de tout un réseau trophique. Ensuite, ce qui apporte aux végétaux les éléments nécessaires à leur croissance optimale, qu’ils seront venir piocher grâce à son système racinaire.

Une expérience à poursuivre

Nous pouvons déjà observer des premiers résultats à la suite de cette première expérience à la gaïagraphie au Jardin des Mille Pas. En revanche, nous ne pouvons pas encore donner de réelles conclusions/réponses à nos découvertes. Nous pensons qu’il y a un besoin de réitérer l’expérience au cours du temps et des diverses promotions. Dans un premier temps, réitéré pour faire découvrir cette discipline unique qu’est la gaïagraphie aux futurs étudiants et leur permettre de développer leur connaissance. Dans un second temps, refaire cette expérience au Jardin des Mille Pas pourrait permettre d’avoir un suivi dans le temps et de compléter de manière plus approfondie notre première expérience et ainsi créer un cahier de recherche pour les différents jardins étudiés par le M1 ESS de Rennes 2.

Nous tenions aussi à remercier le Jardin des Mille Pas et notamment Amadis pour sa disponibilité , sa transmission de connaissances et ses conseils tout au long de notre dossier de recherche sur le Jardin des Mille Pas. Nous voulions aussi remercier notre enseignant Éric Collias, pour son temps et ses conseils sur notre dossier mais surtout pour nous avoir permis de découvrir cette nouvelle discipline qu’est la gaïagraphie.



Citer ce billet
Éric Collias (2024, 2 janvier). va prendre tes leçons dans la nature. coexister avec Gaïa, la terre vécue d’en bas. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vf32

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search