quand nature et bitume se rencontrent : le cas des jardins familiaux du Breil

CARNET DE BORD EN GAÏAGRAPHIE

Etudiant.e.s en Master 1 ESS (économie sociale et solidaire), à l’université Rennes 2, nous avons, dans le cadre du cours de gaïagraphie, pu découvrir l’étude du sol. Ainsi, nous sommes allés à la rencontre d’un jardin situé non loin de l’université.

Un jardin historiquement ouvrier
Situé à proximité d’une rocade et à moins de cinq minutes du quartier de Villejean (Rennes), les jardins familiaux du Breil sont un coin de paradis pour les mordus de potagers.

Crée dans les années 2000, le jardin comptabilise 83 parcelles individuelles allant de 50 à 200 m2 et sont mises à disposition pour les habitants. Toutefois, si l’envie vous prend d’en faire la demande, n’attendez pas car la liste d’attente est assez longue.

“Le partage s’est fait naturellement”

Il y a deux types de parcelles différentes : les “anciennes” et les “nouvelles”. Les anciennes parcelles sont séparées par des haies et sont individuelles. Chaque jardinièr.e a son collecteur d’eau , son cabanon et collecteur de compost sur sa parcelle. Les nouveaux terrains datent de 2014. Les parcelles ne sont séparées que par du fil de fer. Les cabanons sont à l’extérieur de la parcelle collective et il y a des collecteurs d’eau pour tout le monde.Autrement, il y a une ruche, des tables pour partager des moments conviviaux et un peu de terrain non utilisé, avec des coins d’herbes, des arbres… qui sont entretenus par la mairie. “Les relations sont bonnes avec les agents de la mairie, nous avons une bonne entente” nous a confié Jean-Pierre, référent du jardin. Dans ce petit hameau de paix, vous serez accueilli à bras ouverts par Jean-Pierre ou bien l’un des nombreux jardiniers. Ici la solidarité et l’entraide sont matières courantes.

Des méthodes raisonnées
Dans les anciens jardins ouvriers, pas de pesticides ! On pratique l’agriculture raisonnée, voir bio. De temps à autre, on s’autorise un coup de bouillie bordelaise, mais c’est tout. Chacun sa méthode ! Certains labourent le sol avec une grelinette, d’autres avec des outils plus anciens, d’autres ne le font pas du tout, bref… Tout est possible aux jardins !

Collectivement, les jardinièr.e.s achètent du fumier de vache tout les deux ans auprès d’un agriculteur. De la paille est aussi achetée en collectif. “Idéalement, il faut mélanger la paille au fumier durant le mois de novembre“, affirme Jean-Pierre, le référent du jardin. Ça permet de mettre des vers en plus dans la terre En tout cas, les jardinièr.e.s doivent obéir à une règle d’or : ne pas brûler leurs déchets verts. Déjà parce que c’est illégal et, qu’en plus, ça pollue.
Auparavant, le jardin avait un espace de compost en commun. Suite à des dépôts de déchets plastiques récurrents, l’espace a été fermé.

 

Une biodiversité variée
Les parcelles bio sont encouragées, mais rien n’est obligé. Chaque personne du jardin fait comme elle veut.
En tout cas, elles ont des bacs de récupération d’eau de pluie à disposition. Autrement, il y a des robinets avec un accès à l’eau de la ville, mais dont l’accès est conditionné.
Dans les parcelles, tout pousse ! Certains font pousser des légumineuses comme des petits pois, haricots… Autrement, on y voit des carottes, betteraves, choux…

Le jardin rencontre néanmoins quelques problèmes avec les occupants des parcelles car en période de restriction durant la période estivale certains arrosent de manière excessive, ce qui n’entre pas en adéquation avec les valeurs des membres de l’association.

Collecteurs d’eau sur les nouvelles parcelles

Des expérimentations concluantes ?
Un jardin est un environnement plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Différentes espèces y évoluent et leurs activités viennent s’additionner et s’enchevêtrer pour faire évoluer ces espaces, que leurs interactions rendent uniques.Nous avons au cours de nos allées et venues pu rencontrer plusieurs de ces espèces, humaine et non humaines, ce qui nous a permit de comprendre l’influence de leurs actions sur les lieux. Les jardiniers tout d’abord, qui nous ont fait part de leurs techniques de travail. Les différentes espèces végétales ensuite, plantées ici et là en fonction de leurs spécificités. Espèces animales enfin, habitantes mais aussi visiteuses de ces espaces, dont la présence, comme celle de certaines espèces végétales, entre parfois en conflit avec les humains exploitant les lieux.

Toutes ces espèces nous sont visibles, car évoluant dans le même environnement que nous, à savoir la surface de la Terre, mais nous avons également pu en savoir plus sur d’autres espèces, évoluant à l’abri des regards mais dont l’existence soutient celle de toutes les autres : les habitants du sol.

Afin de partir à leur rencontre nous avons dû les attirer à nous. Pour cela nous avons placé de la nourriture au sein de petits bâtonnets en bois, que nous avons planté dans différents endroits du jardin partagé. Ces lieux n’étaient pas choisis au hasard, car comme nous l’avons dit, les actions des habitants des jardins ont des influences sur l’architecture de celui-ci.

Plus précisément, nous avons supposé que la manière dont les humains modifiaient l’espace, en fonction du rôle qu’ils lui attribuait, avaient des conséquences sur le sol et donc la vie des animaux qui y vivent. Plusieurs biotopes s’offraient à nous : les jardins cultivés depuis plusieurs années, ceux récemment crées, et enfin les zones “non touchées” qui, bien que crée et entretenues par l’Homme, ne subissent par les effets de la mise en culture.

Plan des jardins familiaux du Breil avec les endroits où les bâtonnets ont été plantés (points rouges).

Plusieurs bâtonnets ont été disposé dans ces trois zones et laissés en terre pendant plusieurs jours, afin de laisser le temps aux habitants du sol de trouver ces éléments étrangers. Nous les avons ensuite récolté, ainsi que des échantillons du sol dans lequel ils étaient plantés, puis étudiés en suivant des protocoles adaptés.

Entre observations et ressentis
Le premier protocole consistait simplement à planter des bâtonnets troués. Les trous étaient comblés avec une pâte composée de farine, de maïzena et d’eau. Nous avons planté 15 bâtonnets, à trois endroits des jardins : dans une nouvelle parcelle, une ancienne parcelle, et un bout de terrain proche de l’ancien site de compost.

Ces derniers n’ont pas été mangé de la même manière en fonction des endroits où nous les avions disposé, témoignant d’une présence inégale des habitants du sol dans le jardin

L’observation des bâtonnets nous a amenés à la conclusion suivante : il y a plus de biodiversité dans la terre des anciennes parcelles que les nouvelles ou les espaces encore inexploités.

Nous avons eu confirmation par Jean- Pierre que les nouvelles parcelles (qui existent depuis 2014) sont composées d’argile, de terre des différents chantiers autour de la métropole rennaise.

Finalement, ce sont 2,5 % des bâtonnets dans la nouvelle qui ont été consommés. Dans le bout à côté du site de compost, le chiffre monte à 25 %. Quant à l’ancienne parcelle, les trous ont été mangés à hauteur de 70 %.

De cette expérience, nous pouvons conclure que l’ancienne parcelle était plus riche en biodiversité que les deux autres site de plantation.

Bâtonnet issu d’une ancienne parcelle

Le second protocole nous a amené à étudié la consistance du sol en plongeant nos différents échantillons dans l’eau. En faisant cela nous avons pu observer que certains échantillons se dégradaient plus facilement que d’autres, signe d’un sol moins consistant, comme vous pouvez l’observer sur la photo ci-dessous.

Témoignant d’un sol plus friable, ces échantillons sont aussi ceux desquels nous avons ressorti les bâtonnets les moins mangés. Ces échantillons provenaient des nouvelles parcelle et à plus faible mesure des parcelles cultivés. Les lieux non cultivés étaient ceux où les bâtonnets avaient été le plus mangé, et là où la terre se décomposait le moins au contact de l’eau.

Tout laisse donc à penser que l’action de l’Homme empiète et modifie profondément les zones où les non humains vivent. Le travail du sol et le fait de replanter à chaque année détruisent les sols, et empêche les racines de se former ce qui le rend plus fragile, et détruit l’habitat des animaux qui y vivent.

Au sein de ces jardins, l’Homme habite et aménage l’espace à sa manière, ne laissant aucune place pour les autres vivants, sauf si ces derniers entre dans les plans des jardiniers. D’autres rapports au jardin et à la production de nourriture existent cependant, tel les jardin-forêt, où l’écosystème, bien que destiné à produire, héberge une réelle coexistence entre les êtres.

ÉMILE DESROSES, GRÉGOIRE GROSSI ET PAULINE CHÂTELAIS



Citer ce billet
Éric Collias (2024, 4 janvier). quand nature et bitume se rencontrent : le cas des jardins familiaux du Breil. coexister avec Gaïa, la terre vécue d’en bas. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vf34

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search