le tissage de Gaïa : premiers pas d’un laboratoire d’ethnographie multi-espèces

une recherche sur les coexistences créatrices avec les sols urbains

L’origine du projet est la volonté de développer l’art de l’attention et la rencontre entre modes d’existences des formes de vie humaines et autres qu’humaines :  les outils d’enquête relèvent d’une hybridation entre l’écologie des sols, la pédagogie, les arts audio-visuels et l’anthropologie. Les conditions favorables à la croissance des qualités humaines et autres qu’humaines sont le point commun de cette recherche action collective, contributive d’une sorte d’humus multi-spécifique fertile des jardins du quartier de Maurepas à Rennes.

le collectif réuni le 22 févier 2024 pour l’émergence de la co-recherche en gaïagraphie

L’atelier de gaïagraphie, lauréat de l’appel à émergence de recherche collaborative TISSAGE, est expérimenté en tant que dispositif de recherche-action, depuis octobre 2022, dans le cadre de l’UE Gestion de projet en environnement au sein du Master 2 ERPUR (Stratégies de développement durable et périurbanisation) à l’Université de Rennes, qui forme des écologues aux sciences humaines et sociales dans une perspective professionnalisante. En parallèle de cette phase expérimentale, l’atelier est également mis en place depuis janvier 2023 au sein du M1 Économie sociale et solidaire (ESS) de l’Université Rennes 2, dont la finalité est de former des professionnels des entreprises qui poursuivent un but d’utilité sociale ou d’intérêt général au service du développement local.

Le terme de gaïagraphie est une manière de porter attention à la multitude d’êtres qui se déploie sur la mince couche de la terre où se manifeste la vie, et est inspiré du travail de Bruno Latour au sujet de Gaïa.

L’objectif principal de l’atelier est de mettre les étudiantes en situation de recherche-action en collaborant avec les jardiniers,  afin de leur permettre de s’exercer à l’art de l’attention aux êtres vivants humains et autres qu’humains, à la curiosité pour les rencontres,  et de tenir un carnet de terrain avec la perspective de rendre compte de ces expériences. Nous reprenons à notre compte la proposition suivante inspirée du travail de l’anthropologue Tim Ingold : “L’éducation est une participation à la vie des autres. Elle suppose, à cet égard, une mise en commun des expériences. Pour ce faire, chacun doit, en permanence, ajuster son expérience à celle des autres. Pour éduquer, il faut donc s’ouvrir, s’exposer. Il faut « prêter attention », au double sens d’être à l’écoute, mais aussi de prendre soin.”

Une machination sensible : le relatoptique de terrain, pour aller à la rencontre des bestioles, et les nommer sans les flinguer

Ce projet de recherche-action contributive est centré principalement sur le quartier de Maurepas : l’association La Loupiote y anime le jardin du Chat l’Heureux, et anime aussi le jardin Miss’Terre de la ferme de la Héronnière ; les associations Un Cabinet photographiques et Graines de rires, le Jardin du bonheur, le jardin des dahlias du Collectif Dignité cimetière, sont basés à Maurepas. Mais les territoires de dépendance et d’échanges de savoirs profanes et scientifiques nous déplacent aussi dans le Maghreb, l’Océan indien, d’où proviennent certaines plantes cultivées au jardin Miss’Terre, à la Station biologique de Paimpont et son Observatoire participatif des vers de terre, et à l’Université de Montpellier qui propose des protocoles participatifs de découverte de la faune du sol [https://www.qubs.fr/].

Le sol de ces jardins est relié au problème du changement climatique au travers de la porosité élaborée par la faune qui s’y déploie et permet d’y retenir l’eau, ainsi qu’au travers du carbone qui y est stocké par l’activité végétale qui, avec l’énergie solaire, transforme le CO2 atmosphérique en fleurs, légumes, plantes médicinales, aromatiques et tinctoriales.

le test bêche participatif de l’Observatoire participatif des vers de terre du campus de Paimpont est mis en œuvre avec les jardiniers de la parcelle des dahlias du collectif Dignité cimetière et avec les étudiantes du M2 ERPUR au Jardin du bonheur à Maurepas © Éric Collias 20240305


Citer ce billet
Éric Collias (2024, 26 février). le tissage de Gaïa : premiers pas d’un laboratoire d’ethnographie multi-espèces. coexister avec Gaïa, la terre vécue d’en bas. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwop

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search