histoire naturelle

“Pour que l’histoire naturelle apparaisse, il n’a pas fallu que la nature s’épaississe, et s’obscurcisse, et multiplie ses mécanismes jusqu’à acquérir le poids opaque d’une histoire qu’on peut seulement retracer et décrire, sans pouvoir la mesurer, la calculer, ni l’expliquer ; il a fallu, – et c’est tout le contraire – que l’Histoire devienne Naturelle. […]

invertébrés sans pattes articulées , illustrations : Jeanne Le Peillet (BISES, 2022)

Jusqu’à Aldrovandi, l’Histoire, c’était le tissu inextricable, et parfaitement unitaire, de ce qu’on voit des choses et de tous les signes qui ont été découverts en elles ou déposés sur elles : faire l’histoire d’une plante ou d’un animal, c’était tout autant dire quels sont ses éléments ou ses organes, que les ressemblances qu’on peut lui trouver, les vertus qu’on lui prête, les légendes et les histoires auxquelles il a été mêlé, les blasons où il figure, les médicaments qu’on fabrique avec sa substance, les aliments qu’il fournit, ce que les anciens en rapportent, ce que les voyageurs peuvent en dire. L’histoire d’un être vivant, c’était cet être même, à l’intérieur de tout le réseau sémantique qui le reliait au monde.[…] les signes faisaient partie des choses, tandis qu’au xviie siècle, ils deviennent des modes de la représentation. […]

invertébrés avec 4 paires de pattes articulées, illustrations : Jeanne Le Peillet (BISES, 2022)

L’histoire naturelle trouve son lieu dans cette distance maintenant ouverte entre les choses et les mots – distance silencieuse, pure de toute sédimentation verbale et pourtant articulée selon les éléments de la représentation, ceux-là même qui pourront de plein droit être nommés.[…]

invertébrés avec de plus de 4 paires de pattes articulées, illustrations : Jeanne Le Peillet (BISES, 2022)

L’ordre descriptif que Linné, […], proposera à l’histoire naturelle, est très caractéristique. Selon lui, tout chapitre concernant un animal quelconque doit suivre la démarche suivante : nom, théorie, genre, espèce, attributs, usage et, pour terminer, Litteraria. Tout le langage déposé par le temps sur les choses est repoussé à la dernière limite, comme un supplément où le discours se raconterait lui-même et rapporterait les découvertes, les traditions, les croyances, les figures poétiques.[…]

présence de 3 paires de pattes articulées, sans ailes, illustrations : Jeanne Le Peillet (BISES, 2022)

On dit souvent que la constitution des jardins botaniques et des collections zoologiques traduisait une nouvelle curiosité pour les plantes et les bêtes exotiques. En fait, depuis bien longtemps déjà, celles-ci avaient sollicité l’intérêt. Ce qui a changé, c’est l’espace où on peut les voir et d’où on peut les décrire. A la Renaissance, l’étrangeté animale était un spectacle ; elle figurait dans des fêtes, dans des joutes, dans des combats fictifs ou réels, dans des reconstitutions légendaires, où le bestiaire déroulait ses fables sans âge. Le cabinet d’histoire naturelle et le jardin, tels qu’on les aménage à l’époque classique, substituent au défilé circulaire de la « montre » l’étalement des choses en « tableau ». Ce qui s’est glissé entre ces théâtres et ce catalogue, ce n’est pas le désir de savoir, mais une nouvelle façon de nouer les choses à la fois au regard et au discours. Une nouvelle manière de faire l’histoire.” (Foucault, 1990)

présence de 3 paires de pattes articulées, avec ou sans ailes visibles, illustrations : Jeanne Le Peillet (BISES, 2022)

Foucault, Michel. « Chapitre V. Classer », , Les mots et les choses. sous la direction de Foucault Michel. Gallimard, 1990, pp. 137-176.

le guide d’identification de la faune du sol (Sandra Barantal, 2022, BISES, QUBS )

Illustrations :  https://jeannelepeillet.jimdofree.com/jeanne-le-peillet/

anaérobies réfugiées dans nos entrailles

“Se pourrait-il que la pollution soit un phénomène naturel ? Si par pollution nous entendons le déversement de déchets, il faut se rendre à l’évidence : la pollution est aussi naturelle à Gaïa que le fait de respirer aux hommes et à la plupart des animaux. […] [Le] plus grand désastre environnemental ayant jamais affecté notre planète […] se produisit il y a un éon et demi lorsque de l’oxygène libre fut libéré dans l’atmosphère. Lorsque ce phénomène advint, toute la surface de la Terre en contact avec l’air et avec les mers sujettes aux marées devint létales pour une vaste et avec les mers sujettes aux marées devint létale pour une vaste gamme de micro-organismes. Ceux-ci, les anaérobies (des organismes qui ne se développent qu’en l’absence d’oxygène), furent en conséquence contraints de mener une existence souterraine dans les boues au fond des fleuves, des lacs et des mers. Quelques millions d’années plus tard, leur bannissement de la surface des terres fut en partie révoqué. Ils évoluent à nouveau dans des environnements confortables et sûrs en surface, jouissant d’une existence vraiment choyée et d’un statut optimum, en recevant en permanence une nourriture suffisante. Ces organismes minuscules vivent désormais dans les entrailles de tous les animaux, des insectes aux éléphants. Ma collègue, Lynn Margulis, est convaincue qu’ils représentent l’un des aspects les plus importants de Gaïa, et il n’est pas impossible que les grands mammifères, y compris nous-mêmes, servent essentiellement à leur procurer leur environnement anaérobie. Que cette destruction massive des anaérobies ait connu en définitive une fin heureuse ne minimise nullement l’ampleur du désastre environnemental provoqué par la libération d’oxygène, à l’époque où celle-ci se produisit. […]
Le désastre naturel de la pollution par l’oxygène se déroula à un rythme assez lent pour permettre aux écosystèmes de l’époque de s’adapter, quoique cela dut se produire aux dépens de nombreuses espèces jusqu’à ce qu’un nouvel écosystème constitué par les organismes résistants à l’oxygène hérite de la surface de la Terre. “
Lovelock J.E., 1993. La terre est un être vivant. L’hypothèse Gaïa. Champs-Flammarion, p.130

amour multispécifique

détail de la peinture de la cabane du potager collectif d’Ar Vuez sur le campus de Rennes2/Villejean

“À l’intersection des sciences de la nature et des sciences de la culture, un nouveau modèle de savoir se prépare dont la caractéristique clé est l’amour multispécifique. Contrairement à la manière dont les cultural studies se sont emparées de la science auparavant, sa raison d’être n’est pas la critique de cette dernière, bien que l’on puisse néanmoins continuer à poser un regard critique.
L’idée est davantage d’encourager une immersion nouvelle et passionnée dans la vie des non-humains étudiés. Auparavant, une telle immersion était seulement permise aux chercheurs en sciences naturelles, à la condition qu’ils dissimulent l’amour pour leur objet. L’apport essentiel de cette nouvelle forme de savoir est qu’elle invite conjointement à apprendre et connaître les sciences naturelles, et à mobiliser dans le même geste les outils des humanités et des arts. Ce que recherchent ceux qui travaillent dans ce nouveau champ, c’est à ouvrir l’imagination collective afin de rendre possibles de nouvelles relations à la nature. Pour ce faire, nous avons besoin de convoquer les talents insoupçonnés des autres – qu’il s’agisse de scientifiques ou de non-scientifiques.”
Tsing Anna Lowenhaupt, 2010, « Arts of inclusion, or how to love a mushroom », Manoa, vol. 22, n° 2 : 191‑203, extrait de Zhong Mengual Estelle, 2021, Apprendre à voir, Actes Sud, pages 27-28.

l’hypothèse des agents bactériens

“L’hypothèse Gaia nous apprend que l’atmosphère, les climats, les océans ne sont pas des données mais ont une histoire, une histoire commune. La vie est vieille de plusieurs milliards d’années pendant lesquelles les bactéries ont littéralement fabriqué la Terre que nous habitons. Une des causes de la vie multicellulaire serait liée à l’apparition, dans l’air, de l’oxygène rejeté par les bactéries elles-mêmes qui, en mettant en danger la vie unicellulaire anaérobie, amena celle-ci à se déplacer à l’intérieur de nouveaux êtres vivants d’oxygène. Gaïa est « la somme de ces populations croissantes, interagissantes et vouées à disparaitre ». Avec cette théorie, on passe de la conception élaborée aux XIXe et XXe siècles, de la Terre comme un astre de roche inerte, avec une vie à la surface, à une conception de la terre comme un être vivant.”

Émilie Hache, Ce à quoi nous tenons, propositions pour une écologie pragmatique, Paris, La Découverte, collection Les empêcheurs de tourner en rond, 2011, page 85

de la méthode matérielle-sémiotique

Voici une proposition de Michel Callon (1991) pour identifier les intermédiaires qui tracent les réseaux éco-socio-techniques au sein desquels ils sont mis en circulation :

« L’économie nous enseigne que l’interaction passe par la mise en circulation d’intermédiaires ; la sociologie nous apprend que les acteurs ne sont définissables que dans les relations qu’ils établissent entre eux. En réunissant les points de vue de la sociologie et de l’économie, nous tenons les deux pièces du puzzle : les acteurs se saisissent dans l’interaction, dans l’entre-définition et celle-ci se matérialise dans les intermédiaires qu’ils mettent en circulation […]. Pour les réseaux qui nous occupent il est commode de distinguer quatre grandes catégories d’intermédiaires parmi toutes celles qui sont repérables.

• Les textes ou plus généralement les inscriptions littéraires de toutes sortes (B. Latour) : rapports, livres, articles, brevets, notes, dont il serait excessif de dire qu’ils constituent des biens immatériels, puisque leur inscription et leur circulation supposent des supports (papier, disquettes, bandes magnétiques) qui résistent aux transports et assurent une certaine immutabilité. […]

• Les artefacts techniques (instruments scientifiques, machines, robots, produits de grande consommation…) qui sont des groupements organisés et (relativement) stables d’entités non humaines qui coopèrent en vue de remplir certaines fonctions, de réaliser certains tâches. […]

• Les êtres humains et les compétences (savoirs, savoir-faire,…) qu’ils incorporent […].

• La monnaie,[…], sous ses différentes formes.  »

Callon, M. (1991). Réseaux technico-économiques et irréversibilités. Les figures de l’irréversibilité en économie. R. Boyer, B. Chavanne and O. Godard. Paris, Editions de l’EHESS: 195 230.

qui mange qui ?

Relationships between soil food web, plants, organic matter, and birds and mammals. (Image courtesy of USDA Natural Resources Conservation Service)

“Les modèles de réseaux trophiques sont précieux pour les scientifiques pour décrire les interactions incroyablement complexes entre les espèces qui permettent la circulation des nutriments et de l’énergie. Ils suivent les habitudes de prédation et d’alimentation ainsi que l’utilisation et la transformation de l’énergie. Les espèces du réseau trophique du sol peuvent inclure des algues, des bactéries, des champignons, des protozoaires, des nématodes, des arthropodes, des vers de terre, des animaux plus gros comme les lapins et, bien sûr, des plantes. Ils décrivent non seulement comment les espèces se nourrissent les unes des autres, mais comment les déchets d’une espèce deviennent la nourriture d’une autre. En effet, leur configuration interdépendante similaire à un réseau signifie que la modification ou la suppression d’un élément peut les détruire. Souvent conceptualisés comme des « communautés » du sol alors même qu’ils sont basés sur des relations « trophiques » – qui mange qui – les modèles de réseau trophique mettent l’accent sur un monde vivant en dessous, grouillant de vie et pourtant toujours fragile. […] Si je suis attirée par des mouvements qui voient le sol comme un monde multispécifique, c’est pour la façon dont ils pourraient affecter non seulement la nature du sol lui-même, mais aussi la façon dont les humains entretiennent, réparent et favorisent la vitalité du sol – c’est-à-dire les agences impliquées dans plus que des réseaux humains de soins.[…]

Les illustrations scientifiques du réseau trophique du sol représentent rarement les humains dans le cadre de ce réseau relationnel – par exemple, en tant que producteurs de « déchets organiques » et bénéficiaires de la production végétale. [•••]

Les notions d’humain en tant que membre, voire d’humain en tant que sol , prospèrent cependant en dehors de la science – y compris dans la façon dont les scientifiques parlent du sol (et de la terre) au-delà de leur travail institutionnel « officiel ». Mais dans l’esprit de mettre en scène des faits, des choses scientifiques, comme des questions de soins, il semble être plus fertile de tenter une articulation de différents horizons de pratique et modes de relation au sol à travers leur potentiel à transformer les relations homme-sol.”


Puig De La Bellacasa María, 2020. Soil Times The Pace of Ecological Care,– Collective Care and Response-ability, the Solitude Journal, 1 , 98-107

expérience de plantation d’une mini forêt dense

J’ai connu le campus de Beaulieu et sa pelouse en 1979, comme étudiant, et d’y planter un mini forêt dense de cette manière collective revêtait un caractère historique auquel je me devais de participer, et de capturer en vidéo. Cette journée s’ouvrait magnifiquement avec le soleil et le chant d’un rouge-gorge dans un bosquet tout proche, la joie était donc déjà au rendez-vous.

J’ai ensuite eu l’occasion de rencontrer de nombreuses personnes tout en faisant des images, en buvant un café, à table, ou bien à l’œuvre avec le plantoir et les quelques mètres carrés que j’ai plantés avec des chênes, un cornouiller, une aubépine, un noisetier, un frêne, un prunellier, une bourdaine, et d’autres.

Heureux ainsi de faire connaissance avec Gaëlle avec qui nous partageons une expérience commune de formation sur le campus, avec Andreas qui enseigne les relations au sein des communautés végétales à mes étudiants, avec ma voisine de plantation qui fait profession d’architecte de web, et cet autre voisin avec qui nous échangions par mail sur des problèmes de connexion internet quelques jours auparavant, avec le responsable du service des jardins qui m’a expliqué combien de choses ont changées depuis l’époque où l’animosité régnait entre les chercheurs du campus et les techniciens de son service, avec un professeur d’anglais du SELVA qui évoquait l’occasion de cet évènement pour faire connaissance avec une personne avec laquelle il échange des mails et qu’il n’avait jamais rencontrée, avec Charlotte qui a eu la bonne idée de proposer cette initiative au budget participatif de Rennes 1, et avec Colinne qui a appris à planter des arbres avec l’aide de son papa.

Heureux aussi de retrouver une ancienne étudiante qui travaille aujourd’hui au service des jardins de la Ville de Rennes pour promouvoir la charte de l’arbre, et de croiser les regards et les sourires de toutes ces personnes impliquées dans la préparation, l’organisation et l’animation de ces rencontres avec les arbres en devenir.

Découvrir un arbre aussi fragilement accroché à sa motte, et apprendre les gestes nécessaires à sa prise en terre n’est pas non plus une rencontre anodine. Le préserver des champignons installés dans la paille qui conservait l’humidité du sol fait partie des quelques simples et essentielles notions que j’ai découvertes au cours de cette journée.

Je pense ainsi avoir été un peu transformé par toutes ces rencontres.

messages de quelques planteurs de la mini forêt dense sur le campus de Beaulieu le 28/10/2021

 

 

test du matériel de l’Édulab de Rennes 2

Après une expérience de construction des bâtonnets pour la mesure de l’activité biologique du sol  à la perceuse, voir [https://gaiagraphie.hypotheses.org/1112], c’est avec Tony Vanpoucke du FABLAB/EDULAB/Rennes 2 qu’une nouvelle solution est testée.

2021/09/17 : test de la fabrication de bâtonnets avec la défonceuse laser TROTEC

# 9h57 : un fichier svg du modèle de bâtonnet est ouvert sous CorelDRAW, les paramètres de perçage sont réglés

 

 

 

 

# 9h58 : finalisation des paramètres de perçage avec l’interface Trotec

# 10h01 : positionnement de la tête laser sur la planche de bois, calage de la hauteur ;  10h02 : duplication du patron avec Trotec

# 10h03’45“ : début de la gavure > 10h04’32“: fin de la gravure

Le test de défonçage laser  est très concluant quand à la rapidité d’exécution, sans comparaison avec la perce des trous avec une perceuse ; le dispositif doit aussi prendre en compte la ressource disponible à moindre frais, et après avoir recherché chez les fournisseurs de planches de bois à la bonne épaisseur et comparé les coûts, c’est finalement l’achat d’abaisses langue médicaux (150 x 18 x 1,6 mm) qui sera retenu pour ce protocole. Il faudra simplement concevoir  au préalable un gabarit afin de les positionner sous la graveuse.

protocole d’enquête de l’activité de la faune du sol

C’est en 2021, grâce à deux étudiants du M2 ERPUR de Rennes 1, Xavier de Laubier et Lucie Naveilhan, que j’ai pris conscience du potentiel pédagogique et pragmatique que représente le sol dans le contexte actuel de transition cosmopolitique, c’est à dire de prise en compte de tous les êtres dans la composition du monde. J’ai alors exploré les propositions d’indicateurs de son activité biologique sur le ouaibe, et ai découvert la sollicitation de Sandra Barrantal de participer au test des protocoles mis au point au sein du projet de recherche Bises du réseau PartiCitaE. Mon choix s’est arrêté sur un premier dispositif composé de bâtonnets enfouis dans le sol et dont une série de trous emplis de pâte permet d’avoir une mesure de l’activité de la faune moyenne du sol, une sorte de Bait Lamina low-cost.

Après avoir pris contact avec l’Édulab de Rennes 2 où je pensais trouver un équipement susceptible de m’aider à construire les tests, c’est finalement à l’occasion d’un déplacement dans l’Indre que je suis tombé sur un lot de couverts en bois qui semblaient attendre que je les achète, et il ne me restait plus qu’à y aménager les perces et préparer la pâte pour les transformer en appâts. Cette première expérience me permettra ensuite de découvrir l’incomparable performance des solutions de l’Édulab avec Tony Vanpoucke [https://gaiagraphie.hypotheses.org/1099]

les 10 trous de ø 4mm sont espacés de 10mm à partir de 45mm du sommet du couteau, ce qui en facilite la manipulation et l’écriture

une pâte élastique préparée avec 25g de farine de blé et 25 g de fécule de maïs est étalée dans les orifices

3 séries de 5 bâtonnets-appâts sont installés dans mon jardin le 11 juillet 2021 : – sous le rosier qui reçoit le compost domestique
– sous le noisetier qui reçoit des feuilles mortes
– dans la prairie,

après avoir pris soin d’ouvrir le sol avec un couteau avant d’y installer les appâts, et avoir mis une jalonnette en bambou pour ne pas écraser ceux de la prairie quand je vais pisser la nuit au fond du jardin (par contre le chat lui ne s’est pas gêné d’en écraser en sautant de son mur dans le jardin)

Une photo est prise afin de caractériser l’environnement de chaque site de mesure , ici autour du rosier, il faudra aussi prévoir  la description du site d’implantation : orientation, strates de végétation, travail du sol, arrosage, etc.

Les appâts ont été relevés au bout d’une semaine, le 18/07/21

la mesure de la consommation des appâts est faite selon 3 catégories, 1 pour une consommation totale, 0,5 pour une consommation partielle et 0 pour une absence de consommation de l’appât

la moyenne des résultats est calculée pour chaque profondeur à chaque site de mesure

Manifestement, c’est sous le rosier que l’activité de la faune moyenne du sol est la plus importante en profondeur, les faibles écarts entre la prairie et le noisetier ne permettent pas de les distinguer de ce point de vue.

La récupération des appâts offre la possibilité de faire des images de la faune présente sur les bâtonnets, ici une iule.