une histoire collective

Jardin collectif du Quartier Armorique, présenté par Khady Camara, Sarah Medina, Ulriche Noumahoukou, Ramziath A. Salou, M1 ESS/R2, mars 2023

[…] Fabriquer des mondes n’est pas systématiquement le propre de l’homme. Prenons l’exemple des castors qui modifient le courant des rivières quand ils construisent des barrages, des canaux et des gîtes (Tsing, 2017:58). Cette capacité de réappropriation et de remaniement permet la pérennité des espèces […].

Cette hypothèse [Gaïa] invite l’humain moderne à interroger ses propres manières d’habiter la Terre. […] Ce qui fait naître un intéressement lié au processus de formation de ces êtres vivants, partir à la découverte des individus pérégrinant à nos côtés.

[N]ous avons choisi dans ce cadre d’étudier la pédofaune d’un jardin de notre ville de Rennes grâce à une démarche singulière : l’observation participante. […]

Ce jardin, est un espace botanique situé dans la région de la Bretagne. Il a une histoire riche et intéressante, depuis sa création jusqu’à sa gestion actuelle. Dans cette perspective, il est important de comprendre l’histoire de sa naissance ainsi que son fonctionnement actuel pour apprécier pleinement la beauté et la diversité de ce lieu. Le Jardin Collectif du Quartier Armorique est un jardin potager partagé, un lieu de vie et de convivialité au sein du quartier favorisant la pratique du jardinage. En 2016 la ville de Rennes a aménagé au Nord-Ouest de la ville, près du canal de Saint-Martin, au niveau des écluses, un espace vert au sein du quartier Armorique. Intéressé par ce lieu pour en faire un jardin collectif les habitants ce sont constitués en association afin de valider une collaboration.

Extrait du panneau d’entrée du jardin

Dans la même année, l’association a remporté le prix du projet participatif de Rennes 2017, grâce au projet d’une forêt nourricière ou forêt jardin. Elle consiste à “Favoriser une cohésion sociale autour d’un projet novateur ; Former les habitants du quartier au concept de forêt comestible (création/gestion) ; Sauvegarder le patrimoine : planter des espèces régionales rares ; Créer des activités pédagogiques autour de cet espace : sentier pédagogique avec des panneaux explicatifs et une meilleure connaissance de la diversité des espèces végétales comestibles, ateliers cuisine associés dans notre salle de quartier.”

La règle du “multiple de 4”

Le jardin collectif du Quartier Armorique, comme tout bon jardin partagé, est géré et animé par tous les habitants du quartier, à partir du moment où ils paient les frais d’adhésion qui s’élèvent à 5 euros l’année. Ils sont également ouverts aux passants adhérents de l’association. Ce statut leur confère le privilège de participer aux ateliers de jardinage et de bénéficier des légumes, fruits, plantes aromatiques qui y sont cultivées. Le jardin est ouvert au public uniquement en présence d’un jardinier.

Ici c’est la règle du “multiple de 4” qui est appliquée pour faire vivre le jardin selon l’interview eu avec Yves Kuster. Chaque mois est ponctué par 4 ateliers dont un par semaine, et chaque atelier doit accueillir au minimum 4 personnes pour pouvoir s’occuper des 4 différentes zones de cultures qui composent le jardin.

A l’entrée du jardin, à gauche nous avons une zone qui n’est pas cultivée, mais qui accueille quelques plantations et expériences d’enfants du quartier qui viennent y jouer. A gauche au fond se situe une petite zone de forêt “nourricière”, encore très jeune, qui a vocation à devenir une sorte de petit verger avec divers arbres fruitiers. Au centre, une zone dédiée aux herbes aromatiques, telles que le romarin, le thym, la menthe.

zone des herbes aromatiques

Enfin à droite, le jardin potager divisé en 4 parcelles, chacune accueillant l’une des 4 grandes familles de plantes : les légumes fruits (tomates, concombres), les plantes à feuilles (racines, betteraves, carottes), les herbacées (oignons, échalotes, poireaux) et enfin, les légumineuses (haricots, pois). Le fait d’avoir ces différentes zones permet de pratiquer la culture en “rotation”. Par exemple : les légumes fruits sont les plus demandeuses en nitrate et en azote, tandis que les légumineuses sont très peu demandeuses et nourrissent le sol de ces éléments en poussant. Après chaque cycle, on plante donc les légumineuses dans le sol appauvri par les légumes fruits, et les légumes fruits dans le sol enrichi par les légumineuses, ce qui permet ainsi de pouvoir cultiver les plantes sans avoir à travailler le sol plus que de raison. Yves Kuster précise :

“En fait, le passage de l’azote de l’air en forme de nitrate NO est très compliqué à faire, il y a très peu d’êtres vivants qui sont capables de faire ça. Ces bactéries vivent dans les racines de ces plantes, et ces plantes peuvent donc s’affranchir d’un milieu relativement riche en nitrate; elle n’a pas besoin de nitrate pour pousser.”

Le jardin est alimenté en eau par une citerne qui recueille l’eau de pluie et une pompe reliée au canal juste à proximité.

la citerne qui recueille l’eau de pluie
la pompe d’eau du canal

assurer la fertilité des sols

La grelinette est utilisée pour le potager comme outil de jardin. Elle permet de retourner la terre manuellement sans mélanger les horizons tout en aérant le sol, de protéger et de respecter la terre et les micro-organismes qui y vivent. Mais également d’assurer la fertilité des sols et la santé des jardiniers (le dos) grâce à sa technique d’utilisation. [Poser] vers l’avant les dents droites, enfoncer puis pivoter vers l’arrière, retirer et reculer sans soulever.

La nature ici prend ses droits en cas de maladie des plantes ou des arbres, le jardinage naturel est pratiqué sans désherbant ou engrais chimique (paillis organique ou à défaut il est utilisé de l’engrais vert qui est une légumineuse que l’on fait pousser et destinée à être fauchée pour fournir de la matière organique). Selon Yves Kuster :

“là où il y a beaucoup de matière organique c’est au-dessus. Ce n’est n’est pas en dessous. Donc si on retourne la terre, chose qu’on a fait pendant des siècles, la mauvaise terre qui est en dessous, on va la remettre par dessus ; la bonne terre on va l’enfouir…ça ne sert strictement à rien puisque les plantes sont sur la partie superficielle et non pas en dessous. […]

bacs de compostage

Pour ce qui est de la richesse du sol en matière organique, le principe utilisé consiste à le nourrir. Des bacs de compostage avec l’aide de l’association Vert le jardin , référence du compostage et du compost partagé en Bretagne, bordent le jardin. Des référents composteurs bénévoles qui ont reçu une formation pour conseiller et assister les habitants sont mis à leur disposition. Yves Kuster explique comment produire cette nourriture :

[Le sol] sera grumeleux aussi parce que plus il est riche en bactéries, plus les bactéries qui vont vivre dans les interstices du sol vont se développer et elles ont une particularité ; c’est qu’elles développent une espèce de mucus, une espèce de colle qui va rendre le sol plus grumeleux ; agréger les particules en petites boules et ces petites boules vont être les unes à côté des autres et vont participer à la porosité du sol et donc sa richesse en air et en eau. Et ben, pour la richesse en matière organique, il faut la nourrir. Ce sol il faut le nourrir tout le temps, lui mettre du paillis organique. Et si on a pas de paillis organique, on utilise de l’engrais vert. Un engrais vert, c’est une légumineuse qu’on fait pousser et qui est destinée à être fauchée pour fournir de la matière organique. C’est à dire qu’ elle n’est pas destinée à être mangée, à donner des fruits, elle n’est pas même destinée à faire des fleurs. Avant qu’elle ne fasse des fleurs, dès qu’elle a produit…si c’est la phacélie par exemple, on va la semer en septembre, et on va la faucher en décembre…on va la laisser pourrir sur le sol.”

Gaïa est aussi un roman de science-fiction

Dans le jardin, il est plutôt question de biosphère et d’écosystème, cependant le concept de Gaïa n’est pas une nouveauté pour Yves Kuster :

“Vous connaissez Isaac Asimov, le maître de la science-fiction des années 50. C’est l’un des plus grands. Il a écrit une collection de bouquins qui s’appelle Fondation. C’est lui qui a inventé le space opéra, qui a inventé les Star Wars si on veut, et il a écrit un de ces livres [de la série ] Fondation  c’est Gaïa. Puisqu’en fait il était biochimiste et très intéressé dès les années 50 par tout ce qui était écologie, et le concept de Gaïa est assez vite venu en écologie dans les années 50 donc il l’a réutilisé. La seule différence est que c’est de la science-fiction. Donc pour lui les interactions il les a conscientisé, c’est à dire qu’en gros ces êtres qui vivent sur cette planète ils sont en contact les uns avec les autres, mais ils sont conscient d’être en contact. C’est comme si les arbres leur parlait. En vérité les arbres ne nous parlent pas, mais on communique avec eux pour autant.”

Quand à Yves, le jardin ne lui provoque pas de vibrations particulières, c’est la passion du jardinage qui lui permet de se vider l’esprit et lui apporte ainsi une sensation de bien être.

biblio :

Anna Lowenhaup Tsing, 2017. Le champignon de la fin du monde : sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme. La découverte.

https://quartierarmorique.wixsite.com/quartierarmorique

expérience de plantation d’une mini forêt dense

J’ai connu le campus de Beaulieu et sa pelouse en 1979, comme étudiant, et d’y planter un mini forêt dense de cette manière collective revêtait un caractère historique auquel je me devais de participer, et de capturer en vidéo. Cette journée s’ouvrait magnifiquement avec le soleil et le chant d’un rouge-gorge dans un bosquet tout proche, la joie était donc déjà au rendez-vous.

J’ai ensuite eu l’occasion de rencontrer de nombreuses personnes tout en faisant des images, en buvant un café, à table, ou bien à l’œuvre avec le plantoir et les quelques mètres carrés que j’ai plantés avec des chênes, un cornouiller, une aubépine, un noisetier, un frêne, un prunellier, une bourdaine, et d’autres.

Heureux ainsi de faire connaissance avec Gaëlle avec qui nous partageons une expérience commune de formation sur le campus, avec Andreas qui enseigne les relations au sein des communautés végétales à mes étudiants, avec ma voisine de plantation qui fait profession d’architecte de web, et cet autre voisin avec qui nous échangions par mail sur des problèmes de connexion internet quelques jours auparavant, avec le responsable du service des jardins qui m’a expliqué combien de choses ont changées depuis l’époque où l’animosité régnait entre les chercheurs du campus et les techniciens de son service, avec un professeur d’anglais du SELVA qui évoquait l’occasion de cet évènement pour faire connaissance avec une personne avec laquelle il échange des mails et qu’il n’avait jamais rencontrée, avec Charlotte qui a eu la bonne idée de proposer cette initiative au budget participatif de Rennes 1, et avec Colinne qui a appris à planter des arbres avec l’aide de son papa.

Heureux aussi de retrouver une ancienne étudiante qui travaille aujourd’hui au service des jardins de la Ville de Rennes pour promouvoir la charte de l’arbre, et de croiser les regards et les sourires de toutes ces personnes impliquées dans la préparation, l’organisation et l’animation de ces rencontres avec les arbres en devenir.

Découvrir un arbre aussi fragilement accroché à sa motte, et apprendre les gestes nécessaires à sa prise en terre n’est pas non plus une rencontre anodine. Le préserver des champignons installés dans la paille qui conservait l’humidité du sol fait partie des quelques simples et essentielles notions que j’ai découvertes au cours de cette journée.

Je pense ainsi avoir été un peu transformé par toutes ces rencontres.

messages de quelques planteurs de la mini forêt dense sur le campus de Beaulieu le 28/10/2021

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search