le tissage de Gaïa : premiers pas d’un laboratoire d’ethnographie multi-espèces

une recherche sur les coexistences créatrices avec les sols urbains

L’origine du projet est la volonté de développer l’art de l’attention et la rencontre entre modes d’existences des formes de vie humaines et autres qu’humaines :  les outils d’enquête relèvent d’une hybridation entre l’écologie des sols, la pédagogie, les arts audio-visuels et l’anthropologie. Les conditions favorables à la croissance des qualités humaines et autres qu’humaines sont le point commun de cette recherche action collective, contributive d’une sorte d’humus multi-spécifique fertile des jardins du quartier de Maurepas à Rennes.

le collectif réuni le 22 févier 2024 pour l’émergence de la co-recherche en gaïagraphie

L’atelier de gaïagraphie, lauréat de l’appel à émergence de recherche collaborative TISSAGE, est expérimenté en tant que dispositif de recherche-action, depuis octobre 2022, dans le cadre de l’UE Gestion de projet en environnement au sein du Master 2 ERPUR (Stratégies de développement durable et périurbanisation) à l’Université de Rennes, qui forme des écologues aux sciences humaines et sociales dans une perspective professionnalisante. En parallèle de cette phase expérimentale, l’atelier est également mis en place depuis janvier 2023 au sein du M1 Économie sociale et solidaire (ESS) de l’Université Rennes 2, dont la finalité est de former des professionnels des entreprises qui poursuivent un but d’utilité sociale ou d’intérêt général au service du développement local.

Le terme de gaïagraphie est une manière de porter attention à la multitude d’êtres qui se déploie sur la mince couche de la terre où se manifeste la vie, et est inspiré du travail de Bruno Latour au sujet de Gaïa.

L’objectif principal de l’atelier est de mettre les étudiantes en situation de recherche-action en collaborant avec les jardiniers,  afin de leur permettre de s’exercer à l’art de l’attention aux êtres vivants humains et autres qu’humains, à la curiosité pour les rencontres,  et de tenir un carnet de terrain avec la perspective de rendre compte de ces expériences. Nous reprenons à notre compte la proposition suivante inspirée du travail de l’anthropologue Tim Ingold : “L’éducation est une participation à la vie des autres. Elle suppose, à cet égard, une mise en commun des expériences. Pour ce faire, chacun doit, en permanence, ajuster son expérience à celle des autres. Pour éduquer, il faut donc s’ouvrir, s’exposer. Il faut « prêter attention », au double sens d’être à l’écoute, mais aussi de prendre soin.”

Une machination sensible : le relatoptique de terrain, pour aller à la rencontre des bestioles, et les nommer sans les flinguer

Ce projet de recherche-action contributive est centré principalement sur le quartier de Maurepas : l’association La Loupiote y anime le jardin du Chat l’Heureux, et anime aussi le jardin Miss’Terre de la ferme de la Héronnière ; les associations Un Cabinet photographiques et Graines de rires, le Jardin du bonheur, le jardin des dahlias du Collectif Dignité cimetière, sont basés à Maurepas. Mais les territoires de dépendance et d’échanges de savoirs profanes et scientifiques nous déplacent aussi dans le Maghreb, l’Océan indien, d’où proviennent certaines plantes cultivées au jardin Miss’Terre, à la Station biologique de Paimpont et son Observatoire participatif des vers de terre, et à l’Université de Montpellier qui propose des protocoles participatifs de découverte de la faune du sol [https://www.qubs.fr/].

Le sol de ces jardins est relié au problème du changement climatique au travers de la porosité élaborée par la faune qui s’y déploie et permet d’y retenir l’eau, ainsi qu’au travers du carbone qui y est stocké par l’activité végétale qui, avec l’énergie solaire, transforme le CO2 atmosphérique en fleurs, légumes, plantes médicinales, aromatiques et tinctoriales.

le test bêche participatif de l’Observatoire participatif des vers de terre du campus de Paimpont est mis en œuvre avec les jardiniers de la parcelle des dahlias du collectif Dignité cimetière et avec les étudiantes du M2 ERPUR au Jardin du bonheur à Maurepas © Éric Collias 20240305

quand nature et bitume se rencontrent : le cas des jardins familiaux du Breil

CARNET DE BORD EN GAÏAGRAPHIE

Etudiant.e.s en Master 1 ESS (économie sociale et solidaire), à l’université Rennes 2, nous avons, dans le cadre du cours de gaïagraphie, pu découvrir l’étude du sol. Ainsi, nous sommes allés à la rencontre d’un jardin situé non loin de l’université.

Un jardin historiquement ouvrier
Situé à proximité d’une rocade et à moins de cinq minutes du quartier de Villejean (Rennes), les jardins familiaux du Breil sont un coin de paradis pour les mordus de potagers.

Crée dans les années 2000, le jardin comptabilise 83 parcelles individuelles allant de 50 à 200 m2 et sont mises à disposition pour les habitants. Toutefois, si l’envie vous prend d’en faire la demande, n’attendez pas car la liste d’attente est assez longue.

“Le partage s’est fait naturellement”

Il y a deux types de parcelles différentes : les “anciennes” et les “nouvelles”. Les anciennes parcelles sont séparées par des haies et sont individuelles. Chaque jardinièr.e a son collecteur d’eau , son cabanon et collecteur de compost sur sa parcelle. Les nouveaux terrains datent de 2014. Les parcelles ne sont séparées que par du fil de fer. Les cabanons sont à l’extérieur de la parcelle collective et il y a des collecteurs d’eau pour tout le monde.Autrement, il y a une ruche, des tables pour partager des moments conviviaux et un peu de terrain non utilisé, avec des coins d’herbes, des arbres… qui sont entretenus par la mairie. “Les relations sont bonnes avec les agents de la mairie, nous avons une bonne entente” nous a confié Jean-Pierre, référent du jardin. Dans ce petit hameau de paix, vous serez accueilli à bras ouverts par Jean-Pierre ou bien l’un des nombreux jardiniers. Ici la solidarité et l’entraide sont matières courantes.

Des méthodes raisonnées
Dans les anciens jardins ouvriers, pas de pesticides ! On pratique l’agriculture raisonnée, voir bio. De temps à autre, on s’autorise un coup de bouillie bordelaise, mais c’est tout. Chacun sa méthode ! Certains labourent le sol avec une grelinette, d’autres avec des outils plus anciens, d’autres ne le font pas du tout, bref… Tout est possible aux jardins !

Collectivement, les jardinièr.e.s achètent du fumier de vache tout les deux ans auprès d’un agriculteur. De la paille est aussi achetée en collectif. “Idéalement, il faut mélanger la paille au fumier durant le mois de novembre“, affirme Jean-Pierre, le référent du jardin. Ça permet de mettre des vers en plus dans la terre En tout cas, les jardinièr.e.s doivent obéir à une règle d’or : ne pas brûler leurs déchets verts. Déjà parce que c’est illégal et, qu’en plus, ça pollue.
Auparavant, le jardin avait un espace de compost en commun. Suite à des dépôts de déchets plastiques récurrents, l’espace a été fermé.

 

Une biodiversité variée
Les parcelles bio sont encouragées, mais rien n’est obligé. Chaque personne du jardin fait comme elle veut.
En tout cas, elles ont des bacs de récupération d’eau de pluie à disposition. Autrement, il y a des robinets avec un accès à l’eau de la ville, mais dont l’accès est conditionné.
Dans les parcelles, tout pousse ! Certains font pousser des légumineuses comme des petits pois, haricots… Autrement, on y voit des carottes, betteraves, choux…

Le jardin rencontre néanmoins quelques problèmes avec les occupants des parcelles car en période de restriction durant la période estivale certains arrosent de manière excessive, ce qui n’entre pas en adéquation avec les valeurs des membres de l’association.

Collecteurs d’eau sur les nouvelles parcelles

Des expérimentations concluantes ?
Un jardin est un environnement plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Différentes espèces y évoluent et leurs activités viennent s’additionner et s’enchevêtrer pour faire évoluer ces espaces, que leurs interactions rendent uniques.Nous avons au cours de nos allées et venues pu rencontrer plusieurs de ces espèces, humaine et non humaines, ce qui nous a permit de comprendre l’influence de leurs actions sur les lieux. Les jardiniers tout d’abord, qui nous ont fait part de leurs techniques de travail. Les différentes espèces végétales ensuite, plantées ici et là en fonction de leurs spécificités. Espèces animales enfin, habitantes mais aussi visiteuses de ces espaces, dont la présence, comme celle de certaines espèces végétales, entre parfois en conflit avec les humains exploitant les lieux.

Toutes ces espèces nous sont visibles, car évoluant dans le même environnement que nous, à savoir la surface de la Terre, mais nous avons également pu en savoir plus sur d’autres espèces, évoluant à l’abri des regards mais dont l’existence soutient celle de toutes les autres : les habitants du sol.

Afin de partir à leur rencontre nous avons dû les attirer à nous. Pour cela nous avons placé de la nourriture au sein de petits bâtonnets en bois, que nous avons planté dans différents endroits du jardin partagé. Ces lieux n’étaient pas choisis au hasard, car comme nous l’avons dit, les actions des habitants des jardins ont des influences sur l’architecture de celui-ci.

Plus précisément, nous avons supposé que la manière dont les humains modifiaient l’espace, en fonction du rôle qu’ils lui attribuait, avaient des conséquences sur le sol et donc la vie des animaux qui y vivent. Plusieurs biotopes s’offraient à nous : les jardins cultivés depuis plusieurs années, ceux récemment crées, et enfin les zones “non touchées” qui, bien que crée et entretenues par l’Homme, ne subissent par les effets de la mise en culture.

Plan des jardins familiaux du Breil avec les endroits où les bâtonnets ont été plantés (points rouges).

Plusieurs bâtonnets ont été disposé dans ces trois zones et laissés en terre pendant plusieurs jours, afin de laisser le temps aux habitants du sol de trouver ces éléments étrangers. Nous les avons ensuite récolté, ainsi que des échantillons du sol dans lequel ils étaient plantés, puis étudiés en suivant des protocoles adaptés.

Entre observations et ressentis
Le premier protocole consistait simplement à planter des bâtonnets troués. Les trous étaient comblés avec une pâte composée de farine, de maïzena et d’eau. Nous avons planté 15 bâtonnets, à trois endroits des jardins : dans une nouvelle parcelle, une ancienne parcelle, et un bout de terrain proche de l’ancien site de compost.

Ces derniers n’ont pas été mangé de la même manière en fonction des endroits où nous les avions disposé, témoignant d’une présence inégale des habitants du sol dans le jardin

L’observation des bâtonnets nous a amenés à la conclusion suivante : il y a plus de biodiversité dans la terre des anciennes parcelles que les nouvelles ou les espaces encore inexploités.

Nous avons eu confirmation par Jean- Pierre que les nouvelles parcelles (qui existent depuis 2014) sont composées d’argile, de terre des différents chantiers autour de la métropole rennaise.

Finalement, ce sont 2,5 % des bâtonnets dans la nouvelle qui ont été consommés. Dans le bout à côté du site de compost, le chiffre monte à 25 %. Quant à l’ancienne parcelle, les trous ont été mangés à hauteur de 70 %.

De cette expérience, nous pouvons conclure que l’ancienne parcelle était plus riche en biodiversité que les deux autres site de plantation.

Bâtonnet issu d’une ancienne parcelle

Le second protocole nous a amené à étudié la consistance du sol en plongeant nos différents échantillons dans l’eau. En faisant cela nous avons pu observer que certains échantillons se dégradaient plus facilement que d’autres, signe d’un sol moins consistant, comme vous pouvez l’observer sur la photo ci-dessous.

Témoignant d’un sol plus friable, ces échantillons sont aussi ceux desquels nous avons ressorti les bâtonnets les moins mangés. Ces échantillons provenaient des nouvelles parcelle et à plus faible mesure des parcelles cultivés. Les lieux non cultivés étaient ceux où les bâtonnets avaient été le plus mangé, et là où la terre se décomposait le moins au contact de l’eau.

Tout laisse donc à penser que l’action de l’Homme empiète et modifie profondément les zones où les non humains vivent. Le travail du sol et le fait de replanter à chaque année détruisent les sols, et empêche les racines de se former ce qui le rend plus fragile, et détruit l’habitat des animaux qui y vivent.

Au sein de ces jardins, l’Homme habite et aménage l’espace à sa manière, ne laissant aucune place pour les autres vivants, sauf si ces derniers entre dans les plans des jardiniers. D’autres rapports au jardin et à la production de nourriture existent cependant, tel les jardin-forêt, où l’écosystème, bien que destiné à produire, héberge une réelle coexistence entre les êtres.

ÉMILE DESROSES, GRÉGOIRE GROSSI ET PAULINE CHÂTELAIS

une histoire collective

Jardin collectif du Quartier Armorique, présenté par Khady Camara, Sarah Medina, Ulriche Noumahoukou, Ramziath A. Salou, M1 ESS/R2, mars 2023

[…] Fabriquer des mondes n’est pas systématiquement le propre de l’homme. Prenons l’exemple des castors qui modifient le courant des rivières quand ils construisent des barrages, des canaux et des gîtes (Tsing, 2017:58). Cette capacité de réappropriation et de remaniement permet la pérennité des espèces […].

Cette hypothèse [Gaïa] invite l’humain moderne à interroger ses propres manières d’habiter la Terre. […] Ce qui fait naître un intéressement lié au processus de formation de ces êtres vivants, partir à la découverte des individus pérégrinant à nos côtés.

[N]ous avons choisi dans ce cadre d’étudier la pédofaune d’un jardin de notre ville de Rennes grâce à une démarche singulière : l’observation participante. […]

Ce jardin, est un espace botanique situé dans la région de la Bretagne. Il a une histoire riche et intéressante, depuis sa création jusqu’à sa gestion actuelle. Dans cette perspective, il est important de comprendre l’histoire de sa naissance ainsi que son fonctionnement actuel pour apprécier pleinement la beauté et la diversité de ce lieu. Le Jardin Collectif du Quartier Armorique est un jardin potager partagé, un lieu de vie et de convivialité au sein du quartier favorisant la pratique du jardinage. En 2016 la ville de Rennes a aménagé au Nord-Ouest de la ville, près du canal de Saint-Martin, au niveau des écluses, un espace vert au sein du quartier Armorique. Intéressé par ce lieu pour en faire un jardin collectif les habitants ce sont constitués en association afin de valider une collaboration.

Extrait du panneau d’entrée du jardin

Dans la même année, l’association a remporté le prix du projet participatif de Rennes 2017, grâce au projet d’une forêt nourricière ou forêt jardin. Elle consiste à “Favoriser une cohésion sociale autour d’un projet novateur ; Former les habitants du quartier au concept de forêt comestible (création/gestion) ; Sauvegarder le patrimoine : planter des espèces régionales rares ; Créer des activités pédagogiques autour de cet espace : sentier pédagogique avec des panneaux explicatifs et une meilleure connaissance de la diversité des espèces végétales comestibles, ateliers cuisine associés dans notre salle de quartier.”

La règle du “multiple de 4”

Le jardin collectif du Quartier Armorique, comme tout bon jardin partagé, est géré et animé par tous les habitants du quartier, à partir du moment où ils paient les frais d’adhésion qui s’élèvent à 5 euros l’année. Ils sont également ouverts aux passants adhérents de l’association. Ce statut leur confère le privilège de participer aux ateliers de jardinage et de bénéficier des légumes, fruits, plantes aromatiques qui y sont cultivées. Le jardin est ouvert au public uniquement en présence d’un jardinier.

Ici c’est la règle du “multiple de 4” qui est appliquée pour faire vivre le jardin selon l’interview eu avec Yves Kuster. Chaque mois est ponctué par 4 ateliers dont un par semaine, et chaque atelier doit accueillir au minimum 4 personnes pour pouvoir s’occuper des 4 différentes zones de cultures qui composent le jardin.

A l’entrée du jardin, à gauche nous avons une zone qui n’est pas cultivée, mais qui accueille quelques plantations et expériences d’enfants du quartier qui viennent y jouer. A gauche au fond se situe une petite zone de forêt “nourricière”, encore très jeune, qui a vocation à devenir une sorte de petit verger avec divers arbres fruitiers. Au centre, une zone dédiée aux herbes aromatiques, telles que le romarin, le thym, la menthe.

zone des herbes aromatiques

Enfin à droite, le jardin potager divisé en 4 parcelles, chacune accueillant l’une des 4 grandes familles de plantes : les légumes fruits (tomates, concombres), les plantes à feuilles (racines, betteraves, carottes), les herbacées (oignons, échalotes, poireaux) et enfin, les légumineuses (haricots, pois). Le fait d’avoir ces différentes zones permet de pratiquer la culture en “rotation”. Par exemple : les légumes fruits sont les plus demandeuses en nitrate et en azote, tandis que les légumineuses sont très peu demandeuses et nourrissent le sol de ces éléments en poussant. Après chaque cycle, on plante donc les légumineuses dans le sol appauvri par les légumes fruits, et les légumes fruits dans le sol enrichi par les légumineuses, ce qui permet ainsi de pouvoir cultiver les plantes sans avoir à travailler le sol plus que de raison. Yves Kuster précise :

“En fait, le passage de l’azote de l’air en forme de nitrate NO est très compliqué à faire, il y a très peu d’êtres vivants qui sont capables de faire ça. Ces bactéries vivent dans les racines de ces plantes, et ces plantes peuvent donc s’affranchir d’un milieu relativement riche en nitrate; elle n’a pas besoin de nitrate pour pousser.”

Le jardin est alimenté en eau par une citerne qui recueille l’eau de pluie et une pompe reliée au canal juste à proximité.

la citerne qui recueille l’eau de pluie
la pompe d’eau du canal

assurer la fertilité des sols

La grelinette est utilisée pour le potager comme outil de jardin. Elle permet de retourner la terre manuellement sans mélanger les horizons tout en aérant le sol, de protéger et de respecter la terre et les micro-organismes qui y vivent. Mais également d’assurer la fertilité des sols et la santé des jardiniers (le dos) grâce à sa technique d’utilisation. [Poser] vers l’avant les dents droites, enfoncer puis pivoter vers l’arrière, retirer et reculer sans soulever.

La nature ici prend ses droits en cas de maladie des plantes ou des arbres, le jardinage naturel est pratiqué sans désherbant ou engrais chimique (paillis organique ou à défaut il est utilisé de l’engrais vert qui est une légumineuse que l’on fait pousser et destinée à être fauchée pour fournir de la matière organique). Selon Yves Kuster :

“là où il y a beaucoup de matière organique c’est au-dessus. Ce n’est n’est pas en dessous. Donc si on retourne la terre, chose qu’on a fait pendant des siècles, la mauvaise terre qui est en dessous, on va la remettre par dessus ; la bonne terre on va l’enfouir…ça ne sert strictement à rien puisque les plantes sont sur la partie superficielle et non pas en dessous. […]

bacs de compostage

Pour ce qui est de la richesse du sol en matière organique, le principe utilisé consiste à le nourrir. Des bacs de compostage avec l’aide de l’association Vert le jardin , référence du compostage et du compost partagé en Bretagne, bordent le jardin. Des référents composteurs bénévoles qui ont reçu une formation pour conseiller et assister les habitants sont mis à leur disposition. Yves Kuster explique comment produire cette nourriture :

[Le sol] sera grumeleux aussi parce que plus il est riche en bactéries, plus les bactéries qui vont vivre dans les interstices du sol vont se développer et elles ont une particularité ; c’est qu’elles développent une espèce de mucus, une espèce de colle qui va rendre le sol plus grumeleux ; agréger les particules en petites boules et ces petites boules vont être les unes à côté des autres et vont participer à la porosité du sol et donc sa richesse en air et en eau. Et ben, pour la richesse en matière organique, il faut la nourrir. Ce sol il faut le nourrir tout le temps, lui mettre du paillis organique. Et si on a pas de paillis organique, on utilise de l’engrais vert. Un engrais vert, c’est une légumineuse qu’on fait pousser et qui est destinée à être fauchée pour fournir de la matière organique. C’est à dire qu’ elle n’est pas destinée à être mangée, à donner des fruits, elle n’est pas même destinée à faire des fleurs. Avant qu’elle ne fasse des fleurs, dès qu’elle a produit…si c’est la phacélie par exemple, on va la semer en septembre, et on va la faucher en décembre…on va la laisser pourrir sur le sol.”

Gaïa est aussi un roman de science-fiction

Dans le jardin, il est plutôt question de biosphère et d’écosystème, cependant le concept de Gaïa n’est pas une nouveauté pour Yves Kuster :

“Vous connaissez Isaac Asimov, le maître de la science-fiction des années 50. C’est l’un des plus grands. Il a écrit une collection de bouquins qui s’appelle Fondation. C’est lui qui a inventé le space opéra, qui a inventé les Star Wars si on veut, et il a écrit un de ces livres [de la série ] Fondation  c’est Gaïa. Puisqu’en fait il était biochimiste et très intéressé dès les années 50 par tout ce qui était écologie, et le concept de Gaïa est assez vite venu en écologie dans les années 50 donc il l’a réutilisé. La seule différence est que c’est de la science-fiction. Donc pour lui les interactions il les a conscientisé, c’est à dire qu’en gros ces êtres qui vivent sur cette planète ils sont en contact les uns avec les autres, mais ils sont conscient d’être en contact. C’est comme si les arbres leur parlait. En vérité les arbres ne nous parlent pas, mais on communique avec eux pour autant.”

Quand à Yves, le jardin ne lui provoque pas de vibrations particulières, c’est la passion du jardinage qui lui permet de se vider l’esprit et lui apporte ainsi une sensation de bien être.

biblio :

Anna Lowenhaup Tsing, 2017. Le champignon de la fin du monde : sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme. La découverte.

https://quartierarmorique.wixsite.com/quartierarmorique

va prendre tes leçons dans la nature

Compte rendu de notre observation participante au Jardin des Mille Pas, Master 1 ESS – 2022/2023, Daniela Franco, Énora Jousset, Anaïs Miotto et Audrey Salmon

Le 17 Février 2023 nous nous sommes rendus au Jardin des Mille Pas de Rennes, au Chemin Robert Boron. Nous avons pu découvrir ces trois hectares de potager en compagnie de Amadis, un des maraîchers de l’association. Nous avons pris le temps lors de cette première visite d’échanger, d’apprendre sur l’agro-écologie et le métier de maraîcher. Puis, nous avons pu présenter notre projet et diverses expériences que nous souhaitions entreprendre au sein du jardin afin d’observer la vie organique et biologique du Jardin des Mille Pas que nous présenterons en détails plus tard avec leurs résultats.

Le jardin des Mille Pas

Nos visites du jardin furent aussi l’occasion de se créer une première approche du jardin associatif dans un premier temps avec l’apprentissage, tiré de Amadis sur le jardin : ses techniques, ses spécificités, ses conseils sur nos expériences mais aussi l’agro-écologie de façon générale. Et dans un deuxième temps par notre ressenti sur le jardin qui nous est apparu comme un lieu de solidarité, d’entraide et de vie ; sentiment qui pouvait être écorné par la pollution sonore que le jardin subit dû à sa proximité avec la station d’épuration.

”Un lieu d’échange, de pratique et d’apprentissage pour retrouver le lien avec la terre et son alimentation.”

L’enseignement de gaïagraphie a été une découverte à tous niveaux, une visite guidée du monde de “ l’invisible”, une prise de conscience, une entité, une parenthèse de liberté. La gaïagraphie, c’est avant tout l’étude de la Terre, de ce qui la compose : la faune et la flore.

L’ensemble est porté par des valeurs de tolérance, d’harmonie et de respect de la différence. De ce fait, nous sommes parties à la découverte du Jardin des Mille Pas, afin d’assimiler la théorie à la pratique du terrain.

Nous allons plonger dans le quotidien d’Amadis.

Amadis est un jeune homme qui a réalisé des études en science-agronomie et qui s’est ensuite tourné vers l’agriculture. Il est aujourd’hui un des salariés du jardin des mille pas et s’occupe activement à développer le jardin par le biais de plantations diverses et variées ( avec des graines non hybridées, le plus souvent).

les enquêtrices du Mille Pas en 2023 : Daniela Franco, Énora Jousset, Anaïs Miotto et Audrey Salmon

Le Jardin des Mille Pas a été créé en 2014 dans la zone humide et le maillage bocager de La Prévalaye. Ce jardin s’étend sur plus de trois hectares à de multiples objets puisque même si, en premier lieu, il est un jardin pédagogique, il a aussi des activités vivrières en agroécologie. Ces trois hectares ne sont pas utilisés que pour leurs cultures et activités pédagogiques puisqu’une partie est mise à disposition des Rennes du Compost. Ce partage du terrain bénéficie aux deux associations puisque l’une peut ainsi exercer son activité de récupération et revente de compostage et l’autre profite d’un complément de compostage si besoin.

“ Va prendre tes leçons dans la nature” (Léonard de Vinci )

Le jardin associatif a pour volonté de proposer des solutions concrètes aux citoyens du territoire rennais, Le Jardin des Mille Pas construit son projet autour de deux grands piliers :

–  la promotion de cette production agroécologique de proximité ;

–  l’accompagnement à la transition via leur outil éducatif de formation au jardinage et à la préservation de la biodiversité.

Un jardin de production d’agriculture labellisé biologique mais avant tout un lieu d’animation qui se donne pour missions :

–  la réappropriation de son alimentation et de sa santé par les plantes : activité autour des plantes médicinales ;

–  La promotion de l’agriculture paysanne et des pratiques agroécologiques : ventes de produits maraîchers et formation aux méthodes agricoles (permaculture, paillage, …) ;

–  Favoriser les liens entre ville et campagne : activité hors du centre de Rennes ;

–  Laisser vivre la biodiversité sans valeur utilitaire : formation sur la biodiversité et accompagnement aux projets de jardins nourricier.

Les activités sont nombreuses et permettent d’aller de la découverte à la formation des techniques agroécologiques. Sur l’axe pédagogique, Jardin des Mille Pas est très diversifié et avancé puisqu’ils forment pour tout âges : loisirs, particuliers aux entreprises. Et ils forment à des activités agricoles plus marginales telles que les formations aux plantes médicinales.

En plus, d’être un ”Un lieu d’échange, de pratique et d’apprentissage pour retrouver le lien avec la terre et son alimentation”, c’est aussi un jardin labellisé bio géré par une équipe de salariés et de bénévoles dont on a pu rencontrer une partie. En promouvant ce type d’agriculture, même si leur activité de maraîchage ne subvient pas à leur besoin, ils réussissent à faire consommer autrement une partie des Rennais. En effet, Les Mille Pas fournissent en légumes une partie de la population rennaise via des paniers, une épicerie du centre de Rennes, quelques restaurants. et en direct. Il y a deux types de clientèle : ceux qui achètent les plans et ceux qui achètent les récoltes. Nous pourrions penser que le restaurant La Basse Cour profite de ces récoltes, pour autant la collaboration entre les deux entités restent expérimentale, en raison d’un chef cuisinier qui a déjà ses fournisseurs. Mais cette relation encore naissante devrait à l’avenir être plus importante en raison de leur projet de coopérative/SCOP entre Le Jardin des Mille Pas et du restaurant de la Basse Cour.

le fumier de bovins est froid

Le Jardin des Mille Pas n’utilise pas de produits phytosanitaires, mais des techniques ancestrales pour préserver l’écosystème, tout en produisant. Amadis utilise du fumier mais uniquement celui de vache. Il provient des fermes aux alentours . Le fumier de bovins est dit “froid”, car sa dégradation est très lente. Ce fumier est particulièrement bien adapté aux sols calcaires et siliceux.

Cette technique d’épandage consiste à mettre de “l’or dans le jardin”. Le fumier est composé d’éléments pailleux, et de déjection/ urine animal, ici on parle de bouses de vache. Le fumier est un amendement et non un engrais. En effet, le rôle de l’engrais est d’agir directement pour être assimilé par la plante, alors que l’amendement permet bien plus. En ce sens, l’amendement permet d’améliorer le sol en amenant des éléments chimiques naturels dans le sol pour nourrir après les plantes. La matière fécale est riche en azote, ainsi les bouses des bovins, grands herbivores, vont apporter beaucoup d’humus au sol. Pour conclure sur cette technique, l’épandage va permettre de fertiliser le sol, d’améliorer la qualité et le rendement des récoltes, grâce à de meilleurs échanges cationiques des sols et agent de chélation, grâce à une meilleur fixation biologique N2 et grâce à une nutrition azotée.

les techniques d’Amadis

le paillage de foin d’Amadis

La technique du paillage ou “mulch”, terme qui provient de l’Allemagne est qui signifie mou ou en décomposition. Ce qui peut paraître surprenant quand l’on sait que cette technique a pourtant été inventée en Chine vers 500 av-JC. Aujourd’hui, le paillage s’émancipe fortement grâce à la permaculture. Le paillage permet de limiter la prolifération des plantes spontanées et favorise la vie du sol. On utilise le paillage en été pour maintenir l’humidité des sols en diminuant l’évaporation de l’eau.

En revanche, en hiver ce procédé agit comme un manteau, en gardant la chaleur pour empêcher aux racines de geler. Plus encore, Amadis utilise du foin plutôt que de la paille, car celui-ci est plus riche et plus fin. D’ailleurs, en se décomposant le foin va déposer de l’humus et des micronutriments dans le sol. Ainsi, la technique du paillage va permettre de nourrir le sol en le rendant fertile et décompacté.

le bâchage

bâchage à occultation d’Amadis

Tout d’abord, il existe deux types de bâches : à occultation et à solarisation. La technique de solarisation est utilisée principalement en été, pour éliminer les mauvaises herbes par la chaleur. En revanche l’occultation s’est le fait de les éliminer par l’absence de lumière.

C’est d’ailleurs cette technique de maraîchage par l’occultation, qu’utilise Le Jardin des Mille Pas. Cette technique a été popularisé en 2012 par Jean Martin Fortier, un agriculteur spécialisé dans les pratiques d’agriculture biologique, dans son livre “Le jardinier maraîcher”. L’occultation consiste à mettre une bâche sur une surface pour empêcher les mauvaises herbes de proliférer. En effet, la bâche noire va créer un écosystème humide et chaud propice à la pousse des mauvaises herbes, qui vont par la suite mourir faute de pouvoir réaliser la photosynthèse. L’avantage à l’utilisation de cette technique est double, puisqu’elle permet de désherber sans trop d’effort, en plus de nourrir les vers de terre et autres vivants. Plus encore, la bâche va créer un obstacle physique réel, ce qui va permettre de protéger les vers de terre et autres espèces des prédateurs ! De ce fait, on va avoir une activité microbienne accélérée qui va être riche en composte et minéralisée par les vers de terre.

Amadis a également eu recours à l’utilisation d’une serre pour faire pousser des plantes fragiles à l’exemple de plantes médicinales et de jeunes semences en pot.

Enfin, pour irriguer sa culture, le jardin des mille pas utilise la technique de récupération de l’eau de pluie à l’aide de barils et complète son approvisionnement à partir de l’eau qui provient directement de leur puits.

Ce que l’on peut retirer de nos expériences et de notre apprentissage avec le Jardin des Mille Pas

Le niveau de pH du sol :

L’analyse de pH du sol a été non concluante dans notre cas, nous supposons une altération du papier pH utilisé. Par ailleurs, le jardin fait des analyses de son sol régulièrement dont une analyse du pH ce qui leur permet d’adapter ainsi leurs cultures et aussi leurs techniques en fonction de la qualité du sol.

La stabilité du sol :

Suites aux conseils du maraîcher de l’association, nous avons analysé la stabilité du sol de deux façons :

–  Le slake test (conseillé par notre enseignant) avec une passoire que l’on remue dans l’eau pour observer la désagrégation de la terre prélevée. Technique qui se fait par cinq cycles avec une observation sous 5 secondes puis 30 puis 5 minutes.

–  Le test de l’agrégat du sol par dépôt de cette agrégat dans un récipient rempli d’eau que l’on laisse sans toucher pendant 2 à 3 jours puis on observe sa désagrégation sans toucher puis en remuant l’agrégat de sol.

Les deux techniques nous amènent à des résultats similaires avec une stabilité de classe 4, soit 10 à 25% de sol restant sur la passoire après les 5 cycles.

La vie organique observée :

Cette dernière analyse a été réalisée grâce à un outil développé par notre enseignant, Monsieur Éric Collias. L’outil étant assez simple, il s’agit de bâtons plat avec huit trous percés pouvant être fabriqués seul ou dans notre cas par le FabLab de Rennes 2. Ensuite la procédure est elle aussi accessible à tous, elle consiste à fixer un appât (mélange d’eau et de farine) dans chaque trou et de planter cinq bâtons, pour une zone, de manière assez proche.

Dans le cadre de notre expérience nous avons étudié trois zones, afin d’avoir une analyse approfondie et pouvoir différencier l’activité selon les zones. Encore une fois, nous avons suivi les conseils de Amadis dans le choix de nos zones d’analyse : Zone bâchée, Zone paillé, Zone de prairie/humide.

Nous avons choisi deux zones de potager mais avec des techniques différentes, en effet, selon Amadis il pouvait être intéressant de voir les apports sur la vie du sol que chacune des techniques pouvant avoir des objectifs similaires. Puis la prairie zone humide sert de témoin dans notre analyse puisqu’elle représente le sol non travaillé par l’homme.

Synthèse des consommations par site

Nous avons récupéré les bâtons après 7 jours mais en raison de résultat trop faible nous avons décidé d’attendre une semaine supplémentaire permettant ainsi une comparaison sur la consommation moyenne par zone entre J+7 et J+14 mais aussi une comparaison entre zones d’analyses. Comme nous pouvons le voir avec notre diagramme nous avons décidé de faire une analyse par zone et moins en fonction des numéros de trou consommé puisque les bâtons permettent seulement d’étudier les 15 premiers centimètres sous la surface du sol. En effet, la zone étudiée grâce aux bâtons est le sol arabe qui est censé être la ou l’essentiel du vivant organique se passe pour autant lors de nos analyses on observe que zone “prairie/humide” comporte très peu d’activité. Au contraire, les deux autres zones, étant des zones travaillées par l’homme, ont une activité organique bien plus forte notamment la zone bâchée. Ce résultat en zone bâchée n’est pas étonnant puisque cette technique regroupe toutes les conditions favorables à la vie organique (chaud, humide et à l’abri des prédateurs). Les résultats légèrement plus faibles en zone de paillage peuvent s’expliquer par le fait que le sol est protégé du gel mais reste malgré tout plus froid que sous une bâche.

Nous pouvons ajouter que la technique de bâchage est réellement détentrice d’une meilleure qualité de sol. En effet, plus il y a une activité biologique élevée, plus nous pouvons supposer une bonne qualité des sols. De même, une activité biologique de la faune saprophage élevée révèle une très bonne fertilité biologique. La faune saprophage étant détritivore, elle participe à l’équilibre de tout un réseau trophique. Ensuite, ce qui apporte aux végétaux les éléments nécessaires à leur croissance optimale, qu’ils seront venir piocher grâce à son système racinaire.

Une expérience à poursuivre

Nous pouvons déjà observer des premiers résultats à la suite de cette première expérience à la gaïagraphie au Jardin des Mille Pas. En revanche, nous ne pouvons pas encore donner de réelles conclusions/réponses à nos découvertes. Nous pensons qu’il y a un besoin de réitérer l’expérience au cours du temps et des diverses promotions. Dans un premier temps, réitéré pour faire découvrir cette discipline unique qu’est la gaïagraphie aux futurs étudiants et leur permettre de développer leur connaissance. Dans un second temps, refaire cette expérience au Jardin des Mille Pas pourrait permettre d’avoir un suivi dans le temps et de compléter de manière plus approfondie notre première expérience et ainsi créer un cahier de recherche pour les différents jardins étudiés par le M1 ESS de Rennes 2.

Nous tenions aussi à remercier le Jardin des Mille Pas et notamment Amadis pour sa disponibilité , sa transmission de connaissances et ses conseils tout au long de notre dossier de recherche sur le Jardin des Mille Pas. Nous voulions aussi remercier notre enseignant Éric Collias, pour son temps et ses conseils sur notre dossier mais surtout pour nous avoir permis de découvrir cette nouvelle discipline qu’est la gaïagraphie.

être saisi et devenir témoin pour saisir

«Dans l’usage ethnographique, la définition de [l’ethos par] Clifford Geertz1 est une bonne référence : “L’ethos d’un peuple est le ton, le caractère et la qualité de sa vie, son style et son humeur moraux et esthétiques ; c’est l’attitude sous-jacente envers lui-même et son monde que la vie reflète”.  Notre point de départ par rapport à l’ethnographie standard est la reconnaissance que les humains ne sont pas les seuls à être connus par leur ethos.[…]

La vie reprend après l’incendie à Lann Ster – Plouhinec (56) 2005 03 17 © Éric Collias

[L]es éthographies ne visent pas à produire de manière impartiale des images “objectives” du monde (quelles qu’elles soient). Au contraire, cette approche est fondée sur la conviction que le fait de rendre les autres charnus et épais sur la page, d’exposer les lecteurs à leur vie et à leur mort, peut donner lieu à une proximité et à un enchevêtrement éthique, à une attention et à une préoccupation. Au cœur de cette notion de narration en tant que pratique éthique se trouve la conviction que les histoires que nous racontons contribuent puissamment au devenir de notre monde commun. Rejetant explicitement une simple division entre le réel et le narré, nous considérons la narration comme un acte dynamique de “mise en récit”. […] “Les mondes ne sont pas des contenants, ce sont des motifs, des co-productions risquées, des fabulations spéculatives du monde, pas dans le monde”2 .Raconter des histoires a des conséquences, dont l’une est que nous serons inévitablement entraînés dans de nouvelles connexions et, avec elles, de nouvelles responsabilités et obligations. En bref, il s’agit d’éthographies vivantes, tant par leur message que par leur forme, par leur engagement en faveur de l’ouverture et de la continuité de divers modes de vie et par leur tentative de faire des histoires des technologies qui créent le monde et façonnent la vie.

La narration éthographique concerne les arts du devenir-témoin, qui comprennent à la fois l’attention aux autres et l’expression de cette expérience : être témoin et témoigner activement. De même que nous sommes saisis, nous témoignons pour que d’autres puissent être saisis, en racontant des histoires qui font entrer le public dans la vie des autres de manière nouvelle et conséquente, des histoires qui cultivent la capacité de réponse.
Cette focalisation sur la réponse permet une approche plus intéressante des questions éthiques dans les mondes multi-espèces.3 En explorant la capacité de réponse – la capacité à répondre – nous dépassons les cadres simplistes de la responsabilité comme une question d’agence humaine dans un monde passif et inerte. Toutes les créatures vivantes, et les autres aussi, réagissent au monde qui les entoure. Ce que cela signifie pour chaque être, dans chaque cas, répondre est très différent. C’est cependant à travers ces réponses que les mondes se constituent. Nous sommes tous responsables, impliqués et en jeu dans les mondes que nos actions font naître. […]

Le récit est l’un des grands arts du témoignage, et en ces temps difficiles, raconter des histoires vivantes est un projet profondément engagé, qui consiste à s’engager auprès des multitudes d’autres personnes dans leur vie et leur mort bruyantes et charnelles. Le but des éthographies vivantes est de saisir notre imagination relationnelle. C’est un engagement avec les joies, les passions, les désirs et les engagements des autres Terriens, en célébrant leur e ̄thea dans toute leur extravagante diversité. »

extrait de : van Dooren, T., & Rose, D. B. (2016). Lively Ethography : Storying Animist Worlds. Environmental Humanities, 8(1), 77‑94. https://doi.org/10.1215/22011919-3527731 avec l’accord de Thom van Dooren, traduction aidée de DeppL

1.Geertz, Clifford « Ethos, World View, and the Analysis of Sacred Symbols, » The Antioch Review 17.4 (1957): 421-437.

2.Haraway, Donna, « Jeux de ficelle », in Les Animaux : deux ou trois choses que nous savons d’eux, édité par Vinciane Despret et Raphaël Larrère, Paris : Hermann, 2014.

3. Haraway, Donna, « Inondées d’urine », Vivre avec le trouble , Les éditions des mondes à faire, 2020.

détours et compositions d’un agencement d’élevage bocager

Compositions d’un agencement d’élevage en bocage, d’après Bruno Latour (2010)

dans la Vallée des Roses du massif du M’Goun marocain, aussi bien que sur le plateau tibétain du Sichuan, les buissons d’épineux permettent d’isoler les cultures qui sont pratiquées sur les colluvions, et de les protéger de l’appétit vorace des troupeaux nomades des alentours, qu’il s’agisse des chèvres au Maroc ou des yacks au Sichuan

bien que dans certains endroits, l’arbre fut au néolithique employé comme fourrage (Thiébault, 2005) il est vraisemblable que les prunelliers, aubépines et rosiers sauvages de nos haies furent à l’origine plantés afin de protéger les cultures des troupeaux alentours

selon Marguerie et al.(2003), de la fin du XVème à la première moitié du XIXème, la construction progressive du bocage a pour but de réguler le rapport cultures-élevage sous la pression de l’essor démographique (= parquer les animaux et protéger les espaces cultivés de la divagation des animaux).

si nous considérons le programme suivant “faire paître le bétail”, différentes épreuves nécessitent de faire un pas de côté afin de contourner ces obstacles qui se présentent au fur et à mesure comme autant d’anti-programmes

à chaque détour, de nouveaux alliés biologiques, électriques, chimiques ou mécaniques sont sollicités

le berger conduit les troupeaux dans les herbages et évite les zones cultivées cependant qu’avec la croissance démographique une première innovation bocagère permet de clôturer les zones de cultures ; puis avec la venue de l’assolement, ce sont aussi les prairies qui se trouvent encloses par les haies

avec la révolution mécanique, l’agriculture intensive et l’arasement bocager, le berger électrique remplace l’humain, mais nécessite toujours le passage d’un faucheur pour empêcher les herbes et buissons de court-circuiter le courant et rendre ainsi le fil électrique inefficace

le faucheur se fatigue et trouve un allié dans le pulvérisateur de molécules chimiques qui élimine ces herbes indésirables depuis le tracteur qui fait le tour de la parcelle à la place du faucheur

cependant, les poissons commencent à faire entendre leur voix, car la baisse de leurs effectifs finit par prendre de l’ampleur et leurs porte-paroles avancent des chiffres de plus en plus inquiétants qui pèsent dans le bras de fer contre l’emploi de ces molécules : et donc, au moins sur les bordures des cours d’eau et des fossés, ces molécules deviennent interdites

un support de fil électrique avec déport est alors fixé sur le piquet afin de permettre de passer une faucheuse tractée

ces différentes innovations ou détours socio-techniques s’accumulent ou se substituent pour progressivement entrer dans la composition de ces agencements d’élevage bocagers

Latour Bruno, 2010. Cogitamus: Six lettres sur les humanités scientifiques.

Marguerie, D., Antoine, A., Thenail, C., Baudry, J., Bernard, V., Burel, F., ... & Guibal,F. (2003). Bocages armoricains et sociétés, genèse, évolution et interactions.

Thiébault, S. (2005). L’apport du fourrage d’arbre dans l’élevage depuis le Néolithique. Anthropozoologica, 40(1), 95-108.

assemblages et formes des socialités plus qu’humaines

Les spécialistes des sciences sociales sont habitués à parler aux gens comme un moyen d’apprentissage. Comme nous ne pouvons pas leur parler directement, comment savons-nous quelque chose sur la vie sociale des plantes et des champignons? Deux approches sont courantes: l’attention aux assemblages et l’attention à la forme.

Les assemblages ne sont que ceux que nous trouvons assemblés : les plantes qui poussent les unes autour des autres dans un paysage particulier, par exemple. Mon inclusion des champignons avec des plantes provient d’un arrangement d’assemblage commun : la plupart des plantes obtiennent leurs nutriments non glucidiques grâce à l’aide de champignons symbiotiques. Certains champignons vivent à l’intérieur des plantes; d’autres s’enroulent autour des racines des plantes. Les champignons se nourrissent de leurs plantes hôtes en leur fournissant des suppléments nutritionnels. De nombreuses plantes rassemblent plusieurs espèces de champignons, et la plupart des champignons s’associent à plusieurs espèces de plantes, souvent en même temps, formant une toile à travers la forêt. Pourtant, ces arrangements ne sont pas ouverts à tous. Certaines plantes et certains champignons se préfèrent. Pour les humains, découvrir de telles préférences est un travail difficile, mais pas impossible […]

Ce chêne dispensé de la taille usuellement pratiquée dans le bocage cornouaillais où il a grandi témoigne d’une relation particulière établie avec les humains © Éric Collias

Nos vies sociales ont à voir avec la façon dont nous nous déplaçons et rencontrons les autres. De nombreuses plantes et champignons, en revanche, sont indéterminés dans leur forme corporelle. Ils grandissent et changent tout au long de leur vie. Même s’ils ne peuvent pas s’extraire et se déplacer vers un autre endroit, ils peuvent grandir dans de nouveaux environnements et domaines sociaux. Leur forme montre leur biographie ; c’est une histoire des relations sociales à travers lesquelles ils ont été façonnés. […] Ainsi, par exemple, un arbre aux branches inférieures épaisses a probablement grandi sans trop de voisins, même si vous le trouvez maintenant entouré d’autres arbres. S’il avait grandi à l’ombre des autres, ces branches plus épaisses ne se seraient pas développées. Un arbre à plusieurs troncs peut avoir un feu ou une hache dans sa biographie. […]

Malgré ces détails exotiques, l’assemblage et la forme sont des outils tout à fait familiers pour les anthropologues. Chaque fois que nous étudions un rassemblement social, une communauté ou une institution, nous prêtons attention aux assemblages : qui est inclus ? Quels types de relations de statut entretiennent-ils les uns avec les autres ? Chaque fois que nous regardons la culture matérielle, la performance ou même le travail quotidien de la vie sociale, nous prêtons attention à la forme. En effet, certains de nos sites d’examen de la forme sociale sont des corps humains, comme dans les représentations du genre, de la religion, de l’ethnicité, de la mode ou du tatouage. Nous savons lire les relations sociales par la forme. C’est un terrain d’entente. Il n’y a aucune raison que l’extension de nos analyses à ces autres socialités invoque la peur, le recul, le mépris ou l’envie qui surgissent parfois lorsque les humanistes se confrontent aux sciences naturelles. Cela n’enrichirait-il pas nos études d’inclure des socialités plus qu’humaines ? Nous pourrions voir des histoires humaines dans un champ multispécifique d’histoires.”

Tsing, A. (2013). More-than-human sociality : A call for critical description. In Anthropology and nature, edited by Kirsten Hastrup (Vol. 14, p. 37‑52). Routledge.

histoire naturelle

“Pour que l’histoire naturelle apparaisse, il n’a pas fallu que la nature s’épaississe, et s’obscurcisse, et multiplie ses mécanismes jusqu’à acquérir le poids opaque d’une histoire qu’on peut seulement retracer et décrire, sans pouvoir la mesurer, la calculer, ni l’expliquer ; il a fallu, – et c’est tout le contraire – que l’Histoire devienne Naturelle. […]

invertébrés sans pattes articulées , illustrations : Jeanne Le Peillet (BISES, 2022)

Jusqu’à Aldrovandi, l’Histoire, c’était le tissu inextricable, et parfaitement unitaire, de ce qu’on voit des choses et de tous les signes qui ont été découverts en elles ou déposés sur elles : faire l’histoire d’une plante ou d’un animal, c’était tout autant dire quels sont ses éléments ou ses organes, que les ressemblances qu’on peut lui trouver, les vertus qu’on lui prête, les légendes et les histoires auxquelles il a été mêlé, les blasons où il figure, les médicaments qu’on fabrique avec sa substance, les aliments qu’il fournit, ce que les anciens en rapportent, ce que les voyageurs peuvent en dire. L’histoire d’un être vivant, c’était cet être même, à l’intérieur de tout le réseau sémantique qui le reliait au monde.[…] les signes faisaient partie des choses, tandis qu’au xviie siècle, ils deviennent des modes de la représentation. […]

invertébrés avec 4 paires de pattes articulées, illustrations : Jeanne Le Peillet (BISES, 2022)

L’histoire naturelle trouve son lieu dans cette distance maintenant ouverte entre les choses et les mots – distance silencieuse, pure de toute sédimentation verbale et pourtant articulée selon les éléments de la représentation, ceux-là même qui pourront de plein droit être nommés.[…]

invertébrés avec de plus de 4 paires de pattes articulées, illustrations : Jeanne Le Peillet (BISES, 2022)

L’ordre descriptif que Linné, […], proposera à l’histoire naturelle, est très caractéristique. Selon lui, tout chapitre concernant un animal quelconque doit suivre la démarche suivante : nom, théorie, genre, espèce, attributs, usage et, pour terminer, Litteraria. Tout le langage déposé par le temps sur les choses est repoussé à la dernière limite, comme un supplément où le discours se raconterait lui-même et rapporterait les découvertes, les traditions, les croyances, les figures poétiques.[…]

présence de 3 paires de pattes articulées, sans ailes, illustrations : Jeanne Le Peillet (BISES, 2022)

On dit souvent que la constitution des jardins botaniques et des collections zoologiques traduisait une nouvelle curiosité pour les plantes et les bêtes exotiques. En fait, depuis bien longtemps déjà, celles-ci avaient sollicité l’intérêt. Ce qui a changé, c’est l’espace où on peut les voir et d’où on peut les décrire. A la Renaissance, l’étrangeté animale était un spectacle ; elle figurait dans des fêtes, dans des joutes, dans des combats fictifs ou réels, dans des reconstitutions légendaires, où le bestiaire déroulait ses fables sans âge. Le cabinet d’histoire naturelle et le jardin, tels qu’on les aménage à l’époque classique, substituent au défilé circulaire de la « montre » l’étalement des choses en « tableau ». Ce qui s’est glissé entre ces théâtres et ce catalogue, ce n’est pas le désir de savoir, mais une nouvelle façon de nouer les choses à la fois au regard et au discours. Une nouvelle manière de faire l’histoire.” (Foucault, 1990)

présence de 3 paires de pattes articulées, avec ou sans ailes visibles, illustrations : Jeanne Le Peillet (BISES, 2022)

Foucault, Michel. « Chapitre V. Classer », , Les mots et les choses. sous la direction de Foucault Michel. Gallimard, 1990, pp. 137-176.

le guide d’identification de la faune du sol (Sandra Barantal, 2022, BISES, QUBS )

Illustrations :  https://jeannelepeillet.jimdofree.com/jeanne-le-peillet/

modèle mycélium

Agaric – schéma de développement ( Gaston Bonnier, 1907, Le Monde végétal , Flammarion)

«Au dessus du sol, nous percevons les champignons individuels comme des choses, pratiquement comme des lampadaires dans une ville, et nous pouvons même prétendre les compter. Sous le sol cependant, il n’y a pas de choses du tout, mais des places, des positions, ou des points d’émergence de la totalité du réseau mycélien. […]

[N]ous devons comprendre la personne non comme une entité substantive mais comme un point d’émergence au sein d’un réseau plus large de relations sociales. […]

[Q]uand nous en venons à exprimer les questions les plus fondamentales à propos des systèmes vivants, nous devons considérer les animaux, eux-aussi, non pas en tant que choses en soi, mais en tant que points de croissance émergeant au sein d’un réseau relationnel. Ce qui fait du champignon un modèle si utile, est simplement que le chemin de ces relations est manifesté à travers ses fibres (ou hyphae). Avec les animaux, elles sont plus difficiles à observer – mais elles existent néanmoins. C’est le cas aussi pour les humains. Dès lors, munis du “modèle mycélium“, si je puis le nommer ainsi, devenir une personne n’est pas nécessairement différent de devenir un organisme. Dans ce qui suit je veux considérer les implications de ce point de vue dans la manière dont nous devrions comprendre les relations – conventionnellement nommées “écologiques“ – entre les organismes-personnes et leur environnement.

Hairstring Skirt (Judy Watson Napangardi, 2009, peintre aborigène du peuple Warlpiri née à Mina Mina, sud-ouest du Yuendumu, centre-ouest du territoire du Nord, Australie)

Nous allons directement vers les problèmes dès lors que nous pensons à la notion d’“environnement“. Un environnement entoure, et dès lors présuppose quelque chose – un organisme – pour être entouré. Notre inclination immédiate est de représenter ceci à l’aide d’un diagramme en dessinant une sorte de cercle, ou une sphère si l’on pouvait le faire en trois dimensions.

La ligne ou la surface représente alors une interface entre ce qui est à l’“intérieur“ (l’organisme) et ce qui est à l’“extérieur“ (l’environnement). Mais supposez qu’au lieu de cela vous dessiniez un réseau de lignes, ramifiées depuis ou concentrées vers certains points, et ceci de manière infinie. Quel sens cela aurait-il de parler de l’environnement d’une telle figure ? Le mieux que l’on puisse faire serait de dessiner une frontière arbitraire autour de certaines régions internes, dans le simple objectif de focaliser sur un point d’attention. […]

En résumé, les personnes ne deviennent pas des êtres en recevant des choses qui leur seraient transmises le long de lignées de descendance, et contre l’arrière-plan de la nature, mais à travers la croissance au sein d’un environnement. Cela revient à dire que les capacités personnelles de perception et d’action se développent à travers l’expérience immédiate de participation sensorielle avec les composants humains et non-humains du monde où ils résident. Et la connaissance issue de cette expérience, bien que communément méprisée parce qu’“intuitive“, doit nécessairement constituer le socle de tout système de science ou d’éthique qui prétendrait prendre l’environnement en considération.»

en complément

https://ecosemiotic.hypotheses.org/722

Ingold Tim, 2003, « Two reflections on ecological knowledge », Nature knowledge: Ethnoscience, cognition and utility. NY: Berghahn books : 301‑311. (traduction Éric Collias, publié avec l’autorisation de l’auteur)

de la méthode matérielle-sémiotique

Voici une proposition de Michel Callon (1991) pour identifier les intermédiaires qui tracent les réseaux éco-socio-techniques au sein desquels ils sont mis en circulation :

« L’économie nous enseigne que l’interaction passe par la mise en circulation d’intermédiaires ; la sociologie nous apprend que les acteurs ne sont définissables que dans les relations qu’ils établissent entre eux. En réunissant les points de vue de la sociologie et de l’économie, nous tenons les deux pièces du puzzle : les acteurs se saisissent dans l’interaction, dans l’entre-définition et celle-ci se matérialise dans les intermédiaires qu’ils mettent en circulation […]. Pour les réseaux qui nous occupent il est commode de distinguer quatre grandes catégories d’intermédiaires parmi toutes celles qui sont repérables.

• Les textes ou plus généralement les inscriptions littéraires de toutes sortes (B. Latour) : rapports, livres, articles, brevets, notes, dont il serait excessif de dire qu’ils constituent des biens immatériels, puisque leur inscription et leur circulation supposent des supports (papier, disquettes, bandes magnétiques) qui résistent aux transports et assurent une certaine immutabilité. […]

• Les artefacts techniques (instruments scientifiques, machines, robots, produits de grande consommation…) qui sont des groupements organisés et (relativement) stables d’entités non humaines qui coopèrent en vue de remplir certaines fonctions, de réaliser certains tâches. […]

• Les êtres humains et les compétences (savoirs, savoir-faire,…) qu’ils incorporent […].

• La monnaie,[…], sous ses différentes formes.  »

Callon, M. (1991). Réseaux technico-économiques et irréversibilités. Les figures de l’irréversibilité en économie. R. Boyer, B. Chavanne and O. Godard. Paris, Editions de l’EHESS: 195 230.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search