quand nature et bitume se rencontrent : le cas des jardins familiaux du Breil

CARNET DE BORD EN GAÏAGRAPHIE

Etudiant.e.s en Master 1 ESS (économie sociale et solidaire), à l’université Rennes 2, nous avons, dans le cadre du cours de gaïagraphie, pu découvrir l’étude du sol. Ainsi, nous sommes allés à la rencontre d’un jardin situé non loin de l’université.

Un jardin historiquement ouvrier
Situé à proximité d’une rocade et à moins de cinq minutes du quartier de Villejean (Rennes), les jardins familiaux du Breil sont un coin de paradis pour les mordus de potagers.

Crée dans les années 2000, le jardin comptabilise 83 parcelles individuelles allant de 50 à 200 m2 et sont mises à disposition pour les habitants. Toutefois, si l’envie vous prend d’en faire la demande, n’attendez pas car la liste d’attente est assez longue.

“Le partage s’est fait naturellement”

Il y a deux types de parcelles différentes : les “anciennes” et les “nouvelles”. Les anciennes parcelles sont séparées par des haies et sont individuelles. Chaque jardinièr.e a son collecteur d’eau , son cabanon et collecteur de compost sur sa parcelle. Les nouveaux terrains datent de 2014. Les parcelles ne sont séparées que par du fil de fer. Les cabanons sont à l’extérieur de la parcelle collective et il y a des collecteurs d’eau pour tout le monde.Autrement, il y a une ruche, des tables pour partager des moments conviviaux et un peu de terrain non utilisé, avec des coins d’herbes, des arbres… qui sont entretenus par la mairie. “Les relations sont bonnes avec les agents de la mairie, nous avons une bonne entente” nous a confié Jean-Pierre, référent du jardin. Dans ce petit hameau de paix, vous serez accueilli à bras ouverts par Jean-Pierre ou bien l’un des nombreux jardiniers. Ici la solidarité et l’entraide sont matières courantes.

Des méthodes raisonnées
Dans les anciens jardins ouvriers, pas de pesticides ! On pratique l’agriculture raisonnée, voir bio. De temps à autre, on s’autorise un coup de bouillie bordelaise, mais c’est tout. Chacun sa méthode ! Certains labourent le sol avec une grelinette, d’autres avec des outils plus anciens, d’autres ne le font pas du tout, bref… Tout est possible aux jardins !

Collectivement, les jardinièr.e.s achètent du fumier de vache tout les deux ans auprès d’un agriculteur. De la paille est aussi achetée en collectif. “Idéalement, il faut mélanger la paille au fumier durant le mois de novembre“, affirme Jean-Pierre, le référent du jardin. Ça permet de mettre des vers en plus dans la terre En tout cas, les jardinièr.e.s doivent obéir à une règle d’or : ne pas brûler leurs déchets verts. Déjà parce que c’est illégal et, qu’en plus, ça pollue.
Auparavant, le jardin avait un espace de compost en commun. Suite à des dépôts de déchets plastiques récurrents, l’espace a été fermé.

 

Une biodiversité variée
Les parcelles bio sont encouragées, mais rien n’est obligé. Chaque personne du jardin fait comme elle veut.
En tout cas, elles ont des bacs de récupération d’eau de pluie à disposition. Autrement, il y a des robinets avec un accès à l’eau de la ville, mais dont l’accès est conditionné.
Dans les parcelles, tout pousse ! Certains font pousser des légumineuses comme des petits pois, haricots… Autrement, on y voit des carottes, betteraves, choux…

Le jardin rencontre néanmoins quelques problèmes avec les occupants des parcelles car en période de restriction durant la période estivale certains arrosent de manière excessive, ce qui n’entre pas en adéquation avec les valeurs des membres de l’association.

Collecteurs d’eau sur les nouvelles parcelles

Des expérimentations concluantes ?
Un jardin est un environnement plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Différentes espèces y évoluent et leurs activités viennent s’additionner et s’enchevêtrer pour faire évoluer ces espaces, que leurs interactions rendent uniques.Nous avons au cours de nos allées et venues pu rencontrer plusieurs de ces espèces, humaine et non humaines, ce qui nous a permit de comprendre l’influence de leurs actions sur les lieux. Les jardiniers tout d’abord, qui nous ont fait part de leurs techniques de travail. Les différentes espèces végétales ensuite, plantées ici et là en fonction de leurs spécificités. Espèces animales enfin, habitantes mais aussi visiteuses de ces espaces, dont la présence, comme celle de certaines espèces végétales, entre parfois en conflit avec les humains exploitant les lieux.

Toutes ces espèces nous sont visibles, car évoluant dans le même environnement que nous, à savoir la surface de la Terre, mais nous avons également pu en savoir plus sur d’autres espèces, évoluant à l’abri des regards mais dont l’existence soutient celle de toutes les autres : les habitants du sol.

Afin de partir à leur rencontre nous avons dû les attirer à nous. Pour cela nous avons placé de la nourriture au sein de petits bâtonnets en bois, que nous avons planté dans différents endroits du jardin partagé. Ces lieux n’étaient pas choisis au hasard, car comme nous l’avons dit, les actions des habitants des jardins ont des influences sur l’architecture de celui-ci.

Plus précisément, nous avons supposé que la manière dont les humains modifiaient l’espace, en fonction du rôle qu’ils lui attribuait, avaient des conséquences sur le sol et donc la vie des animaux qui y vivent. Plusieurs biotopes s’offraient à nous : les jardins cultivés depuis plusieurs années, ceux récemment crées, et enfin les zones “non touchées” qui, bien que crée et entretenues par l’Homme, ne subissent par les effets de la mise en culture.

Plan des jardins familiaux du Breil avec les endroits où les bâtonnets ont été plantés (points rouges).

Plusieurs bâtonnets ont été disposé dans ces trois zones et laissés en terre pendant plusieurs jours, afin de laisser le temps aux habitants du sol de trouver ces éléments étrangers. Nous les avons ensuite récolté, ainsi que des échantillons du sol dans lequel ils étaient plantés, puis étudiés en suivant des protocoles adaptés.

Entre observations et ressentis
Le premier protocole consistait simplement à planter des bâtonnets troués. Les trous étaient comblés avec une pâte composée de farine, de maïzena et d’eau. Nous avons planté 15 bâtonnets, à trois endroits des jardins : dans une nouvelle parcelle, une ancienne parcelle, et un bout de terrain proche de l’ancien site de compost.

Ces derniers n’ont pas été mangé de la même manière en fonction des endroits où nous les avions disposé, témoignant d’une présence inégale des habitants du sol dans le jardin

L’observation des bâtonnets nous a amenés à la conclusion suivante : il y a plus de biodiversité dans la terre des anciennes parcelles que les nouvelles ou les espaces encore inexploités.

Nous avons eu confirmation par Jean- Pierre que les nouvelles parcelles (qui existent depuis 2014) sont composées d’argile, de terre des différents chantiers autour de la métropole rennaise.

Finalement, ce sont 2,5 % des bâtonnets dans la nouvelle qui ont été consommés. Dans le bout à côté du site de compost, le chiffre monte à 25 %. Quant à l’ancienne parcelle, les trous ont été mangés à hauteur de 70 %.

De cette expérience, nous pouvons conclure que l’ancienne parcelle était plus riche en biodiversité que les deux autres site de plantation.

Bâtonnet issu d’une ancienne parcelle

Le second protocole nous a amené à étudié la consistance du sol en plongeant nos différents échantillons dans l’eau. En faisant cela nous avons pu observer que certains échantillons se dégradaient plus facilement que d’autres, signe d’un sol moins consistant, comme vous pouvez l’observer sur la photo ci-dessous.

Témoignant d’un sol plus friable, ces échantillons sont aussi ceux desquels nous avons ressorti les bâtonnets les moins mangés. Ces échantillons provenaient des nouvelles parcelle et à plus faible mesure des parcelles cultivés. Les lieux non cultivés étaient ceux où les bâtonnets avaient été le plus mangé, et là où la terre se décomposait le moins au contact de l’eau.

Tout laisse donc à penser que l’action de l’Homme empiète et modifie profondément les zones où les non humains vivent. Le travail du sol et le fait de replanter à chaque année détruisent les sols, et empêche les racines de se former ce qui le rend plus fragile, et détruit l’habitat des animaux qui y vivent.

Au sein de ces jardins, l’Homme habite et aménage l’espace à sa manière, ne laissant aucune place pour les autres vivants, sauf si ces derniers entre dans les plans des jardiniers. D’autres rapports au jardin et à la production de nourriture existent cependant, tel les jardin-forêt, où l’écosystème, bien que destiné à produire, héberge une réelle coexistence entre les êtres.

ÉMILE DESROSES, GRÉGOIRE GROSSI ET PAULINE CHÂTELAIS

une histoire collective

Jardin collectif du Quartier Armorique, présenté par Khady Camara, Sarah Medina, Ulriche Noumahoukou, Ramziath A. Salou, M1 ESS/R2, mars 2023

[…] Fabriquer des mondes n’est pas systématiquement le propre de l’homme. Prenons l’exemple des castors qui modifient le courant des rivières quand ils construisent des barrages, des canaux et des gîtes (Tsing, 2017:58). Cette capacité de réappropriation et de remaniement permet la pérennité des espèces […].

Cette hypothèse [Gaïa] invite l’humain moderne à interroger ses propres manières d’habiter la Terre. […] Ce qui fait naître un intéressement lié au processus de formation de ces êtres vivants, partir à la découverte des individus pérégrinant à nos côtés.

[N]ous avons choisi dans ce cadre d’étudier la pédofaune d’un jardin de notre ville de Rennes grâce à une démarche singulière : l’observation participante. […]

Ce jardin, est un espace botanique situé dans la région de la Bretagne. Il a une histoire riche et intéressante, depuis sa création jusqu’à sa gestion actuelle. Dans cette perspective, il est important de comprendre l’histoire de sa naissance ainsi que son fonctionnement actuel pour apprécier pleinement la beauté et la diversité de ce lieu. Le Jardin Collectif du Quartier Armorique est un jardin potager partagé, un lieu de vie et de convivialité au sein du quartier favorisant la pratique du jardinage. En 2016 la ville de Rennes a aménagé au Nord-Ouest de la ville, près du canal de Saint-Martin, au niveau des écluses, un espace vert au sein du quartier Armorique. Intéressé par ce lieu pour en faire un jardin collectif les habitants ce sont constitués en association afin de valider une collaboration.

Extrait du panneau d’entrée du jardin

Dans la même année, l’association a remporté le prix du projet participatif de Rennes 2017, grâce au projet d’une forêt nourricière ou forêt jardin. Elle consiste à “Favoriser une cohésion sociale autour d’un projet novateur ; Former les habitants du quartier au concept de forêt comestible (création/gestion) ; Sauvegarder le patrimoine : planter des espèces régionales rares ; Créer des activités pédagogiques autour de cet espace : sentier pédagogique avec des panneaux explicatifs et une meilleure connaissance de la diversité des espèces végétales comestibles, ateliers cuisine associés dans notre salle de quartier.”

La règle du “multiple de 4”

Le jardin collectif du Quartier Armorique, comme tout bon jardin partagé, est géré et animé par tous les habitants du quartier, à partir du moment où ils paient les frais d’adhésion qui s’élèvent à 5 euros l’année. Ils sont également ouverts aux passants adhérents de l’association. Ce statut leur confère le privilège de participer aux ateliers de jardinage et de bénéficier des légumes, fruits, plantes aromatiques qui y sont cultivées. Le jardin est ouvert au public uniquement en présence d’un jardinier.

Ici c’est la règle du “multiple de 4” qui est appliquée pour faire vivre le jardin selon l’interview eu avec Yves Kuster. Chaque mois est ponctué par 4 ateliers dont un par semaine, et chaque atelier doit accueillir au minimum 4 personnes pour pouvoir s’occuper des 4 différentes zones de cultures qui composent le jardin.

A l’entrée du jardin, à gauche nous avons une zone qui n’est pas cultivée, mais qui accueille quelques plantations et expériences d’enfants du quartier qui viennent y jouer. A gauche au fond se situe une petite zone de forêt “nourricière”, encore très jeune, qui a vocation à devenir une sorte de petit verger avec divers arbres fruitiers. Au centre, une zone dédiée aux herbes aromatiques, telles que le romarin, le thym, la menthe.

zone des herbes aromatiques

Enfin à droite, le jardin potager divisé en 4 parcelles, chacune accueillant l’une des 4 grandes familles de plantes : les légumes fruits (tomates, concombres), les plantes à feuilles (racines, betteraves, carottes), les herbacées (oignons, échalotes, poireaux) et enfin, les légumineuses (haricots, pois). Le fait d’avoir ces différentes zones permet de pratiquer la culture en “rotation”. Par exemple : les légumes fruits sont les plus demandeuses en nitrate et en azote, tandis que les légumineuses sont très peu demandeuses et nourrissent le sol de ces éléments en poussant. Après chaque cycle, on plante donc les légumineuses dans le sol appauvri par les légumes fruits, et les légumes fruits dans le sol enrichi par les légumineuses, ce qui permet ainsi de pouvoir cultiver les plantes sans avoir à travailler le sol plus que de raison. Yves Kuster précise :

“En fait, le passage de l’azote de l’air en forme de nitrate NO est très compliqué à faire, il y a très peu d’êtres vivants qui sont capables de faire ça. Ces bactéries vivent dans les racines de ces plantes, et ces plantes peuvent donc s’affranchir d’un milieu relativement riche en nitrate; elle n’a pas besoin de nitrate pour pousser.”

Le jardin est alimenté en eau par une citerne qui recueille l’eau de pluie et une pompe reliée au canal juste à proximité.

la citerne qui recueille l’eau de pluie
la pompe d’eau du canal

assurer la fertilité des sols

La grelinette est utilisée pour le potager comme outil de jardin. Elle permet de retourner la terre manuellement sans mélanger les horizons tout en aérant le sol, de protéger et de respecter la terre et les micro-organismes qui y vivent. Mais également d’assurer la fertilité des sols et la santé des jardiniers (le dos) grâce à sa technique d’utilisation. [Poser] vers l’avant les dents droites, enfoncer puis pivoter vers l’arrière, retirer et reculer sans soulever.

La nature ici prend ses droits en cas de maladie des plantes ou des arbres, le jardinage naturel est pratiqué sans désherbant ou engrais chimique (paillis organique ou à défaut il est utilisé de l’engrais vert qui est une légumineuse que l’on fait pousser et destinée à être fauchée pour fournir de la matière organique). Selon Yves Kuster :

“là où il y a beaucoup de matière organique c’est au-dessus. Ce n’est n’est pas en dessous. Donc si on retourne la terre, chose qu’on a fait pendant des siècles, la mauvaise terre qui est en dessous, on va la remettre par dessus ; la bonne terre on va l’enfouir…ça ne sert strictement à rien puisque les plantes sont sur la partie superficielle et non pas en dessous. […]

bacs de compostage

Pour ce qui est de la richesse du sol en matière organique, le principe utilisé consiste à le nourrir. Des bacs de compostage avec l’aide de l’association Vert le jardin , référence du compostage et du compost partagé en Bretagne, bordent le jardin. Des référents composteurs bénévoles qui ont reçu une formation pour conseiller et assister les habitants sont mis à leur disposition. Yves Kuster explique comment produire cette nourriture :

[Le sol] sera grumeleux aussi parce que plus il est riche en bactéries, plus les bactéries qui vont vivre dans les interstices du sol vont se développer et elles ont une particularité ; c’est qu’elles développent une espèce de mucus, une espèce de colle qui va rendre le sol plus grumeleux ; agréger les particules en petites boules et ces petites boules vont être les unes à côté des autres et vont participer à la porosité du sol et donc sa richesse en air et en eau. Et ben, pour la richesse en matière organique, il faut la nourrir. Ce sol il faut le nourrir tout le temps, lui mettre du paillis organique. Et si on a pas de paillis organique, on utilise de l’engrais vert. Un engrais vert, c’est une légumineuse qu’on fait pousser et qui est destinée à être fauchée pour fournir de la matière organique. C’est à dire qu’ elle n’est pas destinée à être mangée, à donner des fruits, elle n’est pas même destinée à faire des fleurs. Avant qu’elle ne fasse des fleurs, dès qu’elle a produit…si c’est la phacélie par exemple, on va la semer en septembre, et on va la faucher en décembre…on va la laisser pourrir sur le sol.”

Gaïa est aussi un roman de science-fiction

Dans le jardin, il est plutôt question de biosphère et d’écosystème, cependant le concept de Gaïa n’est pas une nouveauté pour Yves Kuster :

“Vous connaissez Isaac Asimov, le maître de la science-fiction des années 50. C’est l’un des plus grands. Il a écrit une collection de bouquins qui s’appelle Fondation. C’est lui qui a inventé le space opéra, qui a inventé les Star Wars si on veut, et il a écrit un de ces livres [de la série ] Fondation  c’est Gaïa. Puisqu’en fait il était biochimiste et très intéressé dès les années 50 par tout ce qui était écologie, et le concept de Gaïa est assez vite venu en écologie dans les années 50 donc il l’a réutilisé. La seule différence est que c’est de la science-fiction. Donc pour lui les interactions il les a conscientisé, c’est à dire qu’en gros ces êtres qui vivent sur cette planète ils sont en contact les uns avec les autres, mais ils sont conscient d’être en contact. C’est comme si les arbres leur parlait. En vérité les arbres ne nous parlent pas, mais on communique avec eux pour autant.”

Quand à Yves, le jardin ne lui provoque pas de vibrations particulières, c’est la passion du jardinage qui lui permet de se vider l’esprit et lui apporte ainsi une sensation de bien être.

biblio :

Anna Lowenhaup Tsing, 2017. Le champignon de la fin du monde : sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme. La découverte.

https://quartierarmorique.wixsite.com/quartierarmorique

va prendre tes leçons dans la nature

Compte rendu de notre observation participante au Jardin des Mille Pas, Master 1 ESS – 2022/2023, Daniela Franco, Énora Jousset, Anaïs Miotto et Audrey Salmon

Le 17 Février 2023 nous nous sommes rendus au Jardin des Mille Pas de Rennes, au Chemin Robert Boron. Nous avons pu découvrir ces trois hectares de potager en compagnie de Amadis, un des maraîchers de l’association. Nous avons pris le temps lors de cette première visite d’échanger, d’apprendre sur l’agro-écologie et le métier de maraîcher. Puis, nous avons pu présenter notre projet et diverses expériences que nous souhaitions entreprendre au sein du jardin afin d’observer la vie organique et biologique du Jardin des Mille Pas que nous présenterons en détails plus tard avec leurs résultats.

Le jardin des Mille Pas

Nos visites du jardin furent aussi l’occasion de se créer une première approche du jardin associatif dans un premier temps avec l’apprentissage, tiré de Amadis sur le jardin : ses techniques, ses spécificités, ses conseils sur nos expériences mais aussi l’agro-écologie de façon générale. Et dans un deuxième temps par notre ressenti sur le jardin qui nous est apparu comme un lieu de solidarité, d’entraide et de vie ; sentiment qui pouvait être écorné par la pollution sonore que le jardin subit dû à sa proximité avec la station d’épuration.

”Un lieu d’échange, de pratique et d’apprentissage pour retrouver le lien avec la terre et son alimentation.”

L’enseignement de gaïagraphie a été une découverte à tous niveaux, une visite guidée du monde de “ l’invisible”, une prise de conscience, une entité, une parenthèse de liberté. La gaïagraphie, c’est avant tout l’étude de la Terre, de ce qui la compose : la faune et la flore.

L’ensemble est porté par des valeurs de tolérance, d’harmonie et de respect de la différence. De ce fait, nous sommes parties à la découverte du Jardin des Mille Pas, afin d’assimiler la théorie à la pratique du terrain.

Nous allons plonger dans le quotidien d’Amadis.

Amadis est un jeune homme qui a réalisé des études en science-agronomie et qui s’est ensuite tourné vers l’agriculture. Il est aujourd’hui un des salariés du jardin des mille pas et s’occupe activement à développer le jardin par le biais de plantations diverses et variées ( avec des graines non hybridées, le plus souvent).

les enquêtrices du Mille Pas en 2023 : Daniela Franco, Énora Jousset, Anaïs Miotto et Audrey Salmon

Le Jardin des Mille Pas a été créé en 2014 dans la zone humide et le maillage bocager de La Prévalaye. Ce jardin s’étend sur plus de trois hectares à de multiples objets puisque même si, en premier lieu, il est un jardin pédagogique, il a aussi des activités vivrières en agroécologie. Ces trois hectares ne sont pas utilisés que pour leurs cultures et activités pédagogiques puisqu’une partie est mise à disposition des Rennes du Compost. Ce partage du terrain bénéficie aux deux associations puisque l’une peut ainsi exercer son activité de récupération et revente de compostage et l’autre profite d’un complément de compostage si besoin.

“ Va prendre tes leçons dans la nature” (Léonard de Vinci )

Le jardin associatif a pour volonté de proposer des solutions concrètes aux citoyens du territoire rennais, Le Jardin des Mille Pas construit son projet autour de deux grands piliers :

–  la promotion de cette production agroécologique de proximité ;

–  l’accompagnement à la transition via leur outil éducatif de formation au jardinage et à la préservation de la biodiversité.

Un jardin de production d’agriculture labellisé biologique mais avant tout un lieu d’animation qui se donne pour missions :

–  la réappropriation de son alimentation et de sa santé par les plantes : activité autour des plantes médicinales ;

–  La promotion de l’agriculture paysanne et des pratiques agroécologiques : ventes de produits maraîchers et formation aux méthodes agricoles (permaculture, paillage, …) ;

–  Favoriser les liens entre ville et campagne : activité hors du centre de Rennes ;

–  Laisser vivre la biodiversité sans valeur utilitaire : formation sur la biodiversité et accompagnement aux projets de jardins nourricier.

Les activités sont nombreuses et permettent d’aller de la découverte à la formation des techniques agroécologiques. Sur l’axe pédagogique, Jardin des Mille Pas est très diversifié et avancé puisqu’ils forment pour tout âges : loisirs, particuliers aux entreprises. Et ils forment à des activités agricoles plus marginales telles que les formations aux plantes médicinales.

En plus, d’être un ”Un lieu d’échange, de pratique et d’apprentissage pour retrouver le lien avec la terre et son alimentation”, c’est aussi un jardin labellisé bio géré par une équipe de salariés et de bénévoles dont on a pu rencontrer une partie. En promouvant ce type d’agriculture, même si leur activité de maraîchage ne subvient pas à leur besoin, ils réussissent à faire consommer autrement une partie des Rennais. En effet, Les Mille Pas fournissent en légumes une partie de la population rennaise via des paniers, une épicerie du centre de Rennes, quelques restaurants. et en direct. Il y a deux types de clientèle : ceux qui achètent les plans et ceux qui achètent les récoltes. Nous pourrions penser que le restaurant La Basse Cour profite de ces récoltes, pour autant la collaboration entre les deux entités restent expérimentale, en raison d’un chef cuisinier qui a déjà ses fournisseurs. Mais cette relation encore naissante devrait à l’avenir être plus importante en raison de leur projet de coopérative/SCOP entre Le Jardin des Mille Pas et du restaurant de la Basse Cour.

le fumier de bovins est froid

Le Jardin des Mille Pas n’utilise pas de produits phytosanitaires, mais des techniques ancestrales pour préserver l’écosystème, tout en produisant. Amadis utilise du fumier mais uniquement celui de vache. Il provient des fermes aux alentours . Le fumier de bovins est dit “froid”, car sa dégradation est très lente. Ce fumier est particulièrement bien adapté aux sols calcaires et siliceux.

Cette technique d’épandage consiste à mettre de “l’or dans le jardin”. Le fumier est composé d’éléments pailleux, et de déjection/ urine animal, ici on parle de bouses de vache. Le fumier est un amendement et non un engrais. En effet, le rôle de l’engrais est d’agir directement pour être assimilé par la plante, alors que l’amendement permet bien plus. En ce sens, l’amendement permet d’améliorer le sol en amenant des éléments chimiques naturels dans le sol pour nourrir après les plantes. La matière fécale est riche en azote, ainsi les bouses des bovins, grands herbivores, vont apporter beaucoup d’humus au sol. Pour conclure sur cette technique, l’épandage va permettre de fertiliser le sol, d’améliorer la qualité et le rendement des récoltes, grâce à de meilleurs échanges cationiques des sols et agent de chélation, grâce à une meilleur fixation biologique N2 et grâce à une nutrition azotée.

les techniques d’Amadis

le paillage de foin d’Amadis

La technique du paillage ou “mulch”, terme qui provient de l’Allemagne est qui signifie mou ou en décomposition. Ce qui peut paraître surprenant quand l’on sait que cette technique a pourtant été inventée en Chine vers 500 av-JC. Aujourd’hui, le paillage s’émancipe fortement grâce à la permaculture. Le paillage permet de limiter la prolifération des plantes spontanées et favorise la vie du sol. On utilise le paillage en été pour maintenir l’humidité des sols en diminuant l’évaporation de l’eau.

En revanche, en hiver ce procédé agit comme un manteau, en gardant la chaleur pour empêcher aux racines de geler. Plus encore, Amadis utilise du foin plutôt que de la paille, car celui-ci est plus riche et plus fin. D’ailleurs, en se décomposant le foin va déposer de l’humus et des micronutriments dans le sol. Ainsi, la technique du paillage va permettre de nourrir le sol en le rendant fertile et décompacté.

le bâchage

bâchage à occultation d’Amadis

Tout d’abord, il existe deux types de bâches : à occultation et à solarisation. La technique de solarisation est utilisée principalement en été, pour éliminer les mauvaises herbes par la chaleur. En revanche l’occultation s’est le fait de les éliminer par l’absence de lumière.

C’est d’ailleurs cette technique de maraîchage par l’occultation, qu’utilise Le Jardin des Mille Pas. Cette technique a été popularisé en 2012 par Jean Martin Fortier, un agriculteur spécialisé dans les pratiques d’agriculture biologique, dans son livre “Le jardinier maraîcher”. L’occultation consiste à mettre une bâche sur une surface pour empêcher les mauvaises herbes de proliférer. En effet, la bâche noire va créer un écosystème humide et chaud propice à la pousse des mauvaises herbes, qui vont par la suite mourir faute de pouvoir réaliser la photosynthèse. L’avantage à l’utilisation de cette technique est double, puisqu’elle permet de désherber sans trop d’effort, en plus de nourrir les vers de terre et autres vivants. Plus encore, la bâche va créer un obstacle physique réel, ce qui va permettre de protéger les vers de terre et autres espèces des prédateurs ! De ce fait, on va avoir une activité microbienne accélérée qui va être riche en composte et minéralisée par les vers de terre.

Amadis a également eu recours à l’utilisation d’une serre pour faire pousser des plantes fragiles à l’exemple de plantes médicinales et de jeunes semences en pot.

Enfin, pour irriguer sa culture, le jardin des mille pas utilise la technique de récupération de l’eau de pluie à l’aide de barils et complète son approvisionnement à partir de l’eau qui provient directement de leur puits.

Ce que l’on peut retirer de nos expériences et de notre apprentissage avec le Jardin des Mille Pas

Le niveau de pH du sol :

L’analyse de pH du sol a été non concluante dans notre cas, nous supposons une altération du papier pH utilisé. Par ailleurs, le jardin fait des analyses de son sol régulièrement dont une analyse du pH ce qui leur permet d’adapter ainsi leurs cultures et aussi leurs techniques en fonction de la qualité du sol.

La stabilité du sol :

Suites aux conseils du maraîcher de l’association, nous avons analysé la stabilité du sol de deux façons :

–  Le slake test (conseillé par notre enseignant) avec une passoire que l’on remue dans l’eau pour observer la désagrégation de la terre prélevée. Technique qui se fait par cinq cycles avec une observation sous 5 secondes puis 30 puis 5 minutes.

–  Le test de l’agrégat du sol par dépôt de cette agrégat dans un récipient rempli d’eau que l’on laisse sans toucher pendant 2 à 3 jours puis on observe sa désagrégation sans toucher puis en remuant l’agrégat de sol.

Les deux techniques nous amènent à des résultats similaires avec une stabilité de classe 4, soit 10 à 25% de sol restant sur la passoire après les 5 cycles.

La vie organique observée :

Cette dernière analyse a été réalisée grâce à un outil développé par notre enseignant, Monsieur Éric Collias. L’outil étant assez simple, il s’agit de bâtons plat avec huit trous percés pouvant être fabriqués seul ou dans notre cas par le FabLab de Rennes 2. Ensuite la procédure est elle aussi accessible à tous, elle consiste à fixer un appât (mélange d’eau et de farine) dans chaque trou et de planter cinq bâtons, pour une zone, de manière assez proche.

Dans le cadre de notre expérience nous avons étudié trois zones, afin d’avoir une analyse approfondie et pouvoir différencier l’activité selon les zones. Encore une fois, nous avons suivi les conseils de Amadis dans le choix de nos zones d’analyse : Zone bâchée, Zone paillé, Zone de prairie/humide.

Nous avons choisi deux zones de potager mais avec des techniques différentes, en effet, selon Amadis il pouvait être intéressant de voir les apports sur la vie du sol que chacune des techniques pouvant avoir des objectifs similaires. Puis la prairie zone humide sert de témoin dans notre analyse puisqu’elle représente le sol non travaillé par l’homme.

Synthèse des consommations par site

Nous avons récupéré les bâtons après 7 jours mais en raison de résultat trop faible nous avons décidé d’attendre une semaine supplémentaire permettant ainsi une comparaison sur la consommation moyenne par zone entre J+7 et J+14 mais aussi une comparaison entre zones d’analyses. Comme nous pouvons le voir avec notre diagramme nous avons décidé de faire une analyse par zone et moins en fonction des numéros de trou consommé puisque les bâtons permettent seulement d’étudier les 15 premiers centimètres sous la surface du sol. En effet, la zone étudiée grâce aux bâtons est le sol arabe qui est censé être la ou l’essentiel du vivant organique se passe pour autant lors de nos analyses on observe que zone “prairie/humide” comporte très peu d’activité. Au contraire, les deux autres zones, étant des zones travaillées par l’homme, ont une activité organique bien plus forte notamment la zone bâchée. Ce résultat en zone bâchée n’est pas étonnant puisque cette technique regroupe toutes les conditions favorables à la vie organique (chaud, humide et à l’abri des prédateurs). Les résultats légèrement plus faibles en zone de paillage peuvent s’expliquer par le fait que le sol est protégé du gel mais reste malgré tout plus froid que sous une bâche.

Nous pouvons ajouter que la technique de bâchage est réellement détentrice d’une meilleure qualité de sol. En effet, plus il y a une activité biologique élevée, plus nous pouvons supposer une bonne qualité des sols. De même, une activité biologique de la faune saprophage élevée révèle une très bonne fertilité biologique. La faune saprophage étant détritivore, elle participe à l’équilibre de tout un réseau trophique. Ensuite, ce qui apporte aux végétaux les éléments nécessaires à leur croissance optimale, qu’ils seront venir piocher grâce à son système racinaire.

Une expérience à poursuivre

Nous pouvons déjà observer des premiers résultats à la suite de cette première expérience à la gaïagraphie au Jardin des Mille Pas. En revanche, nous ne pouvons pas encore donner de réelles conclusions/réponses à nos découvertes. Nous pensons qu’il y a un besoin de réitérer l’expérience au cours du temps et des diverses promotions. Dans un premier temps, réitéré pour faire découvrir cette discipline unique qu’est la gaïagraphie aux futurs étudiants et leur permettre de développer leur connaissance. Dans un second temps, refaire cette expérience au Jardin des Mille Pas pourrait permettre d’avoir un suivi dans le temps et de compléter de manière plus approfondie notre première expérience et ainsi créer un cahier de recherche pour les différents jardins étudiés par le M1 ESS de Rennes 2.

Nous tenions aussi à remercier le Jardin des Mille Pas et notamment Amadis pour sa disponibilité , sa transmission de connaissances et ses conseils tout au long de notre dossier de recherche sur le Jardin des Mille Pas. Nous voulions aussi remercier notre enseignant Éric Collias, pour son temps et ses conseils sur notre dossier mais surtout pour nous avoir permis de découvrir cette nouvelle discipline qu’est la gaïagraphie.

apprendre les humanités avec la nature

aquarelle de Tuyet Tram Dang Ngoc illustrant la présentation de l’atelier de gaïagraphie

C’est à l’occasion du colloque Questions de pédagogie dans le supérieur (QPES) à Lausanne du 5 au 9 juin juin 2023, consacré à « Apprendre de la nature ? Enjeux pour la pédagogie dans l’enseignement supérieur », que des étudiantes du master ERPUR ont partagé leurs expériences de l’atelier de gaïagraphie avec le collectif Dignité cimetière à Rennes.

composition des bouquets de dahlias pour fleurir les tombes au sein du collectif Dignité cimetière

La communication présentée lors du colloque est ici

l’amour en cage

Le jardin partagé GAEC du 106 Canal Saint-Martin – Rennes

Compte-rendu d’observation participante avec le Groupement d’Ami.e.s et d’Entraide Circulaire (G.A.E.C), du Canal Saint-Martin dans le cadre de l’atelier de gaïgraphie – Master 1 ESS-Rennes 2

“Bienvenue au jardin du GAEC”

Le jeudi 02 février, après 15 bonnes minutes de marche, nous sommes arrivées au petit jardin du GAEC, à Rennes. Situé au 106 Canal Saint Martin, ce jardin associatif couvre aujourd’hui 1000m². Accueillies chaleureusement et dans la bonne humeur, par Michel et une quinzaine de bénévoles, nous avons été conviées à nous installer autour d’une table afin de nous présenter et d’expliquer l’objet de notre visite. Durant ce temps d’échange et de présentations mutuelles nous avons en effet pu exposer l’expérience que nous voulions mener sur la vie biologique et organique du sol de leur jardin. L’expérience en elle-même consistait à introduire dans le sol, à 3 espaces différents du jardin, 5 bâtonnets perforés (à l’aide d’une découpe laser) et remplis d’appât. Nous avons obtenu le résultat une semaine plus tard en découvrant la quantité d’appât restant sur les bâtonnets, en sachant que plus cette quantité est faible, plus le sol est riche en faune. Cette expérimentation a eu en réalité une double fonction. L’aspect scientifique tout d’abord, puis l’aspect relationnel. C’était en effet une manière pour nous d’entrer en contact avec ces bénévoles en leur proposant une sorte de “troc”, afin de réaliser une observation participante des solidarités et relations humaines qui se jouent dans un jardin partagé comme celui-ci.

Présentation de l’association

L’association “GAEC du Canal Saint Martin”, Groupement d’Ami.e.s et d’Entraide Circulaire, voit le jour en 2018 à la suite de l’expropriation de Michel, secrétaire de l’association. Cette dernière, comptant 42 adhérents à son origine, s’établit afin de promouvoir et développer les cultures vivrières au sein du jardin collectif du Canal Saint Martin situé à Rennes.

Soucieux de l’enjeu environnemental auquel notre planète fait face mais également de l’enjeu social, c’est à l’initiative d’un groupe de citoyens, désireux d’intégrer un jardin collectif, que le projet d’association se concrétise.

La démocratisation de ces pratiques ainsi que la visibilité qu’a acquise ce jardin sont constatables à ce jour, l’association comptant 102 adhérents-tes (majoritairement des retraités) ; composée de jardiniers et des ami-e-s du jardin (participation irrégulière aux activités du jardin).

Le GAEC s’inscrit dans une démarche naturelle et innovante, respectueuse de l’environnement et des règles biologiques. Il entend, à travers son implantation sur le Parc Naturel Urbain des Prairies Saint Martin, renforcer la biodiversité sur ce territoire et inciter les citoyens à s’engager activement dans la protection de l’environnement à travers diverses pratiques de jardinage (permaculture, trous de serrure…) telles que celles du compostage et du recyclage.

L’association du GAEC est fondée sur des principes et des valeurs fortes et engageantes telles que la tolérance, le partage, le dialogue ainsi que le respect des lieux et des droits des personnes. Nous avons pu, dès l’entrée dans ce jardin, constater l’ambiance chaleureuse et bienveillante qui y règne. Tous partagent des moments de convivialité et de bien-être. Le passage dans ce lieu de vie constitue pour beaucoup un moment suspendu dans le temps (dans une vie qui ne laisse pas beaucoup de place pour se reposer). L’association illustre la beauté et les bienfaits des échanges intra et intergénérationnels à travers le partage des connaissances, d’expériences et de savoir-faire entre les jardiniers et les ami-e-s du jardin. Ces échanges s’effectuent également par le biais d’activités pédagogiques, artistiques et culturelles à destination d’un public varié ; des écoles, des maisons de retraites ou encore des universités. Le fonctionnement du GAEC repose sur la mutualisation des récoltes, appartenant donc à tous, témoignant du caractère solidaire et citoyen de l’association.

Présentation du jardin

Comme nous avons pu le constater lors de nos rencontres au 106 Canal Saint Martin, le jardin partagé, né dans le concept de l’aménagement du parc urbain de Saint Martin, est animé par une volonté de collaboration et d’entraide. La conception du jardin illustre d’ailleurs ce caractère accueillant puisque les adhérent.e.s ont été sollicité.e.s pour participer à la construction de celui-ci. C’est alors qu’ont été dessinés puis créés au sol, les plates-bande en forme de mandalas, organisées autour du point d’eau. Bénévoles, promeneurs curieux comme écoliers, tous sont invités à venir découvrir le jardin.

“ Quand le portail est ouvert, il y a possibilité de « visiter » le jardin, ne vous en privez pas !”

Ainsi, seul un mot d’ordre semble régner : la convivialité. Les bénévoles décrivent ce jardin d’une superficie de 1000m2 comme un espace solidaire d’échange et de partage d’expériences, de compétences mais également de moments de vie. Le rucher, situé à 100 mètres des plantations, est alors un lieu autour duquel s’organisent des sorties pédagogiques en partenariat avec quelques écoles. Bien que le jardin soit entouré de travaux de construction de la ville (construction d’une étable et d’un local pour entreposer des matériaux), la vue de la grue qui surplombe le jardin n’entache en rien l’enthousiasme des travailleurs.

“Non ça ne nous dérange pas, et puis de toute manière on n’a pas le choix !”

Lors de nos visites, nous avons appris que le jardin s’organisait dans le respect de l’environnement, de la nature et des règles biologiques. Ainsi, les seuls engrais utilisés sont des engrais naturels, tels que le purin d’orties. De la même manière, les bénévoles sont attentifs au cycle de vie de la terre et des plantes selon les saisons. Il n’est par exemple jamais planté la même variété de légumes deux années consécutives. Les jardiniers profitent également des savoirs de certains d’entre eux, notamment en termes de permaculture, pour obtenir de belles productions. Nigèle, une bénévole, nous a en effet confié que certaines variétés tiraient profit du fait d’être plantées dans un même endroit, chacune apportant par exemple les nutriments nécessaires à l’autre. Enfin, nous avons pu observer une organisation “en bute” pour certaines plantations. Après avoir questionné Michel, nous avons appris que cette organisation permettait aux plantations de ne pas tremper dans l’eau, ce qui, dans le cas des échalotes par exemple, se révèle néfaste pour leur développement. Toujours dans cette bienveillance vis-à-vis de la nature, les bénévoles ont été fiers de nous apprendre que le jardin s’organisait à 95% autour de la récupération. Les ardoises utilisées pour construire la terrasse ont ainsi été récupérées sur un chantier, un poteau de métro a été utilisé en guise de pied de table, les bancs qui servent lors des rassemblements ont été donnés par la ville… Les bénévoles nous ont également appris que le sol étant composé de terres rapportées argileuses, il est important de bien entretenir les outils afin de minimiser les efforts physiques et de faciliter le travail. De manière générale, nous avons pu admirer l’organisation du G.A.E.C, illustrant le grand soin porté au jardin et à ce qui l’entoure.

L’organisation du jardin

“Quand il y a 10 radis pour 20 on les coupe en 2 !”

Dans la continuité des valeurs du G.A.E.C, quand le moment du partage des récoltes arrive, la bonne entente est encore de mise. En effet, l’association a décidé de redistribuer les “butins” en fonction des besoins de chacun.

“Il n’y a jamais eu de problèmes, tout se passe bien !”

Chacun décide alors de prendre deux carottes, un chou ou encore une salade suivant ses besoins mais également selon ceux des autres. La finalité du jardin n’est pas de “ravitailler” l’ensemble des jardiniers mais bien de partager un moment où chacun apprend et transmet.

mandala autour du point d’eau

Pour permettre une bonne organisation du jardin et le suivi des cultures, des référents sont nommés, ces derniers suivent l’avancée des cultures, guident et répartissent les jardiniers en herbe suivant les tâches.

Même si la majorité du travail se déroule le jeudi matin, certains, davantage expérimentés ou plus connaisseurs du jardin peuvent s’y aventurer à d’autres jours et heures de la semaine. Cette venue peut servir à entretenir le jardin, mais également pour lire un livre ou manger un sandwich. Le jardin est un lieu de culture mais avant tout de vie.

Les résultats du protocole

Afin d’étudier l’activité des habitants des sols du jardin du G.A.E.C, nous avons suivi le protocole proposé par Éric COLLIAS, notre professeur en gaïagraphie . Ce dernier avait testé un outil expérimental permettant de prendre des mesures à différents niveaux de profondeur de la terre https://gaiagraphie.hypotheses.org/1112. Suivant ses indications, nous avons donc fabriqué, grâce au FabLab de l’université de Rennes 2 https://gaiagraphie.hypotheses.org/1099, des bâtonnets de bois, (similaires à des bâtons de glace), dans lequel nous avons percés des trous que nous avons rempli d’un mélange d’eau, de maïzena et de farine, servant d’appât. Dans l’objectif d’obtenir des mesures les plus fiables possible, nous en avons fabriqué 15 que nous avons disposés, par cinq, à trois endroits différents du jardin. Pour avoir une amplitude plus importante des données que nous avons souhaité récolter, nous avons décidé, avec les bénévoles du jardin, de les placer dans des terres relativement différentes : dans le “trou de serrure” (jardin potager circulaire surélevé) près d’un compost, dans une zone non exploitée, et dans une culture recouverte de paillage.Pour placer nos bâtonnets et éviter de les perdre, les jardiniers nous ont mis à disposition des piquets en bois, ainsi que des grillages pour les entourer.

 

 

 

 

 

 

 

Le 9 mars, nous sommes allées récupérer les bâtonnets et observer les résultats. Sur les 3 zones étudiées, seule l’une d’entre elles a semblé être moins riche en vie organique. En effet, sur l’ensemble des 5 bâtonnets de la zone du “trou de serrure” seulement 3 trous d’appât ont été mangé, dont 2 partiellement

Sur les deux autres zones, (donc dans celle du paillage et dans la zone non exploitée) les trous consommés étaient principalement situés en surface ou au milieu du bâtonnet. Les trous de 6 à 8 se sont révélés être peu ou pas consommés. Les bâtonnets étant d’environ 15 cm, ils permettent seulement d’étudier le sol arable qui se situe généralement de 10 à 60 cm en dessous de la surface de la terre. Cette zone est là où l’essentiel de la vie du sol est concentré, elle a besoin d’être riche en humus et en eau. D’après les résultats, on peut donc voir que la vie organique est plutôt riche à la surface de cette zone.

Nous avons également réalisé une analyse du pH au niveau de la terre présente dans le trou de serrure, et avons pu constater que ce dernier est de 8. Un pH neutre et bon pour l’ensemble des cultures étant de 7, nous pouvons nous rendre compte qu’un pH de 8 est plutôt alcalin et riche en calcaire. Le pH jouant sur la disponibilité des nutriments et la capacité des plantes à récupérer des éléments, il faudrait alors réfléchir à baisser le pH pour optimiser les cultures. En effet, pour un sol trop alcalin, l’apport de matières organiques acides, d’humus ou encore de fumier peut améliorer la structure du sol. Cependant, certains légumes apprécient la tendance alcaline, comme les choux, les aubergines, les carottes, les céleris, les oignons ou les petits pois. Des plantes aromatiques aussi s’y développent comme le persil, le romarin, la sauge ou le thym. Il serait également intéressant de faire cette analyse à d’autres endroits pour ajuster les cultures ainsi que les intrants.

“notre ressenti : l’amour en cage, émotion, moment hors du temps, parenthèse inattendue,  accueil chaleureux”

Pour conclure, ces différentes expériences nous ont permis de découvrir une nouvelle discipline : la gaïagraphie, mais elles nous ont également permis de développer des compétences et des savoirs en matière d’analyse du sol. Néanmoins, au vu de la diversité de cultures présentes dans le jardin et de nos connaissances limitées dans ce domaine, il est difficile pour nous de tirer une conclusion générale sur la qualité du sol.

Nous tenions à remercier l’ensemble des jardiniers et bénévoles du G.A.E.C pour leur accueil chaleureux, leur disponibilité et leur envie de transmettre.

Si notre article vous a donné envie de participer à ce projet, n’attendez pas pour rejoindre le collectif des jardiniers du GAEC, le prix de l’adhésion est de 10€ et de 5€ pour les étudiants. Vous pouvez également venir découvrir le jardin lors des portes ouvertes tous les derniers dimanches du mois ! 

Alice, Adèle, Nina, Océane et Maëlle M1 Économie Sociale et Solidaire Université de Rennes 2 , atelier de gaïagraphie animé par Éric Collias

être saisi et devenir témoin pour saisir

«Dans l’usage ethnographique, la définition de [l’ethos par] Clifford Geertz1 est une bonne référence : “L’ethos d’un peuple est le ton, le caractère et la qualité de sa vie, son style et son humeur moraux et esthétiques ; c’est l’attitude sous-jacente envers lui-même et son monde que la vie reflète”.  Notre point de départ par rapport à l’ethnographie standard est la reconnaissance que les humains ne sont pas les seuls à être connus par leur ethos.[…]

La vie reprend après l’incendie à Lann Ster – Plouhinec (56) 2005 03 17 © Éric Collias

[L]es éthographies ne visent pas à produire de manière impartiale des images “objectives” du monde (quelles qu’elles soient). Au contraire, cette approche est fondée sur la conviction que le fait de rendre les autres charnus et épais sur la page, d’exposer les lecteurs à leur vie et à leur mort, peut donner lieu à une proximité et à un enchevêtrement éthique, à une attention et à une préoccupation. Au cœur de cette notion de narration en tant que pratique éthique se trouve la conviction que les histoires que nous racontons contribuent puissamment au devenir de notre monde commun. Rejetant explicitement une simple division entre le réel et le narré, nous considérons la narration comme un acte dynamique de “mise en récit”. […] “Les mondes ne sont pas des contenants, ce sont des motifs, des co-productions risquées, des fabulations spéculatives du monde, pas dans le monde”2 .Raconter des histoires a des conséquences, dont l’une est que nous serons inévitablement entraînés dans de nouvelles connexions et, avec elles, de nouvelles responsabilités et obligations. En bref, il s’agit d’éthographies vivantes, tant par leur message que par leur forme, par leur engagement en faveur de l’ouverture et de la continuité de divers modes de vie et par leur tentative de faire des histoires des technologies qui créent le monde et façonnent la vie.

La narration éthographique concerne les arts du devenir-témoin, qui comprennent à la fois l’attention aux autres et l’expression de cette expérience : être témoin et témoigner activement. De même que nous sommes saisis, nous témoignons pour que d’autres puissent être saisis, en racontant des histoires qui font entrer le public dans la vie des autres de manière nouvelle et conséquente, des histoires qui cultivent la capacité de réponse.
Cette focalisation sur la réponse permet une approche plus intéressante des questions éthiques dans les mondes multi-espèces.3 En explorant la capacité de réponse – la capacité à répondre – nous dépassons les cadres simplistes de la responsabilité comme une question d’agence humaine dans un monde passif et inerte. Toutes les créatures vivantes, et les autres aussi, réagissent au monde qui les entoure. Ce que cela signifie pour chaque être, dans chaque cas, répondre est très différent. C’est cependant à travers ces réponses que les mondes se constituent. Nous sommes tous responsables, impliqués et en jeu dans les mondes que nos actions font naître. […]

Le récit est l’un des grands arts du témoignage, et en ces temps difficiles, raconter des histoires vivantes est un projet profondément engagé, qui consiste à s’engager auprès des multitudes d’autres personnes dans leur vie et leur mort bruyantes et charnelles. Le but des éthographies vivantes est de saisir notre imagination relationnelle. C’est un engagement avec les joies, les passions, les désirs et les engagements des autres Terriens, en célébrant leur e ̄thea dans toute leur extravagante diversité. »

extrait de : van Dooren, T., & Rose, D. B. (2016). Lively Ethography : Storying Animist Worlds. Environmental Humanities, 8(1), 77‑94. https://doi.org/10.1215/22011919-3527731 avec l’accord de Thom van Dooren, traduction aidée de DeppL

1.Geertz, Clifford « Ethos, World View, and the Analysis of Sacred Symbols, » The Antioch Review 17.4 (1957): 421-437.

2.Haraway, Donna, « Jeux de ficelle », in Les Animaux : deux ou trois choses que nous savons d’eux, édité par Vinciane Despret et Raphaël Larrère, Paris : Hermann, 2014.

3. Haraway, Donna, « Inondées d’urine », Vivre avec le trouble , Les éditions des mondes à faire, 2020.

la joie des oiseaux de la canopée urbaine

Que faire de l’émotion suscitée par la puissance du chant des oiseaux émergeant d’une canopée urbaine, à 4h tous les matins, au début du printemps ?

Ces archives sonores proviennent du reportage réalisé en avril 1993 au cours de l’atelier radio de Gloria Legros à Rennes 2 par Éric Collias et Jean-Michel Bénard, alors étudiants en licence d’Infocom.  Elles sommeillaient dans plusieurs bandes magnétiques audio 1/4 de pouce vestiges du montage effectué à l’issue du reportage enregistré au Nagra, dont un montage final doit se trouver dans les archives d’une radio locale rennaise où il fut présenté par l’une des animatrices de l’atelier, ou bien a terminé à la poubelle. La numérisation de l’entretien a été réalisée amicalement par Yvon Ravard expert en la matière, le chant du merle a été numérisé au CREA de Rennes 2 par Gall Melikian.

archive magnétique du 5 avril 1993 où se trouve encore le chant du merle

C’est l’ornithologue Jo Le Lannic qui est interviewé au sujet du chant des oiseaux.

Ces rencontres avec l’oiseau et son porte-parole furent le point de départ d’une enquête plus vaste sur la nature en ville restituée ensuite au travers d’un numéro spécial de la revue naturaliste Penn ar Bed.  La couverture du numéro provient d’une photo de cette canopée vue depuis le balcon de l’immeuble de la rue d’Antrain à Rennes et d’où jaillissait, au début du printemps, la source puissante de cette “joie […] de retrouver les rythmes naturels  par le chant des oiseaux ” ainsi qu’en parle Jo Le Lannic dans le reportage.

http://pmb.bretagne-vivante.org:8090/pmb/uploads/PAB_1997_165-166.pdf

La rencontre avec Jo Le Lannic fut l’occasion de découvrir son travail d’inventaire, principalement à l’oreille, des oiseaux nicheurs du secteur Nord-Est de la ville de Rennes, et de lui proposer une aide pour en publier le contenu : l’accord de Jo pour entreprendre ce travail de publication sera décisif pour la poursuite de cette enquête et la présentation de son travail restitué dans l’un des articles de l’ouvrage.

La joie peut donc être à l’origine d’une puissance d’agir constitutive d’un agencement, voici ce qu’en dit Vinciane Despret (2013) :

“L’agencement est un rapport de forces qui rend certains êtres capables de rendre d’autres êtres capables, de manière plurivoque, de telle sorte que l’agencement résiste au démembrement, à la répartition claire et nette. Ce qui constitue l’agent et le patient est distribué et redistribué de manière incessante. […] Il y a, dans chaque agencement, co-animation, au sens littéral du terme, c’est-à-dire au sens le plus animiste du terme. […] L’expérience sensuelle se produit là où les organismes vivants se touchent, s’affectent et sont affectés les uns par les autres. Nous reconnaissons une expérience sensuelle comme l’expérience concrète dans laquelle chacun des « devenir-acteurs » effectue chez les autres le pouvoir d’être affecté. Une expérience sensuelle est un flux de forces. Ce sont les forces qui harmonisent, agencent (au lieu d’« assembler ») l’agencement, et ce sont les forces qui mettent en œuvre et articulent l’agence.”

Ci-dessous un post qui présente, en contrepoint du point de vue de Jo Le Lannic sur le chant du merle, celui de Vinciane Despret :

chant de la pluie : nourrir le réseau d’affects qui importent

Despret, V. (2013). From secret agents to interagency. History and Theory, 52(4), 29‑44.

des salades de pommes de terre

Pourtant il fait beau
où je suis
comme à tous les points
cardinaux

de la carte de France
ces jours-ci

il se fait de la beauté
elle pousse en robes
autour des femmes

qui traversent en dansant
les yeux
de leurs amoureux

elle pousse en fleurs
sur les balcons
dans les jardins

qui font du bien
aux yeux

en bleu
en rose
même en jaune

il se fait de la bonté
de temps en temps
sous tous les temps

qui pousse
en légumes
dans les jardins partagés
 
en dahlias
de toutes les couleurs
pour toutes les douleurs

de ceux qui n’ont personne
quand l’heure sonne
de quitter l’ici bas

pour là-bas

on fleurit leurs tombes
en blanc en rouge en or
quand la nuit tombe
sur la terre des morts

pour ne pas les oublier
au moins une fois l’année

neuf mètres carrés
pour dix euros par an

ce n’est pas cher
et c’est cher au cœur
des jardiniers amateurs
amateurs de Maurepas

même si des inconnus
parfois

juste après la nuit
juste avant le jour

volent
des salades
des pommes de terre

des salades de pommes de terre


Yvon Le Men, Les rumeurs de Babel 
Éditions Dialogues, 2016
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search