du sucre bio pour les abeilles !

Et oui, les abeilles mangent aussi du sucre ! C’est une apicultrice de l’Aveyron qui nous a sollicités pour savoir quand nous pourrons lui livrer du sucre bio de betterave, car les abeilles consomment environ une dizaine de kilo de sucre par ruche chaque année. Les besoins sont assurés par des préparations différentes en début d’automne et en sortie d’hiver : un sirop d’eau et de sucre fin septembre et un candi pour janvier. Le candi est obtenu par la cuisson à 118°C de sucre mélangé à de l’eau auxquels sont ajoutés du miel en fin de cuisson. Cette cuisson modifie la molécule qui ne peut alors être stockée par les abeilles et n’entre donc pas dans la composition du miel qu’elles fabriquent.

abeilleNoireGroix
abeille noire de l’Île de Groix © Groix

conduite de la bettrave fourragère en bio

voici un extrait d’un ouvrage de Michel Ragot sur la production laitière biologique, qui donne des informations très utiles pour la conduite de la betterave bio

Le_Bihan_bet_four_bio_1Le_Bihan_bet_four_bio_2Le_Bihan_bet_four_bio_3

dans l’ouvrage, sont aussi classés selon leur valeur relatives les différents précédents culturaux de la betterave, c’est à dire l’intérêt  qu’un précédent cultural donné représente selon les aspects de protection des cultures, de la valorisation de l’azote et de l’alternance de systèmes racinaires superficiels et profonds

1 = très bon, bonne valorisation du précédent cultural et optimum du point de vue sanitaire
– blé tendre
– blé dur
– orge d’hiver
– orge de printemps

2 = bon, généralement pas de problème sanitaire, mais mauvaise valorisation du précédent
– pomme de terre
– pois
– soja

3 = moyen, quelques problèmes sanitaires et très mauvaise valorisation du précédent :
– tournesol
– prairie > 3 ans (ce point de vue est contradictoire avec l’intérêt environnemental de la betterave)

4 = mauvais ou à éviter
– maïs

5 = très mauvais
– betterave
– colza

extrait de Ragot, M. (2001). Conversion à l’agriculture biologique: le cas de la production laitière. Educagri éditions, avec l’aimable autorisation de l’éditeur, qui signale le remplacement de l’ouvrage par Produire du lait biologique : conversion et témoignages

le projet breizh sukr

Voici l’intention de Bernard Cano pour le projet Breizh Sukr :

“Depuis mes débuts avec mon associée en 1987, qui passent par la relance de la culture du sarrasin en Bretagne (4000 ha aujourd’hui), puis la création en 1992 de la première usine dédiée à la fabrication d’aliments biologiques pour animaux à Janzé près de Rennes (10 000 tonnes en 2010), je me consacre au développement de l’Agriculture Biologique en Bretagne.
Je veux voir les agriculteurs s’émanciper des schémas traditionnels.

J’expose dans les lignes qui suivent le projet auquel je souhaite impliquer les agriculteurs bio présents et à venir. La prochaine grande étape d’une agriculture à échelle humaine consistera, de mon point de vue, à créer les conditions pour la mise en place d’outils de transformation de petite et moyenne taille qui impliqueront les agriculteurs et qui seront empreints d’une éthique exigeante, qui offriront une lisibilité de production locale, fiable, humaine, propice au développement rural.
Notre projet consiste à mettre en place et développer la betterave sucrière bio en Bretagne et de créer un outil de transformation, une mini sucrerie spécialisée dans le bassin de Pontivy.

 
Pourquoi ce projet nous paraît-il pertinent ?

Le sucre bio : un marché grandissant approvisionné par l’importation.
Le marché du sucre bio représente dans le monde une consommation globale de 370 000 tonnes. L’Europe en absorbe 170 000 tonnes et la France atteint un niveau de consommation de 45 000 tonnes. La consommation de sucre bio croît de 20% par an.
En Bretagne, une diversité de transformateurs en utilisent. Certains près de 1500 tonnes, d’autres 700 tonnes, d’autres 40 tonnes…
Le marché du sucre bio est quasiment exclusivement basé sur le sucre de canne. La production de sucre bio est quasi inexistante en Europe. L’Allemagne en produit depuis une dizaine d’années environ 6000 tonnes à partir de la betterave sucrière.

Les outils de transformation existants [à ce jour en France] ne sont pas adaptés
En France, les trois grands groupes de l’industrie sucrière forment un véritable oligopole. De plus, l’industrie sucrière cessera d’être soutenue dans le cadre de la Pac à partir de 2017, ce qui les conduira à accroître leur activité. La taille de leurs usines qui travaillent des volumes de 1 200 000 à 2 200 000 tonnes ne sont pas compatibles avec les règles et les contraintes qui concernent les betteraves issues de culture biologique. La production de sucre de betterave bio s’exclut donc de fait des process industriels existants.

Les sols et le climat de la Bretagne sont appropriés à cette culture
La betterave sucrière est [dans notre imaginaire] apparentée aux paysages des plaines sans fin de la Beauce, du Nord, de l’Est de la France… Pourtant, la betterave fourragère a été cultivée partout en Bretagne et dans toute l’Europe. Cet aliment de noble qualité assurait les éleveurs d’un fourrage abondant et sûr et contribuait à l’autonomie de leur exploitation. Elle connaît un véritable regain auprès d’éleveurs motivés. Des entrepreneurs se sont équipés en matériel de récolte.

Agronomiquement, les conditions de notre terroir sont excellentes, voire meilleures que celles de la plaine de Caen en Normandie où est la plus proche usine en activité. La pluviométrie et les températures douces de notre région sont également de bons atouts.
Pour familiariser les agriculteurs en production biologique de Bretagne avec cette culture, nous avons l’objectif, en 2016, de planter 8 ha dans les différents départements (plusieurs hectares sont déjà programmés dont le lycée Le Gros Chêne de Pontivy). Le but est de créer des vitrines, de parler technique, de donner envie.

Intégrer une nouvelle production fait partie de la marche de l’histoire
Les modèles de production ne sont jamais définitifs. L’agriculture bretonne a connu, au fil des siècles, de nombreuses transformations :
–    les cultures du lin et du chanvre ont  été la base d’une intense activité manufacturière dans toute la Bretagne. Pour exemple, en 1750, il était dénombré 700 paysans tisserands à Loudéac, autant à Pontivy ; pendant près de trois siècles, ces activités toilières ont fait la prospérité de la Bretagne, réputée pour cela dans toute l’Europe et jusqu’en Amérique du Sud ; des cités comme Locronan et les enclos paroissiaux en témoignent ;
–    la pomme de terre fut introduite à partir de 1820 avec réticences puis les bretons l’adoptèrent et progressivement elle devint une culture favorite de la Bretagne. Il y eut même une féculerie à Rohan près de Pontivy qui a fermé en 1970 ;
–    le chou-fleur, l’une des productions emblématiques de la Bretagne, a été cultivé à partir de 1660. Il est à l’origine de la création d’une zone à vocation légumière qui s’étend aujourd’hui sur une grande partie du nord de la Bretagne ;
–    en 1987, je relançais la production de sarrasin en Bretagne et j’allais vendre ce sarrasin en Hollande et en Allemagne. Cette culture avait quitté l’espace géographique de la Bretagne dans les années 1950. Or, le sarrasin couvre, toutes catégories confondues, environ 4000 ha aujourd’hui.
De multiples autres exemples pourraient être cités… L’agriculture biologique fait partie de ces mutations et la betterave sucrière relève d’une action innovante.

Une des vraies alternatives pour le changement du modèle agricole dominant
De grandes mutations sont en cours et l’année 2016 est marquée par une grave crise des productions agricoles de notre pays. Les volumes produits ne s’écoulent pas, les prix bas, toujours plus bas, ne rendent plus beaucoup d’exploitations viables. Cette course à l’hyper compétition fait des quantités de victimes et laisse une vie morose dans le monde rural.
Les agriculteurs sont lents pour faire évoluer et adapter leurs productions. La saturation des marchés et la régression du nombre des fermes traduit cette difficulté à embrayer une mutation de notre agriculture. Les productions végétales, en agriculture biologique, offrent des perspectives réelles et le développement d’une filière de production de betterave sucrière bio et, à terme, la création d’une sucrerie spécialisée mérite que les agriculteurs y portent de l’attention.
En phase avec les attentes d’un nombre grandissant de consommateurs
Une part grandissante de consommateurs, d’individus conscientisés sur les enjeux de l’environnement, à la recherche d’une qualité de vie respectant les équilibres naturels, font le choix de valeurs dans lesquelles l’écologie est prépondérante. Des chaînes de distribution militantes et spécialisées dans l’alimentation bio connaissent des croissances de 15%. Cela démontre qu’il y a une recherche pour une alimentation issue d’une agriculture exigeante, qui définit des limites, une agriculture à caractère local, basée sur des modes de production autonomes, durables, une agriculture où le rôle des paysans a de la valeur.

Des barrières à lever, un « feeling » cultures à développer
La production de betterave sucrière en Bretagne a pour premier préalable d’abattre des barrières mentales. La Bretagne est un pays où la forte tradition de l’élevage a conduit à placer la part des cultures dans un rôle de seconde importance. En dehors de quelques bassins légumiers réputés, la mentalité agricole est caractérisée par une mentalité d’éleveur. Or, on sait que la part des végétaux dans l’alimentation humaine va s’accroître. Cette tendance est déjà amorcée. C’est une réalité flagrante chez les consommateurs de produits bio.

Désherbage : la difficulté technique à dépasser
La perspective de cultiver de la betterave en bio met immédiatement en évidence cette question cruciale. Pour développer les cultures en bio en Bretagne, il va falloir stimuler le sens de l’exigence et de la précision chez les agriculteurs. Devenir capable de cultiver la betterave à l’échelle d’une nouvelle production organisée, c’est acquérir une technicité qui permet de pouvoir envisager toutes les cultures.
En Vendée, un groupe de sept agriculteurs ayant fait sa conversion en bio, illustre bien ce qu’est le « feeling » culture en bio. Ils exploitent 700 ha. Ils sont passés d’un schéma conventionnel très intensif à la mise au point d’un ensemble de productions techniquement très pointues : ils utilisent le GPS dans le bocage vendéen depuis 10 ans. Les cultures, céréales incluses, sont toutes pensées pour être binées si nécessaire. La diversité des productions est grande : céréales, maïs, une gamme diversifiée de haricots et légumes secs, des légumes, de la pomme de terre.
Depuis deux ans, ils s’orientent et se spécialisent dans le quinoa (100 ha) qui leur assure des marges très élevées. Aujourd’hui, ils sont techniquement prêts pour produire de la betterave sucrière.

Alors, en Bretagne, qu’attendons nous ?
Atteindre ces résultats est affaire d’état d’esprit et d’autonomie de pensée. Pour avancer et capter des marchés existants, il est nécessaire que des prises de conscience aient lieu. De cela, il découlera de vraies solutions pour que les agriculteurs trouvent l’envie et le sens à faire un métier qui leur permettra de bien vivre.
Face à l’actuelle vague de 60 000 ha de conversions qui concerne la France dans son ensemble, les agriculteurs bretons doivent réaliser que cultiver quelques céréales de type secondaire ne leur permettra pas de «gagner leur croûte ». Mais s’ils mettent la barre des compétences techniques plus haute pour se mettre à niveau avec la technicité indispensable à la conduite de cultures telles la betterave sucrière qui est du même ordre de difficulté que les légumes plein champ, ils se garantiront et s’assureront de belles perspectives pour envisager une diversité de productions rémunératrices et des débouchés durables.

Un projet extensible à d’autres régions
Je suis convaincu que le développement de la filière betterave sucrière bio en Bretagne sera un courant de production précurseur en France et que d’ici 10 ans, d’autres mini-sucreries bio ancrées dans des bassins de production régionaux verront le jour.

Et à d’autres produits
A cela viendront s’ajouter des activités connexes à valeur ajoutée, telles la production de levures bio dont l’utilisation deviendra obligatoire chez les transformateurs bio, [comme par exemple en panification].”

test bêche

20160303_PONDI_TALCOAT
prélèvement d’un bloc de sol pour le “test bêche”

un premier test bêche a été réalisé le 3 mars sur une parcelle du LEGTA de Pontivy qui est actuellement occupée par une prairie de ray-grass hybride et de trèfle violet et sera semée en betterave fin avril, il permet d’avoir un point zéro de référence pour voir l’évolution du sol après la culture et récolte de la betterave

le test bêche est un des outils d’évaluation de la qualité biologique des sols par l’analyse de la population des vers de terre, et permet en plus d’observer la structure

dans cette prairie, à la profondeur échantillonnée (25cm), le sol est d’une belle couleur brune homogène, la structure à dominante grumeleuse, donc bien pourvu en vers de terre

les vers de terre ont été récoltés pour être déterminés par Sarah Guillocheau  de l’OPVT basé à de la station biologique de Paimpont

20160317_144944_R6
bloc de sol extrait sur une profondeur de 25 cm

 

20160317_150739_R6
sur la bâche : analyse de la structure du sol et récupération des vers de terre pour la détermination de la diversité spécifique

carte et convention pour les essais de culture

umaP_IGN

carte des agriculteurs engagés, avec ci-dessous le lien vers la version dynamique et la légende

http://umap.openstreetmap.fr/fr/map/essais-de-culture_80631?scaleControl=true&miniMap=true&scrollWheelZoom=true&zoomControl=true&allowEdit=false&moreControl=true&datalayersControl=true&onLoadPanel=caption&captionBar=true&datalayers=187460#8/48.069/-2.384

 

CONVENTION POUR DES ESSAIS DE PRODUCTION DE BETTERAVE SUCRIERE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN BRETAGNE

BREIZH SUKR : LA FILIERE SUCRE BIO EN BRETAGNE

Bernard CANO, gérant de la société Milin Gentieg actuellement porteur du projet Breizh Sukr, veut promouvoir le développement de la culture de la betterave sucrière en Bretagne et associer des producteurs en agriculture biologique à des essais culturaux dans le cadre d’une démarche volontaire et non commerciale dans un premier temps.

Les agriculteurs qui se joignent à cette initiative le font par esprit d’initiative, de challenge et efficacité, le but étant de diversifier les productions et d’assurer des débouchés durables et rémunérateurs à l’agriculture biologique en Bretagne. La nature de cette convention repose sur un engagement moral.

Cette convention a pour objectif de définir, dans un cadre simple, la relation entre le producteur et la société Milin Gentieg. Elle n’est pas formelle. Il n’en découle réciproquement aucune obligation commerciale ou technique.

Le producteur qui souscrit à la mise en œuvre de ces essais, confirme sa volonté de :

  • cultiver la parcelle selon le cahier des charges de l’agriculture biologique
  • s’appliquer à mener une conduite de culture techniquement et agronomiquement soignée
  • permettre un suivi annuel de la population de vers de terre
  • permettre à des visiteurs d’accéder à la parcelle et de favoriser leur accueil, de les renseigner
  • transmettre les résultats de ses observations de conduite de culture et une pesée de la récolte après arrachage
  • aucune obligation financière ne lie les parties et le producteur de betteraves se chargera d’écouler librement sa récolte
  • les semences lui seront fournies par la société Milin Gentieg qui se charge de les obtenir. Elles sont de qualité non traitées et enrobées d’un enrobage neutre et utilisables en agriculture biologique à titre dérogatoire car il n’existe pas de semences de betterave sucrière certifiée en agriculture biologique
  • la quantité pour un hectare est de 136 000 graines. Le conditionnement du semencier est une boîte de 100 000 graines
  • les semences sont facturées à prix coûtant pour la somme de 110 € H.T. la boîte de 100 000 graines soit 150 € H.T. pour un hectare.

Le projet Breizh Sukr a pour finalité de développer une sucrerie spécialisée pour transformer une production de qualité réelle issue de la région Bretagne.

lu dans Paysan Breton

Betterave sucrière bio recherche producteurs

La création d’une filière de production de sucre bio peut être une opportunité pour des agriculteurs du secteur de Pontivy. La betterave élargit la gamme de cultures et laisse une marge supérieure aux céréales.

« Une surface de 200 hectares dans le secteur de Pontivy permettrait de créer un petit outil de transformation ». Bernard Cano, gérant de la société Milin, spécialisée dans le négoce de céréales bio et la fabrication d’aliment, imagine un atelier évolutif. Les besoins en France sont élevés. « Nous importons 45 000 t de sucre bio chaque année des pays d’Amérique du sud, l’équivalent de 6 000 hectares. Le marché existe ». Le niveau de valorisation est motivant. « Les marges sont très supérieures à celles des céréales : de l’ordre de 1 500 € par hectare pour un rendement brut de 60 tonnes/ha environ ». La culture a de nombreux atouts. « Au niveau agronomique, elle permet d’allonger la rotation ; la région est riche en matière organique ; au niveau économique, elle diversifie la production de la ferme. La betterave produit du sucre mais aussi des pulpes et de la mélasse qui peuvent être valorisées par les animaux ».

Quelques engagements

La betterave a aussi des freins, notamment en terme de conduite du désherbage. « Hors Bretagne, en régions de grande cultures, les producteurs ont surmonté ces difficultés grâce aux technologies nouvelles comme les systèmes de guidage. Les conditions de travail se sont améliorées ». Dans ces régions, les agriculteurs sont également plus exigeants avec leurs cultures que ne sont les éleveurs en Bretagne, plus focalisés sur leurs productions animales. Qu’à cela ne tienne, Bernard Cano a commencé à prospecter dans le secteur avec, déjà, l’engagement de quelques producteurs tentés par l’aventure. Il faudra sans doute des essais grandeur nature pour susciter la curiosité et l’envie chez d’autres agriculteurs, à même de consacrer quelques hectares à la culture. L’émergence d’une filière de production de sucre en Bretagne est à ce prix. Bernard Laurent

http://www.paysan-breton.fr/productions-agricoles/betterave-sucriere-bio-recherche-producteurs/

quelle surface de production de betterave faut-il envisager pour construire une sucrerie ?

échanges avec Bernard Cano lors d’une rencontre avec un agriculteur de Quistinic le 5 novembre 2015

“Une mini usine de transformation peut être envisagée pour transformer un volume de 25 à 30 000 tonnes de betterave, ce qui correspond à une surface de production de 300 à 400 ha. Sur la base d’une production de 60 à 65 tonnes de betteraves à l’ha et d’un taux minimal de 15% de sucre, le rendement moyen envisageable est de 92 quintaux de sucre à l’ha. Comme l’unité de production est modulable, sa croissance peut accompagner la croissance de la production, et on peut donc envisager de démarrer la construction d’une usine pour 200 ha de production.”

le potentiel de l’agriculture biologique est immense

quel est modèle agricole cohérent avec cette production ?

réponse de Bernard Cano (entretien du 23 juillet 2015)

“L’orientation qui me paraît exclusivement intéressante, sous réserve de lui apporter des outils de développement et de lui consacrer des moyens, c’est l’orientation de l’agriculture biologique.

L’agriculture biologique présente bien sur des contraintes, mais présente aussi un potentiel de développement important si on veut lui insuffler des moyens nouveaux, chose que l’on n’a strictement pas fait à ce jour.

Cette agriculture possède une voie de développement de la même nature que ce que l’on a connu dans les années 60 où l’on a consacré beaucoup de moyens à l’agriculture [conventionnelle] pour des finalités qui étaient différentes [principalement orientées vers la production quantitative].

C’est une nouvelle l’agriculture plus environnementale, plus sociale, plus orientée sur la manière de faire revivre les campagnes, autour de laquelle se greffe une diversité d’activités d’artisanat, des moyennes et petites industries, qui est à recréer. C’est, pour les agriculteurs, leur offrir une source de prospérité, leur proposer d’accomplir des actes plus gratifiants, au sein d’une société rurale  avec une plus forte présence humaine et où il y a une meilleure conciliation des intérêts de l’agriculture avec le milieu.”

une bouffée d’oxygène pour renouveler l’agriculture bretonne

Comment est née cette idée de betterave sucrière bio ?

réponse de Bernard Cano (entretien du 23 juillet 2015) : “Dans le cadre de mes activités j’ai eu l’occasion de prospecter pas mal de voies pour développer les agrosystèmes bio, comme le sarrazin ou les avoines couvertes, afin de proposer aux agriculteurs des moyens de construire leur autonomie. Il était donc naturel pour moi de m’intéresser à la betterave, d’autant que le sucre [bio] que nous consommons est en totalité importé, ce qui correspond à 170000 tonnes pour l’Europe, et 40-50000 tonnes pour la France, exclusivement à base de sucre de canne. Il existe une petite production de betterave sucrière bio en Allemagne, dont la principale difficulté réside dans la question du désherbage. J’appréhende bien ce sujet car dans mon entreprise précédente j’avais une activité dédiée au machinisme agricole spécialisée dans le désherbage mécanique. J’en mesure toute l’importance et aujourd’hui je considère que la betterave pourrait accroître la diversité des cultures nouvelles que l’on peut envisager dans une région comme la Bretagne. Cette région connaît une vraie décomposition de son agriculture car les productions pour l’export ne peuvent plus constituer son unique finalité. En ayant de meilleures effets sur l’environnement, la betterave fait partie de toutes les activités que l’on peut développer dans cette agriculture rénovée, à côté des activités d’élevage qui sont encore présentes alors que dans beaucoup de régions ce métier de l’élevage a disparu. Quand je vois la symbiose qu’il y a entre la culture et l’élevage, la betterave fait partie des cultures que l’on peut développer pour éviter l’hyperspécialisation et recréer de la diversité. C’est la clef de tous les points de vue pour la réussite, que ce soit du point de vue agronomique, de la technique des cultures,  du point de vue de la commercialisation qui peut être reprise en main par les agriculteurs, et d’autant mieux assurée que l’éventail de possibilités de production s’élargit. Cette diversité de production dans laquelle on peut faire des combinaisons, en fonction de nos goûts, de l’intérêt pour telle culture, en fonction de nos terres, du marché,  amène une grande bouffée d’oxygène et permet d’imaginer des perspectives pour cette agriculture que l’on doit recréer en Bretagne.”

que retirer de l’expérience du sarrazin bio en Bretagne ?

sarrazin2_BD

Cette question est posée à Bernard Cano, fondateur d’Edou Breizh, qui a relancé la culture du sarrazin en Bretagne en 1987.

“D’abord, cela montre que les idées qui suscitent beaucoup de résistance et d’opposition, peuvent s’avérer être justes si l’on persévère un peu. Cette une production qui a permis de pratiquer différemment l’agriculture, pour faire du bio, et diversifier la production. En élargissant les possibilité de production, le sarrazin a donné envie à des gens d’entreprendre et de s’assurer de meilleures conditions économiques, du fait de la complémentarité des productions vis-à-vis du marché. Cela tranche avec le système dominant où la diversité des productions est plus faible, et donc plus sensible aux aléas du marché.

Cette plante emblématique de la Bretagne n’y était plus cultivée à l’époque, j’ai donc fait de nombreuses recherches sur les volumes importés, la valeur des transactions commerciales. La première année s’est faite avec beaucoup d’embûches, des relations parfois difficiles avec les gens, et les premières ventes ont été faites en Hollande, puis en Allemagne.”