protocole d’enquête de l’activité de la faune du sol

C’est en 2021, grâce à deux étudiants du M2 ERPUR de Rennes 1, Xavier de Laubier et Lucie Naveilhan, que j’ai pris conscience du potentiel pédagogique et pragmatique que représente le sol dans le contexte actuel de transition cosmopolitique, c’est à dire de prise en compte de tous les êtres dans la composition du monde. J’ai alors exploré les propositions d’indicateurs de son activité biologique sur le ouaibe, et ai découvert la sollicitation de Sandra Barrantal de participer au test des protocoles mis au point au sein du projet de recherche Bises du réseau PartiCitaE. Mon choix s’est arrêté sur un premier dispositif composé de bâtonnets enfouis dans le sol et dont une série de trous emplis de pâte permet d’avoir une mesure de l’activité de la faune moyenne du sol, une sorte de Bait Lamina low-cost.

Après avoir pris contact avec l’Édulab de Rennes 2 où je pensais trouver un équipement susceptible de m’aider à construire les tests, c’est finalement à l’occasion d’un déplacement dans l’Indre que je suis tombé sur un lot de couverts en bois qui semblaient attendre que je les achète, et il ne me restait plus qu’à y aménager les perces et préparer la pâte pour les transformer en appâts. Cette première expérience me permettra ensuite de découvrir l’incomparable performance des solutions de l’Édulab avec Tony Vanpoucke [https://gaiagraphie.hypotheses.org/1099]

les 10 trous de ø 4mm sont espacés de 10mm à partir de 45mm du sommet du couteau, ce qui en facilite la manipulation et l’écriture

une pâte élastique préparée avec 25g de farine de blé et 25 g de fécule de maïs est étalée dans les orifices

3 séries de 5 bâtonnets-appâts sont installés dans mon jardin le 11 juillet 2021 : – sous le rosier qui reçoit le compost domestique
– sous le noisetier qui reçoit des feuilles mortes
– dans la prairie,

après avoir pris soin d’ouvrir le sol avec un couteau avant d’y installer les appâts, et avoir mis une jalonnette en bambou pour ne pas écraser ceux de la prairie quand je vais pisser la nuit au fond du jardin (par contre le chat lui ne s’est pas gêné d’en écraser en sautant de son mur dans le jardin)

Une photo est prise afin de caractériser l’environnement de chaque site de mesure , ici autour du rosier, il faudra aussi prévoir  la description du site d’implantation : orientation, strates de végétation, travail du sol, arrosage, etc.

Les appâts ont été relevés au bout d’une semaine, le 18/07/21

la mesure de la consommation des appâts est faite selon 3 catégories, 1 pour une consommation totale, 0,5 pour une consommation partielle et 0 pour une absence de consommation de l’appât

la moyenne des résultats est calculée pour chaque profondeur à chaque site de mesure

Manifestement, c’est sous le rosier que l’activité de la faune moyenne du sol est la plus importante en profondeur, les faibles écarts entre la prairie et le noisetier ne permettent pas de les distinguer de ce point de vue.

La récupération des appâts offre la possibilité de faire des images de la faune présente sur les bâtonnets, ici une iule.

Technologies en tant que systèmes : l’exemple d’un fil de cuivre

“Hughes donne un compte rendu explicite de la base de sa propre approche. Elle se développe, dit-il, comme conséquence du traitement des technologies comme des systèmes, « des structures cohérentes constituées d’éléments en interaction et interconnectés » (ix). Les parties de tels systèmes ne peuvent pas être étudiées isolément : le développement d’une partie dépend de sa relation avec d’autres parties et de la manière dont ces parties se développent elles-mêmes. Il existe une dynamique interne résidant dans l’interaction continue des parties de tout système technologique. De plus, c’est un lieu commun de la théorie des systèmes qu’ils interagissent avec leur environnement, de sorte qu’il faut attendre d’un système technologique qu’il incarne les ressources physiques, intellectuelles et symboliques de la société qui le construit, et qu’il continue d’interagir avec cette société. une fois construit. Bien qu’un tel système développe une « dynamique interne », et devienne ainsi dans cette mesure un facteur indépendant ayant une influence sur la société dans laquelle il réside, il continuera à être affecté par cette société et à être façonné dans sa croissance et son développement. en conséquence.
Hughes expose assez longuement son engagement envers une “approche systémique” dans son chapitre d’introduction, et cite même une partie de la littérature sur la théorie générale des systèmes. Mais il faut souligner que sa propre pensée systémique est extrêmement informelle.
Nulle part, par exemple, il n’énonce une définition d’un « système technologique » qui satisferait un pédant ; et je reste moi-même dans l’incertitude, après vérifications répétées, si un tel « système » est censé inclure ou non l’activité des agents qui le font fonctionner. Le point, cependant, ne vaut pas la peine d’être approfondi; car dans son récit historique, les artefacts humains et les activités humaines vont de pair comme le bon sens l’exige, et le résultat est toujours éminemment satisfaisant. Le grand mérite de la pensée « systémique » de Hughes est qu’elle produit une merveilleuse sensibilité au contexte et, dans cette mesure, contribue à libérer l’imagination historique. Là où la théorie des systèmes devient plus stricte et formelle, et menace donc de restreindre l’imagination une fois de plus, Hughes choisit sagement de ne pas suivre.

T.A. Edison patent on the light bulb. January 27, 1880

Le tout premier chapitre substantiel de l’ouvrage souligne bien la prise de conscience de Hughes du contexte. Une partie de sa tâche consiste à raconter l’histoire de l’invention de l’ampoule électrique. Mais ici, l’ampoule n’est que le dernier centimètre ou deux d’un système de distribution d’énergie électrique massif impliquant des générateurs centraux et des kilomètres de câbles en cuivre, le tout étant conçu par Edison. L’ampoule en elle-même disparaît ainsi comme un problème pour l’inventeur, pour être remplacée par une ampoule “appropriée”, une partie d’une tâche inventive plus large. Le principe de base du filament incandescent était bien connu ; ce qu’Edison devait faire était de concevoir un filament spécifique pour le système qu’il mettait en place. Ainsi perçue, certaines conclusions intéressantes peuvent être tirées sur l’invention de l’ampoule. La première est que, dans un certain sens clair, l’ampoule devait être inventée par Edison : elle faisait partie de la dynamique interne de son système, et lui seul avait la connaissance requise de ce système. Une autre est que l’invention répondait à des exigences profondément conditionnées par l’environnement du système : le prix du cuivre, par exemple, était une considération importante dans la fixation de l’épaisseur des câbles de distribution ; cette épaisseur limite les courants du système ; et ces courants maximaux avaient des implications pour la conception des filaments. Ces deux conclusions symbolisent d’importantes formes générales d’analyse qui parcourent l’ensemble du texte.”

Barnes Barry, 1984, « Thomas P. Hughes, Networks of Power: Electrification in Western Society », Social Studies of Science, vol. 14, n° 2 : 309‑314.
(Google trad., le gras est notre ajout)
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search