être saisi et devenir témoin pour saisir

«Dans l’usage ethnographique, la définition de [l’ethos par] Clifford Geertz1 est une bonne référence : “L’ethos d’un peuple est le ton, le caractère et la qualité de sa vie, son style et son humeur moraux et esthétiques ; c’est l’attitude sous-jacente envers lui-même et son monde que la vie reflète”.  Notre point de départ par rapport à l’ethnographie standard est la reconnaissance que les humains ne sont pas les seuls à être connus par leur ethos.[…]

La vie reprend après l’incendie à Lann Ster – Plouhinec (56) 2005 03 17 © Éric Collias

[L]es éthographies ne visent pas à produire de manière impartiale des images “objectives” du monde (quelles qu’elles soient). Au contraire, cette approche est fondée sur la conviction que le fait de rendre les autres charnus et épais sur la page, d’exposer les lecteurs à leur vie et à leur mort, peut donner lieu à une proximité et à un enchevêtrement éthique, à une attention et à une préoccupation. Au cœur de cette notion de narration en tant que pratique éthique se trouve la conviction que les histoires que nous racontons contribuent puissamment au devenir de notre monde commun. Rejetant explicitement une simple division entre le réel et le narré, nous considérons la narration comme un acte dynamique de “mise en récit”. […] “Les mondes ne sont pas des contenants, ce sont des motifs, des co-productions risquées, des fabulations spéculatives du monde, pas dans le monde”2 .Raconter des histoires a des conséquences, dont l’une est que nous serons inévitablement entraînés dans de nouvelles connexions et, avec elles, de nouvelles responsabilités et obligations. En bref, il s’agit d’éthographies vivantes, tant par leur message que par leur forme, par leur engagement en faveur de l’ouverture et de la continuité de divers modes de vie et par leur tentative de faire des histoires des technologies qui créent le monde et façonnent la vie.

La narration éthographique concerne les arts du devenir-témoin, qui comprennent à la fois l’attention aux autres et l’expression de cette expérience : être témoin et témoigner activement. De même que nous sommes saisis, nous témoignons pour que d’autres puissent être saisis, en racontant des histoires qui font entrer le public dans la vie des autres de manière nouvelle et conséquente, des histoires qui cultivent la capacité de réponse.
Cette focalisation sur la réponse permet une approche plus intéressante des questions éthiques dans les mondes multi-espèces.3 En explorant la capacité de réponse – la capacité à répondre – nous dépassons les cadres simplistes de la responsabilité comme une question d’agence humaine dans un monde passif et inerte. Toutes les créatures vivantes, et les autres aussi, réagissent au monde qui les entoure. Ce que cela signifie pour chaque être, dans chaque cas, répondre est très différent. C’est cependant à travers ces réponses que les mondes se constituent. Nous sommes tous responsables, impliqués et en jeu dans les mondes que nos actions font naître. […]

Le récit est l’un des grands arts du témoignage, et en ces temps difficiles, raconter des histoires vivantes est un projet profondément engagé, qui consiste à s’engager auprès des multitudes d’autres personnes dans leur vie et leur mort bruyantes et charnelles. Le but des éthographies vivantes est de saisir notre imagination relationnelle. C’est un engagement avec les joies, les passions, les désirs et les engagements des autres Terriens, en célébrant leur e ̄thea dans toute leur extravagante diversité. »

extrait de : van Dooren, T., & Rose, D. B. (2016). Lively Ethography : Storying Animist Worlds. Environmental Humanities, 8(1), 77‑94. https://doi.org/10.1215/22011919-3527731 avec l’accord de Thom van Dooren, traduction aidée de DeppL

1.Geertz, Clifford « Ethos, World View, and the Analysis of Sacred Symbols, » The Antioch Review 17.4 (1957): 421-437.

2.Haraway, Donna, « Jeux de ficelle », in Les Animaux : deux ou trois choses que nous savons d’eux, édité par Vinciane Despret et Raphaël Larrère, Paris : Hermann, 2014.

3. Haraway, Donna, « Inondées d’urine », Vivre avec le trouble , Les éditions des mondes à faire, 2020.

la joie des oiseaux de la canopée urbaine

Que faire de l’émotion suscitée par la puissance du chant des oiseaux émergeant d’une canopée urbaine, à 4h tous les matins, au début du printemps ?

Ces archives sonores proviennent du reportage réalisé en avril 1993 au cours de l’atelier radio de Gloria Legros à Rennes 2 par Éric Collias et Jean-Michel Bénard, alors étudiants en licence d’Infocom.  Elles sommeillaient dans plusieurs bandes magnétiques audio 1/4 de pouce vestiges du montage effectué à l’issue du reportage enregistré au Nagra, dont un montage final doit se trouver dans les archives d’une radio locale rennaise où il fut présenté par l’une des animatrices de l’atelier, ou bien a terminé à la poubelle. La numérisation de l’entretien a été réalisée amicalement par Yvon Ravard expert en la matière, le chant du merle a été numérisé au CREA de Rennes 2 par Gall Melikian.

archive magnétique du 5 avril 1993 où se trouve encore le chant du merle

C’est l’ornithologue Jo Le Lannic qui est interviewé au sujet du chant des oiseaux.

Ces rencontres avec l’oiseau et son porte-parole furent le point de départ d’une enquête plus vaste sur la nature en ville restituée ensuite au travers d’un numéro spécial de la revue naturaliste Penn ar Bed.  La couverture du numéro provient d’une photo de cette canopée vue depuis le balcon de l’immeuble de la rue d’Antrain à Rennes et d’où jaillissait, au début du printemps, la source puissante de cette “joie […] de retrouver les rythmes naturels  par le chant des oiseaux ” ainsi qu’en parle Jo Le Lannic dans le reportage.

http://pmb.bretagne-vivante.org:8090/pmb/uploads/PAB_1997_165-166.pdf

La rencontre avec Jo Le Lannic fut l’occasion de découvrir son travail d’inventaire, principalement à l’oreille, des oiseaux nicheurs du secteur Nord-Est de la ville de Rennes, et de lui proposer une aide pour en publier le contenu : l’accord de Jo pour entreprendre ce travail de publication sera décisif pour la poursuite de cette enquête et la présentation de son travail restitué dans l’un des articles de l’ouvrage.

La joie peut donc être à l’origine d’une puissance d’agir constitutive d’un agencement, voici ce qu’en dit Vinciane Despret (2013) :

“L’agencement est un rapport de forces qui rend certains êtres capables de rendre d’autres êtres capables, de manière plurivoque, de telle sorte que l’agencement résiste au démembrement, à la répartition claire et nette. Ce qui constitue l’agent et le patient est distribué et redistribué de manière incessante. […] Il y a, dans chaque agencement, co-animation, au sens littéral du terme, c’est-à-dire au sens le plus animiste du terme. […] L’expérience sensuelle se produit là où les organismes vivants se touchent, s’affectent et sont affectés les uns par les autres. Nous reconnaissons une expérience sensuelle comme l’expérience concrète dans laquelle chacun des « devenir-acteurs » effectue chez les autres le pouvoir d’être affecté. Une expérience sensuelle est un flux de forces. Ce sont les forces qui harmonisent, agencent (au lieu d’« assembler ») l’agencement, et ce sont les forces qui mettent en œuvre et articulent l’agence.”

Ci-dessous un post qui présente, en contrepoint du point de vue de Jo Le Lannic sur le chant du merle, celui de Vinciane Despret :

chant de la pluie : nourrir le réseau d’affects qui importent

Despret, V. (2013). From secret agents to interagency. History and Theory, 52(4), 29‑44.

des salades de pommes de terre

Pourtant il fait beau
où je suis
comme à tous les points
cardinaux

de la carte de France
ces jours-ci

il se fait de la beauté
elle pousse en robes
autour des femmes

qui traversent en dansant
les yeux
de leurs amoureux

elle pousse en fleurs
sur les balcons
dans les jardins

qui font du bien
aux yeux

en bleu
en rose
même en jaune

il se fait de la bonté
de temps en temps
sous tous les temps

qui pousse
en légumes
dans les jardins partagés
 
en dahlias
de toutes les couleurs
pour toutes les douleurs

de ceux qui n’ont personne
quand l’heure sonne
de quitter l’ici bas

pour là-bas

on fleurit leurs tombes
en blanc en rouge en or
quand la nuit tombe
sur la terre des morts

pour ne pas les oublier
au moins une fois l’année

neuf mètres carrés
pour dix euros par an

ce n’est pas cher
et c’est cher au cœur
des jardiniers amateurs
amateurs de Maurepas

même si des inconnus
parfois

juste après la nuit
juste avant le jour

volent
des salades
des pommes de terre

des salades de pommes de terre


Yvon Le Men, Les rumeurs de Babel 
Éditions Dialogues, 2016

la Terre n’est pas un être vivant

couverture © Flammarion, 1993

« Ayant commencé sa carrière dans les années 1940, la pensée systémique de Lovelock s’est appuyée sur la cybernétique de premier ordre des systèmes auto-organisés, sur l’autorégulation par rétroaction négative et sur les discours étroitement associés sur l’énergie et l’entropie qui reliaient la thermodynamique à la théorie de l’information.

Une génération plus jeune que Lovelock et débutant dans les années 1960, Margulis a adhéré à la cybernétique de second ordre de Maturana et Varela et à leur concept d’autopoïèse. Cette théorie concernant la forme et le fonctionnement des systèmes vivants est apparue au moment où Gaïa elle-même était introduite à travers ses premières publications. Pour Margulis, le concept d’autopoïèse fournissait un critère de clarification pour l’autoproduction autonome de systèmes vivants contrairement à la cybernétique plus englobante et computationnelle des systèmes de contrôle. » (Clarke & Dutreuil, 2022)

« Parce qu’aucun organisme ne soutient jamais sa croissance uniquement en mangeant ses propres déchets et en recyclant entièrement le carbone, l’hydrogène, le soufre, etc. nécessaires à son corps, j’ai toujours a clairement soutenu que “la Terre est un seul organisme vivant” n’est pas l’idée de Gaïa. C’est une fausse déclaration qui encourage les critiques et les excentriques à prospérer et empêche le travail, commencé par Lovelock, d’intégration des données scientifiques du système terrestre. […]

Une courte description beaucoup plus précise de Gaïa, […], est que la température de surface, la chimie des composants gazeux réactifs, l’état d’oxydo-réduction et l’acidité-alcalinité de l’atmosphère et de la surface de la Terre les sédiments sont activement (homéorrhéiquement) entretenus par le métabolisme, le comportement, la croissance et la reproduction des organismes (organisés en communautés) à sa surface.

Gaïa n’est pas un individu, c’est un écosystème.

[…] mon soutien “fervent” se concentre moins sur Gaïa et beaucoup plus sur la symbiose en tant que mécanisme d’innovation évolutive. En effet, mon implication dans la théorie de Gaïa découle de ma conviction que l’approche de Lovelock est tout à fait la bonne. En tant que chimiste de l’atmosphère, scientifique indépendant et brillant inventeur, Lovelock mérite une collaboration étroite avec des biologistes compétents et des modélisateurs écologiques conscients des effets de la croissance démographique et des échanges gazeux à la surface de la Terre, »  (Margulis, 1993)

« La vie ne « s’adapte » pas à un environnement physico-chimique passif comme le supposent la plupart des néodarwiniens, mais la vie produit et modifie activement son environnement. L’oxygène que nous respirons, l’atmosphère humide dans laquelle nous vivons et les eaux océaniques légèrement alcalines dans lesquelles baignent les baleines ne sont pas déterminés par un univers physique régi par des « lois » mécaniques. Contrairement à un monde mécanique centré sur la physique, la biosphère métabolisante est physiologiquement auto-contrôlée. L’oxygène respirable, l’air humide et les océans légèrement alcalins résultent de la croissance et du métabolisme d’un nombre incalculable et toujours changeant de bactéries, de plantes et d’algues qui produisent de l’oxygène à l’aide de l’énergie solaire. Le transport de l’eau est entraîné par les activités des grandes forêts, principalement des arbres néotropicaux ; et la neutralisation des tendances acides de la planète est accomplie par la production de substances alcalines telles que l’ammoniac par des myriades d’organismes, par exemple par la miction et la libération de gaz. » (Margulis, 1990)

Clarke, B., & Dutreuil, S. (Éds.). (2022). Writing Gaia : The Scientific Correspondence of James Lovelock and Lynn Margulis. Cambridge University Press.

Margulis, L. (1990). Kingdom Animalia : The Zoological Malaise from a Microbial Perspective. 30, 861‑875.

Margulis, L. (1993). Gaia in Science. Science, 259(5096), 745‑745.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search