déverrouillage socio-technique

L’usage d’une technologie inappropriée peut se maintenir du fait d’un phénomène de verrouillage qui s’est produit autour d’un système devenu standard et qui détermine les innovations qui dépendront de la compatibilité avec ce standard : c’est la dépendance du chemin suivi (Rip & Kemp, 1998), l’usage des pesticides en agriculture est un modèle du genre (Vanloqueren & Baret, 2009).

Le déverrouillage socio-technique devient désormais un champ de recherche fructueux dans le domaine de la transition agro-écologique (Meynard & al. 2013). Les concepts employés dans ce domaine sont proches de ceux de la résilience des systèmes écologiques, notamment de la panarchie des cycles adaptatifs emboités aux différentes échelles du vivant (Holling & al., 2002).

La révolte exercée aux niveaux des cycles qui sont au plus bas de l’échelle peut, selon Holling, contaminer les échelons supérieurs, selon le schéma ci-dessous :

panarchy
Panarchie, modèle heuristique de l’imbrication de cycles adaptatifs de renouvellement des écosystèmes soulignant les influences entre les différentes échelles. (modifié par C. Folke 2006 d’après Gunderson & Holling 2002)

Exemple d’une lande :

∞ mémoire : l’azote atmosphérique issu des nouveaux systèmes agricoles s’accumule dans les sols des landes et favorise les graminées dans leur compétition avec les éricacées

révolte : le feu d’une prairie sèche en été se propage à l’échelle de la lande

mémoire : le feu libère des nutriments stockés dans la matière organique et favorise les espèces capables de les mobiliser rapidement (fougères, graminées)


Une des caractéristiques essentielle de la panarchie, est qu’elle transforme les hiérarchies en structures dynamiques.
Les niveaux individuels présentent des propriétés non-linéaires à multiples états stables qui sont stabilisées ou déstabilisées par des connexions déterminantes entre les niveaux.
Il est certain que les niveaux lents et d’échelle plus vaste définissent les conditions au sein desquelles
fonctionnent les niveaux plus rapides et d’échelle inférieure.
Ainsi une étendue forestière modère le climat et tamponne l’entendue des variations de  température que les espèces subissent.

La notion de niche d’innovation radicale est employée  pour caractériser  de manière analogue le déverrouillage socio-technique.

 

doi:10.1016/j.respol.2004.01.015
perspective dynamique multi-niveau sur le système d’innovation (d’après Geels, 2004)
transition_interactions_niveaux
extrait de Raymond & Goulet, 2014

“La théorie des transitions conduit à proposer de mobiliser simultanément et de manière coordonnée deux grandes catégories de leviers :

(i) développer des niches d’innovation, lieux de réalisation des processus d’apprentissage et de construction de nouveaux réseaux économiques ; ces niches auront vocation à abriter la construction et la consolidation de filières de diversification ;

(ii) inciter le régime socio-technique standard à évoluer, à ouvrir des fenêtres d’opportunité, à la faveur desquelles certaines filières de diversification pourront se développer et dépasser le statut de niche, voire s’hybrider avec le régime standard en contribuant ainsi à son évolution (c’est à dire à sa transition).”(Meynard &al., 2013)

Quels sont aujourd’hui les niches d’innovation radicale qui peuvent permettre la co-construction d’une alternative au régime socio-technique contraint par le paysage de l’agrochimie  :

  • système de guidage gps pour le semis et le binage,
  • systèmes de guidage colorimétrique pour le binage,
  • systèmes de guidage filaire pour le binage,
  • molécules végétales ou minérales pour déprimer les adventices,
  • génétique végétale pour le développement de plantes vigoureuses,
  • machines de désherbage thermique,
  • paillage en films biodégradables à base de transformation des amidons et sucres végétaux,
  • démocratisation des systèmes autonomes de collecte de données et d’aide à la décision,
  • robotisation (Naïo, robot maraicher, Anatis, robot bineur), permettant de réduire la pénibilité et de libérer l’intelligence pour la conduite des cultures,
  • internet des objets, essaims de mini-robots interconnectés,
  • aide à l’apprentissage pour l’intelligence de la culture sur le plan de la compréhension de la biologie du sol et des cycles biogéochimiques au sein de la parcelle,  des rotations, de l’influence des précédents et des moments clés et modes d’intervention pour la fertilisation, le travail de sol , le semis et le binage.

Trouverons nous  dans la littérature des exemples d’ancrages éthiques suffisamment puissants et susceptibles de nourrir  la cohérence interne des acteurs de cette innovation radicale ?

Nous bénéficions dans l’histoire de l’innovation technique d’un personnage qui s’est appuyé sur une telle éthique pour inspirer un mouvement populaire d’autonomisation vis-à-vis d’un empire colonial ayant imposé ses modes de consommation, c’est Gandhi et  son mouvement autour du filage et du tissage manuel. Selon Weber (1999) “Les idéaux économiques de Gandhi visaient à réguler les excès de la mécanisation. Le khadi nécessitait la décentralisation de la production et de la consommation, qui en retour devait se tenir au plus près possible des sources de production.”

Cette innovation d’un type particulier, est qualifiée d’innovation par retrait  par ceux qui étudient le développement actuel des techniques sans labour (Goulet & Vinck, 2012).

Chez Gandhi, c’est Tolstoï qui a permis un pas décisif, lorsqu’il lui a inspiré de se libérer de ses entraves intérieures après avoir lu la “Lettre à un hindou” qui ne lui était cependant pas destinée. L’indépendance d’esprit de Gandhi y a trouvé un allié puissant pour son engagement non-violent contre l’empire britannique et ses filatures.

Dans le cas de la technique sans labour, c’est la découverte des êtres, jusque là invisibles, qui constituent  la vie dans les sols,  et leur enrôlement comme alliés,  qui a rendu ces acteurs suffisamment puissants pour réaliser un déverrouillage socio-technique des pratiques agricoles conventionnelles (Goulet & Vinck, 2012).

Dans les deux cas, ces alliances nouvelles, cette citoyenneté plus vaste, ce cosmos plus étendu, sont constitutifs d’une éthique. C’est cette  éthique qui a renforcé la cohérence interne de ces innovateurs radicaux et leur a fourni un socle suffisamment solide pour opérer ce déverrouillage.

de Raymond, A. B., & Goulet, F. (2014). Sociologie des grandes cultures: Au cœur du modèle industriel agricole. Editions Quae.
Gandhi and Buddhist Economics, Thomas Weber. Journal of Peace Research; Vol-36, Number-3, May 1999
Geels, F. W. (2004). From sectoral systems of innovation to socio-technical systems: Insights about dynamics and change from sociology and institutional theory. Research policy, 33(6), 897-920.
Frédéric Goulet, Dominique Vinck, « L’innovation par retrait. Contribution à une sociologie du détachement », Revue française de sociologie 2012/2 (Vol. 53), p. 195-224.
Holling, C.S. L.H. Gunderson and G.D. Peterson. 2002. “Sustainability and Panarchies” Pages 63-102 in Panarchy: understanding transformations in human and natural systems edited by L.H. Gunderson and C.S. Holling. Island Press, Washington, DC.
J.M. Meynard, A. Messéan, A. Charlier, F. Charrier, M. Fares, M. Le Bail, M.B. Magrini, I. Savini, 2013. Freins et leviers à la diversification des cultures. Etude au niveau des exploitations agricoles et des filières. Synthèse du rapport d’étude, INRA, 52 p.
Rip, A., Kemp, R., 1998. Technological change. In: Rayner, S., Malone, E.L. (Eds.),
Human Choice and Climate Change. Battelle Press, Columbus, OH, pp. 327–399.
Tolstoï à Tarakuatta Das, Lettre à un Hindou, Traduction : Anne Bastin, Iasnaïa Poliana, 14 décembre 1908
Vanloqueren G, Baret PV, 2009. How agricultural research systems shape a technological regime that develops genetic engineering but locks out agroe- cological innovations. Research Policy 38 : 971-83.