incidence du mode d’implantation sur les adventices

 

Selon des essais faits en 2000 par Jamar et Laboureur en Belgique, en comparant le développement des adventices sur des témoins non désherbés, la date des semis est prépondérante dans la compétition qui s’installe entre la betterave et les adventices.

Le recul de la date des semis de quinze jours, le 26 avril au lieu du 11, réduit de 75% la levée des mauvaises herbes.

 

fig1_désherbage_betterave_alteragri_48_2001_p8-11
Incidence du mode de semis sur la pression des dicotyles adventices (Jamar & Laboureur, 2000)

La réalisation d’un faux-semis ( la terre est préparée comme pour un semis de façon à favoriser une levée de mauvaises herbes) réduit de 50% les adventices par rapport au semis direct.

Si un repiquage de plants élevés en conditions contrôlées en tunnel est effectué après un faux-semis, celui-ci permet de réduire de 50% la prolifération des adventices.

(Jamar, D., & Laboureur, D. (2001). Stratégies de désherbage de la betterave sucrière biologique. Alter Agri.)