intérêt environnemental de la betterave

Des recherches menées sur la betterave fourragère montrent sa capacité à absorber l’azote minéralisé lors du retournement des prairies et font de la rotation prairie/betterave/blé une bien meilleure solution que les rotations prairie /maïs/blé ou prairie/blé/blé.

Voilà ce qu’en disent Morvan et ses co-auteurs en 2000 :

“Il est avéré que le retournement des prairies permanentes présente des risques pour l’environnement. Certaines cultures à implanter limiteraient-elles ces risques de lessivage de nitrate ? Qu’en est-il exactement avec la betterave fourragère ?
Dans les systèmes de production herbagers, la destruction de la prairie génère un risque de pollution important. Ce risque environnemental varie selon la culture placée en tête de rotation, et apparaît notablement diminué lorsqu’une betterave est implantée après la prairie. Nous avons en effet constaté que sa forte capacité d’absorption peut égaler la minéralisation de l’azote consécutive au retournement. D’autre part, le risque de lessivage associé à la minéralisation des résidus de betterave est modéré. Une approche par simulation des pertes en azote nitrique de 3 successions culturales : prairie / betterave / blé, prairie / maïs / blé, et prairie (retournée à l’automne) / blé / blé conduit à des pertes respectives de 110, 270 et 240 kg N-NO3/ha pour les 2 ans de culture cumulés, et confirme l’intérêt de la betterave.”

Morvan T., Alard V., Ruiz L., (2000) : Intérêt environnemental de la betterave fourragère. In Fourrages, 163. p 315-322 pdf

Ce qui est démontré pour la betterave fourragère vaut-il aussi pour la sucrière ? Nous allons leur poser la question.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.