le modèle de la traduction

“Il y a deux modèles pour suivre les innovations, le modèle linéaire et le modèle tourbillonnaire, ou, si l’on veut, le modèle de diffusion et le modèle de traduction.

Les deux trajectoires sont bien différentes. Dans le premier modèle, l’idée de départ sort toute casquée de la cuisse de Jupiter. Ensuite, soit que son inventeur génial lui donne une impulsion, soit qu’elle ait été dotée dès le début d’une force automatique et autonome, la voilà qui se diffuse à travers le monde. Mais le monde ne la reçoit pas toujours. Certains groupes, aveuglés par leurs intérêts mesquins ou fermés au progrès technique, jalousent cette idée si belle. Ils la dégradent, la pervertissent, la compromettent. Parfois, ils la mettent à mort. Dans certains cas miraculeux, pourtant, l’idée survit et continue à cheminer, petite flamme fragile qui brille dans les cœurs. Enfin, aidée par quelques individus courageux ouverts au progrès technique, voici qu’elle finit par triompher, au prix de quelques ajustements, couvrant ainsi de honte ceux qui n’avaient su ni la reconnaître ni l’accueillir en eux. Tel est le récit héroïque de l’innovation technique, ce récit par lumière et ténèbre dans lequel l’objet d’origine est complet et ne peut que se dégrader ou se maintenir intact — moyennant, bien sûr, quelques détails d’aménagement. Récit religieux bien sûr, récit protestant, récit cathare.

Dans le second modèle, l’idée de départ ne compte guère. C’est un bidule ou un machin, faiblard de toute façon, irréel par principe, mal conçu de naissance, inefficace par constitution. Deuxième différence : le machin de départ n’est pas doué d’une force autonome ni ne se trouve poussé à travers le monde par un inventeur génial. Il n’a pas d’inertie. Troisième différence, qui découle des deux premières : il ne se déplace que s’il intéresse l’un ou l’autre des groupes, groupes dont il est absolument impossible de dire si leurs intérêts sont mesquins ou larges, ouverts au progrès technique ou résolument fermés. Ils sont ce qu’ils sont et veulent ce qu’ils veulent. Point. Comment, dès lors, le bidule peut-il intéresser quiconque ? En traduisant, nous le savons, d’une autre façon et dans un autre langage, les intérêts de ces groupes. D’où la quatrième différence : à chaque fois qu’un nouveau groupe s’intéresse au projet, il le transforme un peu, beaucoup, passionnément, pas du tout. Dans le modèle de traduction, pas de transport sans transformationsauf dans le cas miraculeux où tous s’accordent à l’unisson sur un projet. D’où la cinquième et dernière différence : après de nombreux recrutements, déplacements et transformations, le projet, devenu réel, porte alors, peut-être, les caractères de perfection, de rentabilité, de beauté et d’efficacité que le modèle de diffusion plaçait au début. Récit catholique. Récit d’incarnation.

Latour, B. (2003). 3. La valse-hésitation des années soixante-dix. In Aramis ou l’amour des techniques (p. 76‑107). La Découverte. https://www.cairn.info/aramis-ou-l-amour-des-techniques–9782707121202-p-76.htm

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search