la joie des oiseaux de la canopée urbaine

Que faire de l’émotion suscitée par la puissance du chant des oiseaux émergeant d’une canopée urbaine, à 4h tous les matins, au début du printemps ?

Ces archives sonores proviennent du reportage réalisé en avril 1993 au cours de l’atelier radio de Gloria Legros à Rennes 2 par Éric Collias et Jean-Michel Bénard, alors étudiants en licence d’Infocom.  Elles sommeillaient dans plusieurs bandes magnétiques audio 1/4 de pouce vestiges du montage effectué à l’issue du reportage enregistré au Nagra, dont un montage final doit se trouver dans les archives d’une radio locale rennaise où il fut présenté par l’une des animatrices de l’atelier, ou bien a terminé à la poubelle. La numérisation de l’entretien a été réalisée amicalement par Yvon Ravard expert en la matière, le chant du merle a été numérisé au CREA de Rennes 2 par Gall Melikian.

archive magnétique du 5 avril 1993 où se trouve encore le chant du merle

C’est l’ornithologue Jo Le Lannic qui est interviewé au sujet du chant des oiseaux.

Ces rencontres avec l’oiseau et son porte-parole furent le point de départ d’une enquête plus vaste sur la nature en ville restituée ensuite au travers d’un numéro spécial de la revue naturaliste Penn ar Bed.  La couverture du numéro provient d’une photo de cette canopée vue depuis le balcon de l’immeuble de la rue d’Antrain à Rennes et d’où jaillissait, au début du printemps, la source puissante de cette “joie […] de retrouver les rythmes naturels  par le chant des oiseaux ” ainsi qu’en parle Jo Le Lannic dans le reportage.

http://pmb.bretagne-vivante.org:8090/pmb/uploads/PAB_1997_165-166.pdf

La rencontre avec Jo Le Lannic fut l’occasion de découvrir son travail d’inventaire, principalement à l’oreille, des oiseaux nicheurs du secteur Nord-Est de la ville de Rennes, et de lui proposer une aide pour en publier le contenu : l’accord de Jo pour entreprendre ce travail de publication sera décisif pour la poursuite de cette enquête et la présentation de son travail restitué dans l’un des articles de l’ouvrage.

La joie peut donc être à l’origine d’une puissance d’agir constitutive d’un agencement, voici ce qu’en dit Vinciane Despret (2013) :

“L’agencement est un rapport de forces qui rend certains êtres capables de rendre d’autres êtres capables, de manière plurivoque, de telle sorte que l’agencement résiste au démembrement, à la répartition claire et nette. Ce qui constitue l’agent et le patient est distribué et redistribué de manière incessante. […] Il y a, dans chaque agencement, co-animation, au sens littéral du terme, c’est-à-dire au sens le plus animiste du terme. […] L’expérience sensuelle se produit là où les organismes vivants se touchent, s’affectent et sont affectés les uns par les autres. Nous reconnaissons une expérience sensuelle comme l’expérience concrète dans laquelle chacun des « devenir-acteurs » effectue chez les autres le pouvoir d’être affecté. Une expérience sensuelle est un flux de forces. Ce sont les forces qui harmonisent, agencent (au lieu d’« assembler ») l’agencement, et ce sont les forces qui mettent en œuvre et articulent l’agence.”

Ci-dessous un post qui présente, en contrepoint du point de vue de Jo Le Lannic sur le chant du merle, celui de Vinciane Despret :

chant de la pluie : nourrir le réseau d’affects qui importent

Despret, V. (2013). From secret agents to interagency. History and Theory, 52(4), 29‑44.

des salades de pommes de terre

Pourtant il fait beau
où je suis
comme à tous les points
cardinaux

de la carte de France
ces jours-ci

il se fait de la beauté
elle pousse en robes
autour des femmes

qui traversent en dansant
les yeux
de leurs amoureux

elle pousse en fleurs
sur les balcons
dans les jardins

qui font du bien
aux yeux

en bleu
en rose
même en jaune

il se fait de la bonté
de temps en temps
sous tous les temps

qui pousse
en légumes
dans les jardins partagés
 
en dahlias
de toutes les couleurs
pour toutes les douleurs

de ceux qui n’ont personne
quand l’heure sonne
de quitter l’ici bas

pour là-bas

on fleurit leurs tombes
en blanc en rouge en or
quand la nuit tombe
sur la terre des morts

pour ne pas les oublier
au moins une fois l’année

neuf mètres carrés
pour dix euros par an

ce n’est pas cher
et c’est cher au cœur
des jardiniers amateurs
amateurs de Maurepas

même si des inconnus
parfois

juste après la nuit
juste avant le jour

volent
des salades
des pommes de terre

des salades de pommes de terre


Yvon Le Men, Les rumeurs de Babel 
Éditions Dialogues, 2016

la Terre n’est pas un être vivant

couverture © Flammarion, 1993

« Ayant commencé sa carrière dans les années 1940, la pensée systémique de Lovelock s’est appuyée sur la cybernétique de premier ordre des systèmes auto-organisés, sur l’autorégulation par rétroaction négative et sur les discours étroitement associés sur l’énergie et l’entropie qui reliaient la thermodynamique à la théorie de l’information.

Une génération plus jeune que Lovelock et débutant dans les années 1960, Margulis a adhéré à la cybernétique de second ordre de Maturana et Varela et à leur concept d’autopoïèse. Cette théorie concernant la forme et le fonctionnement des systèmes vivants est apparue au moment où Gaïa elle-même était introduite à travers ses premières publications. Pour Margulis, le concept d’autopoïèse fournissait un critère de clarification pour l’autoproduction autonome de systèmes vivants contrairement à la cybernétique plus englobante et computationnelle des systèmes de contrôle. » (Clarke & Dutreuil, 2022)

« Parce qu’aucun organisme ne soutient jamais sa croissance uniquement en mangeant ses propres déchets et en recyclant entièrement le carbone, l’hydrogène, le soufre, etc. nécessaires à son corps, j’ai toujours a clairement soutenu que “la Terre est un seul organisme vivant” n’est pas l’idée de Gaïa. C’est une fausse déclaration qui encourage les critiques et les excentriques à prospérer et empêche le travail, commencé par Lovelock, d’intégration des données scientifiques du système terrestre. […]

Une courte description beaucoup plus précise de Gaïa, […], est que la température de surface, la chimie des composants gazeux réactifs, l’état d’oxydo-réduction et l’acidité-alcalinité de l’atmosphère et de la surface de la Terre les sédiments sont activement (homéorrhéiquement) entretenus par le métabolisme, le comportement, la croissance et la reproduction des organismes (organisés en communautés) à sa surface.

Gaïa n’est pas un individu, c’est un écosystème.

[…] mon soutien “fervent” se concentre moins sur Gaïa et beaucoup plus sur la symbiose en tant que mécanisme d’innovation évolutive. En effet, mon implication dans la théorie de Gaïa découle de ma conviction que l’approche de Lovelock est tout à fait la bonne. En tant que chimiste de l’atmosphère, scientifique indépendant et brillant inventeur, Lovelock mérite une collaboration étroite avec des biologistes compétents et des modélisateurs écologiques conscients des effets de la croissance démographique et des échanges gazeux à la surface de la Terre, »  (Margulis, 1993)

« La vie ne « s’adapte » pas à un environnement physico-chimique passif comme le supposent la plupart des néodarwiniens, mais la vie produit et modifie activement son environnement. L’oxygène que nous respirons, l’atmosphère humide dans laquelle nous vivons et les eaux océaniques légèrement alcalines dans lesquelles baignent les baleines ne sont pas déterminés par un univers physique régi par des « lois » mécaniques. Contrairement à un monde mécanique centré sur la physique, la biosphère métabolisante est physiologiquement auto-contrôlée. L’oxygène respirable, l’air humide et les océans légèrement alcalins résultent de la croissance et du métabolisme d’un nombre incalculable et toujours changeant de bactéries, de plantes et d’algues qui produisent de l’oxygène à l’aide de l’énergie solaire. Le transport de l’eau est entraîné par les activités des grandes forêts, principalement des arbres néotropicaux ; et la neutralisation des tendances acides de la planète est accomplie par la production de substances alcalines telles que l’ammoniac par des myriades d’organismes, par exemple par la miction et la libération de gaz. » (Margulis, 1990)

Clarke, B., & Dutreuil, S. (Éds.). (2022). Writing Gaia : The Scientific Correspondence of James Lovelock and Lynn Margulis. Cambridge University Press.

Margulis, L. (1990). Kingdom Animalia : The Zoological Malaise from a Microbial Perspective. 30, 861‑875.

Margulis, L. (1993). Gaia in Science. Science, 259(5096), 745‑745.

détours et compositions d’un agencement d’élevage bocager

Compositions d’un agencement d’élevage en bocage, d’après Bruno Latour (2010)

dans la Vallée des Roses du massif du M’Goun marocain, aussi bien que sur le plateau tibétain du Sichuan, les buissons d’épineux permettent d’isoler les cultures qui sont pratiquées sur les colluvions, et de les protéger de l’appétit vorace des troupeaux nomades des alentours, qu’il s’agisse des chèvres au Maroc ou des yacks au Sichuan

bien que dans certains endroits, l’arbre fut au néolithique employé comme fourrage (Thiébault, 2005) il est vraisemblable que les prunelliers, aubépines et rosiers sauvages de nos haies furent à l’origine plantés afin de protéger les cultures des troupeaux alentours

selon Marguerie et al.(2003), de la fin du XVème à la première moitié du XIXème, la construction progressive du bocage a pour but de réguler le rapport cultures-élevage sous la pression de l’essor démographique (= parquer les animaux et protéger les espaces cultivés de la divagation des animaux).

si nous considérons le programme suivant “faire paître le bétail”, différentes épreuves nécessitent de faire un pas de côté afin de contourner ces obstacles qui se présentent au fur et à mesure comme autant d’anti-programmes

à chaque détour, de nouveaux alliés biologiques, électriques, chimiques ou mécaniques sont sollicités

le berger conduit les troupeaux dans les herbages et évite les zones cultivées cependant qu’avec la croissance démographique une première innovation bocagère permet de clôturer les zones de cultures ; puis avec la venue de l’assolement, ce sont aussi les prairies qui se trouvent encloses par les haies

avec la révolution mécanique, l’agriculture intensive et l’arasement bocager, le berger électrique remplace l’humain, mais nécessite toujours le passage d’un faucheur pour empêcher les herbes et buissons de court-circuiter le courant et rendre ainsi le fil électrique inefficace

le faucheur se fatigue et trouve un allié dans le pulvérisateur de molécules chimiques qui élimine ces herbes indésirables depuis le tracteur qui fait le tour de la parcelle à la place du faucheur

cependant, les poissons commencent à faire entendre leur voix, car la baisse de leurs effectifs finit par prendre de l’ampleur et leurs porte-paroles avancent des chiffres de plus en plus inquiétants qui pèsent dans le bras de fer contre l’emploi de ces molécules : et donc, au moins sur les bordures des cours d’eau et des fossés, ces molécules deviennent interdites

un support de fil électrique avec déport est alors fixé sur le piquet afin de permettre de passer une faucheuse tractée

ces différentes innovations ou détours socio-techniques s’accumulent ou se substituent pour progressivement entrer dans la composition de ces agencements d’élevage bocagers

Latour Bruno, 2010. Cogitamus: Six lettres sur les humanités scientifiques.

Marguerie, D., Antoine, A., Thenail, C., Baudry, J., Bernard, V., Burel, F., ... & Guibal,F. (2003). Bocages armoricains et sociétés, genèse, évolution et interactions.

Thiébault, S. (2005). L’apport du fourrage d’arbre dans l’élevage depuis le Néolithique. Anthropozoologica, 40(1), 95-108.

le fouillis de Gaïa

« Dès que vous imaginez des parties qui « remplissent une fonction » à l’intérieur d’un tout, vous êtes inévitablement tenu d’imaginer aussi un ingénieur qui procède à leur agencement. Il n’y a en effet que dans les systèmes techniques que l’on puisse distinguer des parties et un tout.  […]

Ce techno-morphisme a beaucoup servi la biologie, mais ne lui a pas rendu plus de service qu’à l’étude des sociétés animales. Mais comment faire si l’on veut parler de la Terre dans son entièreté ? La métaphore de l’organisme – cet étrange amalgame de théorie sociale, de conception de l’État et de machinisme – n’a aucun sens à cette échelle, à moins d’imaginer un Ingénieur général, déguisement bien maladroit de la Providence, capable d’agencer tous ces acteurs pour le plus grand bien de tous. […]

[Lovelock]  doit inventer un nouveau réglage dans les agencies qui peuplent le monde, mais avec cette difficulté supplémentaire, qu’il doit parvenir à composer, sans les unifier préalablement, tous les vivants jusqu’aux limites de cette enveloppe fragile qu’il nomme Gaïa. Tous rétroagissent « comme » un super-organisme, mais sans que l’on puisse confier leur unité à aucune figure de Gouverneur. […]

Pour Lovelock, tout organisme pris comme point de départ d’une réaction biochimique ne se développe pas « dans » un environnement, mais le courbe autour de lui, si l’on peut dire, pour mieux se développer. En ce sens, chaque organisme manipule intentionnellement ce qui l’environne « pour son propre intérêt » – toute la question, bien sûr, étant de définir cet intérêt.

“En Europe tempérée, la forme d’humus Moder se rencontre surtout dans les zones boisées et les ligneux sont majoritairement enracinés dans les humipèdes par leurs ectomycorrizes. Ces ectomycorhizes enrobent les fines racines nourricières d’un manteau fongique de mycélium qui les protège de la dessiccation, et forment aussi un réseau de champignons bien plus loin que les racines des plantes à travers la porosphère, c’est le mycélium mycorhizien extramatriciel. […] La décomposition précoce, étape par étape, de la litière de feuilles implique de nombreux organismes, notamment des arthropodes, des bactéries et des protozoaires, mais elle est principalement provoquée par plusieurs espèces de champignons et le processus commence dès la phase de sénescence des feuilles dans les couverts.[…] Dans le même temps, la faune décomposeuse fonctionne de deux manières, se nourrissant soit de débris végétaux (faune consommatrice de la litière), soit d’hyphes de champignons (faune brouteuse). Dans le premier cas, la litière végétale subit un processus de squelettisation ou de tunnelisation, la faune ingérant la fraction la plus appétente des végétaux, à savoir le parenchyme chlorophyllien. Plus l’animal est petit, plus les feuilles sont soigneusement ajourées, laissant de côté le moindre tissu conducteur. Ce processus de squelettisation et de tunnelisation peut être réalisé par une faune aussi diverse que les acariens, les collemboles, les larves de diptères, les diplopodes, les enchytréides et les vers de terre. […] Lors de la décomposition, les fragments végétaux s’amincissent, les déjections de la faune s’accumulent dans les espaces clos et sont ensuite « cousus » par les hyphes des champignons à la recherche d’éléments nutritifs issus de la digestion de la faune. La structure résultante est comme un sandwich, composée alternativement de débris foliaires et de boulettes fécales fixées entre elles par un réseau d’hyphes (comme un mille-feuille)”.(Bernier, 2018, notre traduction)
C’est en ce sens qu’il ne peut y avoir, à strictement parler, de parties. Aucun agent sur Terre n’est simplement surimposé à un autre comme une brique juxtaposée à une autre brique. Sur une planète morte, les pièces seraient posées partes extra partes ; pas sur Terre. Chaque puissance d’agir modifie ses voisines, fût-ce très légèrement, pour rendre sa propre survie légèrement moins improbable. C’est là que se trouve la différence entre géochimie et géophysiologie. Cela ne veut pas dire que Gaïa possède une sorte de « grande âme sensible », mais que le concept de Gaïa capture l’intentionnalité distribuée de tous les agents dont chacun modifie son entourage à sa convenance. […]

Les différents assemblages et rôles fonctionnels de la faune du sol (Nielsen, 2019)

Lovelock – un inventeur, il ne faut pas l’oublier – ne fait rien d’autre qu’étendre cette capacité de transformation à chaque agent, aussi petit soit-il. Ce n’est pas seulement les castors, les oiseaux, les fourmis ou les termites qui courbent l’environnement autour d’eux pour se le rendre plus favorable, mais aussi les arbres, les champignons, les algues, les bactéries et les virus.  […]

Plus vous généralisez la notion d’intentionnalité à tous les acteurs, moins vous détecterez d’intentionnalité dans la totalité, même si vous pouvez observer de plus en plus de rétroactions positives ou négatives toutes aussi peu intentionnelles les unes que les autres !  Haraway a bien résumé la solution de Margulis, « la richesse inépuisable des connaissances nouvelles en biologie » ne peut plus être absorbée « par l’idée d’individus limités auxquels on ajouterait un contexte, autrement dit l’idée d’un-organisme-plus-un-environnement ». Il faut plutôt penser, dit-elle, « à des couplages complexes et non linéaires entre des processus qui composent et qui prolongent des sous-systèmes imbriqués mais qui ne s’additionnent pas les uns aux autres quand ils forment des touts partiellement cohérents » (version anglaise de « Staying with the trouble », 2015). […]

Avec Gaïa, Lovelock ne nous demande pas de croire à une seule Providence, mais en autant de Providences qu’il y a d’organismes sur Terre. En généralisant la Providence à chaque agent, il s’assure que les intérêts et les profits de chaque acteur seront contrecarrés par de nombreux autres programmes. L’idée même de Providence se brouille, se pixéllise, et finit par s’évanouir. Le simple résultat d’une telle distribution de causes finales n’est pas l’émergence d’une Cause Finale suprême, mais un beau fouillis. Ce fouillis, c’est Gaïa. » (Latour, 2015, le gras est notre ajout)

Bernier, N. (2018). Hotspots of biodiversity in the underground : A matter of humus form? Applied Soil Ecology, 123, 305‑312. https://doi.org/10.1016/j.apsoil.2017.09.002

Latour, B. (2015). Face à Gaïa : Huit conférences sur le nouveau régime climatique. La découverte.

assemblages et formes des socialités plus qu’humaines

Les spécialistes des sciences sociales sont habitués à parler aux gens comme un moyen d’apprentissage. Comme nous ne pouvons pas leur parler directement, comment savons-nous quelque chose sur la vie sociale des plantes et des champignons? Deux approches sont courantes: l’attention aux assemblages et l’attention à la forme.

Les assemblages ne sont que ceux que nous trouvons assemblés : les plantes qui poussent les unes autour des autres dans un paysage particulier, par exemple. Mon inclusion des champignons avec des plantes provient d’un arrangement d’assemblage commun : la plupart des plantes obtiennent leurs nutriments non glucidiques grâce à l’aide de champignons symbiotiques. Certains champignons vivent à l’intérieur des plantes; d’autres s’enroulent autour des racines des plantes. Les champignons se nourrissent de leurs plantes hôtes en leur fournissant des suppléments nutritionnels. De nombreuses plantes rassemblent plusieurs espèces de champignons, et la plupart des champignons s’associent à plusieurs espèces de plantes, souvent en même temps, formant une toile à travers la forêt. Pourtant, ces arrangements ne sont pas ouverts à tous. Certaines plantes et certains champignons se préfèrent. Pour les humains, découvrir de telles préférences est un travail difficile, mais pas impossible […]

Ce chêne dispensé de la taille usuellement pratiquée dans le bocage cornouaillais où il a grandi témoigne d’une relation particulière établie avec les humains © Éric Collias

Nos vies sociales ont à voir avec la façon dont nous nous déplaçons et rencontrons les autres. De nombreuses plantes et champignons, en revanche, sont indéterminés dans leur forme corporelle. Ils grandissent et changent tout au long de leur vie. Même s’ils ne peuvent pas s’extraire et se déplacer vers un autre endroit, ils peuvent grandir dans de nouveaux environnements et domaines sociaux. Leur forme montre leur biographie ; c’est une histoire des relations sociales à travers lesquelles ils ont été façonnés. […] Ainsi, par exemple, un arbre aux branches inférieures épaisses a probablement grandi sans trop de voisins, même si vous le trouvez maintenant entouré d’autres arbres. S’il avait grandi à l’ombre des autres, ces branches plus épaisses ne se seraient pas développées. Un arbre à plusieurs troncs peut avoir un feu ou une hache dans sa biographie. […]

Malgré ces détails exotiques, l’assemblage et la forme sont des outils tout à fait familiers pour les anthropologues. Chaque fois que nous étudions un rassemblement social, une communauté ou une institution, nous prêtons attention aux assemblages : qui est inclus ? Quels types de relations de statut entretiennent-ils les uns avec les autres ? Chaque fois que nous regardons la culture matérielle, la performance ou même le travail quotidien de la vie sociale, nous prêtons attention à la forme. En effet, certains de nos sites d’examen de la forme sociale sont des corps humains, comme dans les représentations du genre, de la religion, de l’ethnicité, de la mode ou du tatouage. Nous savons lire les relations sociales par la forme. C’est un terrain d’entente. Il n’y a aucune raison que l’extension de nos analyses à ces autres socialités invoque la peur, le recul, le mépris ou l’envie qui surgissent parfois lorsque les humanistes se confrontent aux sciences naturelles. Cela n’enrichirait-il pas nos études d’inclure des socialités plus qu’humaines ? Nous pourrions voir des histoires humaines dans un champ multispécifique d’histoires.”

Tsing, A. (2013). More-than-human sociality : A call for critical description. In Anthropology and nature, edited by Kirsten Hastrup (Vol. 14, p. 37‑52). Routledge.

histoire naturelle

“Pour que l’histoire naturelle apparaisse, il n’a pas fallu que la nature s’épaississe, et s’obscurcisse, et multiplie ses mécanismes jusqu’à acquérir le poids opaque d’une histoire qu’on peut seulement retracer et décrire, sans pouvoir la mesurer, la calculer, ni l’expliquer ; il a fallu, – et c’est tout le contraire – que l’Histoire devienne Naturelle. […]

invertébrés sans pattes articulées , illustrations : Jeanne Le Peillet (BISES, 2022)

Jusqu’à Aldrovandi, l’Histoire, c’était le tissu inextricable, et parfaitement unitaire, de ce qu’on voit des choses et de tous les signes qui ont été découverts en elles ou déposés sur elles : faire l’histoire d’une plante ou d’un animal, c’était tout autant dire quels sont ses éléments ou ses organes, que les ressemblances qu’on peut lui trouver, les vertus qu’on lui prête, les légendes et les histoires auxquelles il a été mêlé, les blasons où il figure, les médicaments qu’on fabrique avec sa substance, les aliments qu’il fournit, ce que les anciens en rapportent, ce que les voyageurs peuvent en dire. L’histoire d’un être vivant, c’était cet être même, à l’intérieur de tout le réseau sémantique qui le reliait au monde.[…] les signes faisaient partie des choses, tandis qu’au xviie siècle, ils deviennent des modes de la représentation. […]

invertébrés avec 4 paires de pattes articulées, illustrations : Jeanne Le Peillet (BISES, 2022)

L’histoire naturelle trouve son lieu dans cette distance maintenant ouverte entre les choses et les mots – distance silencieuse, pure de toute sédimentation verbale et pourtant articulée selon les éléments de la représentation, ceux-là même qui pourront de plein droit être nommés.[…]

invertébrés avec de plus de 4 paires de pattes articulées, illustrations : Jeanne Le Peillet (BISES, 2022)

L’ordre descriptif que Linné, […], proposera à l’histoire naturelle, est très caractéristique. Selon lui, tout chapitre concernant un animal quelconque doit suivre la démarche suivante : nom, théorie, genre, espèce, attributs, usage et, pour terminer, Litteraria. Tout le langage déposé par le temps sur les choses est repoussé à la dernière limite, comme un supplément où le discours se raconterait lui-même et rapporterait les découvertes, les traditions, les croyances, les figures poétiques.[…]

présence de 3 paires de pattes articulées, sans ailes, illustrations : Jeanne Le Peillet (BISES, 2022)

On dit souvent que la constitution des jardins botaniques et des collections zoologiques traduisait une nouvelle curiosité pour les plantes et les bêtes exotiques. En fait, depuis bien longtemps déjà, celles-ci avaient sollicité l’intérêt. Ce qui a changé, c’est l’espace où on peut les voir et d’où on peut les décrire. A la Renaissance, l’étrangeté animale était un spectacle ; elle figurait dans des fêtes, dans des joutes, dans des combats fictifs ou réels, dans des reconstitutions légendaires, où le bestiaire déroulait ses fables sans âge. Le cabinet d’histoire naturelle et le jardin, tels qu’on les aménage à l’époque classique, substituent au défilé circulaire de la « montre » l’étalement des choses en « tableau ». Ce qui s’est glissé entre ces théâtres et ce catalogue, ce n’est pas le désir de savoir, mais une nouvelle façon de nouer les choses à la fois au regard et au discours. Une nouvelle manière de faire l’histoire.” (Foucault, 1990)

présence de 3 paires de pattes articulées, avec ou sans ailes visibles, illustrations : Jeanne Le Peillet (BISES, 2022)

Foucault, Michel. « Chapitre V. Classer », , Les mots et les choses. sous la direction de Foucault Michel. Gallimard, 1990, pp. 137-176.

le guide d’identification de la faune du sol (Sandra Barantal, 2022, BISES, QUBS )

Illustrations :  https://jeannelepeillet.jimdofree.com/jeanne-le-peillet/

anaérobies réfugiées dans nos entrailles

“Se pourrait-il que la pollution soit un phénomène naturel ? Si par pollution nous entendons le déversement de déchets, il faut se rendre à l’évidence : la pollution est aussi naturelle à Gaïa que le fait de respirer aux hommes et à la plupart des animaux. […] [Le] plus grand désastre environnemental ayant jamais affecté notre planète […] se produisit il y a un éon et demi lorsque de l’oxygène libre fut libéré dans l’atmosphère. Lorsque ce phénomène advint, toute la surface de la Terre en contact avec l’air et avec les mers sujettes aux marées devint létale pour une vaste gamme de micro-organismes. Ceux-ci, les anaérobies (des organismes qui ne se développent qu’en l’absence d’oxygène), furent en conséquence contraints de mener une existence souterraine dans les boues au fond des fleuves, des lacs et des mers. Quelques millions d’années plus tard, leur bannissement de la surface des terres fut en partie révoqué. Ils évoluent à nouveau dans des environnements confortables et sûrs en surface, jouissant d’une existence vraiment choyée et d’un statut optimum, en recevant en permanence une nourriture suffisante. Ces organismes minuscules vivent désormais dans les entrailles de tous les animaux, des insectes aux éléphants. Ma collègue, Lynn Margulis, est convaincue qu’ils représentent l’un des aspects les plus importants de Gaïa, et il n’est pas impossible que les grands mammifères, y compris nous-mêmes, servent essentiellement à leur procurer leur environnement anaérobie.[voir le post ci-dessous]

seule un vache ne peux pas manger d’herbe

Que cette destruction massive des anaérobies ait connu en définitive une fin heureuse ne minimise nullement l’ampleur du désastre environnemental provoqué par la libération d’oxygène, à l’époque où celle-ci se produisit. […]
Le désastre naturel de la pollution par l’oxygène se déroula à un rythme assez lent pour permettre aux écosystèmes de l’époque de s’adapter, quoique cela dut se produire aux dépens de nombreuses espèces jusqu’à ce qu’un nouvel écosystème constitué par les organismes résistants à l’oxygène hérite de la surface de la Terre. “
Lovelock J.E., 1993. La terre est un être vivant. L’hypothèse Gaïa. Champs-Flammarion, p.130

modèle mycélium

Agaric – schéma de développement ( Gaston Bonnier, 1907, Le Monde végétal , Flammarion)

«Au dessus du sol, nous percevons les champignons individuels comme des choses, pratiquement comme des lampadaires dans une ville, et nous pouvons même prétendre les compter. Sous le sol cependant, il n’y a pas de choses du tout, mais des places, des positions, ou des points d’émergence de la totalité du réseau mycélien. […]

[N]ous devons comprendre la personne non comme une entité substantive mais comme un point d’émergence au sein d’un réseau plus large de relations sociales. […]

[Q]uand nous en venons à exprimer les questions les plus fondamentales à propos des systèmes vivants, nous devons considérer les animaux, eux-aussi, non pas en tant que choses en soi, mais en tant que points de croissance émergeant au sein d’un réseau relationnel. Ce qui fait du champignon un modèle si utile, est simplement que le chemin de ces relations est manifesté à travers ses fibres (ou hyphae). Avec les animaux, elles sont plus difficiles à observer – mais elles existent néanmoins. C’est le cas aussi pour les humains. Dès lors, munis du “modèle mycélium“, si je puis le nommer ainsi, devenir une personne n’est pas nécessairement différent de devenir un organisme. Dans ce qui suit je veux considérer les implications de ce point de vue dans la manière dont nous devrions comprendre les relations – conventionnellement nommées “écologiques“ – entre les organismes-personnes et leur environnement.

Hairstring Skirt (Judy Watson Napangardi, 2009, peintre aborigène du peuple Warlpiri née à Mina Mina, sud-ouest du Yuendumu, centre-ouest du territoire du Nord, Australie)

Nous allons directement vers les problèmes dès lors que nous pensons à la notion d’“environnement“. Un environnement entoure, et dès lors présuppose quelque chose – un organisme – pour être entouré. Notre inclination immédiate est de représenter ceci à l’aide d’un diagramme en dessinant une sorte de cercle, ou une sphère si l’on pouvait le faire en trois dimensions.

La ligne ou la surface représente alors une interface entre ce qui est à l’“intérieur“ (l’organisme) et ce qui est à l’“extérieur“ (l’environnement). Mais supposez qu’au lieu de cela vous dessiniez un réseau de lignes, ramifiées depuis ou concentrées vers certains points, et ceci de manière infinie. Quel sens cela aurait-il de parler de l’environnement d’une telle figure ? Le mieux que l’on puisse faire serait de dessiner une frontière arbitraire autour de certaines régions internes, dans le simple objectif de focaliser sur un point d’attention. […]

En résumé, les personnes ne deviennent pas des êtres en recevant des choses qui leur seraient transmises le long de lignées de descendance, et contre l’arrière-plan de la nature, mais à travers la croissance au sein d’un environnement. Cela revient à dire que les capacités personnelles de perception et d’action se développent à travers l’expérience immédiate de participation sensorielle avec les composants humains et non-humains du monde où ils résident. Et la connaissance issue de cette expérience, bien que communément méprisée parce qu’“intuitive“, doit nécessairement constituer le socle de tout système de science ou d’éthique qui prétendrait prendre l’environnement en considération.»

en complément

https://ecosemiotic.hypotheses.org/722

Ingold Tim, 2003, « Two reflections on ecological knowledge », Nature knowledge: Ethnoscience, cognition and utility. NY: Berghahn books : 301‑311. (traduction Éric Collias, publié avec l’autorisation de l’auteur)

amour multispécifique

détail de la peinture de la cabane du potager collectif d’Ar Vuez sur le campus de Rennes2/Villejean

“À l’intersection des sciences de la nature et des sciences de la culture, un nouveau modèle de savoir se prépare dont la caractéristique clé est l’amour multispécifique. Contrairement à la manière dont les cultural studies se sont emparées de la science auparavant, sa raison d’être n’est pas la critique de cette dernière, bien que l’on puisse néanmoins continuer à poser un regard critique.
L’idée est davantage d’encourager une immersion nouvelle et passionnée dans la vie des non-humains étudiés. Auparavant, une telle immersion était seulement permise aux chercheurs en sciences naturelles, à la condition qu’ils dissimulent l’amour pour leur objet. L’apport essentiel de cette nouvelle forme de savoir est qu’elle invite conjointement à apprendre et connaître les sciences naturelles, et à mobiliser dans le même geste les outils des humanités et des arts. Ce que recherchent ceux qui travaillent dans ce nouveau champ, c’est à ouvrir l’imagination collective afin de rendre possibles de nouvelles relations à la nature. Pour ce faire, nous avons besoin de convoquer les talents insoupçonnés des autres – qu’il s’agisse de scientifiques ou de non-scientifiques.”
Tsing Anna Lowenhaupt, 2010, « Arts of inclusion, or how to love a mushroom », Manoa, vol. 22, n° 2 : 191‑203, extrait de Zhong Mengual Estelle, 2021, Apprendre à voir, Actes Sud, pages 27-28.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search