expérience de plantation d’une mini forêt dense

J’ai connu le campus de Beaulieu et sa pelouse en 1979, comme étudiant, et d’y planter un mini forêt dense de cette manière collective revêtait un caractère historique auquel je me devais de participer, et de capturer en vidéo. Cette journée s’ouvrait magnifiquement avec le soleil et le chant d’un rouge-gorge dans un bosquet tout proche, la joie était donc déjà au rendez-vous.

J’ai ensuite eu l’occasion de rencontrer de nombreuses personnes tout en faisant des images, en buvant un café, à table, ou bien à l’œuvre avec le plantoir et les quelques mètres carrés que j’ai plantés avec des chênes, un cornouiller, une aubépine, un noisetier, un frêne, un prunellier, une bourdaine, et d’autres.

Heureux ainsi de faire connaissance avec Gaëlle avec qui nous partageons une expérience commune de formation sur le campus, avec Andreas qui enseigne les relations au sein des communautés végétales à mes étudiants, avec ma voisine de plantation qui fait profession d’architecte de web, et cet autre voisin avec qui nous échangions par mail sur des problèmes de connexion internet quelques jours auparavant, avec le responsable du service des jardins qui m’a expliqué combien de choses ont changées depuis l’époque où l’animosité régnait entre les chercheurs du campus et les techniciens de son service, avec un professeur d’anglais du SELVA qui évoquait l’occasion de cet évènement pour faire connaissance avec une personne avec laquelle il échange des mails et qu’il n’avait jamais rencontrée, avec Charlotte qui a eu la bonne idée de proposer cette initiative au budget participatif de Rennes 1, et avec Colinne qui a appris à planter des arbres avec l’aide de son papa.

Heureux aussi de retrouver une ancienne étudiante qui travaille aujourd’hui au service des jardins de la Ville de Rennes pour promouvoir la charte de l’arbre, et de croiser les regards et les sourires de toutes ces personnes impliquées dans la préparation, l’organisation et l’animation de ces rencontres avec les arbres en devenir.

Découvrir un arbre aussi fragilement accroché à sa motte, et apprendre les gestes nécessaires à sa prise en terre n’est pas non plus une rencontre anodine. Le préserver des champignons installés dans la paille qui conservait l’humidité du sol fait partie des quelques simples et essentielles notions que j’ai découvertes au cours de cette journée.

Je pense ainsi avoir été un peu transformé par toutes ces rencontres.

messages de quelques planteurs de la mini forêt dense sur le campus de Beaulieu le 28/10/2021

 

 

test du matériel de l’Édulab de Rennes 2

Après une expérience de construction des bâtonnets pour la mesure de l’activité biologique du sol  à la perceuse, voir [https://gaiagraphie.hypotheses.org/1112], c’est avec Tony Vanpoucke du FABLAB/EDULAB/Rennes 2 qu’une nouvelle solution est testée.

2021/09/17 : test de la fabrication de bâtonnets avec la défonceuse laser TROTEC

# 9h57 : un fichier svg du modèle de bâtonnet est ouvert sous CorelDRAW, les paramètres de perçage sont réglés

 

 

 

 

# 9h58 : finalisation des paramètres de perçage avec l’interface Trotec

# 10h01 : positionnement de la tête laser sur la planche de bois, calage de la hauteur ;  10h02 : duplication du patron avec Trotec

# 10h03’45“ : début de la gavure > 10h04’32“: fin de la gravure

Le test de défonçage laser  est très concluant quand à la rapidité d’exécution, sans comparaison avec la perce des trous avec une perceuse ; le dispositif doit aussi prendre en compte la ressource disponible à moindre frais, et après avoir recherché chez les fournisseurs de planches de bois à la bonne épaisseur et comparé les coûts, c’est finalement l’achat d’abaisses langue médicaux (150 x 18 x 1,6 mm) qui sera retenu pour ce protocole. Il faudra simplement concevoir  au préalable un gabarit afin de les positionner sous la graveuse.

protocole d’enquête de l’activité de la faune du sol

C’est en 2021, grâce à deux étudiants du M2 ERPUR de Rennes 1, Xavier de Laubier et Lucie Naveilhan, que j’ai pris conscience du potentiel pédagogique et pragmatique que représente le sol dans le contexte actuel de transition cosmopolitique, c’est à dire de prise en compte de tous les êtres dans la composition du monde. J’ai alors exploré les propositions d’indicateurs de son activité biologique sur le ouaibe, et ai découvert la sollicitation de Sandra Barrantal de participer au test des protocoles mis au point au sein du projet de recherche Bises du réseau PartiCitaE. Mon choix s’est arrêté sur un premier dispositif composé de bâtonnets enfouis dans le sol et dont une série de trous emplis de pâte permet d’avoir une mesure de l’activité de la faune moyenne du sol, une sorte de Bait Lamina low-cost.

Après avoir pris contact avec l’Édulab de Rennes 2 où je pensais trouver un équipement susceptible de m’aider à construire les tests, c’est finalement à l’occasion d’un déplacement dans l’Indre que je suis tombé sur un lot de couverts en bois qui semblaient attendre que je les achète, et il ne me restait plus qu’à y aménager les perces et préparer la pâte pour les transformer en appâts. Cette première expérience me permettra ensuite de découvrir l’incomparable performance des solutions de l’Édulab avec Tony Vanpoucke [https://gaiagraphie.hypotheses.org/1099]

les 10 trous de ø 4mm sont espacés de 10mm à partir de 45mm du sommet du couteau, ce qui en facilite la manipulation et l’écriture

une pâte élastique préparée avec 25g de farine de blé et 25 g de fécule de maïs est étalée dans les orifices

3 séries de 5 bâtonnets-appâts sont installés dans mon jardin le 11 juillet 2021 : – sous le rosier qui reçoit le compost domestique
– sous le noisetier qui reçoit des feuilles mortes
– dans la prairie,

après avoir pris soin d’ouvrir le sol avec un couteau avant d’y installer les appâts, et avoir mis une jalonnette en bambou pour ne pas écraser ceux de la prairie quand je vais pisser la nuit au fond du jardin (par contre le chat lui ne s’est pas gêné d’en écraser en sautant de son mur dans le jardin)

Une photo est prise afin de caractériser l’environnement de chaque site de mesure , ici autour du rosier, il faudra aussi prévoir  la description du site d’implantation : orientation, strates de végétation, travail du sol, arrosage, etc.

Les appâts ont été relevés au bout d’une semaine, le 18/07/21

la mesure de la consommation des appâts est faite selon 3 catégories, 1 pour une consommation totale, 0,5 pour une consommation partielle et 0 pour une absence de consommation de l’appât

la moyenne des résultats est calculée pour chaque profondeur à chaque site de mesure

Manifestement, c’est sous le rosier que l’activité de la faune moyenne du sol est la plus importante en profondeur, les faibles écarts entre la prairie et le noisetier ne permettent pas de les distinguer de ce point de vue.

La récupération des appâts offre la possibilité de faire des images de la faune présente sur les bâtonnets, ici une iule.

une recette de systémique plate

Comment faire de la systémique plate ?

Prenons tout d’abord  une définition proposée par Gregory Bateson, l’un des pères fondateurs de la théorie systémique (le gras est ajouté au texte original) :

“Mais qu’est-ce qu’un système ? […] Tout compte fait, un système est une unité qui comporte une structure de feed-back et qui est donc habilitée à traiter l’information. Il y a des systèmes écologiques, des systèmes sociaux et l’individu, plus l’environnement avec lequel il est en interaction, constitue également un système au sens technique du terme. […]

La règle fondamentale de la théorie des systèmes dit que, si vous souhaitez comprendre un certain phénomène ou un événement, vous devez l’envisager dans le contexte de tous les circuits complétés qui lui sont pertinents. L’accent est mis sur le concept de circuit communicationnel complet et, sous-jacente à la théorie, on voit pointer l’idée que toutes les unités qui comportent des circuits complets possèdent des caractéristiques mentales. En d’autres termes, l’esprit est immanent au circuit. Nous avons l’habitude de considérer l’esprit comme quelque chose qui se situe à l’intérieur de la peau d’un organisme, mais le circuit, lui, n’est pas limité par la peau.

Prenons l’exemple d’un homme qui abat un arbre avec une hache. Chaque coup de hache doit être corrigé par rapport à l’aspect de l’entaille du tronc après l’envol de chaque copeau. En d’autres termes, le système qui possède des caractéristiques mentales, c’est l’ensemble du circuit qui va de l’arbre aux organes des sens de l’homme, en passant par son cerveau, ses muscles et la hache, pour revenir à l’arbre. Ce n’est pas l’unité que les psychologues ont l’habitude de considérer, mais c’est l’unité que la théorie des systèmes les forcera à prendre en compte.

Il n’est pas besoin d’être grand clerc pour voir que ce changement de conception – «l’homme contre l’arbre » d’un côté et «l’homme appartenant à un circuit qui inclut l’arbre » de l’autre – va modifier nos idées sur la nature du soi, la nature du pouvoir, de la responsabilité, et ainsi de suite.

Cela pourrait même conduire la race humaine à une sorte de sagesse qui pourrait prévenir la destruction gratuite de notre environnement biologique et modifier certaines des attitudes très étranges que nous avons à l’égard des patients, des étrangers, des minorités, de nos conjoints et de nos enfants – et même celles que nous avons les uns envers les autres. “ (Bateson, 1996 : 348-350)

Ensuite prenons en compte la proposition suivante de Callon (le gras est ici aussi ajouté à l’original) :

“Si, […], nous préférons l’idée d’acteur-réseau à celle de système, c’est essentiellement pour deux raisons.
Premièrement,  les ingénieurs impliqués dans la conception et le développement d’un système technologique, particulièrement quand des innovations radicales sont impliquées, doit en permanence combiner des analyses techniques et scientifiques avec des analyses sociologiques : les associations proposées sont hétérogènes depuis le début du processus. Le concept d’acteur réseau peut être employé pour expliquer à la fois les premières étapes de l’invention et les institutionnalisations du marché créé parfois comme un résultat sans distinction des phases successives. C’est applicable à tout le process parce que ça englobe non seulement les alliances et les interactions qui ont lieu à un temps donné, mais aussi tous les changements et développements subséquents. Certaines simplifications deviennent impossible à implémenter ; les associations ne sont plus données pour acquises. L’acteur réseau est modifié sous les forces qu’il cherche, bien que pas toujours avec succès, à enrôler; mais sa structure est celle d’un acteurs réseau dont le développement peut être retracé et suivi. Le concept permet aux sociologues de décrire des associations hétérogènes données de manière dynamique et de suivre, aussi, le passage d’une configuration à une autre.
Cela mène au second point [•••]. Le  concept de système présupposes qu’une distinction peut être opérée entre le système lui-même et son environnement. En particulier, certains changements peuvent, et quelquefois doivent, être imputés à des facteurs extérieurs. Le concept d’acteur-réseau présente l’avantage d’éviter ce type de problème et les nombreuses questions de méthodologie qu’il soulève. Par exemple, comment définissons-nous les limites d’un système et expliquons-nous concrètement l’influence de l’environnement ? Pour répondre précisément à de telles questions, nous devons développer une science formelle des systèmes, privant ainsi peut-être l’analyse de toute sa valeur descriptive et explicative.” (Callon, 1987:100)

Puis poursuivons l’aplatissement à l’aide de Bruno Latour (2014: 250-51) en ajoutant du gras, là aussi, à l’original :

“la solution envisagée par la sociologie de l’ acteur-réseau, malgré son appellation quelque peu malencontreuse, n’a rien à voir avec une quelconque tentative de proposer un nouveau compromis entre le niveau micro et le niveau macro, ou l’acteur et le système […] la difficulté même que l’on éprouve lorsqu’on essaie de s’en tenir à un lieu considéré comme local ou à un lieu considéré comme le contexte du précédent révèle un autre mouvement, entièrement différent de celui que l’on suit d’habitude. Notre solution consiste à prendre au sérieux l’impossibilité de rester très longtemps dans l’un ou dans l’autre de ces deux sites.” (Latour 2014: 248)
” Il nous faudra voyager à pied et nous en tenir à la décision de refuser d’emprunter tout véhicule plus rapide. Oui, nous devrons suivre l’idée que les interactions sont débordées par bien d’autres ingrédients déjà en place, provenant d’autres temps, d’autres lieux et d’autres actants ; oui, nous devrons nous faire à l’idée de nous déplacer vers d’autres sites afin de découvrir les participants d’une interaction. Mais, dès que nous nous éloignerons de celle-ci, nous devrons ignorer les panneaux géants annonçant «Vers le Contexte » ou « Vers la Structure » […]
Pour résister à cette tentation d’ajouter une troisième dimension [systèmes, organisations], je vais proposer une projection en seulement deux dimensions, en m’ efforçant d’aplatir autant que possible l’espace social. […]
a) nous allons d’abord resituer le global afin de mettre un terme aux automatismes qui mènent de l’interaction au « Contexte » ;
b) nous allons ensuite redistribuer le local afin de comprendre pourquoi l’interaction est toujours une totale abstraction ;  
et enfin c) nous allons connecter les sites que les deux étapes précédentes auront mis au jour, en montrant les différents véhicules qui définissent le social comme association.”
mais alors “Où faut-il localiser le global pour pouvoir l’étudier ? ” (Tsing, 2005:29)
“il nous suffît d’établir quelles sont les connexions continues qui mènent d’une interaction locale jusqu’aux lieux, aux moments et aux actants par l’intermédiaire desquels un site local donné a été mis en action. Autrement dit, il nous faut suivre le chemin tracé par le processus de délégation ou de traduction […], ce déploiement peut prendre la forme d’un réseau, à condition de vérifier à chaque fois que la distance qui sépare un site de l’autre soit bien « payée », si l’on peut dire, par une série de transformations ou de traductions, qu’elle soit assurée par d’authentiques médiateurs et non par de simples intermédiaires. Ainsi, nous rendrons visibles, maillon après maillon, les longues chaînes d’acteurs qui relient un site à l’autre.” (Latour 2014: 253).
Il suffirait donc de suivre les pistes :  “Les tests microbiologiques de l’eau effectués par les bactériologistes n’auraient aucun intérêt […] s’ils restaient à l’intérieur des laboratoires. Maintenant qu’ils sont intégrés, par exemple, dans un autre dossier volumineux à l’hôtel de ville qui rassemble des plans d’architectes, des règlementations urbaines, des résultats de sondages, des bulletins de vote et des propositions de budget, ils s’enrichissent de chacune des autres spécialités.  il est peut-être difficile de comprendre l’effet de la bactériologie sur la «société» ; mais on peut retracer le nombre des opérations légales, administratives et financières dans lesquelles la bactériologie a été mise à contribution : il suffit de suivre la piste” (Latour, 2005: 617-618)

Bateson Gregory, 1996. Une unité sacrée: quelques pas de plus vers une écologie de l’esprit. Ed. du Seuil.

Callon Michel, 1987, « Society in the making: the study of technology as a tool for sociological analysis », The social construction of technological systems: New directions in the sociology and history of technology : 83‑103.
Latour Bruno, 2005. La science en action. Introduction à la sociologie des sciences, Paris, La Découverte, coll.“Poche. Sciences humaines et sociales.

Latour Bruno, 2014. Changer de société, refaire de la sociologie. La découverte.

Tsing Anna, 2005. Friction: An anthropology of global connection. Princeton: Princeton University Press.

premières images des essais de culture

essais_st_thegonnec_20160905_bd
parcelle d’essais de culture menée par Yves Caroff à Saint-Thégonnec (29) le 5 septembre 2016

20160808_Chateau_Malo
parcelle de Château Malo le 8 aôut 2016, plantée le 16 juillet par Valentin Breil

Hinglé_16_07_16
parcelle du Hinglé, menée par Sébastien Delaroche, le 16 juillet 2016

20160713_Retiers_BD
parcelle de Retiers menée par Agrobio 35, le 13 juillet 2016

mms_img1110246614
parcelle d’essais de culture menée par Yves Caroff à Saint-Thégonnec (29) début juillet

20160629_160421
parcelle du Lycée agricole de Pontivy le 29 juin 2016, on y voit le pointillé de la houe rotative

20160629_160334
stade 6 feuilles le 29 juin 2016 sur la parcelle du Lycée agricole de Pontivy

20160629_162508
parcelle de Kérivy à Noyal-Pontivy conduite par Bruno Jéhanno

20160629_162441
stade 12 feuilles le 29 juin 2016 à Kérivy

les dates et les conditions d’implantation ont été très variables, ce qui donne aujourd’hui un développement des betteraves très différent d’une parcelle à l’autre

 

plant
la parcelle d’Antoine Lesné à St Méloir des Ondes (35) sera plantée vers le 14 juillet avec des plants de Thomas Plants à Ploubazlanec (22)

du sucre bio pour les abeilles !

Et oui, les abeilles mangent aussi du sucre ! C’est une apicultrice de l’Aveyron qui nous a sollicités pour savoir quand nous pourrons lui livrer du sucre bio de betterave, car les abeilles consomment environ une dizaine de kilo de sucre par ruche chaque année. Les besoins sont assurés par des préparations différentes en début d’automne et en sortie d’hiver : un sirop d’eau et de sucre fin septembre et un candi pour janvier. Le candi est obtenu par la cuisson à 118°C de sucre mélangé à de l’eau auxquels sont ajoutés du miel en fin de cuisson. Cette cuisson modifie la molécule qui ne peut alors être stockée par les abeilles et n’entre donc pas dans la composition du miel qu’elles fabriquent.

abeilleNoireGroix
abeille noire de l’Île de Groix © Groix

conduite de la bettrave fourragère en bio

voici un extrait d’un ouvrage de Michel Ragot sur la production laitière biologique, qui donne des informations très utiles pour la conduite de la betterave bio

Le_Bihan_bet_four_bio_1Le_Bihan_bet_four_bio_2Le_Bihan_bet_four_bio_3

dans l’ouvrage, sont aussi classés selon leur valeur relatives les différents précédents culturaux de la betterave, c’est à dire l’intérêt  qu’un précédent cultural donné représente selon les aspects de protection des cultures, de la valorisation de l’azote et de l’alternance de systèmes racinaires superficiels et profonds

1 = très bon, bonne valorisation du précédent cultural et optimum du point de vue sanitaire
– blé tendre
– blé dur
– orge d’hiver
– orge de printemps

2 = bon, généralement pas de problème sanitaire, mais mauvaise valorisation du précédent
– pomme de terre
– pois
– soja

3 = moyen, quelques problèmes sanitaires et très mauvaise valorisation du précédent :
– tournesol
– prairie > 3 ans (ce point de vue est contradictoire avec l’intérêt environnemental de la betterave)

4 = mauvais ou à éviter
– maïs

5 = très mauvais
– betterave
– colza

extrait de Ragot, M. (2001). Conversion à l’agriculture biologique: le cas de la production laitière. Educagri éditions, avec l’aimable autorisation de l’éditeur, qui signale le remplacement de l’ouvrage par Produire du lait biologique : conversion et témoignages

le projet breizh sukr

Voici l’intention de Bernard Cano pour le projet Breizh Sukr :

“Depuis mes débuts avec mon associée en 1987, qui passent par la relance de la culture du sarrasin en Bretagne (4000 ha aujourd’hui), puis la création en 1992 de la première usine dédiée à la fabrication d’aliments biologiques pour animaux à Janzé près de Rennes (10 000 tonnes en 2010), je me consacre au développement de l’Agriculture Biologique en Bretagne.
Je veux voir les agriculteurs s’émanciper des schémas traditionnels.

J’expose dans les lignes qui suivent le projet auquel je souhaite impliquer les agriculteurs bio présents et à venir. La prochaine grande étape d’une agriculture à échelle humaine consistera, de mon point de vue, à créer les conditions pour la mise en place d’outils de transformation de petite et moyenne taille qui impliqueront les agriculteurs et qui seront empreints d’une éthique exigeante, qui offriront une lisibilité de production locale, fiable, humaine, propice au développement rural.
Notre projet consiste à mettre en place et développer la betterave sucrière bio en Bretagne et de créer un outil de transformation, une mini sucrerie spécialisée dans le bassin de Pontivy.

 
Pourquoi ce projet nous paraît-il pertinent ?

Le sucre bio : un marché grandissant approvisionné par l’importation.
Le marché du sucre bio représente dans le monde une consommation globale de 370 000 tonnes. L’Europe en absorbe 170 000 tonnes et la France atteint un niveau de consommation de 45 000 tonnes. La consommation de sucre bio croît de 20% par an.
En Bretagne, une diversité de transformateurs en utilisent. Certains près de 1500 tonnes, d’autres 700 tonnes, d’autres 40 tonnes…
Le marché du sucre bio est quasiment exclusivement basé sur le sucre de canne. La production de sucre bio est quasi inexistante en Europe. L’Allemagne en produit depuis une dizaine d’années environ 6000 tonnes à partir de la betterave sucrière.

Les outils de transformation existants [à ce jour en France] ne sont pas adaptés
En France, les trois grands groupes de l’industrie sucrière forment un véritable oligopole. De plus, l’industrie sucrière cessera d’être soutenue dans le cadre de la Pac à partir de 2017, ce qui les conduira à accroître leur activité. La taille de leurs usines qui travaillent des volumes de 1 200 000 à 2 200 000 tonnes ne sont pas compatibles avec les règles et les contraintes qui concernent les betteraves issues de culture biologique. La production de sucre de betterave bio s’exclut donc de fait des process industriels existants.

Les sols et le climat de la Bretagne sont appropriés à cette culture
La betterave sucrière est [dans notre imaginaire] apparentée aux paysages des plaines sans fin de la Beauce, du Nord, de l’Est de la France… Pourtant, la betterave fourragère a été cultivée partout en Bretagne et dans toute l’Europe. Cet aliment de noble qualité assurait les éleveurs d’un fourrage abondant et sûr et contribuait à l’autonomie de leur exploitation. Elle connaît un véritable regain auprès d’éleveurs motivés. Des entrepreneurs se sont équipés en matériel de récolte.

Agronomiquement, les conditions de notre terroir sont excellentes, voire meilleures que celles de la plaine de Caen en Normandie où est la plus proche usine en activité. La pluviométrie et les températures douces de notre région sont également de bons atouts.
Pour familiariser les agriculteurs en production biologique de Bretagne avec cette culture, nous avons l’objectif, en 2016, de planter 8 ha dans les différents départements (plusieurs hectares sont déjà programmés dont le lycée Le Gros Chêne de Pontivy). Le but est de créer des vitrines, de parler technique, de donner envie.

Intégrer une nouvelle production fait partie de la marche de l’histoire
Les modèles de production ne sont jamais définitifs. L’agriculture bretonne a connu, au fil des siècles, de nombreuses transformations :
–    les cultures du lin et du chanvre ont  été la base d’une intense activité manufacturière dans toute la Bretagne. Pour exemple, en 1750, il était dénombré 700 paysans tisserands à Loudéac, autant à Pontivy ; pendant près de trois siècles, ces activités toilières ont fait la prospérité de la Bretagne, réputée pour cela dans toute l’Europe et jusqu’en Amérique du Sud ; des cités comme Locronan et les enclos paroissiaux en témoignent ;
–    la pomme de terre fut introduite à partir de 1820 avec réticences puis les bretons l’adoptèrent et progressivement elle devint une culture favorite de la Bretagne. Il y eut même une féculerie à Rohan près de Pontivy qui a fermé en 1970 ;
–    le chou-fleur, l’une des productions emblématiques de la Bretagne, a été cultivé à partir de 1660. Il est à l’origine de la création d’une zone à vocation légumière qui s’étend aujourd’hui sur une grande partie du nord de la Bretagne ;
–    en 1987, je relançais la production de sarrasin en Bretagne et j’allais vendre ce sarrasin en Hollande et en Allemagne. Cette culture avait quitté l’espace géographique de la Bretagne dans les années 1950. Or, le sarrasin couvre, toutes catégories confondues, environ 4000 ha aujourd’hui.
De multiples autres exemples pourraient être cités… L’agriculture biologique fait partie de ces mutations et la betterave sucrière relève d’une action innovante.

Une des vraies alternatives pour le changement du modèle agricole dominant
De grandes mutations sont en cours et l’année 2016 est marquée par une grave crise des productions agricoles de notre pays. Les volumes produits ne s’écoulent pas, les prix bas, toujours plus bas, ne rendent plus beaucoup d’exploitations viables. Cette course à l’hyper compétition fait des quantités de victimes et laisse une vie morose dans le monde rural.
Les agriculteurs sont lents pour faire évoluer et adapter leurs productions. La saturation des marchés et la régression du nombre des fermes traduit cette difficulté à embrayer une mutation de notre agriculture. Les productions végétales, en agriculture biologique, offrent des perspectives réelles et le développement d’une filière de production de betterave sucrière bio et, à terme, la création d’une sucrerie spécialisée mérite que les agriculteurs y portent de l’attention.
En phase avec les attentes d’un nombre grandissant de consommateurs
Une part grandissante de consommateurs, d’individus conscientisés sur les enjeux de l’environnement, à la recherche d’une qualité de vie respectant les équilibres naturels, font le choix de valeurs dans lesquelles l’écologie est prépondérante. Des chaînes de distribution militantes et spécialisées dans l’alimentation bio connaissent des croissances de 15%. Cela démontre qu’il y a une recherche pour une alimentation issue d’une agriculture exigeante, qui définit des limites, une agriculture à caractère local, basée sur des modes de production autonomes, durables, une agriculture où le rôle des paysans a de la valeur.

Des barrières à lever, un « feeling » cultures à développer
La production de betterave sucrière en Bretagne a pour premier préalable d’abattre des barrières mentales. La Bretagne est un pays où la forte tradition de l’élevage a conduit à placer la part des cultures dans un rôle de seconde importance. En dehors de quelques bassins légumiers réputés, la mentalité agricole est caractérisée par une mentalité d’éleveur. Or, on sait que la part des végétaux dans l’alimentation humaine va s’accroître. Cette tendance est déjà amorcée. C’est une réalité flagrante chez les consommateurs de produits bio.

Désherbage : la difficulté technique à dépasser
La perspective de cultiver de la betterave en bio met immédiatement en évidence cette question cruciale. Pour développer les cultures en bio en Bretagne, il va falloir stimuler le sens de l’exigence et de la précision chez les agriculteurs. Devenir capable de cultiver la betterave à l’échelle d’une nouvelle production organisée, c’est acquérir une technicité qui permet de pouvoir envisager toutes les cultures.
En Vendée, un groupe de sept agriculteurs ayant fait sa conversion en bio, illustre bien ce qu’est le « feeling » culture en bio. Ils exploitent 700 ha. Ils sont passés d’un schéma conventionnel très intensif à la mise au point d’un ensemble de productions techniquement très pointues : ils utilisent le GPS dans le bocage vendéen depuis 10 ans. Les cultures, céréales incluses, sont toutes pensées pour être binées si nécessaire. La diversité des productions est grande : céréales, maïs, une gamme diversifiée de haricots et légumes secs, des légumes, de la pomme de terre.
Depuis deux ans, ils s’orientent et se spécialisent dans le quinoa (100 ha) qui leur assure des marges très élevées. Aujourd’hui, ils sont techniquement prêts pour produire de la betterave sucrière.

Alors, en Bretagne, qu’attendons nous ?
Atteindre ces résultats est affaire d’état d’esprit et d’autonomie de pensée. Pour avancer et capter des marchés existants, il est nécessaire que des prises de conscience aient lieu. De cela, il découlera de vraies solutions pour que les agriculteurs trouvent l’envie et le sens à faire un métier qui leur permettra de bien vivre.
Face à l’actuelle vague de 60 000 ha de conversions qui concerne la France dans son ensemble, les agriculteurs bretons doivent réaliser que cultiver quelques céréales de type secondaire ne leur permettra pas de «gagner leur croûte ». Mais s’ils mettent la barre des compétences techniques plus haute pour se mettre à niveau avec la technicité indispensable à la conduite de cultures telles la betterave sucrière qui est du même ordre de difficulté que les légumes plein champ, ils se garantiront et s’assureront de belles perspectives pour envisager une diversité de productions rémunératrices et des débouchés durables.

Un projet extensible à d’autres régions
Je suis convaincu que le développement de la filière betterave sucrière bio en Bretagne sera un courant de production précurseur en France et que d’ici 10 ans, d’autres mini-sucreries bio ancrées dans des bassins de production régionaux verront le jour.

Et à d’autres produits
A cela viendront s’ajouter des activités connexes à valeur ajoutée, telles la production de levures bio dont l’utilisation deviendra obligatoire chez les transformateurs bio, [comme par exemple en panification].”

test bêche

20160303_PONDI_TALCOAT
prélèvement d’un bloc de sol pour le “test bêche”

un premier test bêche a été réalisé le 3 mars sur une parcelle du LEGTA de Pontivy qui est actuellement occupée par une prairie de ray-grass hybride et de trèfle violet et sera semée en betterave fin avril, il permet d’avoir un point zéro de référence pour voir l’évolution du sol après la culture et récolte de la betterave

le test bêche est un des outils d’évaluation de la qualité biologique des sols par l’analyse de la population des vers de terre, et permet en plus d’observer la structure

dans cette prairie, à la profondeur échantillonnée (25cm), le sol est d’une belle couleur brune homogène, la structure à dominante grumeleuse, donc bien pourvu en vers de terre

les vers de terre ont été récoltés pour être déterminés par Sarah Guillocheau  de l’OPVT basé à de la station biologique de Paimpont

20160317_144944_R6
bloc de sol extrait sur une profondeur de 25 cm

 

20160317_150739_R6
sur la bâche : analyse de la structure du sol et récupération des vers de terre pour la détermination de la diversité spécifique

carte et convention pour les essais de culture

umaP_IGN

carte des agriculteurs engagés, avec ci-dessous le lien vers la version dynamique et la légende

http://umap.openstreetmap.fr/fr/map/essais-de-culture_80631?scaleControl=true&miniMap=true&scrollWheelZoom=true&zoomControl=true&allowEdit=false&moreControl=true&datalayersControl=true&onLoadPanel=caption&captionBar=true&datalayers=187460#8/48.069/-2.384

 

CONVENTION POUR DES ESSAIS DE PRODUCTION DE BETTERAVE SUCRIERE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN BRETAGNE

BREIZH SUKR : LA FILIERE SUCRE BIO EN BRETAGNE

Bernard CANO, gérant de la société Milin Gentieg actuellement porteur du projet Breizh Sukr, veut promouvoir le développement de la culture de la betterave sucrière en Bretagne et associer des producteurs en agriculture biologique à des essais culturaux dans le cadre d’une démarche volontaire et non commerciale dans un premier temps.

Les agriculteurs qui se joignent à cette initiative le font par esprit d’initiative, de challenge et efficacité, le but étant de diversifier les productions et d’assurer des débouchés durables et rémunérateurs à l’agriculture biologique en Bretagne. La nature de cette convention repose sur un engagement moral.

Cette convention a pour objectif de définir, dans un cadre simple, la relation entre le producteur et la société Milin Gentieg. Elle n’est pas formelle. Il n’en découle réciproquement aucune obligation commerciale ou technique.

Le producteur qui souscrit à la mise en œuvre de ces essais, confirme sa volonté de :

  • cultiver la parcelle selon le cahier des charges de l’agriculture biologique
  • s’appliquer à mener une conduite de culture techniquement et agronomiquement soignée
  • permettre un suivi annuel de la population de vers de terre
  • permettre à des visiteurs d’accéder à la parcelle et de favoriser leur accueil, de les renseigner
  • transmettre les résultats de ses observations de conduite de culture et une pesée de la récolte après arrachage
  • aucune obligation financière ne lie les parties et le producteur de betteraves se chargera d’écouler librement sa récolte
  • les semences lui seront fournies par la société Milin Gentieg qui se charge de les obtenir. Elles sont de qualité non traitées et enrobées d’un enrobage neutre et utilisables en agriculture biologique à titre dérogatoire car il n’existe pas de semences de betterave sucrière certifiée en agriculture biologique
  • la quantité pour un hectare est de 136 000 graines. Le conditionnement du semencier est une boîte de 100 000 graines
  • les semences sont facturées à prix coûtant pour la somme de 110 € H.T. la boîte de 100 000 graines soit 150 € H.T. pour un hectare.

Le projet Breizh Sukr a pour finalité de développer une sucrerie spécialisée pour transformer une production de qualité réelle issue de la région Bretagne.