lu dans Paysan Breton

Betterave sucrière bio recherche producteurs

La création d’une filière de production de sucre bio peut être une opportunité pour des agriculteurs du secteur de Pontivy. La betterave élargit la gamme de cultures et laisse une marge supérieure aux céréales.

« Une surface de 200 hectares dans le secteur de Pontivy permettrait de créer un petit outil de transformation ». Bernard Cano, gérant de la société Milin, spécialisée dans le négoce de céréales bio et la fabrication d’aliment, imagine un atelier évolutif. Les besoins en France sont élevés. « Nous importons 45 000 t de sucre bio chaque année des pays d’Amérique du sud, l’équivalent de 6 000 hectares. Le marché existe ». Le niveau de valorisation est motivant. « Les marges sont très supérieures à celles des céréales : de l’ordre de 1 500 € par hectare pour un rendement brut de 60 tonnes/ha environ ». La culture a de nombreux atouts. « Au niveau agronomique, elle permet d’allonger la rotation ; la région est riche en matière organique ; au niveau économique, elle diversifie la production de la ferme. La betterave produit du sucre mais aussi des pulpes et de la mélasse qui peuvent être valorisées par les animaux ».

Quelques engagements

La betterave a aussi des freins, notamment en terme de conduite du désherbage. « Hors Bretagne, en régions de grande cultures, les producteurs ont surmonté ces difficultés grâce aux technologies nouvelles comme les systèmes de guidage. Les conditions de travail se sont améliorées ». Dans ces régions, les agriculteurs sont également plus exigeants avec leurs cultures que ne sont les éleveurs en Bretagne, plus focalisés sur leurs productions animales. Qu’à cela ne tienne, Bernard Cano a commencé à prospecter dans le secteur avec, déjà, l’engagement de quelques producteurs tentés par l’aventure. Il faudra sans doute des essais grandeur nature pour susciter la curiosité et l’envie chez d’autres agriculteurs, à même de consacrer quelques hectares à la culture. L’émergence d’une filière de production de sucre en Bretagne est à ce prix. Bernard Laurent

http://www.paysan-breton.fr/productions-agricoles/betterave-sucriere-bio-recherche-producteurs/

quelle surface de production de betterave faut-il envisager pour construire une sucrerie ?

échanges avec Bernard Cano lors d’une rencontre avec un agriculteur de Quistinic le 5 novembre 2015

“Une mini usine de transformation peut être envisagée pour transformer un volume de 25 à 30 000 tonnes de betterave, ce qui correspond à une surface de production de 300 à 400 ha. Sur la base d’une production de 60 à 65 tonnes de betteraves à l’ha et d’un taux minimal de 15% de sucre, le rendement moyen envisageable est de 92 quintaux de sucre à l’ha. Comme l’unité de production est modulable, sa croissance peut accompagner la croissance de la production, et on peut donc envisager de démarrer la construction d’une usine pour 200 ha de production.”

le potentiel de l’agriculture biologique est immense

quel est modèle agricole cohérent avec cette production ?

réponse de Bernard Cano (entretien du 23 juillet 2015)

“L’orientation qui me paraît exclusivement intéressante, sous réserve de lui apporter des outils de développement et de lui consacrer des moyens, c’est l’orientation de l’agriculture biologique.

L’agriculture biologique présente bien sur des contraintes, mais présente aussi un potentiel de développement important si on veut lui insuffler des moyens nouveaux, chose que l’on n’a strictement pas fait à ce jour.

Cette agriculture possède une voie de développement de la même nature que ce que l’on a connu dans les années 60 où l’on a consacré beaucoup de moyens à l’agriculture [conventionnelle] pour des finalités qui étaient différentes [principalement orientées vers la production quantitative].

C’est une nouvelle l’agriculture plus environnementale, plus sociale, plus orientée sur la manière de faire revivre les campagnes, autour de laquelle se greffe une diversité d’activités d’artisanat, des moyennes et petites industries, qui est à recréer. C’est, pour les agriculteurs, leur offrir une source de prospérité, leur proposer d’accomplir des actes plus gratifiants, au sein d’une société rurale  avec une plus forte présence humaine et où il y a une meilleure conciliation des intérêts de l’agriculture avec le milieu.”

une bouffée d’oxygène pour renouveler l’agriculture bretonne

Comment est née cette idée de betterave sucrière bio ?

réponse de Bernard Cano (entretien du 23 juillet 2015) : “Dans le cadre de mes activités j’ai eu l’occasion de prospecter pas mal de voies pour développer les agrosystèmes bio, comme le sarrazin ou les avoines couvertes, afin de proposer aux agriculteurs des moyens de construire leur autonomie. Il était donc naturel pour moi de m’intéresser à la betterave, d’autant que le sucre [bio] que nous consommons est en totalité importé, ce qui correspond à 170000 tonnes pour l’Europe, et 40-50000 tonnes pour la France, exclusivement à base de sucre de canne. Il existe une petite production de betterave sucrière bio en Allemagne, dont la principale difficulté réside dans la question du désherbage. J’appréhende bien ce sujet car dans mon entreprise précédente j’avais une activité dédiée au machinisme agricole spécialisée dans le désherbage mécanique. J’en mesure toute l’importance et aujourd’hui je considère que la betterave pourrait accroître la diversité des cultures nouvelles que l’on peut envisager dans une région comme la Bretagne. Cette région connaît une vraie décomposition de son agriculture car les productions pour l’export ne peuvent plus constituer son unique finalité. En ayant de meilleures effets sur l’environnement, la betterave fait partie de toutes les activités que l’on peut développer dans cette agriculture rénovée, à côté des activités d’élevage qui sont encore présentes alors que dans beaucoup de régions ce métier de l’élevage a disparu. Quand je vois la symbiose qu’il y a entre la culture et l’élevage, la betterave fait partie des cultures que l’on peut développer pour éviter l’hyperspécialisation et recréer de la diversité. C’est la clef de tous les points de vue pour la réussite, que ce soit du point de vue agronomique, de la technique des cultures,  du point de vue de la commercialisation qui peut être reprise en main par les agriculteurs, et d’autant mieux assurée que l’éventail de possibilités de production s’élargit. Cette diversité de production dans laquelle on peut faire des combinaisons, en fonction de nos goûts, de l’intérêt pour telle culture, en fonction de nos terres, du marché,  amène une grande bouffée d’oxygène et permet d’imaginer des perspectives pour cette agriculture que l’on doit recréer en Bretagne.”

que retirer de l’expérience du sarrazin bio en Bretagne ?

sarrazin2_BD

Cette question est posée à Bernard Cano, fondateur d’Edou Breizh, qui a relancé la culture du sarrazin en Bretagne en 1987.

“D’abord, cela montre que les idées qui suscitent beaucoup de résistance et d’opposition, peuvent s’avérer être justes si l’on persévère un peu. Cette une production qui a permis de pratiquer différemment l’agriculture, pour faire du bio, et diversifier la production. En élargissant les possibilité de production, le sarrazin a donné envie à des gens d’entreprendre et de s’assurer de meilleures conditions économiques, du fait de la complémentarité des productions vis-à-vis du marché. Cela tranche avec le système dominant où la diversité des productions est plus faible, et donc plus sensible aux aléas du marché.

Cette plante emblématique de la Bretagne n’y était plus cultivée à l’époque, j’ai donc fait de nombreuses recherches sur les volumes importés, la valeur des transactions commerciales. La première année s’est faite avec beaucoup d’embûches, des relations parfois difficiles avec les gens, et les premières ventes ont été faites en Hollande, puis en Allemagne.”