une bouffée d’oxygène pour renouveler l’agriculture bretonne

Comment est née cette idée de betterave sucrière bio ?

réponse de Bernard Cano (entretien du 23 juillet 2015) : “Dans le cadre de mes activités j’ai eu l’occasion de prospecter pas mal de voies pour développer les agrosystèmes bio, comme le sarrazin ou les avoines couvertes, afin de proposer aux agriculteurs des moyens de construire leur autonomie. Il était donc naturel pour moi de m’intéresser à la betterave, d’autant que le sucre [bio] que nous consommons est en totalité importé, ce qui correspond à 170000 tonnes pour l’Europe, et 40-50000 tonnes pour la France, exclusivement à base de sucre de canne. Il existe une petite production de betterave sucrière bio en Allemagne, dont la principale difficulté réside dans la question du désherbage. J’appréhende bien ce sujet car dans mon entreprise précédente j’avais une activité dédiée au machinisme agricole spécialisée dans le désherbage mécanique. J’en mesure toute l’importance et aujourd’hui je considère que la betterave pourrait accroître la diversité des cultures nouvelles que l’on peut envisager dans une région comme la Bretagne. Cette région connaît une vraie décomposition de son agriculture car les productions pour l’export ne peuvent plus constituer son unique finalité. En ayant de meilleures effets sur l’environnement, la betterave fait partie de toutes les activités que l’on peut développer dans cette agriculture rénovée, à côté des activités d’élevage qui sont encore présentes alors que dans beaucoup de régions ce métier de l’élevage a disparu. Quand je vois la symbiose qu’il y a entre la culture et l’élevage, la betterave fait partie des cultures que l’on peut développer pour éviter l’hyperspécialisation et recréer de la diversité. C’est la clef de tous les points de vue pour la réussite, que ce soit du point de vue agronomique, de la technique des cultures,  du point de vue de la commercialisation qui peut être reprise en main par les agriculteurs, et d’autant mieux assurée que l’éventail de possibilités de production s’élargit. Cette diversité de production dans laquelle on peut faire des combinaisons, en fonction de nos goûts, de l’intérêt pour telle culture, en fonction de nos terres, du marché,  amène une grande bouffée d’oxygène et permet d’imaginer des perspectives pour cette agriculture que l’on doit recréer en Bretagne.”

que retirer de l’expérience du sarrazin bio en Bretagne ?

sarrazin2_BD

Cette question est posée à Bernard Cano, fondateur d’Edou Breizh, qui a relancé la culture du sarrazin en Bretagne en 1987.

“D’abord, cela montre que les idées qui suscitent beaucoup de résistance et d’opposition, peuvent s’avérer être justes si l’on persévère un peu. Cette une production qui a permis de pratiquer différemment l’agriculture, pour faire du bio, et diversifier la production. En élargissant les possibilité de production, le sarrazin a donné envie à des gens d’entreprendre et de s’assurer de meilleures conditions économiques, du fait de la complémentarité des productions vis-à-vis du marché. Cela tranche avec le système dominant où la diversité des productions est plus faible, et donc plus sensible aux aléas du marché.

Cette plante emblématique de la Bretagne n’y était plus cultivée à l’époque, j’ai donc fait de nombreuses recherches sur les volumes importés, la valeur des transactions commerciales. La première année s’est faite avec beaucoup d’embûches, des relations parfois difficiles avec les gens, et les premières ventes ont été faites en Hollande, puis en Allemagne.”

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search