paillage au plastique de betterave

Le paillage plastique de la betterave pourrait se justifier dans les terres froides afin de faciliter le démarrage de croissance et de protéger la cultures des salissements. Une innovation permet désormais de poser du paillage plastique à base d’acide polylactique (PLA), matériau issu de sucre de betterave après des processus fermentaires et quelques transformations chimiques. C’est un matériau compostable selon les normes internationales, cependant la question demeure de sa biodégradation en conditions naturelles.  Le premier mécanisme de la dégradation est l’hydrolise,  catalysée par la température, et suivie par les attaques de bactéries sur les fragments résiduels. La question importante est celle de l’évolution de la dégradation bactérienne dans le sol sur le long terme. Selon une étude réalisée en Grèce (Rudnik & Briassoulis, 2011), le phénomène est lent, complexe et sujet à de grandes variations selon les conditions biotiques et abiotiques des sols où résident ces fragments. Cependant, l’épaisseur du film sera un facteur de ralentissement du phénomène. Les recherches à ce sujet sont encore peu nombreuses, et devront à l’avenir apporter des précisions au sujet de l’impact sur la qualité des sols et la possibilité de son emploi en agriculture biologique.

courbe_biodeg_PLA
biodégradation comparée à celle de la cellulose de différents films de polymères employés pour le paillage (Touchaleaume & al. 2016)

Il existe cependant une autre voie aujourd’hui explorée, qui consiste à réaliser des mélanges de polymères biodégadables (Touchaleaume & al. 2016). C’est le cas dans la figure ci-dessus, ou le taux de biodégradabilité au sein d’un vignoble méditerranéen est mesuré par respirométrie, avec cependant des taux de biodégradation entre 70 et 90 % obtenus seulement au bout de deux ans, les mélanges contenant le PLA présentant les niveaux les plus bas .