amour multispécifique

détail de la peinture de la cabane du potager collectif d’Ar Vuez sur le campus de Rennes2/Villejean

“À l’intersection des sciences de la nature et des sciences de la culture, un nouveau modèle de savoir se prépare dont la caractéristique clé est l’amour multispécifique. Contrairement à la manière dont les cultural studies se sont emparées de la science auparavant, sa raison d’être n’est pas la critique de cette dernière, bien que l’on puisse néanmoins continuer à poser un regard critique.
L’idée est davantage d’encourager une immersion nouvelle et passionnée dans la vie des non-humains étudiés. Auparavant, une telle immersion était seulement permise aux chercheurs en sciences naturelles, à la condition qu’ils dissimulent l’amour pour leur objet. L’apport essentiel de cette nouvelle forme de savoir est qu’elle invite conjointement à apprendre et connaître les sciences naturelles, et à mobiliser dans le même geste les outils des humanités et des arts. Ce que recherchent ceux qui travaillent dans ce nouveau champ, c’est à ouvrir l’imagination collective afin de rendre possibles de nouvelles relations à la nature. Pour ce faire, nous avons besoin de convoquer les talents insoupçonnés des autres – qu’il s’agisse de scientifiques ou de non-scientifiques.”
Tsing Anna Lowenhaupt, 2010, « Arts of inclusion, or how to love a mushroom », Manoa, vol. 22, n° 2 : 191‑203, extrait de Zhong Mengual Estelle, 2021, Apprendre à voir, Actes Sud, pages 27-28.