assemblages et formes des socialités plus qu’humaines

Les spécialistes des sciences sociales sont habitués à parler aux gens comme un moyen d’apprentissage. Comme nous ne pouvons pas leur parler directement, comment savons-nous quelque chose sur la vie sociale des plantes et des champignons? Deux approches sont courantes: l’attention aux assemblages et l’attention à la forme.

Les assemblages ne sont que ceux que nous trouvons assemblés : les plantes qui poussent les unes autour des autres dans un paysage particulier, par exemple. Mon inclusion des champignons avec des plantes provient d’un arrangement d’assemblage commun : la plupart des plantes obtiennent leurs nutriments non glucidiques grâce à l’aide de champignons symbiotiques. Certains champignons vivent à l’intérieur des plantes; d’autres s’enroulent autour des racines des plantes. Les champignons se nourrissent de leurs plantes hôtes en leur fournissant des suppléments nutritionnels. De nombreuses plantes rassemblent plusieurs espèces de champignons, et la plupart des champignons s’associent à plusieurs espèces de plantes, souvent en même temps, formant une toile à travers la forêt. Pourtant, ces arrangements ne sont pas ouverts à tous. Certaines plantes et certains champignons se préfèrent. Pour les humains, découvrir de telles préférences est un travail difficile, mais pas impossible […]

Ce chêne dispensé de la taille usuellement pratiquée dans le bocage cornouaillais où il a grandi témoigne d’une relation particulière établie avec les humains © Éric Collias

Nos vies sociales ont à voir avec la façon dont nous nous déplaçons et rencontrons les autres. De nombreuses plantes et champignons, en revanche, sont indéterminés dans leur forme corporelle. Ils grandissent et changent tout au long de leur vie. Même s’ils ne peuvent pas s’extraire et se déplacer vers un autre endroit, ils peuvent grandir dans de nouveaux environnements et domaines sociaux. Leur forme montre leur biographie ; c’est une histoire des relations sociales à travers lesquelles ils ont été façonnés. […] Ainsi, par exemple, un arbre aux branches inférieures épaisses a probablement grandi sans trop de voisins, même si vous le trouvez maintenant entouré d’autres arbres. S’il avait grandi à l’ombre des autres, ces branches plus épaisses ne se seraient pas développées. Un arbre à plusieurs troncs peut avoir un feu ou une hache dans sa biographie. […]

Malgré ces détails exotiques, l’assemblage et la forme sont des outils tout à fait familiers pour les anthropologues. Chaque fois que nous étudions un rassemblement social, une communauté ou une institution, nous prêtons attention aux assemblages : qui est inclus ? Quels types de relations de statut entretiennent-ils les uns avec les autres ? Chaque fois que nous regardons la culture matérielle, la performance ou même le travail quotidien de la vie sociale, nous prêtons attention à la forme. En effet, certains de nos sites d’examen de la forme sociale sont des corps humains, comme dans les représentations du genre, de la religion, de l’ethnicité, de la mode ou du tatouage. Nous savons lire les relations sociales par la forme. C’est un terrain d’entente. Il n’y a aucune raison que l’extension de nos analyses à ces autres socialités invoque la peur, le recul, le mépris ou l’envie qui surgissent parfois lorsque les humanistes se confrontent aux sciences naturelles. Cela n’enrichirait-il pas nos études d’inclure des socialités plus qu’humaines ? Nous pourrions voir des histoires humaines dans un champ multispécifique d’histoires.”

Tsing, A. (2013). More-than-human sociality : A call for critical description. In Anthropology and nature, edited by Kirsten Hastrup (Vol. 14, p. 37‑52). Routledge.

modèle mycélium

Agaric – schéma de développement ( Gaston Bonnier, 1907, Le Monde végétal , Flammarion)

«Au dessus du sol, nous percevons les champignons individuels comme des choses, pratiquement comme des lampadaires dans une ville, et nous pouvons même prétendre les compter. Sous le sol cependant, il n’y a pas de choses du tout, mais des places, des positions, ou des points d’émergence de la totalité du réseau mycélien. […]

[N]ous devons comprendre la personne non comme une entité substantive mais comme un point d’émergence au sein d’un réseau plus large de relations sociales. […]

[Q]uand nous en venons à exprimer les questions les plus fondamentales à propos des systèmes vivants, nous devons considérer les animaux, eux-aussi, non pas en tant que choses en soi, mais en tant que points de croissance émergeant au sein d’un réseau relationnel. Ce qui fait du champignon un modèle si utile, est simplement que le chemin de ces relations est manifesté à travers ses fibres (ou hyphae). Avec les animaux, elles sont plus difficiles à observer – mais elles existent néanmoins. C’est le cas aussi pour les humains. Dès lors, munis du “modèle mycélium“, si je puis le nommer ainsi, devenir une personne n’est pas nécessairement différent de devenir un organisme. Dans ce qui suit je veux considérer les implications de ce point de vue dans la manière dont nous devrions comprendre les relations – conventionnellement nommées “écologiques“ – entre les organismes-personnes et leur environnement.

Hairstring Skirt (Judy Watson Napangardi, 2009, peintre aborigène du peuple Warlpiri née à Mina Mina, sud-ouest du Yuendumu, centre-ouest du territoire du Nord, Australie)

Nous allons directement vers les problèmes dès lors que nous pensons à la notion d’“environnement“. Un environnement entoure, et dès lors présuppose quelque chose – un organisme – pour être entouré. Notre inclination immédiate est de représenter ceci à l’aide d’un diagramme en dessinant une sorte de cercle, ou une sphère si l’on pouvait le faire en trois dimensions.

La ligne ou la surface représente alors une interface entre ce qui est à l’“intérieur“ (l’organisme) et ce qui est à l’“extérieur“ (l’environnement). Mais supposez qu’au lieu de cela vous dessiniez un réseau de lignes, ramifiées depuis ou concentrées vers certains points, et ceci de manière infinie. Quel sens cela aurait-il de parler de l’environnement d’une telle figure ? Le mieux que l’on puisse faire serait de dessiner une frontière arbitraire autour de certaines régions internes, dans le simple objectif de focaliser sur un point d’attention. […]

En résumé, les personnes ne deviennent pas des êtres en recevant des choses qui leur seraient transmises le long de lignées de descendance, et contre l’arrière-plan de la nature, mais à travers la croissance au sein d’un environnement. Cela revient à dire que les capacités personnelles de perception et d’action se développent à travers l’expérience immédiate de participation sensorielle avec les composants humains et non-humains du monde où ils résident. Et la connaissance issue de cette expérience, bien que communément méprisée parce qu’“intuitive“, doit nécessairement constituer le socle de tout système de science ou d’éthique qui prétendrait prendre l’environnement en considération.»

en complément

https://ecosemiotic.hypotheses.org/722

Ingold Tim, 2003, « Two reflections on ecological knowledge », Nature knowledge: Ethnoscience, cognition and utility. NY: Berghahn books : 301‑311. (traduction Éric Collias, publié avec l’autorisation de l’auteur)
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search