anaérobies réfugiées dans nos entrailles

“Se pourrait-il que la pollution soit un phénomène naturel ? Si par pollution nous entendons le déversement de déchets, il faut se rendre à l’évidence : la pollution est aussi naturelle à Gaïa que le fait de respirer aux hommes et à la plupart des animaux. […] [Le] plus grand désastre environnemental ayant jamais affecté notre planète […] se produisit il y a un éon et demi lorsque de l’oxygène libre fut libéré dans l’atmosphère. Lorsque ce phénomène advint, toute la surface de la Terre en contact avec l’air et avec les mers sujettes aux marées devint létales pour une vaste et avec les mers sujettes aux marées devint létale pour une vaste gamme de micro-organismes. Ceux-ci, les anaérobies (des organismes qui ne se développent qu’en l’absence d’oxygène), furent en conséquence contraints de mener une existence souterraine dans les boues au fond des fleuves, des lacs et des mers. Quelques millions d’années plus tard, leur bannissement de la surface des terres fut en partie révoqué. Ils évoluent à nouveau dans des environnements confortables et sûrs en surface, jouissant d’une existence vraiment choyée et d’un statut optimum, en recevant en permanence une nourriture suffisante. Ces organismes minuscules vivent désormais dans les entrailles de tous les animaux, des insectes aux éléphants. Ma collègue, Lynn Margulis, est convaincue qu’ils représentent l’un des aspects les plus importants de Gaïa, et il n’est pas impossible que les grands mammifères, y compris nous-mêmes, servent essentiellement à leur procurer leur environnement anaérobie. Que cette destruction massive des anaérobies ait connu en définitive une fin heureuse ne minimise nullement l’ampleur du désastre environnemental provoqué par la libération d’oxygène, à l’époque où celle-ci se produisit. […]
Le désastre naturel de la pollution par l’oxygène se déroula à un rythme assez lent pour permettre aux écosystèmes de l’époque de s’adapter, quoique cela dut se produire aux dépens de nombreuses espèces jusqu’à ce qu’un nouvel écosystème constitué par les organismes résistants à l’oxygène hérite de la surface de la Terre. “
Lovelock J.E., 1993. La terre est un être vivant. L’hypothèse Gaïa. Champs-Flammarion, p.130

l’hypothèse des agents bactériens

“L’hypothèse Gaia nous apprend que l’atmosphère, les climats, les océans ne sont pas des données mais ont une histoire, une histoire commune. La vie est vieille de plusieurs milliards d’années pendant lesquelles les bactéries ont littéralement fabriqué la Terre que nous habitons. Une des causes de la vie multicellulaire serait liée à l’apparition, dans l’air, de l’oxygène rejeté par les bactéries elles-mêmes qui, en mettant en danger la vie unicellulaire anaérobie, amena celle-ci à se déplacer à l’intérieur de nouveaux êtres vivants d’oxygène. Gaïa est « la somme de ces populations croissantes, interagissantes et vouées à disparaitre ». Avec cette théorie, on passe de la conception élaborée aux XIXe et XXe siècles, de la Terre comme un astre de roche inerte, avec une vie à la surface, à une conception de la terre comme un être vivant.”

Émilie Hache, Ce à quoi nous tenons, propositions pour une écologie pragmatique, Paris, La Découverte, collection Les empêcheurs de tourner en rond, 2011, page 85