coexister avec Gaïa, la terre vécue d’en bas

Selon Camilleri, « il existe un “environnementalisme populaire“ [qui renvoie] prioritairement aux luttes et aux mobilisations pour la préservation non pas de la Nature, mais plutôt de la qualité environnementale des espaces et lieux de vie des personnes et des collectivités humaines», d’où ont émergé les pratiques de la permaculture, de la biodynamie, comme celles de la transformation des aliments par fermentation en brasserie, boulangerie, fromagerie.
C’est à l’aide d’une multitude d’êtres que se composent ces nouveaux collectifs : arthropodes et annélides du sol, communautés bactériennes des sols et des ferments lactiques, champignons des sols et des levains. Ces nouvelles alliances permettent tout à la fois d’ajouter de la valeur aux milieux et aux produits que façonnent ensemble ces collectifs, selon un régime d’innovation qui s’éloigne de la standardisation habituelle des processus industriels pour s’approcher des modalités symbiotiques propres au vivant. Ces alliances s’originent dans des savoirs issus de traditions anciennes, qu’ils nourrissent en retour, se trament au sein d’expérimentations nouvelles à l’échelle domestique et artisanale, et bénéficient aussi de protocoles de recherche financés sur fonds publics.
Une première expérience de transition agri-écologique m’a permis de participer à la construction d’un réseau de recherche action mêlant industriels de l’agro-alimentaire breton (Sucressence, Triballat, Milin Gentieg) laboratoires de recherche universitaires (IUT de Bretagne Sud et Lycée Agricole du Gros-Chêne de Pontivy, Observatoire des vers de terre de Rennes 1), sols bretons, vers de terre, semences, plants, bineuses, et techniques de transformation de la pulpe de betterave en sucre.
Ce travail d’observation participante appelle la mise en œuvre de comptes-rendus réflexifs au sujet de l’innovation agri-alimentaire de plein champ et de paillasse. Ainsi partagées, les expériences de modes d’attachements nouveaux à Gaïa, innovations dans les manières de composer les collectifs hybrides d’êtres humains et autres qu’humains, peuvent être sources d’inspiration.
Cette expérience a aussi permis de proposer une réponse à la sollicitation de deux formations, d’une part le Master 1 Économie Sociale et Solidaire (ESS) de Rennes 2, et le Master 2 Analyse de Projets de Développement Durable (APDD) de Rennes 1, qui pour la formation de leurs étudiants aux enjeux de transition environnementales et territoriales ont ouvert la création d’un atelier de gaïagraphie au sein de leur formations respectives.
Un observatoire de l’activité biologique de la mésofaune du sol à l’aide d’indicateurs conçus en collaboration avec l’Édulab du campus de R2 est actuellement en cours de construction [https://gaiagraphie.hypotheses.org/1099]. La mise au point du protocole est réalisée en collaboration avec Sandra Barantal/CEFE/CNRS qui met en place le dispositif de recherche participatif BISES (Biodiversité des sols urbains et villes durables) dont les comptes-rendus spécifiques à la faune du sol alimenteront le réseau PartiCitaE de Participation Citadine à l’observation de l’Environnement [https://gaiagraphie.hypotheses.org/1112].
Une exploration des terrains d’investigation de cet atelier a permis d’identifier différents partenaires, dont l’association Ar Vuez qui anime le jardin participatif du campus de Villejean à Rennes 2, l’association de jardins participatifs et de fermes urbaines Vert le Jardin de Rennes, et la ferme florale Floramazette de Baulon (35).

Images du Jardin du bonheur de Maurepas par Mireille Larher, l’une des jardinières, présidente de l’association Graines de Rire

L’atelier est aussi une porte d’entrée vers les humains (et leurs institutions) qui ont déjà l’expérience de ces alliés invisibles de la transition en cours, nouveaux collectifs d’humains et de bestioles de nos sols qui agissent pour conserver l’eau, le carbone, la fertilité des sols, et favoriser ainsi leur qualité nourricière pour les plantes et leur résilience face aux perturbations de l’environnement.
Le dispositif d’observation permet donc, selon une approche ethnographique multi-espèces, de proposer un diagnostic de l’activité de la faune du sol et de recueillir en retour l’expérience des jardiniers et agriculteurs avec ce sol, ses habitants, et avec le réseau socio-technique où est insérée la pratique observée, comme la fabrique de paniers en osier, la cuisine des légumes, la fabrication de tisanes et de confitures, l’échange avec les proches et les voisins, la transformation ou la vente directe, et suivre ainsi le réseau d’alliances et d’échanges du champ à l’assiette.
Le carnet de recherche prend son sens en offrant la possibilité de transmettre l’expérience acquise au sein de la filière sucrière bretonne, les étapes de construction du protocole et du partenariat de l’atelier de gaïagraphie, ainsi que les compte-rendus de l’atelier. Il constitue ainsi un outil de communication de cette recherche participative, tout en permettant une indexation progressive des travaux des promotions d’étudiants qui se succèdent au sein de cet atelier et épaississent progressivement la description de cette mince couche terrestre, cette zone critique où se déploie la vie.

potager collectif de l’association Ar Vuez sur le campus de Villejean/Rennes 2