l’amour en cage

Le jardin partagé GAEC du 106 Canal Saint-Martin – Rennes

Compte-rendu d’observation participante avec le Groupement d’Ami.e.s et d’Entraide Circulaire (G.A.E.C), du Canal Saint-Martin dans le cadre de l’atelier de gaïgraphie – Master 1 ESS-Rennes 2

“Bienvenue au jardin du GAEC”

Le jeudi 02 février, après 15 bonnes minutes de marche, nous sommes arrivées au petit jardin du GAEC, à Rennes. Situé au 106 Canal Saint Martin, ce jardin associatif couvre aujourd’hui 1000m². Accueillies chaleureusement et dans la bonne humeur, par Michel et une quinzaine de bénévoles, nous avons été conviées à nous installer autour d’une table afin de nous présenter et d’expliquer l’objet de notre visite. Durant ce temps d’échange et de présentations mutuelles nous avons en effet pu exposer l’expérience que nous voulions mener sur la vie biologique et organique du sol de leur jardin. L’expérience en elle-même consistait à introduire dans le sol, à 3 espaces différents du jardin, 5 bâtonnets perforés (à l’aide d’une découpe laser) et remplis d’appât. Nous avons obtenu le résultat une semaine plus tard en découvrant la quantité d’appât restant sur les bâtonnets, en sachant que plus cette quantité est faible, plus le sol est riche en faune. Cette expérimentation a eu en réalité une double fonction. L’aspect scientifique tout d’abord, puis l’aspect relationnel. C’était en effet une manière pour nous d’entrer en contact avec ces bénévoles en leur proposant une sorte de “troc”, afin de réaliser une observation participante des solidarités et relations humaines qui se jouent dans un jardin partagé comme celui-ci.

Présentation de l’association

L’association “GAEC du Canal Saint Martin”, Groupement d’Ami.e.s et d’Entraide Circulaire, voit le jour en 2018 à la suite de l’expropriation de Michel, secrétaire de l’association. Cette dernière, comptant 42 adhérents à son origine, s’établit afin de promouvoir et développer les cultures vivrières au sein du jardin collectif du Canal Saint Martin situé à Rennes.

Soucieux de l’enjeu environnemental auquel notre planète fait face mais également de l’enjeu social, c’est à l’initiative d’un groupe de citoyens, désireux d’intégrer un jardin collectif, que le projet d’association se concrétise.

La démocratisation de ces pratiques ainsi que la visibilité qu’a acquise ce jardin sont constatables à ce jour, l’association comptant 102 adhérents-tes (majoritairement des retraités) ; composée de jardiniers et des ami-e-s du jardin (participation irrégulière aux activités du jardin).

Le GAEC s’inscrit dans une démarche naturelle et innovante, respectueuse de l’environnement et des règles biologiques. Il entend, à travers son implantation sur le Parc Naturel Urbain des Prairies Saint Martin, renforcer la biodiversité sur ce territoire et inciter les citoyens à s’engager activement dans la protection de l’environnement à travers diverses pratiques de jardinage (permaculture, trous de serrure…) telles que celles du compostage et du recyclage.

L’association du GAEC est fondée sur des principes et des valeurs fortes et engageantes telles que la tolérance, le partage, le dialogue ainsi que le respect des lieux et des droits des personnes. Nous avons pu, dès l’entrée dans ce jardin, constater l’ambiance chaleureuse et bienveillante qui y règne. Tous partagent des moments de convivialité et de bien-être. Le passage dans ce lieu de vie constitue pour beaucoup un moment suspendu dans le temps (dans une vie qui ne laisse pas beaucoup de place pour se reposer). L’association illustre la beauté et les bienfaits des échanges intra et intergénérationnels à travers le partage des connaissances, d’expériences et de savoir-faire entre les jardiniers et les ami-e-s du jardin. Ces échanges s’effectuent également par le biais d’activités pédagogiques, artistiques et culturelles à destination d’un public varié ; des écoles, des maisons de retraites ou encore des universités. Le fonctionnement du GAEC repose sur la mutualisation des récoltes, appartenant donc à tous, témoignant du caractère solidaire et citoyen de l’association.

Présentation du jardin

Comme nous avons pu le constater lors de nos rencontres au 106 Canal Saint Martin, le jardin partagé, né dans le concept de l’aménagement du parc urbain de Saint Martin, est animé par une volonté de collaboration et d’entraide. La conception du jardin illustre d’ailleurs ce caractère accueillant puisque les adhérent.e.s ont été sollicité.e.s pour participer à la construction de celui-ci. C’est alors qu’ont été dessinés puis créés au sol, les plates-bande en forme de mandalas, organisées autour du point d’eau. Bénévoles, promeneurs curieux comme écoliers, tous sont invités à venir découvrir le jardin.

“ Quand le portail est ouvert, il y a possibilité de « visiter » le jardin, ne vous en privez pas !”

Ainsi, seul un mot d’ordre semble régner : la convivialité. Les bénévoles décrivent ce jardin d’une superficie de 1000m2 comme un espace solidaire d’échange et de partage d’expériences, de compétences mais également de moments de vie. Le rucher, situé à 100 mètres des plantations, est alors un lieu autour duquel s’organisent des sorties pédagogiques en partenariat avec quelques écoles. Bien que le jardin soit entouré de travaux de construction de la ville (construction d’une étable et d’un local pour entreposer des matériaux), la vue de la grue qui surplombe le jardin n’entache en rien l’enthousiasme des travailleurs.

“Non ça ne nous dérange pas, et puis de toute manière on n’a pas le choix !”

Lors de nos visites, nous avons appris que le jardin s’organisait dans le respect de l’environnement, de la nature et des règles biologiques. Ainsi, les seuls engrais utilisés sont des engrais naturels, tels que le purin d’orties. De la même manière, les bénévoles sont attentifs au cycle de vie de la terre et des plantes selon les saisons. Il n’est par exemple jamais planté la même variété de légumes deux années consécutives. Les jardiniers profitent également des savoirs de certains d’entre eux, notamment en termes de permaculture, pour obtenir de belles productions. Nigèle, une bénévole, nous a en effet confié que certaines variétés tiraient profit du fait d’être plantées dans un même endroit, chacune apportant par exemple les nutriments nécessaires à l’autre. Enfin, nous avons pu observer une organisation “en bute” pour certaines plantations. Après avoir questionné Michel, nous avons appris que cette organisation permettait aux plantations de ne pas tremper dans l’eau, ce qui, dans le cas des échalotes par exemple, se révèle néfaste pour leur développement. Toujours dans cette bienveillance vis-à-vis de la nature, les bénévoles ont été fiers de nous apprendre que le jardin s’organisait à 95% autour de la récupération. Les ardoises utilisées pour construire la terrasse ont ainsi été récupérées sur un chantier, un poteau de métro a été utilisé en guise de pied de table, les bancs qui servent lors des rassemblements ont été donnés par la ville… Les bénévoles nous ont également appris que le sol étant composé de terres rapportées argileuses, il est important de bien entretenir les outils afin de minimiser les efforts physiques et de faciliter le travail. De manière générale, nous avons pu admirer l’organisation du G.A.E.C, illustrant le grand soin porté au jardin et à ce qui l’entoure.

L’organisation du jardin

“Quand il y a 10 radis pour 20 on les coupe en 2 !”

Dans la continuité des valeurs du G.A.E.C, quand le moment du partage des récoltes arrive, la bonne entente est encore de mise. En effet, l’association a décidé de redistribuer les “butins” en fonction des besoins de chacun.

“Il n’y a jamais eu de problèmes, tout se passe bien !”

Chacun décide alors de prendre deux carottes, un chou ou encore une salade suivant ses besoins mais également selon ceux des autres. La finalité du jardin n’est pas de “ravitailler” l’ensemble des jardiniers mais bien de partager un moment où chacun apprend et transmet.

mandala autour du point d’eau

Pour permettre une bonne organisation du jardin et le suivi des cultures, des référents sont nommés, ces derniers suivent l’avancée des cultures, guident et répartissent les jardiniers en herbe suivant les tâches.

Même si la majorité du travail se déroule le jeudi matin, certains, davantage expérimentés ou plus connaisseurs du jardin peuvent s’y aventurer à d’autres jours et heures de la semaine. Cette venue peut servir à entretenir le jardin, mais également pour lire un livre ou manger un sandwich. Le jardin est un lieu de culture mais avant tout de vie.

Les résultats du protocole

Afin d’étudier l’activité des habitants des sols du jardin du G.A.E.C, nous avons suivi le protocole proposé par Éric COLLIAS, notre professeur en gaïagraphie . Ce dernier avait testé un outil expérimental permettant de prendre des mesures à différents niveaux de profondeur de la terre https://gaiagraphie.hypotheses.org/1112. Suivant ses indications, nous avons donc fabriqué, grâce au FabLab de l’université de Rennes 2 https://gaiagraphie.hypotheses.org/1099, des bâtonnets de bois, (similaires à des bâtons de glace), dans lequel nous avons percés des trous que nous avons rempli d’un mélange d’eau, de maïzena et de farine, servant d’appât. Dans l’objectif d’obtenir des mesures les plus fiables possible, nous en avons fabriqué 15 que nous avons disposés, par cinq, à trois endroits différents du jardin. Pour avoir une amplitude plus importante des données que nous avons souhaité récolter, nous avons décidé, avec les bénévoles du jardin, de les placer dans des terres relativement différentes : dans le “trou de serrure” (jardin potager circulaire surélevé) près d’un compost, dans une zone non exploitée, et dans une culture recouverte de paillage.Pour placer nos bâtonnets et éviter de les perdre, les jardiniers nous ont mis à disposition des piquets en bois, ainsi que des grillages pour les entourer.

 

 

 

 

 

 

 

Le 9 mars, nous sommes allées récupérer les bâtonnets et observer les résultats. Sur les 3 zones étudiées, seule l’une d’entre elles a semblé être moins riche en vie organique. En effet, sur l’ensemble des 5 bâtonnets de la zone du “trou de serrure” seulement 3 trous d’appât ont été mangé, dont 2 partiellement

Sur les deux autres zones, (donc dans celle du paillage et dans la zone non exploitée) les trous consommés étaient principalement situés en surface ou au milieu du bâtonnet. Les trous de 6 à 8 se sont révélés être peu ou pas consommés. Les bâtonnets étant d’environ 15 cm, ils permettent seulement d’étudier le sol arable qui se situe généralement de 10 à 60 cm en dessous de la surface de la terre. Cette zone est là où l’essentiel de la vie du sol est concentré, elle a besoin d’être riche en humus et en eau. D’après les résultats, on peut donc voir que la vie organique est plutôt riche à la surface de cette zone.

Nous avons également réalisé une analyse du pH au niveau de la terre présente dans le trou de serrure, et avons pu constater que ce dernier est de 8. Un pH neutre et bon pour l’ensemble des cultures étant de 7, nous pouvons nous rendre compte qu’un pH de 8 est plutôt alcalin et riche en calcaire. Le pH jouant sur la disponibilité des nutriments et la capacité des plantes à récupérer des éléments, il faudrait alors réfléchir à baisser le pH pour optimiser les cultures. En effet, pour un sol trop alcalin, l’apport de matières organiques acides, d’humus ou encore de fumier peut améliorer la structure du sol. Cependant, certains légumes apprécient la tendance alcaline, comme les choux, les aubergines, les carottes, les céleris, les oignons ou les petits pois. Des plantes aromatiques aussi s’y développent comme le persil, le romarin, la sauge ou le thym. Il serait également intéressant de faire cette analyse à d’autres endroits pour ajuster les cultures ainsi que les intrants.

“notre ressenti : l’amour en cage, émotion, moment hors du temps, parenthèse inattendue,  accueil chaleureux”

Pour conclure, ces différentes expériences nous ont permis de découvrir une nouvelle discipline : la gaïagraphie, mais elles nous ont également permis de développer des compétences et des savoirs en matière d’analyse du sol. Néanmoins, au vu de la diversité de cultures présentes dans le jardin et de nos connaissances limitées dans ce domaine, il est difficile pour nous de tirer une conclusion générale sur la qualité du sol.

Nous tenions à remercier l’ensemble des jardiniers et bénévoles du G.A.E.C pour leur accueil chaleureux, leur disponibilité et leur envie de transmettre.

Si notre article vous a donné envie de participer à ce projet, n’attendez pas pour rejoindre le collectif des jardiniers du GAEC, le prix de l’adhésion est de 10€ et de 5€ pour les étudiants. Vous pouvez également venir découvrir le jardin lors des portes ouvertes tous les derniers dimanches du mois ! 

Alice, Adèle, Nina, Océane et Maëlle M1 Économie Sociale et Solidaire Université de Rennes 2 , atelier de gaïagraphie animé par Éric Collias

la joie des oiseaux de la canopée urbaine

Que faire de l’émotion suscitée par la puissance du chant des oiseaux émergeant d’une canopée urbaine, à 4h tous les matins, au début du printemps ?

Ces archives sonores proviennent du reportage réalisé en avril 1993 au cours de l’atelier radio de Gloria Legros à Rennes 2 par Éric Collias et Jean-Michel Bénard, alors étudiants en licence d’Infocom.  Elles sommeillaient dans plusieurs bandes magnétiques audio 1/4 de pouce vestiges du montage effectué à l’issue du reportage enregistré au Nagra, dont un montage final doit se trouver dans les archives d’une radio locale rennaise où il fut présenté par l’une des animatrices de l’atelier, ou bien a terminé à la poubelle. La numérisation de l’entretien a été réalisée amicalement par Yvon Ravard expert en la matière, le chant du merle a été numérisé au CREA de Rennes 2 par Gall Melikian.

archive magnétique du 5 avril 1993 où se trouve encore le chant du merle

C’est l’ornithologue Jo Le Lannic qui est interviewé au sujet du chant des oiseaux.

Ces rencontres avec l’oiseau et son porte-parole furent le point de départ d’une enquête plus vaste sur la nature en ville restituée ensuite au travers d’un numéro spécial de la revue naturaliste Penn ar Bed.  La couverture du numéro provient d’une photo de cette canopée vue depuis le balcon de l’immeuble de la rue d’Antrain à Rennes et d’où jaillissait, au début du printemps, la source puissante de cette “joie […] de retrouver les rythmes naturels  par le chant des oiseaux ” ainsi qu’en parle Jo Le Lannic dans le reportage.

http://pmb.bretagne-vivante.org:8090/pmb/uploads/PAB_1997_165-166.pdf

La rencontre avec Jo Le Lannic fut l’occasion de découvrir son travail d’inventaire, principalement à l’oreille, des oiseaux nicheurs du secteur Nord-Est de la ville de Rennes, et de lui proposer une aide pour en publier le contenu : l’accord de Jo pour entreprendre ce travail de publication sera décisif pour la poursuite de cette enquête et la présentation de son travail restitué dans l’un des articles de l’ouvrage.

La joie peut donc être à l’origine d’une puissance d’agir constitutive d’un agencement, voici ce qu’en dit Vinciane Despret (2013) :

“L’agencement est un rapport de forces qui rend certains êtres capables de rendre d’autres êtres capables, de manière plurivoque, de telle sorte que l’agencement résiste au démembrement, à la répartition claire et nette. Ce qui constitue l’agent et le patient est distribué et redistribué de manière incessante. […] Il y a, dans chaque agencement, co-animation, au sens littéral du terme, c’est-à-dire au sens le plus animiste du terme. […] L’expérience sensuelle se produit là où les organismes vivants se touchent, s’affectent et sont affectés les uns par les autres. Nous reconnaissons une expérience sensuelle comme l’expérience concrète dans laquelle chacun des « devenir-acteurs » effectue chez les autres le pouvoir d’être affecté. Une expérience sensuelle est un flux de forces. Ce sont les forces qui harmonisent, agencent (au lieu d’« assembler ») l’agencement, et ce sont les forces qui mettent en œuvre et articulent l’agence.”

Ci-dessous un post qui présente, en contrepoint du point de vue de Jo Le Lannic sur le chant du merle, celui de Vinciane Despret :

chant de la pluie : nourrir le réseau d’affects qui importent

Despret, V. (2013). From secret agents to interagency. History and Theory, 52(4), 29‑44.

assemblages et formes des socialités plus qu’humaines

Les spécialistes des sciences sociales sont habitués à parler aux gens comme un moyen d’apprentissage. Comme nous ne pouvons pas leur parler directement, comment savons-nous quelque chose sur la vie sociale des plantes et des champignons? Deux approches sont courantes: l’attention aux assemblages et l’attention à la forme.

Les assemblages ne sont que ceux que nous trouvons assemblés : les plantes qui poussent les unes autour des autres dans un paysage particulier, par exemple. Mon inclusion des champignons avec des plantes provient d’un arrangement d’assemblage commun : la plupart des plantes obtiennent leurs nutriments non glucidiques grâce à l’aide de champignons symbiotiques. Certains champignons vivent à l’intérieur des plantes; d’autres s’enroulent autour des racines des plantes. Les champignons se nourrissent de leurs plantes hôtes en leur fournissant des suppléments nutritionnels. De nombreuses plantes rassemblent plusieurs espèces de champignons, et la plupart des champignons s’associent à plusieurs espèces de plantes, souvent en même temps, formant une toile à travers la forêt. Pourtant, ces arrangements ne sont pas ouverts à tous. Certaines plantes et certains champignons se préfèrent. Pour les humains, découvrir de telles préférences est un travail difficile, mais pas impossible […]

Ce chêne dispensé de la taille usuellement pratiquée dans le bocage cornouaillais où il a grandi témoigne d’une relation particulière établie avec les humains © Éric Collias

Nos vies sociales ont à voir avec la façon dont nous nous déplaçons et rencontrons les autres. De nombreuses plantes et champignons, en revanche, sont indéterminés dans leur forme corporelle. Ils grandissent et changent tout au long de leur vie. Même s’ils ne peuvent pas s’extraire et se déplacer vers un autre endroit, ils peuvent grandir dans de nouveaux environnements et domaines sociaux. Leur forme montre leur biographie ; c’est une histoire des relations sociales à travers lesquelles ils ont été façonnés. […] Ainsi, par exemple, un arbre aux branches inférieures épaisses a probablement grandi sans trop de voisins, même si vous le trouvez maintenant entouré d’autres arbres. S’il avait grandi à l’ombre des autres, ces branches plus épaisses ne se seraient pas développées. Un arbre à plusieurs troncs peut avoir un feu ou une hache dans sa biographie. […]

Malgré ces détails exotiques, l’assemblage et la forme sont des outils tout à fait familiers pour les anthropologues. Chaque fois que nous étudions un rassemblement social, une communauté ou une institution, nous prêtons attention aux assemblages : qui est inclus ? Quels types de relations de statut entretiennent-ils les uns avec les autres ? Chaque fois que nous regardons la culture matérielle, la performance ou même le travail quotidien de la vie sociale, nous prêtons attention à la forme. En effet, certains de nos sites d’examen de la forme sociale sont des corps humains, comme dans les représentations du genre, de la religion, de l’ethnicité, de la mode ou du tatouage. Nous savons lire les relations sociales par la forme. C’est un terrain d’entente. Il n’y a aucune raison que l’extension de nos analyses à ces autres socialités invoque la peur, le recul, le mépris ou l’envie qui surgissent parfois lorsque les humanistes se confrontent aux sciences naturelles. Cela n’enrichirait-il pas nos études d’inclure des socialités plus qu’humaines ? Nous pourrions voir des histoires humaines dans un champ multispécifique d’histoires.”

Tsing, A. (2013). More-than-human sociality : A call for critical description. In Anthropology and nature, edited by Kirsten Hastrup (Vol. 14, p. 37‑52). Routledge.

histoire naturelle

“Pour que l’histoire naturelle apparaisse, il n’a pas fallu que la nature s’épaississe, et s’obscurcisse, et multiplie ses mécanismes jusqu’à acquérir le poids opaque d’une histoire qu’on peut seulement retracer et décrire, sans pouvoir la mesurer, la calculer, ni l’expliquer ; il a fallu, – et c’est tout le contraire – que l’Histoire devienne Naturelle. […]

invertébrés sans pattes articulées , illustrations : Jeanne Le Peillet (BISES, 2022)

Jusqu’à Aldrovandi, l’Histoire, c’était le tissu inextricable, et parfaitement unitaire, de ce qu’on voit des choses et de tous les signes qui ont été découverts en elles ou déposés sur elles : faire l’histoire d’une plante ou d’un animal, c’était tout autant dire quels sont ses éléments ou ses organes, que les ressemblances qu’on peut lui trouver, les vertus qu’on lui prête, les légendes et les histoires auxquelles il a été mêlé, les blasons où il figure, les médicaments qu’on fabrique avec sa substance, les aliments qu’il fournit, ce que les anciens en rapportent, ce que les voyageurs peuvent en dire. L’histoire d’un être vivant, c’était cet être même, à l’intérieur de tout le réseau sémantique qui le reliait au monde.[…] les signes faisaient partie des choses, tandis qu’au xviie siècle, ils deviennent des modes de la représentation. […]

invertébrés avec 4 paires de pattes articulées, illustrations : Jeanne Le Peillet (BISES, 2022)

L’histoire naturelle trouve son lieu dans cette distance maintenant ouverte entre les choses et les mots – distance silencieuse, pure de toute sédimentation verbale et pourtant articulée selon les éléments de la représentation, ceux-là même qui pourront de plein droit être nommés.[…]

invertébrés avec de plus de 4 paires de pattes articulées, illustrations : Jeanne Le Peillet (BISES, 2022)

L’ordre descriptif que Linné, […], proposera à l’histoire naturelle, est très caractéristique. Selon lui, tout chapitre concernant un animal quelconque doit suivre la démarche suivante : nom, théorie, genre, espèce, attributs, usage et, pour terminer, Litteraria. Tout le langage déposé par le temps sur les choses est repoussé à la dernière limite, comme un supplément où le discours se raconterait lui-même et rapporterait les découvertes, les traditions, les croyances, les figures poétiques.[…]

présence de 3 paires de pattes articulées, sans ailes, illustrations : Jeanne Le Peillet (BISES, 2022)

On dit souvent que la constitution des jardins botaniques et des collections zoologiques traduisait une nouvelle curiosité pour les plantes et les bêtes exotiques. En fait, depuis bien longtemps déjà, celles-ci avaient sollicité l’intérêt. Ce qui a changé, c’est l’espace où on peut les voir et d’où on peut les décrire. A la Renaissance, l’étrangeté animale était un spectacle ; elle figurait dans des fêtes, dans des joutes, dans des combats fictifs ou réels, dans des reconstitutions légendaires, où le bestiaire déroulait ses fables sans âge. Le cabinet d’histoire naturelle et le jardin, tels qu’on les aménage à l’époque classique, substituent au défilé circulaire de la « montre » l’étalement des choses en « tableau ». Ce qui s’est glissé entre ces théâtres et ce catalogue, ce n’est pas le désir de savoir, mais une nouvelle façon de nouer les choses à la fois au regard et au discours. Une nouvelle manière de faire l’histoire.” (Foucault, 1990)

présence de 3 paires de pattes articulées, avec ou sans ailes visibles, illustrations : Jeanne Le Peillet (BISES, 2022)

Foucault, Michel. « Chapitre V. Classer », , Les mots et les choses. sous la direction de Foucault Michel. Gallimard, 1990, pp. 137-176.

le guide d’identification de la faune du sol (Sandra Barantal, 2022, BISES, QUBS )

Illustrations :  https://jeannelepeillet.jimdofree.com/jeanne-le-peillet/

coexister avec Gaïa, la terre vécue d’en bas

Selon Camilleri, « il existe un “environnementalisme populaire“ [qui renvoie] prioritairement aux luttes et aux mobilisations pour la préservation non pas de la Nature, mais plutôt de la qualité environnementale des espaces et lieux de vie des personnes et des collectivités humaines», d’où ont émergé les pratiques de la permaculture, de la biodynamie, comme celles de la transformation des aliments par fermentation en brasserie, boulangerie, fromagerie.
C’est à l’aide d’une multitude d’êtres que se composent ces nouveaux collectifs : arthropodes et annélides du sol, communautés bactériennes des sols et des ferments lactiques, champignons des sols et des levains. Ces nouvelles alliances permettent tout à la fois d’ajouter de la valeur aux milieux et aux produits que façonnent ensemble ces collectifs, selon un régime d’innovation qui s’éloigne de la standardisation habituelle des processus industriels pour s’approcher des modalités symbiotiques propres au vivant. Ces alliances s’originent dans des savoirs issus de traditions anciennes, qu’ils nourrissent en retour, se trament au sein d’expérimentations nouvelles à l’échelle domestique et artisanale, et bénéficient aussi de protocoles de recherche financés sur fonds publics.
Une première expérience de transition agri-écologique m’a permis de participer à la construction d’un réseau de recherche action mêlant industriels de l’agro-alimentaire breton (Sucressence, Triballat, Milin Gentieg) laboratoires de recherche universitaires (IUT de Bretagne Sud et Lycée Agricole du Gros-Chêne de Pontivy, Observatoire des vers de terre de Rennes 1), sols bretons, vers de terre, semences, plants, bineuses, et techniques de transformation de la pulpe de betterave en sucre.
Ce travail d’observation participante appelle la mise en œuvre de comptes-rendus réflexifs au sujet de l’innovation agri-alimentaire de plein champ et de paillasse. Ainsi partagées, les expériences de modes d’attachements nouveaux à Gaïa, innovations dans les manières de composer les collectifs hybrides d’êtres humains et autres qu’humains, peuvent être sources d’inspiration.
Cette expérience a aussi permis de proposer une réponse à la sollicitation de deux formations, d’une part le Master 1 Économie Sociale et Solidaire (ESS) de Rennes 2, et le Master 2 Analyse de Projets de Développement Durable (APDD) de Rennes 1, qui pour la formation de leurs étudiants aux enjeux de transition environnementales et territoriales ont ouvert la création d’un atelier de gaïagraphie au sein de leur formations respectives.
Un observatoire de l’activité biologique de la mésofaune du sol à l’aide d’indicateurs conçus en collaboration avec l’Édulab du campus de R2 est actuellement en cours de construction [https://gaiagraphie.hypotheses.org/1099]. La mise au point du protocole est réalisée en collaboration avec Sandra Barantal/CEFE/CNRS qui met en place le dispositif de recherche participatif BISES (Biodiversité des sols urbains et villes durables) dont les comptes-rendus spécifiques à la faune du sol alimenteront le réseau PartiCitaE de Participation Citadine à l’observation de l’Environnement [https://gaiagraphie.hypotheses.org/1112].
Une exploration des terrains d’investigation de cet atelier a permis d’identifier différents partenaires, dont l’association Ar Vuez qui anime le jardin participatif du campus de Villejean à Rennes 2, l’association de jardins participatifs et de fermes urbaines Vert le Jardin de Rennes, et la ferme florale Floramazette de Baulon (35).

Images du Jardin du bonheur de Maurepas par Mireille Larher, l’une des jardinières, présidente de l’association Graines de Rire

L’atelier est aussi une porte d’entrée vers les humains (et leurs institutions) qui ont déjà l’expérience de ces alliés invisibles de la transition en cours, nouveaux collectifs d’humains et de bestioles de nos sols qui agissent pour conserver l’eau, le carbone, la fertilité des sols, et favoriser ainsi leur qualité nourricière pour les plantes et leur résilience face aux perturbations de l’environnement.
Le dispositif d’observation permet donc, selon une approche ethnographique multi-espèces, de proposer un diagnostic de l’activité de la faune du sol et de recueillir en retour l’expérience des jardiniers et agriculteurs avec ce sol, ses habitants, et avec le réseau socio-technique où est insérée la pratique observée, comme la fabrique de paniers en osier, la cuisine des légumes, la fabrication de tisanes et de confitures, l’échange avec les proches et les voisins, la transformation ou la vente directe, et suivre ainsi le réseau d’alliances et d’échanges du champ à l’assiette.
Le carnet de recherche prend son sens en offrant la possibilité de transmettre l’expérience acquise au sein de la filière sucrière bretonne, les étapes de construction du protocole et du partenariat de l’atelier de gaïagraphie, ainsi que les compte-rendus de l’atelier. Il constitue ainsi un outil de communication de cette recherche participative, tout en permettant une indexation progressive des travaux des promotions d’étudiants qui se succèdent au sein de cet atelier et épaississent progressivement la description de cette mince couche terrestre, cette zone critique où se déploie la vie.

potager collectif de l’association Ar Vuez sur le campus de Villejean/Rennes 2

test du matériel de l’Édulab de Rennes 2

Après une expérience de construction des bâtonnets pour la mesure de l’activité biologique du sol  à la perceuse, voir [https://gaiagraphie.hypotheses.org/1112], c’est avec Tony Vanpoucke du FABLAB/EDULAB/Rennes 2 qu’une nouvelle solution est testée.

2021/09/17 : test de la fabrication de bâtonnets avec la défonceuse laser TROTEC

# 9h57 : un fichier svg du modèle de bâtonnet est ouvert sous CorelDRAW, les paramètres de perçage sont réglés

 

 

 

 

# 9h58 : finalisation des paramètres de perçage avec l’interface Trotec

# 10h01 : positionnement de la tête laser sur la planche de bois, calage de la hauteur ;  10h02 : duplication du patron avec Trotec

# 10h03’45“ : début de la gavure > 10h04’32“: fin de la gravure

Le test de défonçage laser  est très concluant quand à la rapidité d’exécution, sans comparaison avec la perce des trous avec une perceuse ; le dispositif doit aussi prendre en compte la ressource disponible à moindre frais, et après avoir recherché chez les fournisseurs de planches de bois à la bonne épaisseur et comparé les coûts, c’est finalement l’achat d’abaisses langue médicaux (150 x 18 x 1,6 mm) qui sera retenu pour ce protocole. Il faudra simplement concevoir  au préalable un gabarit afin de les positionner sous la graveuse.

protocole d’enquête de l’activité de la faune du sol

C’est en 2021, grâce à deux étudiants du M2 ERPUR de Rennes 1, Xavier de Laubier et Lucie Naveilhan, que j’ai pris conscience du potentiel pédagogique et pragmatique que représente le sol dans le contexte actuel de transition cosmopolitique, c’est à dire de prise en compte de tous les êtres dans la composition du monde. J’ai alors exploré les propositions d’indicateurs de son activité biologique sur le ouaibe, et ai découvert la sollicitation de Sandra Barrantal de participer au test des protocoles mis au point au sein du projet de recherche Bises du réseau PartiCitaE. Mon choix s’est arrêté sur un premier dispositif composé de bâtonnets enfouis dans le sol et dont une série de trous emplis de pâte permet d’avoir une mesure de l’activité de la faune moyenne du sol, une sorte de Bait Lamina low-cost.

Après avoir pris contact avec l’Édulab de Rennes 2 où je pensais trouver un équipement susceptible de m’aider à construire les tests, c’est finalement à l’occasion d’un déplacement dans l’Indre que je suis tombé sur un lot de couverts en bois qui semblaient attendre que je les achète, et il ne me restait plus qu’à y aménager les perces et préparer la pâte pour les transformer en appâts. Cette première expérience me permettra ensuite de découvrir l’incomparable performance des solutions de l’Édulab avec Tony Vanpoucke [https://gaiagraphie.hypotheses.org/1099]

les 10 trous de ø 4mm sont espacés de 10mm à partir de 45mm du sommet du couteau, ce qui en facilite la manipulation et l’écriture

une pâte élastique préparée avec 25g de farine de blé et 25 g de fécule de maïs est étalée dans les orifices

3 séries de 5 bâtonnets-appâts sont installés dans mon jardin le 11 juillet 2021 : – sous le rosier qui reçoit le compost domestique
– sous le noisetier qui reçoit des feuilles mortes
– dans la prairie,

après avoir pris soin d’ouvrir le sol avec un couteau avant d’y installer les appâts, et avoir mis une jalonnette en bambou pour ne pas écraser ceux de la prairie quand je vais pisser la nuit au fond du jardin (par contre le chat lui ne s’est pas gêné d’en écraser en sautant de son mur dans le jardin)

Une photo est prise afin de caractériser l’environnement de chaque site de mesure , ici autour du rosier, il faudra aussi prévoir  la description du site d’implantation : orientation, strates de végétation, travail du sol, arrosage, etc.

Les appâts ont été relevés au bout d’une semaine, le 18/07/21

la mesure de la consommation des appâts est faite selon 3 catégories, 1 pour une consommation totale, 0,5 pour une consommation partielle et 0 pour une absence de consommation de l’appât

la moyenne des résultats est calculée pour chaque profondeur à chaque site de mesure

Manifestement, c’est sous le rosier que l’activité de la faune moyenne du sol est la plus importante en profondeur, les faibles écarts entre la prairie et le noisetier ne permettent pas de les distinguer de ce point de vue.

La récupération des appâts offre la possibilité de faire des images de la faune présente sur les bâtonnets, ici une iule.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search