Gaïa est la mince couche de nos vies entremêlées

“[N]ous devrions reconnaître que Gaïa n’est pas du tout un globe, mais un mince biofilm, une surface, une pellicule de quelques kilomètres d’épaisseur qui n’a pas fait de percées très haut dans l’atmosphère ni très bas dans les profondeurs de la terre, quelle que soit la durée de l’histoire des formes de vie. C’est pourquoi il est important de passer de la vision globale de Gaïa à ce que certains scientifiques appellent aujourd’hui la “zone critique”. Cette zone critique, parce qu’elle ne peut se résumer à une image classique du globe, résiste à la fusion immédiate avec une vision de la planète vue de l’extérieur. Ce que Galilée avait réussi à faire – la Terre n’est qu’un corps parmi tous les autres corps de l’univers infini -, la zone critique le décompose : Gaïa exige une nouvelle situation pour l’observateur ainsi que pour ce qui est observé. En outre, le grand avantage de la zone critique est qu’elle ne correspond à aucune métaphore du globe tenu dans la main d’un Dieu, d’un prince ou d’un empereur. Il n’y a aucune domination à exercer lorsque l’on introduit l’idée de Gaïa comme un mince biofilm. Rien ne règne plus au-dessus des formes de vie. C’est en ce sens que nous proposons de dire que ces formes de vie font littéralement leurs propres lois.[…]

Nous devrions trouver un moyen de dire que le tout n’est pas au-dessus des parties mais qu’il est en continuité avec les parties, le mot partie étant une façon de nommer assez maladroitement la façon dont les éléments se superposent les uns aux autres. […]

les agents lovelockiens ont différentes manières d’être entrelacés. C’est en ce sens que la découverte de Gaïa par Lovelock et Margulis devrait bouleverser le commerce séculaire entre les métaphores sociales et biologiques. La sociobiologie de Gaïa ne pourrait pas être la même que la sociobiologie basée sur les définitions antérieures du monde naturel.[…]

Parce que la Gaïa de Lovelock et Margulis, dans notre interprétation de leur théorie, accorde l’action et l’historicité à toutes les formes de vie, la situation pourrait maintenant être ouverte à nouveau parce qu’elle est fissurée des deux côtés de l’ancienne dichotomie entre la nécessité et la liberté. […]

Nous pensons que si tant de personnes ont mal compris Gaïa, c’est parce qu’elles ont choisi une échelle et l’ont généralisée à toutes les autres. Une telle multiplicité de processus ne peut être regroupée en une entité cohérente, même si un certain couplage permet d’obtenir une sorte d’ordre général. C’est cette contradiction qui est au cœur de la découverte de Lovelock et Margulis : il y a une seule Gaïa, mais Gaïa n’est pas “un tout”.”

Latour, B., & Lenton, T. M. (2019). Extending the Domain of Freedom, or Why Gaia Is So Hard to Understand. Critical Inquiry, 45(3), 659‑680. https://doi.org/10.1086/702611 Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

la Terre n’est pas un être vivant

couverture © Flammarion, 1993

« Ayant commencé sa carrière dans les années 1940, la pensée systémique de Lovelock s’est appuyée sur la cybernétique de premier ordre des systèmes auto-organisés, sur l’autorégulation par rétroaction négative et sur les discours étroitement associés sur l’énergie et l’entropie qui reliaient la thermodynamique à la théorie de l’information.

Une génération plus jeune que Lovelock et débutant dans les années 1960, Margulis a adhéré à la cybernétique de second ordre de Maturana et Varela et à leur concept d’autopoïèse. Cette théorie concernant la forme et le fonctionnement des systèmes vivants est apparue au moment où Gaïa elle-même était introduite à travers ses premières publications. Pour Margulis, le concept d’autopoïèse fournissait un critère de clarification pour l’autoproduction autonome de systèmes vivants contrairement à la cybernétique plus englobante et computationnelle des systèmes de contrôle. » (Clarke & Dutreuil, 2022)

« Parce qu’aucun organisme ne soutient jamais sa croissance uniquement en mangeant ses propres déchets et en recyclant entièrement le carbone, l’hydrogène, le soufre, etc. nécessaires à son corps, j’ai toujours a clairement soutenu que “la Terre est un seul organisme vivant” n’est pas l’idée de Gaïa. C’est une fausse déclaration qui encourage les critiques et les excentriques à prospérer et empêche le travail, commencé par Lovelock, d’intégration des données scientifiques du système terrestre. […]

Une courte description beaucoup plus précise de Gaïa, […], est que la température de surface, la chimie des composants gazeux réactifs, l’état d’oxydo-réduction et l’acidité-alcalinité de l’atmosphère et de la surface de la Terre les sédiments sont activement (homéorrhéiquement) entretenus par le métabolisme, le comportement, la croissance et la reproduction des organismes (organisés en communautés) à sa surface.

Gaïa n’est pas un individu, c’est un écosystème.

[…] mon soutien “fervent” se concentre moins sur Gaïa et beaucoup plus sur la symbiose en tant que mécanisme d’innovation évolutive. En effet, mon implication dans la théorie de Gaïa découle de ma conviction que l’approche de Lovelock est tout à fait la bonne. En tant que chimiste de l’atmosphère, scientifique indépendant et brillant inventeur, Lovelock mérite une collaboration étroite avec des biologistes compétents et des modélisateurs écologiques conscients des effets de la croissance démographique et des échanges gazeux à la surface de la Terre, »  (Margulis, 1993)

« La vie ne « s’adapte » pas à un environnement physico-chimique passif comme le supposent la plupart des néodarwiniens, mais la vie produit et modifie activement son environnement. L’oxygène que nous respirons, l’atmosphère humide dans laquelle nous vivons et les eaux océaniques légèrement alcalines dans lesquelles baignent les baleines ne sont pas déterminés par un univers physique régi par des « lois » mécaniques. Contrairement à un monde mécanique centré sur la physique, la biosphère métabolisante est physiologiquement auto-contrôlée. L’oxygène respirable, l’air humide et les océans légèrement alcalins résultent de la croissance et du métabolisme d’un nombre incalculable et toujours changeant de bactéries, de plantes et d’algues qui produisent de l’oxygène à l’aide de l’énergie solaire. Le transport de l’eau est entraîné par les activités des grandes forêts, principalement des arbres néotropicaux ; et la neutralisation des tendances acides de la planète est accomplie par la production de substances alcalines telles que l’ammoniac par des myriades d’organismes, par exemple par la miction et la libération de gaz. » (Margulis, 1990)

Clarke, B., & Dutreuil, S. (Éds.). (2022). Writing Gaia : The Scientific Correspondence of James Lovelock and Lynn Margulis. Cambridge University Press.

Margulis, L. (1990). Kingdom Animalia : The Zoological Malaise from a Microbial Perspective. 30, 861‑875.

Margulis, L. (1993). Gaia in Science. Science, 259(5096), 745‑745.

le fouillis de Gaïa

« Dès que vous imaginez des parties qui « remplissent une fonction » à l’intérieur d’un tout, vous êtes inévitablement tenu d’imaginer aussi un ingénieur qui procède à leur agencement. Il n’y a en effet que dans les systèmes techniques que l’on puisse distinguer des parties et un tout.  […]

Ce techno-morphisme a beaucoup servi la biologie, mais ne lui a pas rendu plus de service qu’à l’étude des sociétés animales. Mais comment faire si l’on veut parler de la Terre dans son entièreté ? La métaphore de l’organisme – cet étrange amalgame de théorie sociale, de conception de l’État et de machinisme – n’a aucun sens à cette échelle, à moins d’imaginer un Ingénieur général, déguisement bien maladroit de la Providence, capable d’agencer tous ces acteurs pour le plus grand bien de tous. […]

[Lovelock]  doit inventer un nouveau réglage dans les agencies qui peuplent le monde, mais avec cette difficulté supplémentaire, qu’il doit parvenir à composer, sans les unifier préalablement, tous les vivants jusqu’aux limites de cette enveloppe fragile qu’il nomme Gaïa. Tous rétroagissent « comme » un super-organisme, mais sans que l’on puisse confier leur unité à aucune figure de Gouverneur. […]

Pour Lovelock, tout organisme pris comme point de départ d’une réaction biochimique ne se développe pas « dans » un environnement, mais le courbe autour de lui, si l’on peut dire, pour mieux se développer. En ce sens, chaque organisme manipule intentionnellement ce qui l’environne « pour son propre intérêt » – toute la question, bien sûr, étant de définir cet intérêt.

“En Europe tempérée, la forme d’humus Moder se rencontre surtout dans les zones boisées et les ligneux sont majoritairement enracinés dans les humipèdes par leurs ectomycorrizes. Ces ectomycorhizes enrobent les fines racines nourricières d’un manteau fongique de mycélium qui les protège de la dessiccation, et forment aussi un réseau de champignons bien plus loin que les racines des plantes à travers la porosphère, c’est le mycélium mycorhizien extramatriciel. […] La décomposition précoce, étape par étape, de la litière de feuilles implique de nombreux organismes, notamment des arthropodes, des bactéries et des protozoaires, mais elle est principalement provoquée par plusieurs espèces de champignons et le processus commence dès la phase de sénescence des feuilles dans les couverts.[…] Dans le même temps, la faune décomposeuse fonctionne de deux manières, se nourrissant soit de débris végétaux (faune consommatrice de la litière), soit d’hyphes de champignons (faune brouteuse). Dans le premier cas, la litière végétale subit un processus de squelettisation ou de tunnelisation, la faune ingérant la fraction la plus appétente des végétaux, à savoir le parenchyme chlorophyllien. Plus l’animal est petit, plus les feuilles sont soigneusement ajourées, laissant de côté le moindre tissu conducteur. Ce processus de squelettisation et de tunnelisation peut être réalisé par une faune aussi diverse que les acariens, les collemboles, les larves de diptères, les diplopodes, les enchytréides et les vers de terre. […] Lors de la décomposition, les fragments végétaux s’amincissent, les déjections de la faune s’accumulent dans les espaces clos et sont ensuite « cousus » par les hyphes des champignons à la recherche d’éléments nutritifs issus de la digestion de la faune. La structure résultante est comme un sandwich, composée alternativement de débris foliaires et de boulettes fécales fixées entre elles par un réseau d’hyphes (comme un mille-feuille)”.(Bernier, 2018, notre traduction)
C’est en ce sens qu’il ne peut y avoir, à strictement parler, de parties. Aucun agent sur Terre n’est simplement surimposé à un autre comme une brique juxtaposée à une autre brique. Sur une planète morte, les pièces seraient posées partes extra partes ; pas sur Terre. Chaque puissance d’agir modifie ses voisines, fût-ce très légèrement, pour rendre sa propre survie légèrement moins improbable. C’est là que se trouve la différence entre géochimie et géophysiologie. Cela ne veut pas dire que Gaïa possède une sorte de « grande âme sensible », mais que le concept de Gaïa capture l’intentionnalité distribuée de tous les agents dont chacun modifie son entourage à sa convenance. […]

Les différents assemblages et rôles fonctionnels de la faune du sol (Nielsen, 2019)

Lovelock – un inventeur, il ne faut pas l’oublier – ne fait rien d’autre qu’étendre cette capacité de transformation à chaque agent, aussi petit soit-il. Ce n’est pas seulement les castors, les oiseaux, les fourmis ou les termites qui courbent l’environnement autour d’eux pour se le rendre plus favorable, mais aussi les arbres, les champignons, les algues, les bactéries et les virus.  […]

Plus vous généralisez la notion d’intentionnalité à tous les acteurs, moins vous détecterez d’intentionnalité dans la totalité, même si vous pouvez observer de plus en plus de rétroactions positives ou négatives toutes aussi peu intentionnelles les unes que les autres !  Haraway a bien résumé la solution de Margulis, « la richesse inépuisable des connaissances nouvelles en biologie » ne peut plus être absorbée « par l’idée d’individus limités auxquels on ajouterait un contexte, autrement dit l’idée d’un-organisme-plus-un-environnement ». Il faut plutôt penser, dit-elle, « à des couplages complexes et non linéaires entre des processus qui composent et qui prolongent des sous-systèmes imbriqués mais qui ne s’additionnent pas les uns aux autres quand ils forment des touts partiellement cohérents » (version anglaise de « Staying with the trouble », 2015). […]

Avec Gaïa, Lovelock ne nous demande pas de croire à une seule Providence, mais en autant de Providences qu’il y a d’organismes sur Terre. En généralisant la Providence à chaque agent, il s’assure que les intérêts et les profits de chaque acteur seront contrecarrés par de nombreux autres programmes. L’idée même de Providence se brouille, se pixéllise, et finit par s’évanouir. Le simple résultat d’une telle distribution de causes finales n’est pas l’émergence d’une Cause Finale suprême, mais un beau fouillis. Ce fouillis, c’est Gaïa. » (Latour, 2015, le gras est notre ajout)

Bernier, N. (2018). Hotspots of biodiversity in the underground : A matter of humus form? Applied Soil Ecology, 123, 305‑312. https://doi.org/10.1016/j.apsoil.2017.09.002

Latour, B. (2015). Face à Gaïa : Huit conférences sur le nouveau régime climatique. La découverte.

anaérobies réfugiées dans nos entrailles

“Se pourrait-il que la pollution soit un phénomène naturel ? Si par pollution nous entendons le déversement de déchets, il faut se rendre à l’évidence : la pollution est aussi naturelle à Gaïa que le fait de respirer aux hommes et à la plupart des animaux. […] [Le] plus grand désastre environnemental ayant jamais affecté notre planète […] se produisit il y a un éon et demi lorsque de l’oxygène libre fut libéré dans l’atmosphère. Lorsque ce phénomène advint, toute la surface de la Terre en contact avec l’air et avec les mers sujettes aux marées devint létale pour une vaste gamme de micro-organismes. Ceux-ci, les anaérobies (des organismes qui ne se développent qu’en l’absence d’oxygène), furent en conséquence contraints de mener une existence souterraine dans les boues au fond des fleuves, des lacs et des mers. Quelques millions d’années plus tard, leur bannissement de la surface des terres fut en partie révoqué. Ils évoluent à nouveau dans des environnements confortables et sûrs en surface, jouissant d’une existence vraiment choyée et d’un statut optimum, en recevant en permanence une nourriture suffisante. Ces organismes minuscules vivent désormais dans les entrailles de tous les animaux, des insectes aux éléphants. Ma collègue, Lynn Margulis, est convaincue qu’ils représentent l’un des aspects les plus importants de Gaïa, et il n’est pas impossible que les grands mammifères, y compris nous-mêmes, servent essentiellement à leur procurer leur environnement anaérobie.[voir le post ci-dessous]

seule un vache ne peux pas manger d’herbe

Que cette destruction massive des anaérobies ait connu en définitive une fin heureuse ne minimise nullement l’ampleur du désastre environnemental provoqué par la libération d’oxygène, à l’époque où celle-ci se produisit. […]
Le désastre naturel de la pollution par l’oxygène se déroula à un rythme assez lent pour permettre aux écosystèmes de l’époque de s’adapter, quoique cela dut se produire aux dépens de nombreuses espèces jusqu’à ce qu’un nouvel écosystème constitué par les organismes résistants à l’oxygène hérite de la surface de la Terre. “
Lovelock J.E., 1993. La terre est un être vivant. L’hypothèse Gaïa. Champs-Flammarion, p.130

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search