la joie des oiseaux de la canopée urbaine

Que faire de l’émotion suscitée par la puissance du chant des oiseaux émergeant d’une canopée urbaine, à 4h tous les matins, au début du printemps ?

Ces archives sonores proviennent du reportage réalisé en avril 1993 au cours de l’atelier radio de Gloria Legros à Rennes 2 par Éric Collias et Jean-Michel Bénard, alors étudiants en licence d’Infocom.  Elles sommeillaient dans plusieurs bandes magnétiques audio 1/4 de pouce vestiges du montage effectué à l’issue du reportage enregistré au Nagra, dont un montage final doit se trouver dans les archives d’une radio locale rennaise où il fut présenté par l’une des animatrices de l’atelier, ou bien a terminé à la poubelle. La numérisation de l’entretien a été réalisée amicalement par Yvon Ravard expert en la matière, le chant du merle a été numérisé au CREA de Rennes 2 par Gall Melikian.

archive magnétique du 5 avril 1993 où se trouve encore le chant du merle

C’est l’ornithologue Jo Le Lannic qui est interviewé au sujet du chant des oiseaux.

Ces rencontres avec l’oiseau et son porte-parole furent le point de départ d’une enquête plus vaste sur la nature en ville restituée ensuite au travers d’un numéro spécial de la revue naturaliste Penn ar Bed.  La couverture du numéro provient d’une photo de cette canopée vue depuis le balcon de l’immeuble de la rue d’Antrain à Rennes et d’où jaillissait, au début du printemps, la source puissante de cette “joie […] de retrouver les rythmes naturels  par le chant des oiseaux ” ainsi qu’en parle Jo Le Lannic dans le reportage.

http://pmb.bretagne-vivante.org:8090/pmb/uploads/PAB_1997_165-166.pdf

La rencontre avec Jo Le Lannic fut l’occasion de découvrir son travail d’inventaire, principalement à l’oreille, des oiseaux nicheurs du secteur Nord-Est de la ville de Rennes, et de lui proposer une aide pour en publier le contenu : l’accord de Jo pour entreprendre ce travail de publication sera décisif pour la poursuite de cette enquête et la présentation de son travail restitué dans l’un des articles de l’ouvrage.

La joie peut donc être à l’origine d’une puissance d’agir constitutive d’un agencement, voici ce qu’en dit Vinciane Despret (2013) :

“L’agencement est un rapport de forces qui rend certains êtres capables de rendre d’autres êtres capables, de manière plurivoque, de telle sorte que l’agencement résiste au démembrement, à la répartition claire et nette. Ce qui constitue l’agent et le patient est distribué et redistribué de manière incessante. […] Il y a, dans chaque agencement, co-animation, au sens littéral du terme, c’est-à-dire au sens le plus animiste du terme. […] L’expérience sensuelle se produit là où les organismes vivants se touchent, s’affectent et sont affectés les uns par les autres. Nous reconnaissons une expérience sensuelle comme l’expérience concrète dans laquelle chacun des « devenir-acteurs » effectue chez les autres le pouvoir d’être affecté. Une expérience sensuelle est un flux de forces. Ce sont les forces qui harmonisent, agencent (au lieu d’« assembler ») l’agencement, et ce sont les forces qui mettent en œuvre et articulent l’agence.”

Ci-dessous un post qui présente, en contrepoint du point de vue de Jo Le Lannic sur le chant du merle, celui de Vinciane Despret :

chant de la pluie : nourrir le réseau d’affects qui importent

Despret, V. (2013). From secret agents to interagency. History and Theory, 52(4), 29‑44.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search