de la méthode matérielle-sémiotique

Voici une proposition de Michel Callon (1991) pour identifier les intermédiaires qui tracent les réseaux éco-socio-techniques au sein desquels ils sont mis en circulation :

« L’économie nous enseigne que l’interaction passe par la mise en circulation d’intermédiaires ; la sociologie nous apprend que les acteurs ne sont définissables que dans les relations qu’ils établissent entre eux. En réunissant les points de vue de la sociologie et de l’économie, nous tenons les deux pièces du puzzle : les acteurs se saisissent dans l’interaction, dans l’entre-définition et celle-ci se matérialise dans les intermédiaires qu’ils mettent en circulation […]. Pour les réseaux qui nous occupent il est commode de distinguer quatre grandes catégories d’intermédiaires parmi toutes celles qui sont repérables.

• Les textes ou plus généralement les inscriptions littéraires de toutes sortes (B. Latour) : rapports, livres, articles, brevets, notes, dont il serait excessif de dire qu’ils constituent des biens immatériels, puisque leur inscription et leur circulation supposent des supports (papier, disquettes, bandes magnétiques) qui résistent aux transports et assurent une certaine immutabilité. […]

• Les artefacts techniques (instruments scientifiques, machines, robots, produits de grande consommation…) qui sont des groupements organisés et (relativement) stables d’entités non humaines qui coopèrent en vue de remplir certaines fonctions, de réaliser certains tâches. […]

• Les êtres humains et les compétences (savoirs, savoir-faire,…) qu’ils incorporent […].

• La monnaie,[…], sous ses différentes formes.  »

Callon, M. (1991). Réseaux technico-économiques et irréversibilités. Les figures de l’irréversibilité en économie. R. Boyer, B. Chavanne and O. Godard. Paris, Editions de l’EHESS: 195 230.