le tissage de Gaïa : premiers pas d’un laboratoire d’ethnographie multi-espèces

une recherche sur les coexistences créatrices avec les sols urbains

L’origine du projet est la volonté de développer l’art de l’attention et la rencontre entre modes d’existences des formes de vie humaines et autres qu’humaines :  les outils d’enquête relèvent d’une hybridation entre l’écologie des sols, la pédagogie, les arts audio-visuels et l’anthropologie. Les conditions favorables à la croissance des qualités humaines et autres qu’humaines sont le point commun de cette recherche action collective, contributive d’une sorte d’humus multi-spécifique fertile des jardins du quartier de Maurepas à Rennes.

le collectif réuni le 22 févier 2024 pour l’émergence de la co-recherche en gaïagraphie

L’atelier de gaïagraphie, lauréat de l’appel à émergence de recherche collaborative TISSAGE, est expérimenté en tant que dispositif de recherche-action, depuis octobre 2022, dans le cadre de l’UE Gestion de projet en environnement au sein du Master 2 ERPUR (Stratégies de développement durable et périurbanisation) à l’Université de Rennes, qui forme des écologues aux sciences humaines et sociales dans une perspective professionnalisante. En parallèle de cette phase expérimentale, l’atelier est également mis en place depuis janvier 2023 au sein du M1 Économie sociale et solidaire (ESS) de l’Université Rennes 2, dont la finalité est de former des professionnels des entreprises qui poursuivent un but d’utilité sociale ou d’intérêt général au service du développement local.

Le terme de gaïagraphie est une manière de porter attention à la multitude d’êtres qui se déploie sur la mince couche de la terre où se manifeste la vie, et est inspiré du travail de Bruno Latour au sujet de Gaïa.

L’objectif principal de l’atelier est de mettre les étudiantes en situation de recherche-action en collaborant avec les jardiniers,  afin de leur permettre de s’exercer à l’art de l’attention aux êtres vivants humains et autres qu’humains, à la curiosité pour les rencontres,  et de tenir un carnet de terrain avec la perspective de rendre compte de ces expériences. Nous reprenons à notre compte la proposition suivante inspirée du travail de l’anthropologue Tim Ingold : “L’éducation est une participation à la vie des autres. Elle suppose, à cet égard, une mise en commun des expériences. Pour ce faire, chacun doit, en permanence, ajuster son expérience à celle des autres. Pour éduquer, il faut donc s’ouvrir, s’exposer. Il faut « prêter attention », au double sens d’être à l’écoute, mais aussi de prendre soin.”

Une machination sensible : le relatoptique de terrain, pour aller à la rencontre des bestioles, et les nommer sans les flinguer

Ce projet de recherche-action contributive est centré principalement sur le quartier de Maurepas : l’association La Loupiote y anime le jardin du Chat l’Heureux, et anime aussi le jardin Miss’Terre de la ferme de la Héronnière ; les associations Un Cabinet photographiques et Graines de rires, le Jardin du bonheur, le jardin des dahlias du Collectif Dignité cimetière, sont basés à Maurepas. Mais les territoires de dépendance et d’échanges de savoirs profanes et scientifiques nous déplacent aussi dans le Maghreb, l’Océan indien, d’où proviennent certaines plantes cultivées au jardin Miss’Terre, à la Station biologique de Paimpont et son Observatoire participatif des vers de terre, et à l’Université de Montpellier qui propose des protocoles participatifs de découverte de la faune du sol [https://www.qubs.fr/].

Le sol de ces jardins est relié au problème du changement climatique au travers de la porosité élaborée par la faune qui s’y déploie et permet d’y retenir l’eau, ainsi qu’au travers du carbone qui y est stocké par l’activité végétale qui, avec l’énergie solaire, transforme le CO2 atmosphérique en fleurs, légumes, plantes médicinales, aromatiques et tinctoriales.

le test bêche participatif de l’Observatoire participatif des vers de terre du campus de Paimpont est mis en œuvre avec les jardiniers de la parcelle des dahlias du collectif Dignité cimetière et avec les étudiantes du M2 ERPUR au Jardin du bonheur à Maurepas © Éric Collias 20240305

qui mange qui ?

Relationships between soil food web, plants, organic matter, and birds and mammals. (Image courtesy of USDA Natural Resources Conservation Service)

“Les modèles de réseaux trophiques sont précieux pour les scientifiques pour décrire les interactions incroyablement complexes entre les espèces qui permettent la circulation des nutriments et de l’énergie. Ils suivent les habitudes de prédation et d’alimentation ainsi que l’utilisation et la transformation de l’énergie. Les espèces du réseau trophique du sol peuvent inclure des algues, des bactéries, des champignons, des protozoaires, des nématodes, des arthropodes, des vers de terre, des animaux plus gros comme les lapins et, bien sûr, des plantes. Ils décrivent non seulement comment les espèces se nourrissent les unes des autres, mais comment les déchets d’une espèce deviennent la nourriture d’une autre. En effet, leur configuration interdépendante similaire à un réseau signifie que la modification ou la suppression d’un élément peut les détruire. Souvent conceptualisés comme des « communautés » du sol alors même qu’ils sont basés sur des relations « trophiques » – qui mange qui – les modèles de réseau trophique mettent l’accent sur un monde vivant en dessous, grouillant de vie et pourtant toujours fragile. […] Si je suis attirée par des mouvements qui voient le sol comme un monde multispécifique, c’est pour la façon dont ils pourraient affecter non seulement la nature du sol lui-même, mais aussi la façon dont les humains entretiennent, réparent et favorisent la vitalité du sol – c’est-à-dire les agences impliquées dans plus que des réseaux humains de soins.[…]

Les illustrations scientifiques du réseau trophique du sol représentent rarement les humains dans le cadre de ce réseau relationnel – par exemple, en tant que producteurs de « déchets organiques » et bénéficiaires de la production végétale. […]

Les notions d’humain en tant que membre, voire d’humain en tant que sol , prospèrent cependant en dehors de la science – y compris dans la façon dont les scientifiques parlent du sol (et de la terre) au-delà de leur travail institutionnel « officiel ». Mais dans l’esprit de mettre en scène des faits, des choses scientifiques, comme des questions de soins, il semble être plus fertile de tenter une articulation de différents horizons de pratique et modes de relation au sol à travers leur potentiel à transformer les relations homme-sol.”


Puig De La Bellacasa María, 2020. Soil Times The Pace of Ecological Care,– Collective Care and Response-ability, the Solitude Journal, 1 , 98-107 (extraits publiés avec l’autorisation de l’autrice)

laboureurs et galeristes

nous sommes sur le remblais de Donges-Est, où furent déposés les sables dragués dans l’estuaire de la Loire il y a 40 ans afin de permettre aux pétroliers d’accéder à la raffinerie, et de transformer ainsi la vasière la plus productive de l’estuaire ; aujourd’hui la végétation s’y est progressivement installée, et le processus de pédogénèse est enclenché : les vers de terre qui installent leurs galeries dans la mince couche de sol sont en quantité suffisante pour susciter l’appétit des sangliers dont le travail de labour a ouvert le sol de la prairie, laissé un trou transformé en mare par les dernières pluies, au fond de laquelle reposent les reliefs de leur repas ; il faudra revenir au printemps écouter le crapaud Calamite qui aura peut-être investi le lieu pour pousser son chant de conquête
non loin de là, au sommet de la Tour aux Moutons, on trouve un protosol composé principalement d’un tapis de mousse qui illustre assez bien la manière dont ce processus de pédogénèse a démarré suite aux dépôts des sables : la pluie a progressivement rincé le sable de son sel et les premières poussières, cadavres et merdes d’animaux se sont accumulées tandis que les lichens puis les mousses se sont progressivement installées ; la matière organique morte s’est peu à peu accumulée, a été mélangée aux particules sableuses par les vers de terre arrivés en explorateurs depuis les prairies voisines pour constituer un premier mélange organique et minéral qu’on appelle le sol.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search