un sol vivant soutient la croissance des plantes

dégradation_feuilleÉvolution schématique des débris végétaux en forêt sous l’action conjointe de la microfaune et de la microflore (Lebrun 1977)

pédofaune_sol

une succession de communautés de faune, de champignons, d’actinomycètes et de bactéries travaillent au sein de la couche de sol qui recouvre la roche mère et ses débris d’altération, cette succession est stabilisée par une relative constance de la température, un accroissement régulier de l’hygrométrie et de la composition en C02, une diminution progressive de la porosité et de la quantité de matière organique au sein des ces horizons

la faune du sol fragmente les végétaux morts et enfouis débris et crottes au sein de l’horizon humifère où vers, champignons, bactéries et actinomycètes contribuent à la formation du complexe argilo-humique

complexe_absorbantmicroporosité observée sur un sol brun lessivé (Lemée, Précis d’écologie végétale), cette microstructure, quand elle est spongieuse, avec des vides en quantité suffisante, est le produit d’une structure macroscopique grumeleuse formant un sol bien aéré  ; cette microstructure spongieuse dépend de la présence de ce que l’on a longtemps nommé complexe argilo-humique

le complexe argilo-humique ou complexe adsorbant fut d’abord compris comme l’ensemble des colloïdes électronégatifs du sol, essentiellement des argiles et des composée humiques, qui retiennent autour de leur molécules chargées négativement, un certain nombre de cations de la solution du sol ; ces derniers n’étant que momentanément fixés, ils demeurent échangeables

ce complexe est le meilleur soutien de la croissance des plantes, car il est à l’origine de l’aération, de la capacité de rétention et de mise à disposition de l’eau du sol à l’échelle des radicelles par les agrégats, il freine la minéralisation secondaire, il piège les argiles et retient les bioéléments indispensables aux plantes (K+,Ca++, Mg++,Na+)

depuis quelques années, le complexe argilo-humique est compris comme “un mélange de molécules végétales et microbiennes héritées et de molécules microbiennes néoformées” et “n’a plus lieu d’être vu comme un complexe acides fulviques-argiles, ou acides humiques-argiles”, le “terme d'”association MO-argile” remplace d’ailleurs progressivement celui de “complexe argilo-humique” (Feller & Chenu, 2012)

associations_bio-organo-argileuses

“dans les agrégats stables des sols limoneux, les fractions organo-argileuses sont enrichies en carbone “jeune” incorporé depuis quelques années seulement ; elles y voisinent des débris végétaux jeunes également” (Chenu, 2001)

agrégation_MO_argiledans le modèle conceptuel reliant la dynamique de l’agrégation à la dynamique des matières organiques des sols, “les résidus végétaux de cultures ou de racines mortes sont rapidement colonisés par des micro-organismes. Par la rétention mécanique dans le cas des hyphes fongiques et par les sécrétions agrégeantes comme les polysaccharides extracellulaires, ces micro-organismes agrègent localement les particules du sol. Des associations entre argiles et composés microbiens ou produits transitoires de la décomposition s’établissent alors. Dans les agrégats formés, les matières organiques sont physiquement protégées de la biodégradation. Avec l’épuisement des molécules labiles des résidus et la mortalité des populations microbiennes, la stabilité des agrégats décroît. Ceux-ci se désagrègent en libérant des agrégats plus petits et plus stables physiquement, contenant des composés humifiés, formés à partir des produits transitoires de la décomposition ou des métabolites microbiens. La durée de vie des agrégats du sol et celle des matières organiques sont donc liées. Ainsi, la stabilité de la structure est une fonction liée non seulement aux quantités présentes de matières organiques, à leurs stocks, mais aussi à leurs flux de décomposition par les micro-organismes du sol.”

“la matière organique particulaire provenant des racines joue un rôle important dans la formation des microagrégats, et la formation des microagrégats est cruciale pour le stockage et la stabilisation du carbone du sol dans le long terme” (Six & al. 2004)

CHANTIER

biblio

Chenu, C., 2001. The clay-humus complex of soils: present knowledge / Le complexe argilo-humique des sols: état des connaissances actuelles. Comptes Rendus de l’Académie d’Agriculture de France (France) 3.

Coineau, Y. (1974). Introduction à l’étude des microarthropodes du sol, Doin.

Feller, C., Chenu, C., 2012. Les inter-actions bio-organo-argileuses et la stabilisation du carbone dans les sols. Etude et Gestion des Sols 19, 235–248.

Lebrun, P. (1977). Incidences ecologiques des pesticides sur la faune du sol. Pedologie, 27(1), 67-91..

Six, J., Bossuyt, H., Degryze, S., Denef, K., 2004. A history of research on the link between (micro)aggregates, soil biota, and soil organic matter dynamics. Soil and Tillage Research 79, 7 – 31. doi:http://dx.doi.org/10.1016/j.still.2004.03.008

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.