variations saisonnières d’un bosquet des Prairies Saint-Martin

bosquet inondé lors d’une crue de l’Ille en novembre 2000
le bosquet le 19 janvier 2001
le bosquet au 6 mars
le bosquet le 20 mars
le bosquet au 1 avril 2001
plan des Prairies Saint-Martin en 1999, dessiné à l’époque pour organiser un jeu de piste dans les prairies, modifié avec du vert ajouté à l’endroit du bosquet évoqué ici

Cette série d’images est prise depuis le 7ème étage d’un immeuble de la rue d’Antrain, et semble ainsi déroger au projet de ce carnet dédié à la terre vécue d’en bas ; cependant ce point d’observation permet de saisir l’ampleur des transformations de la végétation  qui se produit sur une période de 6 mois, de novembre au 1er avril. Les feuilles brunissent et tombent, puis les bourgeons s’ouvrent, les chatons des saules émergent, les premières feuilles se déploient, les nuances de vert et de brun trahissent à la fois la sénescence, puis la croissance de la canopée et les variations de la lumière qu’elle reflète. Dans le sous-bois, le tapis jaune des ficaires profite de l’absence de feuilles dans les arbres pour prendre la lumière et vers la mi-février s’installe progressivement jusqu’à recouvrir totalement le sol.

Ficaires du sous-bois le 17 février 2023 © Éric Collias

Au cours du mois d’avril les fleurs des pommiers apparaissent et les frondaisons des arbres s’épaississent : le coq n’est cependant pas complètement caché par la végétation :  la tache rouge de sa crête et de ses barbillons, ainsi que les reflets oranges de son plumage trahissent sa présence, quand ce n’est pas son chant.

Coq sous les pommiers en avril 1996 © Éric Collias

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search